Navigation – Plan du site

AccueilNuméros52DossierFemmes violentées, femmes violées...

Dossier

Femmes violentées, femmes violées dans la procédure judiciaire de Bologne (xive-xve siècle)

Women under attack and raped, evidence from the criminal records of Bologna (fourteenth to fifteenth centuries)
Didier Lett
p. 43-68

Résumés

À partir des riches registres de la justice pénale de Bologne de la fin du Moyen Âge (les libri maleficiorum), l’article s’intéresse aux violences sexuelles faites aux jeunes filles et aux femmes par des hommes en replaçant le viol dans un ensemble d’atteintes sexistes et sexuelles. Après un essai d’identifier socialement les coupables et les victimes et une analyse du langage notarial stéréotypé utilisé dans ce type de crime, il s’agira de traiter de l’acte de viol lui-même, « connaître charnellement une femme contre sa volonté et avec violence » mais aussi, en amont et en aval du coït imposé et violent, de toutes les atteintes psychologiques, physiques et sexuelles portées à l’encontre des femmes. Avant : pénétration dans la maison de la victime, injures à caractère sexuel et sexiste, menaces, violences physiques (jeter à terre, traîner par les cheveux, frapper, déplacement du lieu d’habitation au lieu du viol, etc.). Après : humiliation, opprobre, vexation de la victime et de sa parenté, nécessité pour la victime de prouver le non-consentement et difficultés de dénoncer. On terminera sur les parties lésées par le crime et les peines infligées au coupable, somme toute relativement légères. L’intégration du viol dans une longue chaîne de violence et d’humiliation subie par les femmes oblige à repenser, pour une période donnée, ce que nous entendons par « violence sexuelle ».

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Des coupables de Bologne ou de son contado, accomplissant d’autres délits
Des victimes célibataires ou mariées honnêtes
L’extrême violence physique et verbale avant le viol
La qualification du délit : adulterium ou stuprum
Prouver le non-consentement par le cri
Les parties lésées par le viol
Dénoncer le viol
Peines pécuniaires, corporelles et capitales

Aperçu du texte

En 1405, Christine de Pizan s’insurge contre une opinion masculine répandue dans la société de son temps selon laquelle les femmes aiment être abusées sexuellement. Elle écrit :

Je suis navrée et outrée d’entendre des hommes répéter que les femmes veulent être violées et qu’il ne leur déplaît point d’être forcées, même si elles s’en défendent tout haut. Car je ne saurais croire qu’elles prennent plaisir à une telle abomination.

Ce constat indigné attire l’attention sur la difficulté d’une partie de la société de la fin du Moyen Âge à accepter le non-consentement des femmes au viol. La violence sexuelle peut être définie aujourd’hui comme toute atteinte ou agression dont le but est d’obliger une personne à subir ou à accomplir des actes d’ordre sexuel sans consentement. Cette définition est-elle pertinente pour la fin de l’époque médiévale ?

À la croisée de l’histoire de la criminalité, de la justice, du corps et de la sexualité, le viol d’une femme par un homme à la fin du Moyen Âg...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Didier Lett, « Femmes violentées, femmes violées dans la procédure judiciaire de Bologne (xive-xve siècle) », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 52 | 2020, 52 | 2020, 43-68.

Référence électronique

Didier Lett, « Femmes violentées, femmes violées dans la procédure judiciaire de Bologne (xive-xve siècle) », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 52 | 2020, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 17 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/clio/18666 ; DOI : https://doi.org/10.4000/clio.18666

Haut de page

Auteur

Didier Lett

Didier Lett est professeur d’Histoire médiévale à l’Université de Paris et membre du comité de rédaction de Clio. Femmes, Genre, Histoire (a codirigé les numéros 34/2011, « Liens familiaux » et 47/2018, « Le genre des émotions »). Spécialiste de l’enfance, la famille, la parenté et le genre et des sociétés italiennes de la fin du Moyen Âge, il a publié, entre autres, Hommes et femmes au Moyen Âge. Histoire du genre xiie-xve siècle, Paris, Armand Colin (Collection Cursus), 2013 ; Un procès de canonisation au Moyen Âge. Essai d’histoire sociale. Nicolas de Tolentino, 1325, Paris, PUF, 2008 ; L’Enfant des miracles. Enfance et société au Moyen Âge (xiie-xiiie siècle), Paris, Aubier, 1997. Il termine actuellement Viols d’enfants. Genre et pédocriminalité à Bologne à la fin du Moyen Âge, Paris, PUF, 2021. didier.lett[at]wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search