Navigation – Plan du site

AccueilNuméros53DossierDe l’anticolonialisme aux droits ...

Dossier

De l’anticolonialisme aux droits des femmes algériennes. Les vies de Simone Ben Amara (1924-2011)

From anticolonialism to the rights of Algerian women. The lives of Simone Ben Amara (1924-2011)
Del anticolonialismo a los derechos de las mujeres argelinas. Las vidas de Simone Ben Amara (1924-2011)
Pierre-Jean Le Foll-Luciani
p. 101-126

Résumés

Née en Algérie coloniale en 1924 et décédée à Paris en 2011, Simone Ben Amara semble avoir vécu plusieurs existences, au cours desquelles furent bousculées ses assignations et ses appartenances de classe, de genre et de « race ». Fille de colons, elle devint anticolonialiste et marxiste. Juive d’Algérie et citoyenne française, elle fit le choix de se considérer comme une Algérienne et lutta pour l’indépendance nationale. Élevée dans une féminité normative, elle devint une avocate féministe, spécialisée dans le droit musulman en Algérie indépendante. À travers ses archives privées, on verra que sa trajectoire questionne la possibilité d’identités dissonantes en Algérie coloniale et ouvre des perspectives originales sur l’histoire des femmes en Algérie indépendante.

Haut de page

Texte intégral

1De sa naissance à Sidi Bel Abbès en Algérie coloniale en 1924 à son décès à Paris en 2011, Simone Ben Amara-Bouaziz semble avoir vécu plusieurs existences, symbolisées chacune par l’usage d’un patronyme ou d’un pseudonyme différent. Elle fut d’abord Simone Ben Amara, quatrième fille d’un couple de colons dont l’enfance privilégiée et les études brillantes furent percutées par les lois antijuives de Vichy et par la tuberculose. En 1946, elle devint pour une année Simone Dony, journaliste au quotidien de gauche Oran Républicain, pour lequel elle assura une rubrique destinée aux femmes tout en couvrant des événements culturels et politiques locaux. Entrée au barreau d’Oran en 1952 et mariée avec son confrère Paul Bouaziz en 1953, elle fut dès lors connue comme Simone Ben Amara-Bouaziz, une avocate engagée dans la défense des militants anticolonialistes. La guerre d’indépendance, la contraignant à la clandestinité et à l’exil, la conduira jusqu’à Prague, où elle fut de 1957 à 1962 permanente de la Fédération syndicale mondiale sous l’identité de Simone Dupont, tout en publiant dans la presse soviétique sous le pseudonyme de Semha El Ouharania. Redevenue Simone Ben Amara-Bouaziz à l’indépendance, elle revint à Oran où elle se spécialisa dans la défense des femmes dans les affaires matrimoniales. Installée à Paris en 1968, elle reprit des études d’arabe et de droit à l’âge de 45 ans et prépara une thèse sur le mariage en Algérie, avant de retrouver son activité d’avocate et de se spécialiser dans la défense des salariés.

2Cette trajectoire singulière s’est construite dans des périodes de bouillonnement politique : le Front populaire, la Seconde Guerre mondiale, la guerre d’indépendance algérienne, la construction de l’Algérie indépendante et les années 1968. Ces périodes, qui furent pour elle des moments d’ouverture des possibles, furent marquées par des transformations individuelles et des tensions identitaires qui, sans être nécessairement vécues comme telles, ont bousculé ses assignations et ses appartenances de classe, de genre et de « race ». C’est ainsi que la fille de colons devint anticolonialiste et marxiste, que la jeune femme élevée dans une féminité normative devint une avocate féministe, ou que la citoyenne française et juive d’Algérie fit le choix de se considérer comme une Algérienne, qui plus est spécialiste du droit musulman.

  • 1 Je remercie chaleureusement Paul, Irène et Pierre Bouaziz de m’avoir ouvert les archives et le (...)

3C’est à travers les archives de sa famille que son parcours algérien, qui court de 1924 à 1968, sera ici analysé1. Constituées de documents privés et de dossiers liés à ses activités politiques, professionnelles et universitaires, ces sources familiales permettent de porter un regard original, mêlant l’intime au politique, sur plusieurs processus individuels et collectifs qui ont marqué le xxe siècle algérien. Alors que sa jeunesse et ses années d’engagement anticolonialiste permettent de questionner les possibles de constructions identitaires dissonantes en Algérie coloniale, son travail d’avocate et de doctorante en droit offre des perspectives inédites sur l’histoire des femmes en Algérie indépendante.

Une fille de colons juifs. Entre intégration coloniale et exclusion raciale

  • 2 Valensi 2016.

4La trajectoire familiale et la jeunesse de Simone Ben Amara témoignent de la tension entre rapports de classe et de « race » en Algérie colonisée. Grands propriétaires terriens, les Ben Amara sont membres de l’aristocratie coloniale. Ses aïeux juifs maghrébins ont bénéficié des politiques d’octroi de la citoyenneté française, et sa famille se trouve dans une situation de supériorité juridique par rapport aux colonisés musulmans. Mais les Ben Amara n’en restent pas moins juifs, et évoluent de ce fait en marge du groupe des citoyens français d’Algérie, lui-même divisé et hiérarchisé selon des critères raciaux2.

  • 3 Les données factuelles qui suivent proviennent des registres militaires et des actes d’état ci (...)

5La famille de Simone Ben Amara présente plusieurs particularités3. La première réside dans la diversité de ses racines, qui témoigne des mobilités juives du xixe siècle entre le Maghreb et l’Europe et à l’intérieur de ces deux espaces. Sa grand-mère maternelle, Rosa Dreyfus, quitte l’Alsace avec ses parents après l’annexion allemande de 1871. Elle se marie en France en 1883 au libraire Hippolyte Alexandre. Ce dernier, né à Oran, est le fils d’une juive « indigène », dont la famille a acquis la citoyenneté française par le décret Crémieux de 1870, et d’un père immigré de Sarre naturalisé français en 1877. Installé en Algérie, le couple a cinq enfants dont Paule, la mère de Simone, née en 1895. Du côté paternel, l’arrière-grand-père de Simone, juif maghrébin résidant à Gibraltar avec la nationalité anglaise, s’installe comme commerçant en Algérie dans les années 1850 et y épouse une juive « indigène ». Leur fils Moïse Ben Amara, le grand-père de Simone, épouse en 1886 Beida Bendjo, native du Maroc. Naturalisé français en 1891, Moïse achète des terres viticoles et fait construire une demeure dans le village de colonisation de Parmentier, à proximité de Sidi Bel Abbès. Né en 1888, leur fils Charles – le père de Simone – reprend le domaine avec ses frères et l’étend en 1930 à la ferme de l’Oasis d’Arcole, propriété de 230 hectares à proximité d’Oran.

  • 4 Dans les années 1950, à peine 1% des actifs juifs d’Algérie travaillent dans l’agriculture, co (...)
  • 5 Sur l’articulation entre rapports de classe, de genre et de « race » dans les relations entre (...)

6Les Ben Amara font ainsi partie des rares familles de colons juifs, la propriété terrienne étant quasi nulle chez les juifs d’Algérie avant comme après la conquête française4. Reflet des bouleversements des rapports de domination induits par la colonisation – avant laquelle les juifs, même fortunés, occupaient une place subalterne dans l’ordre social symbolique par rapport aux musulmans –, les domestiques, les employés et les ouvriers des Ben Amara sont majoritairement des musulmans, marocains ou algériens. La correspondance, les photographies et les mémoires de la famille témoignent des ambiguïtés de ces rapports d’employeurs à employés. Il en ressort l’image d’une certaine proximité, d’une convivialité voire de liens affectifs entretenus par la bienveillance paternaliste de Charles, qui encourage ses employés à scolariser leurs enfants et leur offre de la nourriture lors de fêtes musulmanes. La domination des uns sur les autres n’en est pas moins évidente. Une photographie prise en septembre 1934 sur le domaine de l’Oasis représente des membres de la famille et des domestiques s’affairant ensemble à la préparation d’un couscous, qu’ils partageront avec des moutons grillés fournis par le propriétaire du domaine. Mais au centre du cadre, un arbre à la présence fortuite semble fixer l’ordre social et racial en délimitant l’espace et les attitudes des uns et des autres : tandis que les Ben Amara sont majoritairement inactifs et sourient à l’objectif, les employés se détournent du photographe et/ou conservent la posture corporelle de domestiques au travail. Dans la société musulmane environnante, cette remise en cause de l’ordre symbolique et matériel ancien ne va pas sans tensions : il arrive au gardien d’origine sahraouie du domaine des Ben Amara d’être qualifié de « chien du juif » par de jeunes musulmans d’Arcole, notamment lors des périodes de tensions en Palestine. La famille transgresse par ailleurs les interdits tacites de la nomenclature raciale de la société française d’Algérie – dans laquelle les juifs, même aisés, sont situés en bas de l’échelle – en employant, y compris comme domestiques, des Européens d’Algérie d’origines espagnole et française5.

