Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche

Quatre âges des études migratoires

Identifiying four ages of migration studies
Nancy L. Green
p. 185-206

Résumés

Cet article propose de retracer les transformations historiographiques concernant le champ des études migratoires depuis quatre décennies, en distinguant quatre périodes différentes mais non étanches, à partir des cas (largement similaires) états-unien et français. Dans un premier temps, la « découverte » des travailleurs immigrés dans les années 1960-1970 permit de questionner l’homogénéité de la classe ouvrière nationale. Mais assez vite, s’imposa une autre « découverte », celle des femmes immigrées, qui donna lieu à un second âge historiographique à partir des années 1970-1980. Ensuite, comme dans l’historiographie plus générale, le genre apparut comme une catégorie d’analyse essentielle dans ce qu’on pourrait appeler le troisième âge de l’histoire des migrations. Encore opératoire aujourd’hui, il permet d’analyser ensemble le politique et l’économique, en portant attention à la façon dont les politiques migratoires comme les marchés du travail nationaux et internationaux affectent la mobilité des hommes et des femmes. Cependant, un quatrième âge s’intéresse désormais à la sexualité des migrants, comme objet d’inquiétude pour les États (peur de la prostitution ou de l’homosexualité) ou comme espace d’intimité (libération sexuelle comme conséquence, voire comme cause, de la migration). L’article s’achève par une réflexion sur l’approche intersectionnelle, inhérente à l’histoire des migrations qui a toujours croisé appartenances sociales et origines. Il souligne également l’importance d’examiner à la fois l’impact du genre sur la migration et celui de la migration sur les rôles genrés.

Haut de page

Notes de l’auteur

Une première version de ces réflexions a été publiée dans Green 2011 puis dans Green 2012. Le terme « âge » fait évidemment référence ici à l’article classique de Sayad 1977.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

La « découverte » de la femme immigrée, les années 1970-1980
Genre : des années 1980 et au-delà
De la sexualité/des sexualités, à partir des années 2000
Intersectionnalité – un nouvel âge ?

Aperçu du texte

L’historiographie est un art mouvant. Les écritures de l’histoire sont aussi dynamiques que leurs sujets. Nos questions nous guident, et les questions d’une époque ne se posent pas forcément à d’autres. Durant une période relativement courte, l’historiographie des choses-qui-nous-intéressent (pour ne pas les nommer pour l’instant) est passée d’une série de découvertes et questions à une autre. Deux possibilités s’ouvrent grâce à ce dynamisme : la révolution ou l’accumulation. En matière d’historiographie, je penche personnellement pour la dernière. Ce sont les fruits de nos questionnements antérieurs qui nous permettent d’avancer. On peut les conserver, même quand les nouvelles questions sont révolutionnaires. Revenons ici sur l’historique de ces transformations dans l’histoire des migrations depuis quarante ans.

Ce n’est pas aux lectrices et lecteurs de Clio que l’on doit rappeler comment le colloque, puis l’ouvrage pionnier que Michelle Perrot dirigea en 1984, Une histoire des femm...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nancy L. Green, « Quatre âges des études migratoires », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 51 | 2020, 51 | 2020, 185-206.

Référence électronique

Nancy L. Green, « Quatre âges des études migratoires », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 51 | 2020, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 11 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/clio/18222 ; DOI : https://doi.org/10.4000/clio.18222

Haut de page

Auteur

Nancy L. Green

Nancy L. Green est historienne, directrice d’études à l’EHESS, où elle est membre du Centre de Recherches Historiques. Docteure de l’université de Chicago et docteure d’État de l’université Paris 7, elle s’est spécialisée dans l’histoire des migrations, l’histoire comparée et l’histoire sociale française et américaine. Ses publications incluent Du Sentier à la 7e Avenue. La confection et les immigrés, Paris-New York 1880-1980 (Seuil, 1998) ; Repenser les migrations (PUF, 2002) ; Histoire de l’immigration et question coloniale en France (dir. avec Marie Poinsot, La Documentation française, 2008) ; Citoyenneté et émigration. Les politiques du départ (dir. avec François Weil, Éditions de l’EHESS, 2006) ; Les Américains de Paris. Hommes d’affaires, comtesses et jeunes oisifs, 1880-1941 (Belin, 2014) ; A Century of Transnationalism : Immigrants and Their Homeland Connections (dir. avec Roger Waldinger, University of Illinois Press, 2016). The Limits of Transnationalism vient de paraître en 2019 (The University of Chicago Press). nlg@ehess.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page