Navigation – Plan du site

AccueilNuméros53Regards complémentairesFin d’empire et genre de la déglo...

Regards complémentaires

Fin d’empire et genre de la déglobalisation (1914-1939)

The end of empires and the gender of deglobalization (1914-1939)
Fin de imperios y género de la desglobalización (1914-1939)
Tara Zahra
Traduction de Nicole Albert
p. 165-190

Résumés

Cet essai analyse les mouvements politiques et sociaux de l’entre-deux-guerres qui étaient mobilisés contre la globalisation et l’internationalisme. Comment ces mouvements, liés à l’effondrement des empires, en particulier les Empires austro-hongrois et prussien, étaient-ils genrés ? Dans leur effort pour isoler et protéger les sociétés de l’impact de la globalisation après la Première Guerre mondiale et la Grande Dépression, les mouvements anti-globalisation ont aussi cherché à rétablir des rôles de genre et des familles “traditionnels”. Ces efforts réactionnaires cherchaient à fixer les hommes et les femmes dans des espaces et des places pensées en opposition au “global” : le local, la nation, le terroir, la maison.

Haut de page

Notes de la rédaction

Traduit de l’américain par Nicole Albert

Texte intégral

  • 1 Sheepshanks 1916.

1En 1916, Mary Sheepshanks, secrétaire de l’Alliance internationale pour le suffrage des femmes, déplore que même les internationalistes engagés « aient perdu la foi et se joignent au chœur de ceux qui n’ont jamais soutenu nos idéaux et déclarent que l’internationalisme a échoué ». Si elle reste convaincue que l’esprit de l’internationalisme pourra renaître une fois « dissipées les vapeurs embrumant le cerveau des hommes », elle constate qu’il a pour l’heure été remplacé par « la haine raciale et la jalousie nationale, aboutissant à la mise en place de tarifs douaniers, au militarisme, à l’armement, à une fiscalité écrasante, à des relations restreintes, à une boucherie réciproque et à la destruction de tout progrès »1.

  • 2 James 2001 ; Boyce 2009.
  • 3 McKeown 2004.

2La fin de la Première Guerre mondiale en 1918 ne marqua pas seulement la chute des Empires et le triomphe des États-nations ; elle sonna le glas d’une certaine vision du monde, d’une intégration mondiale comme moteur de progrès, de paix et de prospérité. Les données chiffrées nous renseignent un peu sur l’ampleur du marasme : en 1914, le commerce international représentait 30 % de l’économie mondiale, un niveau historique. En 1933, il s’était effondré à 10 % et ne connut pas d’embellie avant les années soixante-dix2. Les migrations transatlantiques, qui avaient atteint leur point culminant avec 2,1 millions de personnes en 1913, se tarirent pendant la Première Guerre mondiale et ne reprirent que brièvement après la fin du conflit. Le taux migratoire demeura élevé dans les années vingt, pour atteindre 1,5 millions d’émigrés vers l’Asie en 1929, avant que la Grande Dépression ne mette un frein brutal à la mobilité partout dans le monde3.

3Cet article porte sur les mouvements politiques et sociaux de l’entre-deux-guerres qui se mobilisèrent contre la mondialisation. Ces mouvements, qui étaient genrés, étaient liés à la chute de l’Empire, et tout particulièrement à l’effondrement, après la Première Guerre mondiale, des Empires continentaux d’Europe centrale – l’Autriche-Hongrie et l’Allemagne. Afin de mettre en lumière la portée et la diversité d’un antimondialisme marqué au sceau du genre, je comparerai avec l’Italie – où les nationalistes avaient le sentiment que les aspirations à l’expansion impériale s’étaient vues injustement contrariées à la fin de la Première Guerre mondiale –, et les États-Unis dans le contexte de la Grande Dépression. Dans ces pays-là, les idéaux anti-mondialistes représentaient généralement une réponse xénophobe au chômage et à l’insécurité économique. Comparer ces mouvements genrés dans des sociétés si différentes nous permet de voir qu’ils ne sont pas le simple résultat des pertes de la guerre, ni du fascisme ; au contraire, l’antimondialisme genré traversait les divisions idéologiques et politiques. Si l’histoire de la « globalisation » n’a pas encore suffisamment pris en compte le genre, elle n’a pas non plus suffisamment interrogé la conception téléologique de ce processus. L’article explore ainsi ces deux lacunes.