Photo 1. Ferme de l’Oasis, Arcole, septembre 1934.

Photo 1. Ferme de l’Oasis, Arcole, septembre 1934.

Des membres de la famille Ben Amara et leurs domestiques autour de la préparation d’un couscous. À droite du cadre, habillés en blanc, Simone, son jeune frère (coiffé d’un casque colonial) et ses trois sœurs aînées (archives familiales des Bouaziz-Ben Amara).

7Dans l’entre-deux-guerres, Simone, ses trois sœurs ainées et son jeune frère grandissent dans une famille privilégiée. Les enfants poursuivent des études secondaires à Sidi Bel Abbès puis Oran – où ils résident durant les périodes scolaires –, et passent leurs vacances sur le domaine agricole, où les filles montent à cheval et où la mère reçoit la bonne société juive dans son intérieur bourgeois. Ils se rendent en outre régulièrement en France, d’où ils rapportent des vêtements à la mode et où Simone et son frère suivront des études supérieures. Français, les parents le sont par la citoyenneté, par les origines alsaciennes de Paule (que sa fille aînée décrit comme particulièrement « cocardière »), par l’accomplissement des devoirs militaires (Charles a fait la Grande Guerre dans des unités de cavalerie de l’armée d’Afrique), et par les goûts musicaux, littéraires ou culinaires. S’ils sont peu religieux, la judéité demeure structurante dans leurs sociabilités : ils sont spécialisés dans le vin casher et leurs clients locaux et internationaux sont des juifs, de même que les proches de la famille et les prétendants des filles, considérées comme de bons partis. D’origine maghrébine, les Ben Amara participent aussi à des sociabilités « indigènes » communes aux musulmans et aux juifs, en se rendant à la fête du Rab de Tlemcen, « saint » juif vénéré par des musulmans, ou, pour les femmes, au hammam. Un lien mémoriel est en outre entretenu avec l’Andalousie musulmane par Messaouda Fortunée Soussi, seconde épouse du père de Charles, qui transmet aux petits-enfants des chansons et des contes andalous.

  • 6 Sur les ressorts et les spécificités de l’antisémitisme en Algérie coloniale, voir Dermenjian (...)
  • 7 Sur la période de Vichy en Algérie, voir Cantier 2002.
  • 8 Lettre d’un soldat anglais à Simone Ben Amara, 26 octobre 1946. Son premier album contient de (...)
  • 9 Entrée au journal comme rédactrice stagiaire en décembre 1946, elle en est licenciée un an plu (...)

8Plusieurs éléments viennent assombrir l’enfance heureuse de Simone. Le premier, d’ordre personnel, est le décès de son père en 1934, alors qu’elle est âgée de dix ans. Le second, d’ordre sociopolitique, est la force de l’antisémitisme colonial6. Ce racisme, qui joue sans aucun doute un rôle dans la politisation de la jeune femme, se manifeste à l’époque du Front populaire par des violences verbales et physiques exercées contre sa famille par des Européens d’Algérie. Il prend une autre ampleur sous Vichy7. Soumise au statut des juifs en octobre 1940, la famille subit les lois raciales : le domaine agricole est menacé de mise sous séquestre par « aryanisation » en 1942, un oncle de Simone, franc-maçon et socialiste, est interné, un beau-frère avocat est interdit d’exercer. Âgée de 17 ans lors du numerus clausus scolaire de 1941, Simone échappe à l’exclusion du fait des décorations militaires de son père mais, solidaire de ses camarades juives exclues, elle choisit de quitter le lycée. La famille vit donc comme une libération le débarquement anglo-américain du 8 novembre 1942, à la suite duquel elle voit s’installer dans son domaine les troupes alliées. En dépit de privations et comme en témoigne le premier album de photographies de Simone, empli de sorties à la plage entre filles et garçons, ces mois sont des moments d’euphorie, égayés par les flirts de Simone avec des soldats – dont au moins un souhaite l’épouser8 – et ponctués par un bal organisé en l’honneur de sa famille par l’armée américaine. Titulaire du baccalauréat en 1944, Simone hésite entre études et vie active : après quelques mois à la faculté de droit d’Alger, elle étudie les arts et la mode et se fait embaucher fin 1946 au quotidien Oran Républicain9. Tombée gravement malade en décembre 1947, elle doit toutefois rejoindre la France.

Photo 2. Ferme de l’Oasis, Arcole, 1944.

Photo 2. Ferme de l’Oasis, Arcole, 1944.

Bal donné par l’armée américaine en l’honneur de la famille Ben Amara. Assises, de gauche à droite : Simone (troisième) et sa mère Paule (sixième) (archives familiales des Bouaziz-Ben Amara).

Une fille et sa mère. Entre féminité normative et dissonance de genre

  • 10 Lettre de Simone Ben Amara à Paule Alexandre (veuve Ben Amara), début 1949.

9Le départ de Simone Ben Amara pour la France résulte de la nécessité de soigner sa tuberculose, qui entraînera une lobectomie. Mais il lui permet aussi de suivre des études de droit hors de l’université d’Alger, dont l’ambiance ne lui convenait pas, même si elle hésite jusqu’en 1949 avec les sciences politiques, les lettres, l’art et la mode10. De janvier 1948 au printemps 1952, ces quatre années passées entre le sanatorium et la faculté de Grenoble ont laissé une correspondance entre Simone et sa mère, Paule. Ces lettres, remplies d’humour et de tendresse, témoignent avant tout de la grande affection qui unit les deux femmes, ainsi que de la confiance qu’elles s’accordent mutuellement, chacune étant pour l’autre une confidente et une conseillère. Mais ces lettres donnent aussi une idée de l’univers de la jeune femme, de son rapport au monde et de ses représentations de soi, des autres et de son avenir.

  • 11 Dérivé de l’arabe, ce terme est utilisé par les Français d’Algérie pour désigner avec une conn (...)
  • 12 Lettres de Simone à Paule, 1er et 4 février 1948.
  • 13 Lettre de Simone à Paule, 30 mars 1951.
  • 14 Lettre de Simone à Paule, 31 mai 1948.
  • 15 ANOM, Fonds ministériel, 81 F 1032 : courrier du gouverneur général Edmond Naegelen au ministr (...)
  • 16 Le Foll-Luciani 2012.

10Dès son arrivée à Lyon, Simone s’amuse à dresser un portrait acerbe des Français de métropole, qu’elle nomme les « Francaoui »11, en soulignant les différences de type physique, de climat, d’architecture, d’ambiance ou de nourriture entre « ce pays » et « le sien », toutes au désavantage de la métropole12. Travaillée durant l’ensemble de son séjour par le mal du pays et la volonté de vivre à Oran, elle prend soin après trois années passées en France de se défendre de n’être « pas devenue si frankaoui que ça »13. Le portrait sarcastique qu’elle dresse de « ce tombeau de pays »14 qu’est la métropole pourrait se retrouver chez ses contemporains « pieds-noirs ». Mais derrière ce tableau convenu apparaît au fil des mois un élément propre à l’expérience des juifs mais aussi des musulmans d’Algérie. Dans les familles juives comme musulmanes, les « bons Français » de métropole sont souvent survalorisés car, à l’opposé des « mauvais Français » d’Algérie, ils seraient indifférents aux « races ». Couplé au prestige des universités métropolitaines, le climat raciste de l’université d’Alger pousse ainsi dans l’après-guerre plusieurs centaines d’étudiants musulmans et juifs à s’exiler vers une France perçue comme « plus libérale et plus accueillante »15 à leur égard que la société française d’Algérie. Mais pour nombre de ces étudiants, l’exil remet en cause ce mythe de la « bonne France », déjà ébranlé, chez les juifs, par l’expérience toute récente de Vichy16. Chez Simone Ben Amara, sympathisante communiste, cette déception d’ordre politique se caractérise par l’emploi récurrent d’un terme pour désigner les Français de métropole : « fascistes ». À peine installée au sanatorium de Hauteville, elle écrit :

  • 17 Lettre de Simone à Paule, 11 février 1948.

