Navigation – Plan du site

AccueilNuméros52DossierLe raptus saisi par le droit. Ens...

Dossier

Le raptus saisi par le droit. Enseigner un crime dans les écoles de rhétorique à Rome (ier-iie siècle)

Raptus and Roman law: teaching sexual crime in the schools of rhetoric (Rome, first and second centuries CE)
Néphélé Papakonstantinou
p. 21-41

Résumés

La criminalisation des violences sexuelles faites aux femmes est le résultat d’une longue évolution dans le monde romain : si la pénalisation des rapports sexuels illicites s’opère à partir du ier siècle av. notre ère à la suite de la promulgation de la loi Iulia de adulteriis, un édit de Constantin datant probablement de 326 réprime pour la première fois le raptus comme crime distinct. Le principal écueil que pose cette évolution législative est d’ordre sémantique, la notion de viol n’étant pas juridiquement définie. Durant les premiers siècles de l’Empire, ce problème se reflète non seulement dans le discours du droit, mais aussi dans le méta-discours que les écoles de rhétorique tiennent. La présente étude met en relation les deux discours pour examiner des éléments-clés de la logique éducative à partir de laquelle les Romains analysaient les catégories relatives à ce que nous entendons aujourd’hui par “viol”. Elle permettra de constater que la société romaine du Haut Empire avait une forte conscience du phénomène dans ses aspects les plus problématiques, et peut-être même des réponses aux défis forgés par le droit à son égard.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

La concurrence entre stuprum per vim et raptus
Le rapport sexuel illicite forcé (stuprum per vim)
Le viol (raptus)
Le raptus dans l’édit de Constantin
La construction déclamatoire du viol
Les hypothèses de viol
Lex raptarum 

Aperçu du texte

Le viol et l’enlèvement des femmes apparaissent très tôt dans l’histoire romaine sous forme d’espace symbolique motivé par des considérations politiques : la naissance de la Ville Éternelle repose sur le viol de la Vestale Rhéa Silvia par le dieu Mars ; l’institution du mariage tire ses origines du viol des Sabines ; le viol de Lucrèce renverse le pouvoir royal, devenu tyrannique sous Tarquin le Superbe, pour instaurer la République ; la tentative de viol de Virginie est l’événement déclencheur de l’annulation du pouvoir des décemvirs. Le viol constitue dans l’imaginaire des Romains une pratique mal vue, mais pas encore illégale, dotée d’une fonction fondatrice. Mais qu’en est-il de sa criminalisation ? Plusieurs obstacles surgissent dans la reconstruction historique du crime de viol dans le monde romain. Tout d’abord, le nombre des textes juridiques qui traitent de cette catégorie, souvent de façon équivoque, est incroyablement restreint. Ensuite, ni la notion de violences sexuelle...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Néphélé Papakonstantinou, « Le raptus saisi par le droit. Enseigner un crime dans les écoles de rhétorique à Rome (ier-iie siècle) », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 52 | 2020, 52 | 2020, 21-41.

Référence électronique

Néphélé Papakonstantinou, « Le raptus saisi par le droit. Enseigner un crime dans les écoles de rhétorique à Rome (ier-iie siècle) », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 52 | 2020, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 16 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/clio/18656 ; DOI : https://doi.org/10.4000/clio.18656

Haut de page

Auteur

Néphélé Papakonstantinou

Nephélé Papakonstantinou est docteur en Études Latines de la Sorbonne (Université Paris IV) et de l’Université d’Athènes. Actuellement « Adjunct Lecturer » en Langue et Littérature Latines (Faculté des Lettres Classiques, Université d’Athènes). Ses recherches portent sur la rhétorique latine et les pratiques juridiques romaines. Article du même auteur : « Figurae in interrogando et in respondendo : dialogisme et débat judiciaire selon la théorie de Quintilien », The Journal of Greco-Roman Studies, 58/3, 2019, p. 79-93. nephpap[at]phil.uoa.gr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search