4J’emploie le terme anti-mondialisme pour décrire des mouvements politiques ou sociaux qui cherchaient à endiguer la mondialisation en contrôlant ou en limitant la circulation des personnes et des marchandises au-delà des frontières nationales. Dans certains cas, ces mouvements contribuèrent à la démondialisation, un processus consistant concrètement à ralentir la circulation transnationale des personnes et des biens, à rompre les liens internationaux, et à démanteler les institutions créées pour faciliter la gouvernance internationale ou mondiale.

  • 4 Voir entre autres Manela 2009 et Weitz 2008.

5L’anti-mondialisme n’est pas simplement un nom d’emprunt pour le nationalisme, depuis longtemps reconnu comme une force politique déterminante à travers le globe en 19184. Le nationalisme et l’anti-mondialisme étaient (et sont) souvent étroitement liés. Or, si nombre d’antimondialistes étaient nationalistes, tous les nationalistes n’étaient pas antimondialistes. Par exemple, les leaders de Pologne, de Tchécoslovaquie et de Yougoslavie, États successeurs de l’Empire des Habsbourg, figuraient parmi les nationalistes les plus convaincus du monde en 1918. Ils instaurèrent des politiques radicales destinées à créer des États-nations plus homogènes sur le plan ethnique, y compris en s’efforçant de réduire ou d’assimiler les minorités nationales et religieuses à travers des politiques migratoires, des boycotts, un système éducatif discriminatoire et des politiques linguistiques, ainsi qu’une colonisation interne. Toutefois, ces nationalistes de l’entre-deux-guerres ne cherchaient pas à s’isoler complètement de l’économie mondiale ; ils étaient tout à fait désireux de commercer avec des alliés tels que la France et les États-Unis ou d’accepter l’aide internationale.

  • 5 L’accent mis sur l’antimondialisme ne vise pas à scinder la démondialisation de la mondialisation (...)

6Les responsables politiques de l’entre-deux-guerres et les militants politiques ne recouraient pas eux-mêmes aux termes de « mondialisation » ou de « démondialisation ». Ils opposaient plutôt « l’autonomie » à la dépendance par rapport à l’économie mondiale, l’« internationalisme » au « nationalisme », et parlaient de la « souveraineté » en butte aux violations. Ils promouvaient « l’autarcie », « l’autonomie » et « l’isolement économique ». Si j’utilise le mot « antimondialisme », c’est parce que leur intention était claire. Ils pensaient que les brusques fluctuations de l’économie mondiale et le mépris spectaculaire envers la souveraineté nationale avaient rendu les moyens d’existence plus précaires, les familles plus instables et les sociétés plus inégalitaires, et ils souhaitaient mettre un frein au processus d’intégration mondiale5.

  • 6 Roberts 1994 ; Higonnet et al., 1989 et Healy 2004.

7Le genre et l’empire ont été des éléments essentiels pour l’histoire de l’anti-mondialisme dans l’entre-deux-guerres et notamment dans les années 1930. Dans leur volonté de soustraire les sociétés aux répercussions de la mondialisation, les antimondialistes visaient aussi à réintroduire des rôles familiaux et genrés plus « traditionnels ». Les historiens du genre ont depuis longtemps reconnu les effets déstabilisants de la guerre sur les rôles genrés, ainsi que le regain de conservatisme qui caractérise souvent les sociétés d’après-guerre6. On s’est moins penché cependant sur la façon dont la crainte des désordres de la mondialisation était liée à la peur d’un désordre dans le genre. Les tentatives réactionnaires pour renforcer les rôles du genre dans l’Europe de l’entre-deux-guerres ambitionnaient souvent d’ancrer les femmes et les hommes dans des espaces et des lieux censés incarner le contraire du global : la région, la nation, le sol et le foyer.

  • 7 Sur ces bouleversements, voir Zahra 2016, chap. II.

