Navigation – Plan du site
Varia

L’habitude de bien lire. Lectures quotidiennes d’une jeune bourgeoise dans les années 1820

Learning to be a good reader? The ordinary readings of a young bourgeoise in 1820s France
Isabelle Matamoros
p. 261-281

Résumés

Cet article présente une étude de cas portant sur les pratiques de lectures d’une jeune fille dans les années 1820, réalisée à partir du journal personnel inédit d’Herminie Brongniart. Dans le contexte postrévolutionnaire de redéfinition à la fois des rôles sociaux des hommes et des femmes et de la hiérarchie des genres littéraires, nous verrons comment les pratiques de lecture quotidiennes peuvent s’inscrire dans des logiques d’apprentissage et d’accès à la lecture genrées, en délimitant, subtilement, ce qu’il faut lire, ou non, pour une jeune femme de la bourgeoisie. Quelle littérature est acceptable pour une jeune fille ? Quels usages peut-elle en faire ? Le journal d’Herminie Brongniart se révèle une source riche pour répondre à un questionnement sur les normes de lecture et leurs possibles déplacements. Au-delà, cette étude se veut également une réflexion sur l’utilisation des écrits personnels pour une histoire genrée de la lecture.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Le Journal d’Herminie Brongniart : pratique sociale ou écriture intime ?
Les usages du livre dans une communauté de lectrices
Ruses et écarts d’une jeune lectrice

Aperçu du texte

Romans pour dames, livres à l’usage des jeunes personnes, journaux pour demoiselles… Dans les premières décennies du xixe siècle, le lectorat féminin, encore largement minoritaire, est la cible privilégiée d’un marché de l’édition en pleine mutation. Le sexe du lecteur ou de la lectrice devient un critère majeur de catégorisation éditoriale et derrière cette catégorie construite des « lectrices », jeunes ou moins jeunes, se dessine une pensée spécifique sur le rapport des femmes au livre et à la lecture, et par extension aux savoirs. Celle-ci demeure fondée sur une inégalité : à cause de leur « nature féminine », mues par les sens plutôt que par la raison, les femmes seraient particulièrement émotives et influençables, et incapables de mettre en œuvre un rapport critique aux savoirs, tant dans l’acte de lire que dans celui d’écrire. Au xixe siècle, la conception de la bonne lecture est étroitement liée à la définition que l’époque se donne du masculin et du féminin et dès lors, tout...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Matamoros, « L’habitude de bien lire. Lectures quotidiennes d’une jeune bourgeoise dans les années 1820 », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 51 | 2020, 51 | 2020, 261-281.

Référence électronique

Isabelle Matamoros, « L’habitude de bien lire. Lectures quotidiennes d’une jeune bourgeoise dans les années 1820 », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 51 | 2020, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 11 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/clio/18361 ; DOI : https://doi.org/10.4000/clio.18361

Haut de page

Auteur

Isabelle Matamoros

Isabelle Matamoros est post-doctorante au Labex « Écrire une histoire nouvelle de l’Europe » (Sorbonne-Université), coordinatrice de l’axe Genre et Europe. Elle a soutenu en 2017 une thèse intitulée Mais surtout, lisez ! Les pratiques de lecture des femmes dans la France du premier xixe siècle. Ses recherches actuelles portent sur le genre et l’histoire des savoirs. Isa_matamoro@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page