Navigation – Plan du site
Varia

Celles qui sortent et celles qui restent. « Carrières asilaires » des femmes internées dans les asiles en France au xixe siècle

Those who leave and those who stay: the “asylum careers” of women interned in mental asylums in France in the early twentieth century
Solange Lapeyrière
p. 283-308

Résumés

Contrairement à une idée largement répandue, les femmes entraient en moins grand nombre que les hommes à l’asile, mais que leurs effectifs permanents y étaient plus importants. Les sureffectifs se fabriquaient à l’asile et la question se déplace alors sur ce qui y retenait ainsi les femmes un peu plus que les hommes, alors que médecins et familles développaient des stratégies pour faire sortir les intéressées, en particulier celles qui étaient dites « améliorées ». L’examen des processus de décisions tant des sorties que des maintiens à l’asile montre que c’est l’isolement ou au contraire, l’existence de ressources familiales qui s’avèrent décisives pour une décision de sortie. Cette enquête dévoile des logiques de genre qui ne sont pas propres à l’asile et renvoient, hors asile, aux rôles sociaux féminins de cette époque, à la question de l’autonomie et surtout du manque d’autonomie des femmes qui est renforcée par l’épisode asilaire et la fragilisation sociale qui s’ensuit.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Le paradoxe des sureffectifs féminins au xixe siècle
Un phénomène connu des directions des asiles
Les sureffectifs – féminins et masculins – se fabriquent à l’asile
Diversité des parcours asilaires
Celles qui sortent
Sortir « guéries » ou « améliorées » : des décisions négociées
Les bénéficiaires des sorties
« Celles qui restent » 
Le sort des femmes maintenues à l’asile jusqu’à leur décès
Le sort particulier des transférées des asiles de la Seine
Les parcours asilaires, des plus courts aux plus longs
Les processus de décision au cœur des carrières asilaires

Aperçu du texte

Le destin des femmes internées dans les asiles au xixe siècle peut sembler un sujet clos tant il a suscité recherches, publications, romans et films. Les certitudes semblent solidement installées sur ce sujet. La croyance en la faiblesse éternelle des femmes aurait contribué à leur enfermement abusif et massif :

Parce que leur affranchissement menace l’ordre public ou trouble l’ordre familial, les femmes revendiquant leur autonomie seront taxées d’aliénées, d’hystériques, de maniaques.

Enfin, elles sortaient si peu de ces asiles, que l’on a fini par penser et dire qu’elles n’en sortaient pas : « La boucle est bouclée, l’asile est sans fin. La malade y meurt, y est enterrée comme dans son village ».

Alors que je travaillais sur des cas de femmes internées au début du xxe siècle, je fus confrontée à des résultats peu conformes à cette image classique de l’internement féminin. D’une part, les statistiques nationales indiquaient que, pour la période 1900-1914, les femmes entraient chaque ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Solange Lapeyrière, « Celles qui sortent et celles qui restent. « Carrières asilaires » des femmes internées dans les asiles en France au xixe siècle », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 51 | 2020, 51 | 2020, 283-308.

Référence électronique

Solange Lapeyrière, « Celles qui sortent et celles qui restent. « Carrières asilaires » des femmes internées dans les asiles en France au xixe siècle », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 51 | 2020, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 13 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/clio/18399 ; DOI : https://doi.org/10.4000/clio.18399

Haut de page

Auteur

Solange Lapeyrière

Solange Lapeyrière, après une formation en psychologie du travail et ergonomie, a connu une carrière de consultante en entreprise avec des publications dans ce domaine. Elle vient de mener à l’EHESS, sous la direction de Juliette Rennes, une enquête d’histoire sociale sur les femmes internées en asile, Destins suspendus. Femmes internées dans les institutions asilaires au début du xxe siècle en France (1900-1914). Son mémoire a reçu le prix du mémoire du diplôme de l’EHESS pour l’année 2017. lapsol68@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page