8Au début du xxe siècle, les responsables politiques, les autorités religieuses et les experts interprétèrent la mondialisation, et notamment l’émigration de masse, comme une menace pour les familles traditionnelles et les rôles genrés7. L’interruption d’une migration transatlantique à grande échelle après la Première Guerre mondiale promettait d’inverser ces bouleversements. Or, l’effondrement des Empires continentaux, aggravé par les chocs économiques du début des années vingt et la Grande Dépression, ne fit qu’exacerber les vives inquiétudes concernant les rôles genrés alors que les hommes réduits au chômage se voyaient privés de leur fonction traditionnelle de soutien de famille. Les antimondialistes européens de l’époque réagirent à ces phénomènes en défendant l’autarcie à travers les boycotts, la colonisation interne, le peuplement des terres agricoles et la production domestique. Ils avaient pour idéal une forme radicale d’« autosuffisance » masculine individuelle et nationale qui s’appuyait massivement sur le travail non rémunéré des femmes. En Europe centrale, ces conceptions de l’autarcie recouraient aux femmes comme ménagères et exploitantes agricoles afin de prendre le relais de l’approvisionnement en nourriture et en marchandises, importées auparavant de l’arrière-pays des territoires impériaux.

La démondialisation et la perte de l’empire

  • 8 Sharp 2014. Voir aussi Sharp & Stibbe 2017.

9Avant la Guerre de 14-18, des féministes pacifistes comme Mary Sheepshanks déclarèrent que les femmes incarnaient l’espoir du pacifisme et de l’internationalisme. Cet idéal ne sortit pas indemne de la Première Guerre mondiale. Comme le sous-entendait M. Sheepshanks, les hommes ne furent pas les seuls « à perdre la tête » en 1914. Une multitude d’Européennes prirent leurs distances avec l’internationalisme pour se consacrer plutôt au combat patriotique8. En août 1914, l’Union des organisations féminines allemandes (Bund deutscher Frauenverein – BDF) présidée par Gertrude Bäumer, l’organe qui chapeautait les organisations des femmes allemandes de la classe moyenne, dénonça les pacifistes et les internationalistes dans ses propres rangs. En 1915, G. Bäumer écrivit dans Die Frauenfrage :

  • 9 Cité dans Sharp 2014 : 205.

Nous ne pouvons pas nous forcer à devenir internationales ! Nous ne pouvons pas – surtout nous les femmes – rejeter les expériences les plus profondes, les plus fortes et les plus vibrantes qui nous embrasent […] et, sous la forme de fantômes théoriques de nous-mêmes, accéder à une quatrième dimension internationale9.

  • 10 Weinreb 2016, chapitres I-II; Hull 2014: 141-182.

10L’anti-internationalisme et la démondialisation furent souvent liés après la Première Guerre mondiale, notamment par ceux qui se trouvèrent appartenir au camp des vaincus. La défaite elle-même, aux yeux de nombreux Allemands et Autrichiens, était la conséquence directe de la dépendance à la nourriture et aux ressources naturelles étrangères. Les alliés avaient imposé un blocus naval d’une grande efficacité contre les Empires centraux, blocus auquel les Allemands et les Autrichiens imputaient la responsabilité des centaines de milliers de morts de faim parmi les civils. Si le nombre de victimes reste encore sujet à caution, il est indéniable que l’embargo contribua à la victoire des alliés et que les souvenirs de la famine qui sévit durant la guerre influèrent considérablement sur la politique de l’entre-deux-guerres. Un grand nombre d’Allemands et d’Autrichiens sortirent du conflit bien décidés à « se libérer » de l’économie mondiale sur le plan alimentaire. Si la nation pouvait assurer sa propre subsistance, elle ne pourrait plus jamais se retrouver affamée au point de devoir accepter la soumission ou la défaite à cause d’un blocus ennemi10.