[…] je ne discute pas politique parce que tout le monde ici est fasciste… Pourquoi se donner du mal. Je suis la seule Judaïque17.

  • 18 Lettre de Simone à Paule, 21 avril 1948 (sic).

[…] ils sont trop anti-juifs ici ; je t’assure ; on sent leur animosité ; dire qu’on disait que les français ne s’en préoccupait même pas18.

  • 19 Lettre de Simone à Paule, 5 février [1950 ?].

11Deux ans plus tard, elle évoque de même ses hôtes et colocataires d’une pension de Grenoble comme « gentils, mais genre fascistes »19.

  • 20 Idem.
  • 21 Lettre de Simone à Paule, 2 janvier 1951.

12Au-delà du caractère réactif face à l’antisémitisme, ces lettres indiquent combien la judéité est une donnée importante pour Simone et sa mère. L’entre-soi communautaire, caractéristique des sociabilités en Algérie, ressort nettement de leur correspondance : les patronymes d’amis ou de connaissances sont très majoritairement juifs, et les seuls musulmans évoqués sont les domestiques. En métropole aussi, Simone fréquente des juifs maghrébins, dont un l’invite à un « bal juif » à Grenoble20, et elle mentionne à sa mère la judéité de personnes qu’elle rencontre. La plupart de ses flirts ou prétendants sont juifs et, évoquant son célibat, elle prend soin de préciser : « quant à épouser un francaoui quelconque, il ne faut pas y penser non plus »21. Toutefois, elle ne fait pas de cet entre-soi un horizon indépassable. Alors que ses sœurs et elle sont ou seront mariées à des juifs d’Algérie, elle s’élève contre sa mère qui réprouve la relation de son unique fils avec une métropolitaine non juive :

  • 22 Lettre de Simone à Paule, 27 novembre 1950.

C’est ridicule de croire que les races nous séparent encore, surtout quand les religions ne sèment plus la haine entre les gens. Alors, Loupette, deviendrais-tu bigote ?22.

13La correspondance entre Simone et sa mère témoigne aussi d’une complicité de genre. La féminité que la jeune femme y déploie oscille entre les canons normatifs de son époque et une forme de dissidence relativement encouragée par sa mère. Le volet normatif fait écho à son travail de journaliste à Oran Républicain en 1947. Animatrice de la rubrique « La femme », clairement adressée à une bourgeoisie française d’Algérie aveugle aux questions budgétaires et à l’affût des tendances venues des pays occidentaux, elle y donnait des conseils pour suivre la mode, coudre, se coiffer, se maquiller, soigner sa peau, cuisiner, recevoir et élever ses enfants. Elle faisait en outre l’éloge d’une école de filles destinée surtout aux musulmanes et combinant des cours classiques – qui feraient sortir les écolières de « l’atavisme » – et un enseignement ménager – qui ferait d’elles des « femmes accomplies ». Plaidant pour la scolarisation de toutes les filles d’Algérie, elle déplorait le fait que dans les écoles classiques,

  • 23 Simone Dony, « L’ancienne école des tapis est devenue un établissement modèle », Oran Républic (...)

[…] la même instruction soit donnée aux filles et aux garçons. […] Les programmes d’aujourd’hui produisent des intellectuelles qui oublient d’être femmes… ou des filles qui ne savent être ni femmes, ni intellectuelles. Il faut apprendre le “métier” de femme. Il est aussi nécessaire d’apprendre à faire la cuisine ou à élever un marmot que d’apprendre à lire23.

  • 24 Lettre de Simone à Paule, 21 avril 1948.
  • 25 Lettre de Simone à Paule, 9 juin 1951.

14Sa correspondance indique que ces propos normatifs reflètent des opinions et des goûts personnels, partagés avec sa mère. Simone, qui participait à Oran à des défilés de mode, s’y montre très attentive à son apparence physique, entretenant régulièrement sa mère de son poids, de sa coiffure et de ses vêtements, et elle lui confie son désir de maternité. Mais il s’agit aussi à travers cette insistance de rassurer sa mère sur son état de santé et sur son moral, ou encore de l’amuser, comme lorsqu’elle évoque à la suite d’une prise de poids sa « grosse figure de paysanne »24 ou blague sur l’apparence de « pin-up » de sa mère ou d’elle-même25.

  • 26 Lettre de Paule à Simone, [1952 ?].
  • 27 Ben Amara 2000 : 116-118.
  • 28 Lettres de Simone à Paule, 10 novembre 1951, et de Paule à Simone, 15 janvier 1952.
  • 29 Lettre de Paule à Simone, [1952 ?].

15Mais la complicité de genre des deux femmes prend aussi des chemins moins orthodoxes. C’est en effet avec la bénédiction de sa mère, qui la nomme avec humour « ma fille “la petite” »26, que Simone a pu suivre une voie différente de ses sœurs. Pour répondre au souhait de sa mère de « placer » ses filles dans de bonnes familles, l’aînée, Helyett, avait à son grand désespoir été mariée à 18 ans à un avocat juif qu’elle ne connaissait pas27. À l’inverse, Paule accepte que Simone, âgée de 23 ans, se lance dans des études longues en métropole. Malgré les prescriptions médicales, elle l’encourage en outre à travailler et, plus encore, à exercer un emploi qui lui plaît, et sollicite en ce sens des conseils et des stages dans son entourage en Algérie28. Certes, Paule formule le souhait de voir Simone « heureuse et bien mariée »29, et tente à plusieurs reprises de lui suggérer un mari. Mais cette pression semble très relative, et fait l’objet de discussions franches entre les deux femmes :

  • 30 Lettre de Simone à Paule, 2 janvier 1951.

Pourquoi tiens-tu à me marier toujours ? Je t’assure que ça viendra bien tout seul. Il ne faut pas gâcher toutes mes amitiés, toutes mes camaraderies avec cette histoire30.

  • 31 Lettre de Simone à Paule, 25 février 1952.

16Le rapport aux hommes revient régulièrement dans leur correspondance. Simone évoque librement ses attirances et ses flirts – ce « dérivatif puissant et sans danger »31 –, et confie à sa mère ses peines amoureuses. À la suite d’une rupture, elle écrit :

  • 32 Lettre de Simone à Paule, 9-10 décembre 1949.

Il paraît que je referais ma vie !… sûrement pas avec un homme. Deux mauvaises expériences m’ont guérie à tout jamais de l’amour… […] Décidément je hais les hommes. Je hais les lâches… J’en ai marre d’ailleurs de toutes ces saloperies, ces hypocrisies, ces mensonges. Je joue franc jeu, moi32.

17Liés à une déception sentimentale, ces propos ne peuvent être assimilés à une révolte contre l’oppression de genre. Il en va autrement d’une autre lettre, dans laquelle Simone décrit la vie grenobloise :

  • 33 Lettre de Simone à Paule, 9 juin 1951.

Je ne peux plus supporter cette ambiance, ces types dégénérés, toujours là à te déshabiller du regard. Je les déteste, ils me sont insupportables. Remarque bien que c’est une révolte passive. Tout ce qu’il y a de passif… je plane au-dessus de tous33.

  • 34 Lettre de Simone à Paule, 2 janvier 1951.
  • 35 Récit inédit de Paul Bouaziz.
  • 36 Télégramme de Simone Ben Amara à Paul Bouaziz, 4 août 1953. Le télégramme de Paul Bouaziz, env (...)

18Ailleurs, elle affirme qu’il lui faudrait sans doute « un homme d’un autre temps »34, sous-entendant que ses contemporains sont peu adaptés à ses attentes – celles d’une femme qui, selon les propos de son mari Paul Bouaziz, était « très moderne, [et] menait la vie qu’elle voulait avec qui elle voulait »35. Sa réponse humoristique à la demande en mariage de Paul Bouaziz en août 1953 en témoigne : « Accepte tout cœur dépose cahier revendications. Affection. Simone »36.

  • 37 Lettre de Simone à Paule, 10 juin 1948.
  • 38 Lettre de Paule à Simone, 1er décembre 1949.
  • 39 Lettre de Simone à Paule, 9 janvier 1950.

