Navigation – Plan du site

AccueilNuméros52Dossier« Une action dont on rougit mesme...

Dossier

« Une action dont on rougit mesme dans les solitudes les plus secrètes » : enquête sur les violences sexuelles conjugales (Paris, xviie-xviiie siècle)

“An action inspiring remorse even in the most secret solitude”: marital rape in Paris (seventeenth and eighteenth centuries)
Marion Philip
p. 93-117

Résumés

Le crime de viol conjugal, très récemment incriminé par le droit français, n’existe pas sous l’Ancien Régime. La sexualité conjugale est définie par le droit canon et séculier comme un sacrement dont la validité repose sur le principe de l’échange d’un consentement libre. La consommation nuptiale vient confirmer ce consentement initial et ratifie le mariage mais elle impose également aux époux le devoir conjugal. Ainsi, le consentement sexuel inaugural prévaut pour l’ensemble de la vie maritale, empêchant en théorie toute évocation de viol conjugal. L’absence d’incrimination spécifique des violences sexuelles entre époux n’empêche pourtant pas leur poursuite judiciaire par des voies détournées. Par la mobilisation d’un corpus d’affaires matrimoniales variées entre 1600 et 1750 (requêtes de séparation d’habitation, de nullité de mariage pour impuissance sexuelle ou de mariage forcé), cette enquête permet d’accéder à de rares témoignages et expériences féminines de ces violences, de mieux comprendre ce qui était considéré comme violent dans la sexualité conjugale et de réfléchir à ce que ces comportements et leur répression disent de l’ordre de genre patriarcal.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

La nuit de noces
Forcer la consommation
Une résistance peu audible ?
Violences et séparations
Des sévices sexuels « énormes » qu’on ne peut que taire
Profaner le mariage : des corps et des âmes possédés et abimés
Violences, impuissance et domination

Aperçu du texte

Le viol conjugal est un tout jeune crime au regard de l’histoire du droit pénal français. Faire une histoire criminelle du viol conjugal aux xviie et xviiie siècles semble donc être une entreprise irréalisable voire anachronique. D’abord, parce qu’en raison de l’inexistence de son incrimination, cette violence n’a a priori laissé aucune trace dans la pratique judiciaire. Ensuite, parce qu’il pourrait ne pas sembler pertinent d’étudier une notion que les mentalités contemporaines ignoraient. Pourtant, l’absence de reconnaissance juridique d’une violence ne signifie pas qu’elle n’ait eu aucune réalité sociale, ni que les contemporains n’aient eu aucune sensibilité à son égard, ni non plus qu’ils ne lui aient accordé aucune reconnaissance culturelle et sociale.

Cette enquête se fonde sur l’hypothèse qu’il faut parfois dépasser les frontières définies par le droit au sein des archives judiciaires d’Ancien Régime, pour appréhender des objets historiques encore inexplorés. Des sensibilité...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marion Philip, « « Une action dont on rougit mesme dans les solitudes les plus secrètes » : enquête sur les violences sexuelles conjugales (Paris, xviie-xviiie siècle) », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 52 | 2020, 52 | 2020, 93-117.

Référence électronique

Marion Philip, « « Une action dont on rougit mesme dans les solitudes les plus secrètes » : enquête sur les violences sexuelles conjugales (Paris, xviie-xviiie siècle) », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 52 | 2020, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 17 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/clio/18991 ; DOI : https://doi.org/10.4000/clio.18991

Haut de page

Auteur

Marion Philip

Marion Philip est professeure agrégée d’histoire, doctorante à l’université de Sorbonne Université en co-direction avec l’Ehess, sous la direction de Sylvie Steinberg et François-Joseph Ruggiu. Ses recherches doctorales portent sur l’histoire de la sexualité et des masculinités entre 1600 et 1750 qu’elle aborde à travers un corpus composé d’archives judiciaires ecclésiastiques et séculières, de traités moraux, médicaux ou juridiques, d’iconographie et de recueils de proverbes et de chansons. marion.philip2[at]gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search