11L’amertume face au nouvel ordre mondial s’intensifia quand les Accords de paix signés à Versailles et au Trianon furent rendus publics. Allemands, Autrichiens et Hongrois se considéraient, pour beaucoup d’entre eux, comme les victimes d’hypocrites internationalistes libéraux qui adoptaient le langage wilsonien de la démocratie et de l’auto-détermination pour punir leurs ennemis et récompenser leurs alliés. Leur colère prenait surtout pour cible la perte de l’empire, qui menaçait leur objectif d’autosuffisance alimentaire. L’Autriche et la Hongrie perdirent respectivement les deux tiers de leur territoire, tandis que l’Allemagne voyait le sien réduit de 12,2%, sans compter la perte de toutes ses anciennes colonies. L’Italie appartenant au camp des vainqueurs, elle vit une partie du Tyrol inclus dans ses frontières au détriment de l’Autriche, mais ses aspirations nationalistes expansionnistes le long de la côte adriatique ne furent pas satisfaites. Dans chaque cas, la démondialisation involontaire, imposée à travers les traités de paix, le nouveau découpage des frontières, et les nouvelles restrictions sur le commerce et la migration, stimulèrent des mouvements populistes avides d’une plus grande autonomie par rapport à l’économie mondiale.

  • 11 James 2001 : 105 ; Berend & Ránki 1974 : 201.
  • 12 Sur la fermeture des frontières après la Première Guerre mondiale, voir Zahra 2016.

12Le sentiment anti-mondial découla directement de la dissolution des Empires continentaux et de la création des États-nations post-impériaux. L’Empire des Habsbourg avait représenté la plus importante zone de libre-échange en Europe avant la guerre. Son effondrement entraîna son éclatement en six unités économiques distinctes, en guerre les unes contre les autres. La dissolution des Empires des Habsbourg et de l’Empire ottoman ainsi que la Révolution bolchévique modifia la physionomie des régions concernées : l’Europe passa de 26 à 38 entités économiques, de 13 à 27 devises différentes et ses frontières douanières s’étendirent sur 6 000 à 7 000 km supplémentaires11. En raison des restrictions, notamment vers l’Amérique du Nord, l’émigration de masse diminua énormément. Les migrations transimpériales au sein de l’Empire austro-hongrois déchu (par exemple de la Galicie à Vienne), comme vers l’outre-mer, ne permettaient plus de remédier à la surpopulation ou au chômage. Cela obligeait à créer intra-muros de nouvelles formes d’emplois et à trouver de nouvelles sources d’approvisionnement en nourriture. Les autorités comme des collectifs populaires se mirent à rêver d’une autonomie individuelle et nationale en réaction à l’effondrement de l’empire et à la fermeture des frontières dans le monde12.

Le genre de l’autarcie

13Désireux d’atteindre l’autarcie, les antimondialistes européens enrôlèrent immédiatement les femmes en tant que consommatrices et femmes au foyer. Un guide, publié en 1934 en Autriche à l’attention des professeurs, insistait sur la nécessité d’enseigner aux filles des tâches ménagères de nature autarcique, par exemple :

  • 13 Kauft österreichischer Waren! Wirtschaftlicher Leitfaden für Lehrpersonen, Vienne, Arbeitsgemeins (...)

C’est la femme qui décide de la façon dont il faut dépenser l’argent, c’est aussi elle qui décide si l’argent restera dans le pays ou partira à l’étranger. Autrement dit, toute femme, toute fille en Autriche doit par-dessus tout s’assurer de n’acheter qu’autrichien13.

  • 14 Sur les « villes nouvelles » en rapport avec l’empire et l’autarcie, voir Pergher 2018 ; Snowden (...)

14Dans l’Autriche de l’entre-deux-guerres, un petit pays enclavé, parvenir à l’autosuffisance ne fut jamais un objectif réaliste. En revanche, en Italie et en Allemagne, cette ambition se mua en politique gouvernementale officielle. Dès janvier 1921, Mussolini écrivait : « Aujourd’hui, nous sommes économiquement esclaves de ceux qui nous donnent du charbon, esclaves de ceux qui nous donnent du blé ». La campagne fasciste de la « Bataille du blé » commença en 1925, en partie en réaction à la fermeture des frontières à l’échelle du monde. Pendant longtemps, l’émigration avait servi de principal remède italien aux problèmes de la pauvreté et de la pénurie d’emplois. Maintenant que les Italiens ne pouvaient plus émigrer, il leur fallait être embauchés dans leur propre pays ou déplacés à l’intérieur du territoire. Ils allaient coloniser leur patrie dans les « villes nouvelles » de Mussolini, construites sur des marais asséchés pour endiguer le paludisme. Assurer l’autosuffisance devint le but officiel de l’État italien après que la Société des Nations (SDN) eut imposé des sanctions économiques à l’Italie en 1936, suite à l’invasion de l’Éthiopie par les troupes du Duce14.