19Son esprit libre et ses « airs […] de vouloir tout casser »37 semblent certes inquiéter sa mère, qui la prie parfois de ne pas « [parler] de politique »38 en société. Mais la jeune femme n’hésite pas à lui raconter son altercation verbale à la faculté de droit de Grenoble avec « un espèce de petit fasciste »39 – dont elle se félicite qu’il ait eu peur d’elle – et, de manière générale, à partager avec elle les manifestations d’une féminité quelque peu hétérodoxe.

Une Algérienne clandestine. Avocate et militante dans la guerre d’indépendance (1954-1962)

  • 40 Extrait du registre des délibérations de l’ordre des avocats du barreau d’Oran, 24 mai 1952.

20Les années 1952-1954 marquent un tournant dans la vie de Simone Ben Amara. De retour à Oran où elle devient avocate en mai 195240, elle se marie à son confrère Paul Bouaziz en octobre 1953, peu après le décès de sa mère. Malgré les mises en garde des médecins suite à sa lobectomie, elle donne naissance à son premier enfant, Irène, en septembre 1954, selon les méthodes de l’accouchement sans douleur, tout juste importées d’URSS par le gynécologue communiste Jean-Marie Larribère. Deux mois plus tard, ces bouleversements personnels sont percutés par les bouleversements politiques : l’insurrection algérienne éclate en novembre.

  • 41 Les articles qu’elle a publiés dans Oran Républicain de décembre 1946 à mai 1947 ont été compi (...)
  • 42 Sur l’histoire du PCA et son rôle dans la guerre d’Indépendance, voir Drew 2014.

21Sympathisante communiste, Simone Ben Amara, exilée plus de quatre ans en métropole, n’a pas à proprement parler milité en Algérie avant l’insurrection. En 1947, son expérience de journaliste à Oran Républicain l’a mise en contact avec les milieux socialistes et communistes de la ville, mais pas avec les nationalistes, et aucun de ses articles n’évoquait la question coloniale41. Adhérente au parti communiste français (PCF) à Grenoble, elle a toutefois fréquenté à la faculté de droit des étudiants algériens musulmans politisés, parmi lesquels Mohammed Bedjaoui et Abdallah Hadj Slimane. Pour sa part, son mari Paul Bouaziz, militant actif du parti communiste algérien (PCA), est lié à des nationalistes42.

Photo 3. Paris, septembre 1956.

Photo 3. Paris, septembre 1956.

Simone Ben Amara et Paul Bouaziz, quelques jours avant leur passage à la clandestinité (archives familiales des Bouaziz-Ben Amara).

  • 43 Le premier, membre du Mouvement national algérien (MNA), sera assassiné par le Front de libéra (...)
  • 44   Dépôt central des archives de la justice militaire (DCAJM), affaire des Combattants de la libé (...)
  • 45 DCAJM, affaire du réseau des bombes de la Zone autonome d’Alger, 1956-1957 : note de la Sûreté (...)
  • 46 Les autres avocates anticolonialistes – souvent d’origine juive – viennent toutes des barreaux (...)

22En 1955-1956, le couple bascule à divers titres dans le soutien à la lutte d’indépendance. Par son activité professionnelle, d’abord. Alors qu’ils sont collaborateurs d’un cabinet spécialisé dans le droit du logement, Simone et Paul font face à la pénurie d’avocats anticolonialistes au sein du barreau d’Oran, et se partagent la défense d’inculpés communistes et nationalistes avec Mohamed Belbegra et Auguste Thuveny43. Cette activité n’échappe pas à la police, qui prétend que leur clientèle est « principalement française-musulmane », qu’ils ne s’occupent « que des affaires terroristes »44 et qu’ils assistent à « tous les procès d’individus poursuivis pour Atteinte à la Sûreté de l’État, négligeant les autres affaires »45. Parmi l’ensemble des avocats anticolonialistes d’Algérie, Simone Ben Amara est l’unique femme46. Sa seule présence bouscule les rapports de genre et de « race » :

  • 47 Entretien de l’auteur avec Paul Bouaziz, 12 mars 2007.

Les premiers messalistes qui ont vu arriver ma femme pour les défendre, ils ont un peu pâli, et puis ils s’y sont habitués : une femme, juive, défendre un musulman, alors que de surcroît elle était soupçonnée d’être communiste !47

  • 48 Discours prononcé par Dominique de La Garanderie, déjà cité.

23« Il est enfin libéré, il est en prison », déclare-t-elle à propos de ses clients lorsqu’ils sortent des mains de leurs tortionnaires et sont conduits à la prison d’Oran, où elle anime des parloirs collectifs transformés en réunions politiques48.

  • 49 ANOM, préfecture d’Oran, 365 : Manifeste de « Fraternité algérienne. Mouvement pour la paix ».
  • 50 ANOM, préfecture d’Oran, 365 : rapport du commissariat central d’Oran, 24 mai 1956.

24Le second volet de leur soutien à la lutte est l’activité militante légale, rendue très difficile par le contexte répressif. En septembre 1955, dix mois après la dissolution du principal parti nationaliste, le PCA est interdit. En novembre-décembre, des nationalistes, des communistes et des « libéraux » d’Oran décident de constituer une organisation unitaire, Fraternité algérienne. Son manifeste, signé par 198 personnes dont 74 musulmans, revendique un cessez-le-feu, la fin de la répression, et l’ouverture de négociations49. En mai 1956, Simone et Paul font partie des 29 individus – parmi lesquels deux musulmans et quatorze femmes – à être expulsés de leur lieu de réunion, l’entrepôt de tabac du nationaliste Mohamed Benahmed, qui rejoindra le maquis50. Cette opération d’intimidation policière met fin au mouvement.

  • 51 ANOM, préfecture d’Alger, 81 F 759 : Un exemple de l’action clandestine du Parti communiste en (...)

25Le troisième volet est clandestin. Courant 1955, le PCA structure son appareil clandestin, dont une partie est formée de groupes armés. Après l’interdiction du parti, les militants actifs basculent dans la clandestinité, et le Comité central envoie Rachid Dalibey puis Boualem Khalfa prendre en main la direction clandestine du PCA d’Oran. Sollicité, le couple Ben Amara-Bouaziz accepte de les héberger successivement à leur domicile. Simone et Paul entrent chacun de leur côté dans l’action clandestine : Paul sert d’agent de liaison entre le Front de libération nationale (FLN) et le PCA, et avec d’autres femmes – privilégiées pour ce type d’activités –, Simone est chargée de collecter des médicaments pour les maquis51.

  • 52 DCAJM, affaires des Combattants de la libération d’Oran et du réseau des bombes de la Zone aut (...)

26Ces activités prennent fin à l’été 1956. Le 7 septembre, le couple part en vacances en France afin de se reposer et de tenter d’alerter les autorités et l’opinion publique sur la question de la torture. Ils laissent leur fille Irène, âgée de deux ans, à la mère de Paul. Au même moment débute le démantèlement du PCA d’Oran, lors duquel les noms de Simone et Paul apparaissent sous la torture. Interdits de séjour dans le département d’Oran le 18 septembre, ils font l’objet de mandats d’arrêt des tribunaux militaires d’Oran et Alger, qui les condamneront à 20 ans de travaux forcés par contumace52. Le passage à la clandestinité s’impose alors. À partir de la mi-octobre, le couple est caché à Paris chez l’avocate Nicole Dreyfus et dans des familles de militants du PCF. Après la découverte de la seconde grossesse de Simone et son renoncement à un avortement clandestin, les partis communistes français et belge assurent leur exfiltration en Tchécoslovaquie en mai 1957. Débarqués à Prague, ils y resteront cinq années sous les fausses identités d’Ambroise et Simone Dupont. De là, ils pourront récupérer leur fille après un an de séparation, quelques semaines avant la naissance de leur fils Pierre.

  • 53 À titre d’exemples, Simone Ben Amara annote en 1961 un projet de déclaration du secrétariat de (...)

27À Prague se trouve le siège de deux organisations qui accueillent les « Dupont ». La première, la délégation extérieure du PCA, est leur lieu de militantisme, où se retrouvent d’autres militants exfiltrés après un passage au maquis, dans la clandestinité ou en prison. La seconde, la Fédération syndicale mondiale (FSM), est leur lieu de travail, où ils côtoient des syndicalistes du monde entier qu’ils retrouvent aussi en Hongrie, au Maroc, en Ouzbékistan ou en Chine. Tous deux sont considérés par leurs interlocuteurs des pays de l’Est comme des référents sur la question algérienne, voire comme des Algériens53.

