Navigation – Plan du site

AccueilNuméros53DossierDe l’anticolonialisme aux droits ...

Dossier

De l’anticolonialisme aux droits des femmes algériennes. Les vies de Simone Ben Amara (1924-2011)

From anticolonialism to the rights of Algerian women. The lives of Simone Ben Amara (1924-2011)
Del anticolonialismo a los derechos de las mujeres argelinas. Las vidas de Simone Ben Amara (1924-2011)
Pierre-Jean Le Foll-Luciani
p. 101-126

Résumés

Née en Algérie coloniale en 1924 et décédée à Paris en 2011, Simone Ben Amara semble avoir vécu plusieurs existences, au cours desquelles furent bousculées ses assignations et ses appartenances de classe, de genre et de « race ». Fille de colons, elle devint anticolonialiste et marxiste. Juive d’Algérie et citoyenne française, elle fit le choix de se considérer comme une Algérienne et lutta pour l’indépendance nationale. Élevée dans une féminité normative, elle devint une avocate féministe, spécialisée dans le droit musulman en Algérie indépendante. À travers ses archives privées, on verra que sa trajectoire questionne la possibilité d’identités dissonantes en Algérie coloniale et ouvre des perspectives originales sur l’histoire des femmes en Algérie indépendante.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Une fille de colons juifs. Entre intégration coloniale et exclusion raciale
Une fille et sa mère. Entre féminité normative et dissonance de genre
Une Algérienne clandestine. Avocate et militante dans la guerre d’indépendance (1954-1962)
Défendre les femmes en Algérie indépendante

Aperçu du texte

De sa naissance à Sidi Bel Abbès en Algérie coloniale en 1924 à son décès à Paris en 2011, Simone Ben Amara-Bouaziz semble avoir vécu plusieurs existences, symbolisées chacune par l’usage d’un patronyme ou d’un pseudonyme différent. Elle fut d’abord Simone Ben Amara, quatrième fille d’un couple de colons dont l’enfance privilégiée et les études brillantes furent percutées par les lois antijuives de Vichy et par la tuberculose. En 1946, elle devint pour une année Simone Dony, journaliste au quotidien de gauche Oran Républicain, pour lequel elle assura une rubrique destinée aux femmes tout en couvrant des événements culturels et politiques locaux. Entrée au barreau d’Oran en 1952 et mariée avec son confrère Paul Bouaziz en 1953, elle fut dès lors connue comme Simone Ben Amara-Bouaziz, une avocate engagée dans la défense des militants anticolonialistes. La guerre d’indépendance, la contraignant à la clandestinité et à l’exil, la conduira jusqu’à Prague, où elle fut de 1957 à 1962 perma...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre-Jean Le Foll-Luciani, « De l’anticolonialisme aux droits des femmes algériennes. Les vies de Simone Ben Amara (1924-2011) »Clio. Femmes, Genre, Histoire, 53 | 2021, 101-126.

Référence électronique

Pierre-Jean Le Foll-Luciani, « De l’anticolonialisme aux droits des femmes algériennes. Les vies de Simone Ben Amara (1924-2011) »Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 53 | 2021, mis en ligne le 02 janvier 2024, consulté le 26 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/clio/19625 ; DOI : https://doi.org/10.4000/clio.19625

Haut de page

Auteur

Pierre-Jean Le Foll-Luciani

Pierre-Jean Le Foll-Luciani est agrégé et docteur en histoire. Il a publié deux ouvrages : Le Camp des oliviers. Parcours d’un communiste algérien (Presses universitaires de Rennes, 2012), et Les juifs algériens dans la lutte anticoloniale. Trajectoires dissidentes (1934-1965) (Presses universitaires de Rennes, 2015). lefoll.luciani@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Belin
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search