15Pour encourager les femmes à « acheter italien », les propagandistes fascistes insistaient dans leurs discours sur l’association entre mondialisme, futilité féminine et luxe. Dans son pamphlet sur les « Devoirs et les Idéaux de la femme fasciste », Elsa Gross s’adressait à une consommatrice imaginaire :

Le fascisme exige de nos charmantes dames qu’elles mettent quelques limites à leur futilité […], qu’au lieu de dépenser chaque année des mille et des cents à l’étranger pour s’offrir une multitude d’objets inutiles, elles se contentent du lanital [un tissu à base de produits laitiers] en remplacement de la laine anglaise, qu’elles préfèrent une robe ou un chapeau fait à Rome, à Turin ou à Florence plutôt qu’à Paris.

16On peut se demander comment les propos d’Elsa Gross furent reçus par l’Italienne moyenne qui n’avait jamais pu se permettre d’acheter « une multitude d’objets inutiles », sans parler des articles de mode parisiens. Or, c’était précisément le but recherché : E. Gross sous-entendait que seuls les riches profitaient du commerce et des échanges internationaux.

  • 15 Goss 1939 : 7-8.

En somme, atteindre l’autosuffisance, l’autonomie politique et spirituelle est l’unique moyen vertueux par lequel, en temps de guerre comme de paix, nous parviendrons à nous libérer du perpétuel chantage exercé par les ploutocrates internationaux15.

  • 16 Cicogna 1939 : 10.
  • 17 Randi 1942 : 11, 17.
  • 18 Helstosky 2004.

17Pour l’Italienne ordinaire, acquérir une « mentalité autarcique » n’était cependant pas aussi indolore que de substituer la mode italienne à la mode française. La tâche était d’une ampleur considérable : n’acheter que des denrées italiennes, limiter la consommation, éliminer le gaspillage, et « récupérer tout ce que l’on pouvait de chaque aliment »16. Cela exigeait un changement en profondeur des habitudes alimentaires quotidiennes ainsi qu’un surcroît de travail domestique. Dans son livre de cuisine autosuffisante, Elisabetta Randi recommandait de mâcher le pain plus longtemps et plus lentement pour le faire durer et proposait des recettes avec le pain rassis (crostini pour la soupe), de la couenne de jambon (pour parfumer le minestrone) et même des « desserts autarciques », tels que les biscuits et les gâteaux à partir de pommes de terre, de riz ou de ricotta17. Carol Helstolsky avance que ce qu’on appelle aujourd’hui « la cuisine méditerranéenne » puise pour une grande part son origine dans la campagne italienne des années trente pour l’autosuffisance, qui – en raison des pénuries autant que de la propagande – obligeait les consommateurs à remplacer la viande et le beurre par des pâtes, de la polenta et des légumes18. Ces mesures constituaient une excellente préparation aux disettes et aux rationnements en temps de guerre, mais elles ciblaient plus précisément ces femmes qui étaient déjà bien habituées à économiser et à se priver.

18Dans l’Allemagne nazie, Hitler annonça en 1936 son Plan quadriennal pour parvenir à l’autosuffisance. Or, l’anti-internationalisme et l’antimondialisme avaient toujours été inscrits dans le programme du parti nazi. Pendant la campagne des élections en juillet 1932, Hitler déclara :

  • 19 James 2001 : 187.

Il y a tellement d’international, tellement de conscience mondiale […] Il y a la Société des Nations, la conférence sur le désarmement, Moscou, la Seconde Internationale, la Troisième Internationale – et qu’est-ce que tout ça a apporté à l’Allemagne ?19

19L’idéologie du Blut und Boden (le sang et le sol) s’élabora en opposition avec le cosmopolitisme juif, l’émigration, l’internationalisme libéral et l’économie mondiale. À la première Fête des récoltes du Reich en 1934, le sous-secrétaire à l’agriculture Herbert Backe déplora qu’au cours des décennies précédentes :

  • 20 Ludowici 1935 : 26. Sur Backe, voir Gerhard 2015.