  • 54 « Note au camarade Chleboun », 1961.

28Ainsi, Simone est chargée de mettre sur pied le Comité syndical international de solidarité avec les travailleurs et le peuple algériens, officiellement créé au Caire en septembre 1958. Cherchant à fédérer des syndicats de toutes obédiences dans la solidarité concrète avec les syndicalistes algériens et le FLN, ce Comité rencontre des difficultés, liées à la concurrence et aux divergences entre fédérations, mais il organise plusieurs actions, dont une conférence à Casablanca en 196254.

29C’est aussi à Prague que, sous le pseudonyme de « Semha El Ouharania, journaliste algérienne », Simone exalte dans la presse soviétique la lutte d’indépendance d’un point de vue communiste, en insistant sur le rôle des « masses paysannes » et du « prolétariat ». Ce choix d’un prénom arabe, porté par des juives maghrébines avant la francisation et que Simone utilisait dans une lettre à sa mère en 1948, signe une volonté d’ancrage algérien.

Photo 4. Prague, novembre 1961.

Photo 4. Prague, novembre 1961.

Des communistes algériens sortis de la clandestinité, du maquis ou de prison réfugiés auprès de la délégation extérieure du PCA accueillent Henri Alleg, récemment évadé de la prison de Rennes. Assis, de gauche à droite : Tassadit et Larbi Bouhali, André Courounet, Henri Alleg et Simone Ben Amara. Debout : Arlette Bourgel, André Beckouche et Abdelhamid Boudiaf (archives familiales des Bouaziz-Ben Amara).

  • 55 Brouillon d’un article sur les juifs d’Algérie, 1961.
  • 56 Sur les trajectoires des militants anticolonialistes juifs algériens, voir Le Foll-Luciani 201 (...)
  • 57 Lettre de Simone à Paule, 28 février 1948.
  • 58 Courrier de l’Administration de l’enregistrement des domaines et du timbre aux héritiers Ben A (...)

30Dans un article de 1961 sur la situation des juifs d’Algérie, elle relaie d’ailleurs le discours du FLN et du PCA qui, cherchant à rallier des juifs à la lutte d’indépendance, insistent sur leur autochtonie, leur algérianité et le fait qu’ils ont eu à subir le racisme colonial55. S’affirmant Algérienne à l’image de dizaines d’autres juifs qui militent pour l’indépendance56, Simone rompt donc symboliquement avec la nationalité française, et plus encore avec son héritage de fille de colons. « [Les] événements prouvent bien qu’il faut compter sur autre chose que sur une fortune personnelle, même terrienne. Qu’est-ce que tu veux, c’est encore la faute à ces “sales communistes” »57, écrivait-elle à sa mère en 1948 dans une lettre quelque peu prémonitoire. Simone sera en effet condamnée dix ans plus tard par les tribunaux militaires à la mise sous séquestre de sa part de la ferme de l’Oasis58. Elle accompagnera finalement la nationalisation du domaine, déclaré bien vacant par l’État algérien indépendant.

  • 59 Semha El Ouharania, « La révolution algérienne libère la femme », brouillon d’article, 1961.
  • 60 Brouillon d’une lettre à la rédaction de Femmes du monde entier, 28 mars 1958.
  • 61 Pour une contextualisation et une discussion de ces questions, voir Amrane 1991, MacMaster 200 (...)

31C’est enfin à Prague que réapparaissent sous sa plume des textes consacrés aux femmes, désormais abordés sous un angle politique. Dans la continuité d’un courrier envoyé en 1958 à la rédaction du journal de la Fédération démocratique internationale des femmes, elle rédige en 1961 un article intitulé « La révolution algérienne libère la femme »59. Elle y insiste sur la double domination – patriarcale et coloniale – subie par les colonisées, et affirme que le « despotisme » des hommes s’est renforcé en réaction au « colonialisme ». Pour elle, la lutte de « la femme africaine » doit donc être double, « pour l’indépendance nationale et pour sa libération en tant que femme »60. S’appuyant sur des écrits du FLN et du PCA et citant des « héroïnes » de la guerre, elle y insiste sur le nouveau rôle socio-économique et politique des Algériennes dans la lutte anticolonialiste, qui leur assurerait un début d’émancipation61.

Défendre les femmes en Algérie indépendante

  • 62 Laissez-passer pour la famille Bouaziz-Ben Amara délivré par la mission de Prague du Gouvernem (...)
  • 63 Courriers du bâtonnier de l’ordre des avocats d’Oran à Paul Bouaziz et Simone Ben Amara, 8 oct (...)

32Le 13 août 1962, un mois après l’indépendance et six ans après leur départ d’Algérie, Simone, Paul et leurs enfants sont de retour à Oran, où ils sont provisoirement considérés comme des nationaux algériens62. Enthousiasmés par la « révolution algérienne », ils sont déterminés à participer à l’édification d’une Algérie socialiste, et bénéficient de la confiance des nouvelles autorités, constituées de leurs anciens camarades : Paul est nommé adjoint à la mairie provisoire, et Simone décline la proposition d’un poste de directrice d’hôpital. Souhaitant avant tout reprendre leur activité d’avocats, ils se réinscrivent au barreau d’Oran63. Tandis que Paul poursuit dans le droit des assurances, Simone se spécialise dans le droit dit musulman, et plus précisément dans la défense des femmes dans les affaires matrimoniales.

  • 64 En outre, leur fils Pierre, asthmatique, est soigné en France et séparé de ses parents une par (...)
  • 65 Courriers du bâtonnier de l’ordre national des avocats d’Algérie à Paul Bouaziz, 5 novembre 19 (...)
  • 66 Au moment de son inscription, en 1970, l’institution se nomme Centre universitaire des langues (...)
  • 67 Les milliers de pages de notes prises à l’occasion de la préparation de sa thèse et durant les (...)

33Cette activité nous est connue par le travail universitaire entamé par Simone Ben Amara après le départ de sa famille pour la France à l’été 1968. En dépit des années heureuses passées en Algérie indépendante, l’exil s’impose pour des raisons politiques, professionnelles et familiales. L’autoritarisme du régime, accentué par le coup d’État de 1965, pousse nombre de communistes et d’opposants à l’exil, de même que l’exclusivisme arabo-musulman, qui se manifeste par le code de la nationalité de 1963 – à la suite duquel Paul et Simone choisissent de rester des nationaux français – et par une politique d’arabisation qui rend difficile l’exercice de leur profession64. Démissionnaire du barreau d’Oran en 1968-1969, le couple s’installe à Paris tout en continuant quelques années les allers-retours avec Oran65. À son arrivée, Simone, âgée de 44 ans, cesse son activité d’avocate et sombre dans la dépression. Dans le contexte de bouillonnement estudiantin post-68, elle reprend pied par les études et ses rencontres avec de jeunes étudiants français et maghrébins. Inscrite en 1970 à l’Institut national des langues et civilisations orientales, elle y obtient sa licence d’arabe littéral en 197366 et se plonge avec passion dans l’histoire du droit, l’ethnologie et la sociologie de l’Algérie et du monde musulman pour préparer son doctorat de droit à l’université Paris 167.

  • 68 « Méthodologie », vers 1971-1972.
  • 69 En juin 1966, à l’occasion d’une affaire de divorce, elle plaide pour la « constitution d’un É (...)
  • 70 « Le problème de la forme dans le mariage algérien », exposé au CULOV, 1970-1971, 44 p.
  • 71 « Rapport présenté par Madame Bouaziz en vue de l’examen pour être admise en deuxième année de (...)

