Navigation – Plan du site
Dossier

La « traite des femmes », une histoire de migrations (France-Cuba, début du xxe siècle)

“Trafficking in women” as migration history: gendered mobility between France and Cuba (early twentieth century)
Elisa Camiscioli
Traduction de Geneviève Knibiehler
p. 97-117

Résumés

En se concentrant sur la route transatlantique entre la France et Cuba, cet article explore les débats du début du xxsiècle sur la « traite des femmes » à travers les lunettes de l’histoire des migrations. Diverses sources attestent de la prédominance des prostituées, des proxénètes et des trafiquants français dans l’industrie du sexe à Cuba. La question de savoir si les Françaises étaient des migrantes entreprenantes ou des victimes de la traite reste cependant ouverte pour les contemporains. L’article examine la migration prostitutionnelle comme une stratégie de survie pour les Françaises pauvres. Il envisage les options possibles pour traverser l’Atlantique et les types de pratiques sexuelles qu’elles vendent dans les bordels de La Havane. Il étudie le rôle des intermédiaires masculins dans la facilitation de la migration de la France vers les Amériques. Il présente in fine la façon dont se croisent, au milieu des années 1920, les efforts de lutte contre la traite et la législation cubaine sur l’immigration.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Le fantasme de la « Frenchness »
Trafiquants et intermédiaires
Voyage ou « traite » ?
Restrictions de l’immigration et expulsion

Aperçu du texte

Le commerce du sexe à La Havane au début du xxe siècle est à la fois international et multiracial. Le romancier espagnol Eduardo López Bago décrit les quartiers chauds de la ville comme « un endroit de luxure nauséabond, grouillant de Noirs, de mulâtres et de Blancs, espagnols, créoles, français et américains ». L’industrie du sexe dans cette ville portuaire cosmopolite emploie des femmes nées sur place, indigènes ou non, des prostituées étrangères, arrivées d’Europe, d’Extrême-Orient, des États-Unis, des femmes originaires d’autres endroits des Caraïbes. Cette diversité reflète le double statut de Cuba : une société post-esclavagiste en même temps qu’un pays d’immigration massive.

Cependant, selon plusieurs sources, les Françaises sont, au début du xxe siècle, les plus nombreuses dans l’industrie du sexe à Cuba, de même que les Français exerçant des activités de proxénètes et de trafiquants, en particulier dans la capitale. Mais ces Françaises ont-elles migré volontairement vers Cu...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elisa Camiscioli, « La « traite des femmes », une histoire de migrations (France-Cuba, début du xxe siècle) », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 51 | 2020, 51 | 2020, 97-117.

Référence électronique

Elisa Camiscioli, « La « traite des femmes », une histoire de migrations (France-Cuba, début du xxe siècle) », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 51 | 2020, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 11 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/clio/18046 ; DOI : https://doi.org/10.4000/clio.18046

Haut de page

Auteur

Elisa Camiscioli

Elisa Camiscioli est Assistant Professor en histoire à Binghamton University (université de l’État de New York). Ses travaux portent sur la migration, le genre et les politiques sexuelles en France et dans l’empire français. Elle est l’auteure de Reproducing the French Race: Immigration, Intimacy, and Embodiment in the Early Twentieth Century (Duke University Press, 2009). Elle fait actuellement des recherches sur « la traite des femmes » entre la France et les Amériques au début du xxe siècle. Des éléments sont déjà publiés dans le projet numérique anglais Trafficking Past: Exploring Sex, Work, and Migration in Modern History (https://traffickingpast.uk/) et dans French Historical Studies. ecamis@binghamton.edu

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page