[…] la relation entre le Peuple et son territoire ait été pulvérisée par l’économie mondiale transnationale. Les individus ne se sentaient plus liés au Peuple auquel ils appartenaient par le sang, ne se sentaient plus enracinés dans leur sol natal, car ils appartenaient avant tout à la communauté économique mondiale20.

  • 21 Bonne 1935 : 9, 6, 39, 12, 28.
  • 22 Reagin 2001.
  • 23 Sur le concept de Heimat dans la culture nationaliste allemande, voir Applegate 1990 ; Confino 20 (...)

20Comme dans l’Italie fasciste, les propagandistes nazis insistaient sur le fait que « les Allemandes de l’État national-socialiste [avaient] pour devoir d’assurer l’indépendance alimentaire de l’Allemagne par rapport aux pays étrangers »21. Là encore, l’autonomie au sein du ménage exigeait un surcroît important de travail22. En outre, à un niveau plus profond, la conception nazie de l’autosuffisance ne consistait pas seulement à atteindre la souveraineté nationale et la pureté raciale ; elle visait aussi à dé-mondialiser la famille elle-même, à enraciner les femmes dans leur Heimat, un lieu conçu comme l’antithèse des maux imaginaires de la mondialisation23. Ces fantasmes avaient pour protagoniste le colon (et son épouse), figure essentielle de la seconde stratégie genrée des antimondialistes fascistes de l’entre-deux guerre : le retour à la terre.

Le retour à la terre

21La colonisation de terres (Siedlung) ou le mouvement pour l’agriculture de subsistance (homesteading) se révéla l’une des manifestations les plus répandues de la démondialisation en Europe centrale comme aux États-Unis au cours des années vingt et trente. Ses militants défendaient des projets variés de retour à la terre, mais ils partageaient tous une même perspective : augmenter le nombre de jardiniers travaillant en autarcie et de fermes familiales en autogestion. Les colons (Siedler) allemands et autrichiens étaient censés, dans un même temps, réduire le nombre de chômeurs et permettre à des individus comme à la nation d’arriver à l’autonomie dans le domaine de la production alimentaire. On attendait aussi des communautés autarciques qu’elles rétablissent les rôles genrés perturbés par la guerre, l’effondrement de l’empire et la démondialisation. Elles offraient aux chômeurs l’occasion de remplir leur rôle masculin de pourvoyeur de revenus, et elles arrimaient les femmes au foyer et à la famille dans un régime de production domestique supposée prémunir les familles et les nations contre les fluctuations de l’économie globale.

  • 24 « Der Massenaufmarch der Siedler und Siedlerfreude am 3. April », Der Siedler [Le Colon], 1, n° 2 (...)
  • 25 Emil Magschiß, « Was ist Innenkolonisation? », Mein Stückchen Land, Wochenbeilage der Illustriert (...)

22À Vienne, des « squats sauvages » firent leur apparition en périphérie de la ville avant la fin de la Première Guerre mondiale : des ouvriers sans emploi et des soldats démobilisés occupèrent illégalement les terres, construisirent des baraquements avec des matériaux de fortune, et mangèrent ce qu’ils arrivaient à faire pousser. À la fin des hostilités, le nombre de Siedler viennois disposant d’une parcelle de terre s’élevait à au moins 70 000 ; ils s’organisèrent en mouvement de masse, demandant de l’aide au gouvernement. Lors d’une manifestation, 100 000 de ces occupants « sauvages » et ces jardiniers de parcelles défilèrent sur la Ringstrasse de Vienne en scandant des slogans comme « Des coopératives de colons plutôt que l’émigration ! »24. Le mouvement des quartiers communautaires était essentiellement motivé par la perte de l’Empire, notamment la perte de la totalité du blé et de la viande en provenance de l’arrière-pays des territoires impériaux. La colonisation interne se voulait précisément une alternative à l’Empire. « La colonisation interne est une pure politique coloniale », expliquait le journal autrichien à grande circulation Kronenzeitung, qui prônait cette position largement répandue dans la société autrichienne. « La seule différence est qu’elle n’implique pas la colonisation de quelque terre étrangère mais plutôt celle de notre propre patrie »25.