34Sa thèse, provisoirement intitulée « L’effort législatif et jurisprudentiel algérien en matière de mariage depuis l’indépendance de l’Algérie », est demeurée inachevée, mais sa famille a conservé plusieurs textes de présentation, exposés, projets de plan et extraits de chapitres. La première partie devait être consacrée à l’histoire du mariage dit musulman en Algérie sous souveraineté arabo-berbère, ottomane puis française. La seconde et principale partie, fondée sur ses archives personnelles et celles d’autres avocats et magistrats algériens, se proposait d’analyser le « droit vivant » depuis l’indépendance, c’est-à-dire la jurisprudence en matière de mariage, à travers laquelle elle souhaitait mener une étude sociologique de la famille algérienne. La troisième partie, enfin, devait être consacrée au code de la famille, encore en discussion au début des années 197068. Plusieurs éléments, auxquels elle a été confrontée en tant qu’avocate de 1962 à 1968, retiennent alors particulièrement son attention. Tout d’abord, les difficultés des administrations de l’Algérie coloniale et indépendante à faire se plier les Algériens au formalisme administratif de l’état civil. Bien qu’elle considère cette résistance populaire avec bienveillance, Simone souligne, y compris lors d’audiences judiciaires69, les difficultés juridiques qu’elle entraîne, la preuve de leur mariage étant souvent impossible à produire par les Algériens et demeurant à l’appréciation des juges et agents de l’État70. Elle s’intéresse dès lors aux pratiques des magistrats, dont certains rendent des jugements fondés sur des textes religieux alors que d’autres les ignorent totalement, ce qui l’amène à plaider pour l’établissement d’un code de la famille afin d’harmoniser les pratiques71. Enfin, elle s’intéresse au sort que la législation et la jurisprudence algériennes en matière de mariage font aux femmes, ainsi qu’à la manière dont les femmes algériennes se saisissent du droit.

  • 72 Sur les contradictions qui traversent les sphères politiques et juridiques algériennes quant a (...)
  • 73 « La Femme algérienne et Les Algériennes de Fadila M’Rabet », exposé au CULOV, mai 1971, 69 p.
  • 74 Idem.
  • 75 Christian & Heiniger 2015 : 9. Voir aussi Kott & Thébaud 2015.

35Sur la condition des femmes, Simone Ben Amara épouse le point de vue des secteurs dits progressistes du FLN et du régime, qui souhaitent concilier socialisme et référence à l’islam, comme ils l’ont exprimé dans les chartes de Tripoli (1962) et Alger (1964)72. S’ingéniant à contrer sur leur propre terrain les tendances « traditionnalistes » du FLN, qui se montrent hostiles à l’émancipation des femmes en mobilisant un argumentaire religieux, elle affirme que les « valeurs véritables de l’Islam primitif » ont un contenu émancipateur, et que la « législation islamique » est la « plus féministe » au monde, bien plus favorable aux femmes que la législation française73. Dans un exposé très critique envers les ouvrages de la féministe algérienne Fadila M’Rabet, publiés en 1964 et 1967, elle reproche à cette dernière de faire du patriarcat un phénomène propre à l’islam et à la « mentalité » algérienne, c’est-à-dire un phénomène transhistorique à fondement religieux, culturel et psychologique. Pour elle, cette vision alimente le discours raciste européen et conduit à un fatalisme culturaliste, donc à l’impuissance politique. A contrario, elle voit le patriarcat comme un rapport de domination qui trouve sa source dans le contexte socio-économique et politique de nombreuses sociétés, « musulmanes » ou non, et contre lequel on peut lutter collectivement. Prenant acte du backlash de l’indépendance, caractérisé par une réassignation des femmes à leur rôle dit « traditionnel » après l’ébranlement des rapports de genre dans la lutte d’indépendance, Simone Ben Amara présente cependant une vision optimiste, proche de celle de textes du FLN : dans le contexte « révolutionnaire » de l’Algérie socialiste, la jeunesse se libérerait de plus en plus du patriarcat, et cette émancipation doit être accélérée par des luttes pour l’accès à l’emploi et aux responsabilités politiques. Égalitariste, le type de féminisme qu’elle exprime dans ses travaux peut être qualifié de différentialiste : elle se représente les hommes et les femmes comme des êtres complémentaires, naturalise la fonction maternelle des femmes, n’identifie pas les hommes comme un groupe oppresseur contre lequel il faudrait lutter, et insiste sur la nécessité de la famille comme élément de stabilité de la société74. Son féminisme se rapproche en ce sens de celui des organisations communistes et des régimes socialistes d’Europe, dont le projet n’est « pas fondé sur la subversion des rapports de genre »75.

  • 76 Il s’agit de conclusions de confrères ou d’elle-même en faveur d’une cliente (et plus rarement (...)
  • 77 « La Femme algérienne et Les Algériennes de Fadila M’Rabet », déjà cité.
  • 78 Notes non titrées et non datées. Voir par exemple une requête de Me Simone Ben Amara pour sa c (...)
  • 79 « La Femme algérienne et Les Algériennes de Fadila M’Rabet », déjà cité.

36Son point de vue s’appuie sur son travail d’avocate, accessible à travers les archives des affaires compilées dans le cadre de la préparation de sa thèse, qui fournissent une matière originale pour étudier les rapports de genre en Algérie indépendante76. Ayant défendu des centaines de femmes de toutes conditions sociales, Simone Ben Amara affirme que « la femme algérienne » est « une femme fort pratique »77, en ce sens qu’elle utilise au maximum les possibilités du droit islamique, de la législation et de la jurisprudence pour défendre ses intérêts. Elle ajoute que les magistrats se montrent le plus souvent favorables aux femmes dans des situations aussi diverses que la violence de l’époux, son impuissance sexuelle, ses relations extra-conjugales, son abandon de domicile ou son exigence de ne pas voir sa femme travailler. Contre l’interprétation du mariage comme une « vente » de l’épouse par sa famille, elle souligne l’intérêt de l’institution islamique de la dot, pour la conservation de laquelle ses clientes se battent lors des divorces. La dot est en effet versée par la famille de l’époux à l’épouse – et non à la famille de l’épouse –, et cette dernière bénéficie d’une autonomie financière dans sa gestion patrimoniale. L’avocate affirme aussi que par leurs actions en justice, les femmes ont transformé la répudiation, cet « acte arbitraire préjudiciable à la femme », en un acte purement domestique. Les femmes répudiées saisissent en effet les juges pour défendre leurs droits et, s’appuyant sur la « loi coranique », peuvent obtenir des compensations financières et la reconnaissance du divorce aux torts exclusifs de l’époux78. Enfin, l’avocate affirme que de plus en plus de « frères » et de « cousins » se montrent solidaires des femmes de leur famille, notamment lors des instances en divorce, et que les mariages arrangés tendent à se raréfier ou à être contournés, comme lorsque les époux contractent de manière complice un mariage exigé par leurs familles à l’issue duquel ils s’accordent une vie libre ou divorcent par consentement mutuel79. Rompant avec le portrait d’une femme musulmane soumise, son travail souligne ainsi les capacités d’agir des femmes algériennes de la première décennie de l’indépendance, y compris dans le domaine technique et réputé conservateur du droit matrimonial.

*
**

  • 80 Rancière 2009 : 60, 178, 9.

37Fait de ruptures parfois radicales avec l’ordre social dominant et son maillage identitaire, le parcours algérien de Simone Ben Amara fait d’elle un exemple de ce que Jacques Rancière définit comme les sujets politiques par excellence : « des sujets […] qui ne sont pas des groupes sociaux, des communautés ethniques, des minorités – ou des majorités – diverses, mais des instances polémiques ». Désajustés et comme inadaptés à l’ordre du monde, ces individus viennent rompre par leurs pratiques avec le « système des identifications sociales » dominantes, et sont porteurs – sciemment ou non – de nouveaux noms, de nouvelles relations sociales, de nouvelles identifications, et d’« une possibilité de monde qui se rend perceptible et met en cause l’évidence d’un monde donné »80. C’est ce monde donné, fondé sur une stricte répartition des places de chaque groupe social, racial et sexué, que Simone Ben Amara a mis constamment à l’épreuve. En elle-même, sa trajectoire révèle dès lors le caractère construit de cet ordre du monde, donc les possibilités de sa déstructuration et de son réagencement.

Haut de page

Bibliographie

Amrane Djamila, 1991, Les Femmes algériennes dans la guerre, Paris, Plon.

Ben Amara Helyett, 2000, Il était une fois… Là bas. Algérie, mon pays, comme un feu tu te gaspilles en étincelles, Grenoble, Éditions Alzieu.

Brac de La Perrière Caroline, 1987, Derrière les héros… Les employées musulmanes en service chez les Européens à Alger pendant la guerre d’Algérie. 1954-1962, Paris, L’Harmattan.

Cantier Jacques, 2002, L’Algérie sous le régime de Vichy, Paris, Odile Jacob.

