Navigation – Plan du site

AccueilNuméros53DossierLe genre des « Biệt Động », com...

Dossier

Le genre des « Biệt Động », commandos urbains de la guerre civile révolutionnaire (1945-1975)

The gender of the “Biệt Động”, urban commandos in the revolutionary civil war, Vietnam (1945-1975)
El género de los « Biệt Động », comandos urbanos de la guerra civil revolucionaria (1945-1975)
François Guillemot
p. 47-70

Résumés

Dans l’historiographie vietnamienne des années 1990, apparaît le terme « nữ », désignant le genre féminin pour souligner l’engagement spécifique des femmes dans la guerre, à l’égale de celui des hommes, voire au-delà de celui des hommes dans une facture d’héroïsation. À partir de nouveaux corpus d’histoire orale des combattantes et combattants clandestins dits des « Commandos de Saigon », l’article interroge les tensions de l’écriture d’une histoire des femmes en temps de guerre. En effet, penser le genre de l’indépendance, attentif aux mécanismes des dominations masculines, aide à construire une histoire de la guerre plus proche des réalités sociales, moins hagiographique.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

« Biệt Động » sources et concept : vers de nouvelles narrations genrées ?
Irrégulières de la Première guerre d’Indochine : aux origines du sacrifice volontaire
Irrégulières dans la « lutte anti-américaine de salut national » : continuer et amplifier la résistance
Le « Biệt Động » d’après-guerre, dépasser la construction d’une mythologie populaire

Aperçu du texte

Vivre éternellement avec la capitale

Vivre éternellement avec la capitale

© 1991, Club des Traditions militaires de Hồ Chí Minh-Ville.

La guerre au Viêt-Nam a été longue et fratricide. Entre 1945, date de la révolution indépendantiste et 1989, date du retrait des forces vietnamiennes du Cambodge, le pays a traversé trois guerres majeures. La première, menée contre la France entre septembre 1945 et juillet 1954, est une guerre d’indépendance pour se libérer du joug colonial. La seconde est explicitement un « front chaud » de la Guerre froide, un conflit international qui dépasse les enjeux de libération nationale. La troisième, élargie à la péninsule Indochinoise entre trois États communistes découle de l’interventionnisme du Viêt-Nam au Cambodge. À chaque fois, mais surtout pour la première et la seconde, dont les buts ultimes restaient la réunification du territoire et de l’instauration du pouvoir révolutionnaire, le conflit fut doublé d’une guerre civile extrêmement meurtrière qui a lais...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Guillemot, « Le genre des « Biệt Động », commandos urbains de la guerre civile révolutionnaire (1945-1975) »Clio. Femmes, Genre, Histoire, 53 | 2021, 47-70.

Référence électronique

François Guillemot, « Le genre des « Biệt Động », commandos urbains de la guerre civile révolutionnaire (1945-1975) »Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 53 | 2021, mis en ligne le 02 janvier 2024, consulté le 26 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/clio/19549 ; DOI : https://doi.org/10.4000/clio.19549

Haut de page

Auteur

François Guillemot

François Guillemot est historien, ingénieur de recherche au CNRS, en charge de la documentation sur le Viêt-Nam et l’Asie du Sud-Est à l’Institut d’Asie orientale (IAO, CNRS, UMR 5062), École normale supérieure de Lyon. Auteur de plusieurs ouvrages sur le Viêt-Nam contemporain dont Viêt Nam, fractures d’une nation. Une histoire contemporaine de 1858 à nos jours (Paris, La Découverte, 2018) et Des Vietnamiennes dans la guerre civile, 1945-1975. L’autre moitié de la guerre (Paris, Les Indes savantes, 2014). Il mène des recherches sur la guerre civile vietnamienne, les mouvements nationalistes, le genre pendant la guerre du Viêt Nam. Il anime trois carnets de recherche sur Hypotheses.org : « Guérillera » (http://guerillera.hypotheses.org/) dédié à la problématique des femmes et de la guerre dans une perspective transnationale, « Mémoires d’Indochine » (https://indomemoires.hypotheses.org/) en accompagnement de son séminaire à l’ENS de Lyon et « Indochina Sources » (https://indosources.hypotheses.org/), dédié aux ressources en SHS sur la péninsule indochinoise. francois.guillemot[at]ens-lyon.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Belin
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search