  • 26 Klara Friedländer, « Die neue Frauenfrage », Das Wort der Frau, 18 décembre 1932, p. 3. Composé d (...)

23À l’origine, le mouvement des quartiers communautaires (Siedlungsbewegung) entretenait des liens solides avec la sociale-démocratie et les mouvements de Lebensreform (littéralement « réforme de la vie ») d’avant-guerre. En 1920, Otto Neurath, philosophe du Cercle de Vienne (et social-démocrate), co-fonda avec Hans Kampffmeyer (l’un des créateurs du mouvement des cités-jardins en Allemagne) l’association autrichienne pour les quartiers communautaires et les jardins familiaux. L’association fit appel à Adolf Loos et à Margarete Schütte-Lihotzky, la première femme architecte d’Autriche, pour concevoir les habitations des résidents-colons. Loos, Neurath et Schütte-Lihotzky élaborèrent une conception utopiste de la vie des colons dans des maisons et des communautés modernes, saines et bien conçues. Cette vision visait à créer des femmes nouvelles – et des hommes nouveaux. C’est d’abord pour les logements de colons en Autriche que Schütte-Lihotzky conçut la « cuisine de Francfort », une cuisine fonctionnelle. La réalité concrète de la vie dans ces communautés n’avait rien à voir avec leur vision progressiste. Quelques femmes néanmoins, en particulier parmi les plus traditionnelles, faisaient l’éloge de la colonie comme la solution à ce qu’elles appelaient la « nouvelle question féminine ». En 1932, Klara Friedländer, vice-présidente du parti des femmes autrichiennes, félicitait les femmes de colons qui renonçaient au salariat afin de travailler la terre, et abandonnaient leurs emplois au profit des hommes. « Parmi les colons, le mariage retrouve son ancienne signification : une union entre égaux scellée pour élever la génération future dans les meilleures conditions possibles », proclamait-elle26.

  • 27 Bauen, Siedeln, Wohnen, tome 18 (1er septembre 1938).
  • 28 « So sollst do wohnen! », Der Angriff, 6 mars 1937, R113/3102, Bundesarchiv, Berlin.

24Dans l’Allemagne nazie, les propagandistes soutenaient que le retour à la terre améliorerait le niveau de vie des femmes en exploitant la technologie moderne. Sur une publicité parue en 1938, on voit une femme colon au téléphone, qui s’enorgueillit de posséder tous ces appareils dernier cri qui font gagner du temps27. La propagande dépeignait généralement la maison individuelle du colon comme le fondement de la vie moderne heureuse. Au lieu des Mietskaserne, ces immeubles de rapport sombres et étouffants, avec leurs arrière-cours sinistres, les colons jouissaient « de domaines fermiers propres, frais et aérés. Avec des granges et des jardins, de vastes parcelles de terre et des enfants en bonne santé ». Les colons étaient censés avoir un meilleur niveau de vie que les ouvriers logés en ville dans des appartements, parce qu’on s’imaginait qu’ils avaient plus d’argent disponible grâce aux économies qu’ils réalisaient en cultivant leur potager28.

  • 29 Frau Dr. Vorwerck, « Die Frau in der Siedlung », 27 octobre 1938, Vortrag der Sondertagung Siedlerb (...)
  • 30 Ibid.
  • 31 « Spinnrad kommt wieder zu Ehren », Die Zeit: Sudetendeutsches Tagblatt, 16 janvier 1941 ; Friedr (...)

