Navigation – Plan du site

AccueilNuméros53DossierCitoyennes nationales et panafric...

Dossier

Citoyennes nationales et panafricaines. Le congrès de « la Femme africaine » à Ibadan en 1960

National and Pan-African citizens. The Ibadan “African Woman” conference of 1960
Ciudadanas nacionales y panafricanas. El congreso de « la Mujer africana » en Ibadan en 1960
Sara Panata
p. 71-99

Résumés

En août 1960, le congrès « La femme africaine trace son avenir » s’ouvre à l’université d’Ibadan, au sud-ouest du Nigéria. Cinquante-cinq femmes de huit pays l’Afrique de l’Ouest se rassemblent pour la première fois au-delà des lignes de démarcation linguistiques et coloniales. Au programme : discuter l’avenir des Africaines dans les nations indépendantes et dans une nouvelle Afrique, libre de la domination coloniale. Les analyses proposées par les déléguées montrent leur volonté de redéfinir leurs rôles en imaginant de nouveaux droits et devoirs, qui leur permettraient de construire leurs positions en tant que citoyennes nationales et panafricaines dans un moment de soleil des indépendances. Ce moment radieux est cependant de courte durée et les logiques politiques nationales l’emportent sur les discours unitaires. Toutefois, ces débats constituent une trame de fond pour l’action des organisations nationales et les réflexions théoriques féministes menées dans la sous-région pendant les décennies suivantes.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Autodéfinition d’un engagement féminin et africain
Les prémices d’un besoin de fédération entre Africaines de l’Afrique de l’Ouest
Les Africaines, « pierres angulaires » des nations indépendantes
Ouest-africaines et Européennes, un engagement différent
Tracer son avenir de « femme africaine »
De la famille à la politique nationale…
… vers un panafricanisme au féminin ?
Planifier un futur ensemble après Ibadan ?

Aperçu du texte

Photo 1. Séance inaugurale du congrès « La Femme africaine trace son avenir », Trenchard Hall, Université d’Ibadan, 1er août 1960

Photo 1. Séance inaugurale du congrès « La Femme africaine trace son avenir », Trenchard Hall, Université d’Ibadan, 1er août 1960

(© Ogunsheye Foundation).

Le 1er août 1960, Trenchard Hall, la salle de conférence de l’Université d’Ibadan, au sud-ouest du Nigéria bruisse d’un événement singulier. Le congrès « La femme africaine trace son avenir » est sur le point de commencer, pour une durée de douze jours (Photo 1). Au programme : discuter de l’avenir de « la femme africaine » dans les nations indépendantes et dans une nouvelle Afrique, libre de la domination coloniale. Toutefois, ce n’est pas « une » mais « des » femmes africaines qui sont appelées à Ibadan pour tracer l’avenir qu’elles désirent. Cinquante-cinq femmes de huit pays d’Afrique de l’Ouest siègent alors sur des tables nouvellement équipées de microphones et d’écouteurs pour des traductions simultanées français/anglais. C’est un moment historique sans précédent : un large groupe de femmes ouest...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sara Panata, « Citoyennes nationales et panafricaines. Le congrès de « la Femme africaine » à Ibadan en 1960 »Clio. Femmes, Genre, Histoire, 53 | 2021, 71-99.

Référence électronique

Sara Panata, « Citoyennes nationales et panafricaines. Le congrès de « la Femme africaine » à Ibadan en 1960 »Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 53 | 2021, mis en ligne le 02 janvier 2024, consulté le 26 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/clio/19689 ; DOI : https://doi.org/10.4000/clio.19689

Haut de page

Auteur

Sara Panata

Sara Panata est docteure en histoire à l’université Paris 1 Panthéon Sorbonne, lauréate du « Prix Jeune Chercheur » de la Fondation des Treilles (2021). Elle s’intéresse à l’histoire de femmes et du genre en Afrique à l’époque coloniale et postcoloniale. Après une thèse consacrée aux mouvements féminins et féministes au Nigéria, ses recherches actuelles portent sur les carrières militantes féministes nigérianes et sur la dimension transnationale de cet engagement militant. Elle a publié, entre autre, « “Dear Readers…”: Women’s rights and duties through letters to the editor in the Nigerian press (1940s-1950s) », Revue Sources, 2020, p. 141-198 ; « Revendiquer des droits politiques au Nigéria. Le Women Movement dans les années 1950 », Clio. Femmes, Genre, Histoire, 43, 2016, p. 173-183. Sarapanata[at]gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Belin
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search