Navigation – Plan du site
Dossier

Des Provinces-Unies à la vallée de l’Hudson. Réagencement de genre en Nouvelle-Néerlande (1624-1664)

From the United Provinces to Hudson Bay: reordering of gender relations in New Netherland (1624-1664)
Virginie Adane
p. 75-96

Résumés

L’étude de la Nouvelle-Néerlande permet de voir le rôle » joué par le genre dans la construction d’une société nouvelle. Les dynamiques migratoires mixtes qui caractérisent cette colonie donnent naissance à une société coloniale où la surreprésentation masculine est associée à un peuplement familial. Il en résulte une vulnérabilité exacerbée des femmes seules. Néanmoins, les transgressions sexuelles peuvent être lues comme autant de tentatives de se conformer à un ordre matrimonial. Le mariage apparaît non seulement comme une sécurité pour les femmes, mais également, par les réseaux de confiance qu’il permet de construire, comme un rouage essentiel au bon fonctionnement d’une société articulée autour de circulations atlantiques.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Migrer et circuler vers la Nouvelle-Néerlande
Un déséquilibre sexué marqué
Des circulations atlantiques
Femmes et familles au cœur de la construction d’une société nouvelle
Femmes dans une société issue de migrations récentes : une vulnérabilité exacerbée ?
Endogamie, mariages à distance et réseaux familiaux
L’insertion des femmes dans des réseaux économiques familiaux

Aperçu du texte

En 1609, Henry Hudson remonte la rivière qui porte désormais son nom pour le compte des Provinces-Unies. Ce n’est cependant qu’une quinzaine d’années plus tard que les premiers groupes de migrants peuplent ce territoire afin d’y établir la Nouvelle-Néerlande – un territoire correspondant aux actuels États de New York, du New Jersey, du Delaware et d’une partie de la Pennsylvanie, mais dont l’essentiel du peuplement pionnier s’installe dans la vallée de l’Hudson et sur Long Island. Depuis 1621 en effet, la Compagnie néerlandaise des Indes Occidentales (WIC) a le monopole commercial sur la région et entreprend d’en organiser le peuplement. Plusieurs projets coloniaux se font alors concurrence au sein de la WIC. Outre le monopole de la compagnie sur la traite des pelleteries et la mise en place d’un fort au sud de Manhattan afin de protéger cette activité, certains de ses directeurs envisagent la mise en place d’une colonie de peuplement. Ces différents projets correspondent à différen...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Virginie Adane, « Des Provinces-Unies à la vallée de l’Hudson. Réagencement de genre en Nouvelle-Néerlande (1624-1664) », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 51 | 2020, 51 | 2020, 75-96.

Référence électronique

Virginie Adane, « Des Provinces-Unies à la vallée de l’Hudson. Réagencement de genre en Nouvelle-Néerlande (1624-1664) », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 51 | 2020, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 11 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/clio/18009 ; DOI : https://doi.org/10.4000/clio.18009

Haut de page

Auteur

Virginie Adane

Virginie Adane est maîtresse de conférences à l’université de Nantes et membre du CRHIA. Ses recherches sont centrées sur les relations de genre dans l’espace atlantique, et plus spécifiquement en Nouvelle-Néerlande / New York, terrain sur lequel elle a soutenu récemment une thèse intitulée Genre, pouvoir et relations marchandes dans une société coloniale multiculturelle. Nouvelle-Néerlande, New York (1630-1730). virginie.adane@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page