Christian Michel & Alix Heiniger, 2015, « Femmes, genres et communismes » (Éditorial), Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 126, p. 3-13.

Dermenjian Geneviève, 2018, Antijudaïsme et antisémitisme en Algérie coloniale, 1830-1962, Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence.

Drew Allison, 2014, We are no Longer in France: communists in colonial Algeria, Manchester, Manchester University Press.

Kott Sandrine & Françoise Thébaud, 2015, « Le “socialisme réel” à l’épreuve du genre » (Éditorial), Clio. Femmes, Genre, Histoire, 41, p. 7-20.

Le Foll-Luciani Pierre-Jean, 2012, « Des étudiants juifs algériens dans le mouvement national algérien à Paris (1948-1962) », in Frédéric Abécassis, Karima Dirèche & Rita Aouad (dir.), La Bienvenue et l’adieu. Migrants juifs et musulmans au Maghreb, xve-xxe siècle, vol. 2, Ruptures et recompositions, Paris & Casablanca, Karthala / La Croisée des chemins, p. 67-93.

Le Foll-Luciani Pierre-Jean, 2014, « La sortie de guerre de militants juifs algériens et la construction d’une algérianité d’État », in Patrick Harismendy & Vincent Joly (dir.), Algérie, sortie(s) de guerre, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 57-68.

Le Foll-Luciani Pierre-Jean, 2015, Les Juifs algériens dans la lutte anticoloniale. Trajectoires dissidentes (1934-1965), Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Le Foll-Luciani Pierre-Jean, 2016, « “J’aurais aimé être une bombe pour exploser”. Les militantes communistes algériennes entre assignations sexuées et subversions des rôles de genre (1944-1962) », Le Mouvement social, 255, p. 35-55.

MacMaster Neil, 2009, Burning the Veil: the Algerian war and the « emancipation » of Muslim women, 1954-1962, Manchester, Manchester University Press.

Mekaoui-Chebout Nassima, 2020, « Oppressions à l’embauche : chercher un travail comme domestique dans la capitale coloniale à l’aide des petites annonces de L’Écho d’Alger (ca 1914-1945) », Histoire, économie & société, 3, p. 67-83.

Moujoud Nasima, 2012, « Employées “musulmanes” et employeurs “juifs” maghrébins en migration. La singularité de la relation de services domestiques », in Frédéric Abécassis, Karima Dirèche & Rita Aouad (dir.), La Bienvenue et l’adieu. Migrants juifs et musulmans au Maghreb, xve-xxe siècle, vol. 2, Ruptures et recompositions, Paris & Casablanca, Karthala / La Croisée des chemins, p. 229-237.

Rancière Jacques, 2009, Moments politiques. Interventions 1977-2009, Paris, La Fabrique.

Saï Fatima Zohra, 2012, « Quel statut pour les femmes algériennes dans la “post-colonie” ? », in Amar Mohand-Amer & Belkacem Benzenine (dir.), Les Indépendances au Maghreb, Oran, Centre de recherche en anthropologie sociale et culturelle, p. 141-152.

Thénault Sylvie, 2012, « Défendre les nationalistes algériens en lutte pour l’indépendance. La “défense de rupture” en question », Le Mouvement Social, 240, p. 121-135.

Valensi Lucette, 2016, Juifs et musulmans en Algérie, viie-xxe siècle, Paris, Tallandier.

Vince Natalya, 2015, Our Fighting Sisters: nation, memory and gender in Algeria, 1954-2012, Manchester, Manchester University Press.

Haut de page

Notes

1 Je remercie chaleureusement Paul, Irène et Pierre Bouaziz de m’avoir ouvert les archives et les souvenirs de leur famille, ainsi qu’Héloïse Bertrand de m’avoir fait part du récit inédit de Paul Bouaziz. Sauf mention contraire, l’ensemble des documents cités provient des archives privées de la famille Ben Amara-Bouaziz.

2 Valensi 2016.

3 Les données factuelles qui suivent proviennent des registres militaires et des actes d’état civil conservés aux Archives nationales d’outre-mer (ANOM), d’un ouvrage mémoriel de la sœur aînée de Simone Ben Amara (Ben Amara 2000), du discours prononcé par Dominique de La Garanderie lors de l’obtention par Simone Ben Amara du grade de chevalier de la Légion d’honneur le 13 décembre 2000, d’un récit inédit de Paul Bouaziz, et d’entretiens de l’auteur avec Paul Bouaziz réalisés à Paris les 12 mars 2007 et 25 mai 2012.

4 Dans les années 1950, à peine 1% des actifs juifs d’Algérie travaillent dans l’agriculture, contre environ 15% des actifs européens d’Algérie. ANOM, préfecture d’Alger, 81 F 1059 : « Les Juifs Algériens », rapport de la Délégation générale du gouvernement en Algérie, 6 mars 1961.

5 Sur l’articulation entre rapports de classe, de genre et de « race » dans les relations entre employeurs et domestiques en situation (post-)coloniale, voir Brac de La Perrière 1987, Moujoud 2012 et Mekaoui-Chebout 2020.

6 Sur les ressorts et les spécificités de l’antisémitisme en Algérie coloniale, voir Dermenjian 2018.

7 Sur la période de Vichy en Algérie, voir Cantier 2002.

8 Lettre d’un soldat anglais à Simone Ben Amara, 26 octobre 1946. Son premier album contient de nombreuses photographies de soldats alliés, parfois dédicacées au verso.

9 Entrée au journal comme rédactrice stagiaire en décembre 1946, elle en est licenciée un an plus tard suite à des « compressions budgétaires » (courrier de Jean Giovannoni, directeur d’Oran Républicain, 28 novembre 1947).

10 Lettre de Simone Ben Amara à Paule Alexandre (veuve Ben Amara), début 1949.

11 Dérivé de l’arabe, ce terme est utilisé par les Français d’Algérie pour désigner avec une connotation péjorative les Français de métropole.

12 Lettres de Simone à Paule, 1er et 4 février 1948.

13 Lettre de Simone à Paule, 30 mars 1951.

14 Lettre de Simone à Paule, 31 mai 1948.

15 ANOM, Fonds ministériel, 81 F 1032 : courrier du gouverneur général Edmond Naegelen au ministre de l’Intérieur, 26 février 1951 (« Objet : étudiants algériens musulmans dans la métropole »).

16 Le Foll-Luciani 2012.

17 Lettre de Simone à Paule, 11 février 1948.

18 Lettre de Simone à Paule, 21 avril 1948 (sic).

19 Lettre de Simone à Paule, 5 février [1950 ?].

20 Idem.

21 Lettre de Simone à Paule, 2 janvier 1951.

22 Lettre de Simone à Paule, 27 novembre 1950.

23 Simone Dony, « L’ancienne école des tapis est devenue un établissement modèle », Oran Républicain, 25 mars 1947.

24 Lettre de Simone à Paule, 21 avril 1948.

25 Lettre de Simone à Paule, 9 juin 1951.

26 Lettre de Paule à Simone, [1952 ?].

27 Ben Amara 2000 : 116-118.

28 Lettres de Simone à Paule, 10 novembre 1951, et de Paule à Simone, 15 janvier 1952.

29 Lettre de Paule à Simone, [1952 ?].

30 Lettre de Simone à Paule, 2 janvier 1951.

31 Lettre de Simone à Paule, 25 février 1952.

32 Lettre de Simone à Paule, 9-10 décembre 1949.

33 Lettre de Simone à Paule, 9 juin 1951.

34 Lettre de Simone à Paule, 2 janvier 1951.

35 Récit inédit de Paul Bouaziz.

36 Télégramme de Simone Ben Amara à Paul Bouaziz, 4 août 1953. Le télégramme de Paul Bouaziz, envoyé le 3 août, était formulé ainsi : « Sollicite renouvellement infini. Affections. Paul ».

37 Lettre de Simone à Paule, 10 juin 1948.

38 Lettre de Paule à Simone, 1er décembre 1949.

39 Lettre de Simone à Paule, 9 janvier 1950.

40 Extrait du registre des délibérations de l’ordre des avocats du barreau d’Oran, 24 mai 1952.

41 Les articles qu’elle a publiés dans Oran Républicain de décembre 1946 à mai 1947 ont été compilés dans un book par son beau-frère, Lucien Levy, publiciste au journal. Sur 78 articles, 15 rendent compte d’activités menées par des socialistes, des communistes ou la CGT (dont deux évoquent des mobilisations de femmes).

42 Sur l’histoire du PCA et son rôle dans la guerre d’Indépendance, voir Drew 2014.

43 Le premier, membre du Mouvement national algérien (MNA), sera assassiné par le Front de libération nationale (FLN) en 1956 ; le second, membre du FLN, sera assassiné par des « ultras » de l’Algérie française en 1958.

44   Dépôt central des archives de la justice militaire (DCAJM), affaire des Combattants de la libération d’Oran, 1956-1957 : note de la gendarmerie d’Oran, 13 juin 1957.

45 DCAJM, affaire du réseau des bombes de la Zone autonome d’Alger, 1956-1957 : note de la Sûreté urbaine d’Oran, sans date.

46 Les autres avocates anticolonialistes – souvent d’origine juive – viennent toutes des barreaux métropolitains. Sur le travail des avocats anticolonialistes durant la guerre d’Indépendance, voir Thénault 2012.

47 Entretien de l’auteur avec Paul Bouaziz, 12 mars 2007.

48 Discours prononcé par Dominique de La Garanderie, déjà cité.

49 ANOM, préfecture d’Oran, 365 : Manifeste de « Fraternité algérienne. Mouvement pour la paix ».

50 ANOM, préfecture d’Oran, 365 : rapport du commissariat central d’Oran, 24 mai 1956.

51 ANOM, préfecture d’Alger, 81 F 759 : Un exemple de l’action clandestine du Parti communiste en Algérie : le réseau oranais, mémoire de la Direction de la surveillance du territoire, 1956 ; Le Foll-Luciani 2016.

52 DCAJM, affaires des Combattants de la libération d’Oran et du réseau des bombes de la Zone autonome d’Alger.

53 À titre d’exemples, Simone Ben Amara annote en 1961 un projet de déclaration du secrétariat de la FSM sur l’Algérie, et le 11 juillet 1962, un responsable du journal soviétique Gudok écrit à « Simone Dupont » pour la féliciter « chaleureusement à l’occasion de la conquête de l’indépendance de l’Algérie ».

54 « Note au camarade Chleboun », 1961.

55 Brouillon d’un article sur les juifs d’Algérie, 1961.

56 Sur les trajectoires des militants anticolonialistes juifs algériens, voir Le Foll-Luciani 2015.

57 Lettre de Simone à Paule, 28 février 1948.

58 Courrier de l’Administration de l’enregistrement des domaines et du timbre aux héritiers Ben Amara, Oran, 15 février 1962.

59 Semha El Ouharania, « La révolution algérienne libère la femme », brouillon d’article, 1961.

60 Brouillon d’une lettre à la rédaction de Femmes du monde entier, 28 mars 1958.

61 Pour une contextualisation et une discussion de ces questions, voir Amrane 1991, MacMaster 2009 et Vince 2015.

62 Laissez-passer pour la famille Bouaziz-Ben Amara délivré par la mission de Prague du Gouvernement provisoire de la République algérienne, 21 juillet 1962.

63 Courriers du bâtonnier de l’ordre des avocats d’Oran à Paul Bouaziz et Simone Ben Amara, 8 octobre 1962.

64 En outre, leur fils Pierre, asthmatique, est soigné en France et séparé de ses parents une partie de l’année. Sur l’exil des anticolonialistes d’origine juive ou européenne après l’indépendance, voir Le Foll-Luciani 2014.

65 Courriers du bâtonnier de l’ordre national des avocats d’Algérie à Paul Bouaziz, 5 novembre 1968 et 21 mars 1970 ; attestation du bâtonnier adjoint de l’ordre des avocats d’Oran, 10 janvier 1969.

66 Au moment de son inscription, en 1970, l’institution se nomme Centre universitaire des langues orientales vivantes (CULOV), avant d’être renommée Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO) en 1971.

67 Les milliers de pages de notes prises à l’occasion de la préparation de sa thèse et durant les cours et séminaires qu’elle a suivis sont conservées dans les archives familiales.

68 « Méthodologie », vers 1971-1972.

69 En juin 1966, à l’occasion d’une affaire de divorce, elle plaide pour la « constitution d’un État-Civil normal, indispensable à tout pays indépendant » (requête en appel devant la cour d’Oran, 21 juin 1966).

70 « Le problème de la forme dans le mariage algérien », exposé au CULOV, 1970-1971, 44 p.

71 « Rapport présenté par Madame Bouaziz en vue de l’examen pour être admise en deuxième année de doctorat de 3e cycle et de soutenir une thèse », 1971, 77 p. ; « L’organisation judiciaire de l’Algérie, pendant la présence française et après l’indépendance », exposé au CULOV, 1970-1971.

72 Sur les contradictions qui traversent les sphères politiques et juridiques algériennes quant au statut des femmes dans les premières années de l’indépendance, voir Saï 2012.

73 « La Femme algérienne et Les Algériennes de Fadila M’Rabet », exposé au CULOV, mai 1971, 69 p.

74 Idem.

75 Christian & Heiniger 2015 : 9. Voir aussi Kott & Thébaud 2015.

76 Il s’agit de conclusions de confrères ou d’elle-même en faveur d’une cliente (et plus rarement d’un client), de courriers de clients au procureur d’Oran, et de jugements rendus par les tribunaux d’Oran entre 1963 et 1967.

77 « La Femme algérienne et Les Algériennes de Fadila M’Rabet », déjà cité.

78 Notes non titrées et non datées. Voir par exemple une requête de Me Simone Ben Amara pour sa cliente, Mme A. G., aux fins de citation devant le tribunal d’Oran, novembre 1966.

79 « La Femme algérienne et Les Algériennes de Fadila M’Rabet », déjà cité.

80 Rancière 2009 : 60, 178, 9.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo 1. Ferme de l’Oasis, Arcole, septembre 1934.
Légende Des membres de la famille Ben Amara et leurs domestiques autour de la préparation d’un couscous. À droite du cadre, habillés en blanc, Simone, son jeune frère (coiffé d’un casque colonial) et ses trois sœurs aînées (archives familiales des Bouaziz-Ben Amara).
URL http://journals.openedition.org/clio/docannexe/image/19625/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Titre Photo 2. Ferme de l’Oasis, Arcole, 1944.
Légende Bal donné par l’armée américaine en l’honneur de la famille Ben Amara. Assises, de gauche à droite : Simone (troisième) et sa mère Paule (sixième) (archives familiales des Bouaziz-Ben Amara).
URL http://journals.openedition.org/clio/docannexe/image/19625/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 454k
Titre Photo 3. Paris, septembre 1956.
Légende Simone Ben Amara et Paul Bouaziz, quelques jours avant leur passage à la clandestinité (archives familiales des Bouaziz-Ben Amara).
URL http://journals.openedition.org/clio/docannexe/image/19625/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Titre Photo 4. Prague, novembre 1961.
Légende Des communistes algériens sortis de la clandestinité, du maquis ou de prison réfugiés auprès de la délégation extérieure du PCA accueillent Henri Alleg, récemment évadé de la prison de Rennes. Assis, de gauche à droite : Tassadit et Larbi Bouhali, André Courounet, Henri Alleg et Simone Ben Amara. Debout : Arlette Bourgel, André Beckouche et Abdelhamid Boudiaf (archives familiales des Bouaziz-Ben Amara).
URL http://journals.openedition.org/clio/docannexe/image/19625/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre-Jean Le Foll-Luciani, « De l’anticolonialisme aux droits des femmes algériennes. Les vies de Simone Ben Amara (1924-2011) »Clio, 53 | 2021, 101-126.

Référence électronique

Pierre-Jean Le Foll-Luciani, « De l’anticolonialisme aux droits des femmes algériennes. Les vies de Simone Ben Amara (1924-2011) »Clio [En ligne], 53 | 2021, mis en ligne le 02 janvier 2024, consulté le 05 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/clio/19625 ; DOI : https://doi.org/10.4000/clio.19625

Haut de page

Auteur

Pierre-Jean Le Foll-Luciani

Pierre-Jean Le Foll-Luciani est agrégé et docteur en histoire. Il a publié deux ouvrages : Le Camp des oliviers. Parcours d’un communiste algérien (Presses universitaires de Rennes, 2012), et Les juifs algériens dans la lutte anticoloniale. Trajectoires dissidentes (1934-1965) (Presses universitaires de Rennes, 2015). lefoll.luciani@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search