25Or, tout en promouvant cette vision d’une vie meilleure, les organisations nazies créèrent des écoles pour inculquer aux femmes colons les valeurs (et les techniques) de la production domestique, le recyclage, les restrictions et le sacrifice. Le travail rémunéré à l’extérieur du foyer « est en totale contradiction avec la vie d’une femme colon », expliquait un conseiller nazi spécialisé dans la colonisation29. Ceci parce que le succès d’une métairie dépendait du travail intense mais gratuit des femmes et des enfants sur l’exploitation. Ces « conseillers en Siedlungsbewegung » du régime nazi enseignaient aux femmes colons « la valeur de l’autoproduction au potager et à l’étable, y compris le stockage et la conservation ; les usages de la laine de mouton et de l’angora », entre autres méthodes de production domestique qui « confèrent aux prouesses de la femme colon dans l’économie domestique un poids infiniment plus important au niveau national que celui d’une citadine au sein d’un foyer qui se contente de consommer »30. Quand elles ne faisaient pas des conserves de légumes ou ne préparaient pas des recettes de cuisine autosuffisante, on incitait les Allemandes à fabriquer leurs propres meubles ou à filer au rouet31.

  • 32 Hildebrand 1941 : 83. Ruth Hildebrand, membre du parti nazi depuis 1939, était chef de presse et (...)

26Les nazis ne se contentaient pas de vanter les mérites de la mentalité antimondialiste et anti-internationaliste dans les livres de recettes et les magazines de jardinage ; on attendait de cet état esprit qu’il façonne l’attitude des femmes envers les peuples non-germaniques. Ruth Hildebrand expliquait que le mouvement international des femmes d’avant la Première Guerre mondiale, dominé par les militantes anglaises et américaines, était allé trop loin dans son internationalisme. « Dans certains cercles féminins, l’intérêt porté aux plus faibles et aux vies indignes d’être vécues a prédominé, tandis que celui pour l’éducation et le maintien des vies saines était en constant recul », se lamentait-elle. Le Traité de Versailles avait révélé au grand jour l’hypocrisie de l’internationalisme féministe. « Où étaient passées l’égalité internationale et l’humanité, où était passé le rêve de la paix éternelle ? ». L’expérience amena les jeunes femmes des pays vaincus à « se détourner du vieil internationalisme pour embrasser l’ordre nouveau ». Elles avaient fini par se rendre compte que « toutes les vies ne se valaient pas »32.

« La “Femme nouvelle” rentre au foyer » : la Grande Dépression

  • 33 Blee 1991 : 17 ; Gordon 2017 : 26-30, 194-195.

27Les états fascistes n’avaient pas le monopole de l’antimondialisme. Aux États-Unis, ce dernier ne se manifesta pas suite à un effondrement impérial, mais sous la forme du nouveau système de quota qui mit un terme à l’ère de l’immigration de masse, et se traduisit par une discrimination brutale envers les émigrants d’Europe de l’Est et du Sud (tous ceux en provenance d’Asie s’étaient vus purement et simplement interdits l’entrée sur le territoire). Simultanément, le Ku Klux Klan refît surface sous la forme d’un club social « 100 % américain ». Ce « second Klan » était une institution implantée tout autant dans le Nord et le Midwest que dans le Sud, son bastion originel, et devait son renouveau à l’élargissement de sa « mission » : ne se contentant plus de terroriser les Afro-Américains, le Klan des années vingt s’en prenait aussi aux catholiques, aux Juifs et aux émigrés33.

  • 34 Sur les mouvements de retour à la terre aux États-Unis, voir Brown 2011.

28Comme dans l’Europe fasciste, la Grande Dépression engendra également des fantasmes de retour à la Terre à travers tous les États-Unis. En 1933, le président Franklin Delano Roosevelt créa un Bureau des fermes de subsistance (Subsistence Homesteads Division) rattaché au Département américain de l’Intérieur dont Harold Ickes était le Secrétaire. Il s’agissait d’une initiative relativement modeste destinée à financer des projets de nature expérimentale. Ledit bureau comptait développer des communautés de 25 à 300 fermes, cédées « à des conditions avantageuses » à des familles à faibles revenus. Ces homesteaders n’avaient pas pour vocation d’être des fermiers à plein temps ni de pratiquer leur activité dans un but lucratif. Contrairement aux projets de retour à la terre ou de relocalisation lancés dans l’entre-deux-guerres en Autriche, en Italie et en Allemagne, ils ne visaient guère à augmenter la production agricole, car les États-Unis étaient en fait confrontés à une crise sans précédent de surproduction agricole. On attendait plutôt de ces fermiers qu’ils produisent des fruits, des légumes et des produits laitiers pour leur consommation personnelle, tout en travaillant ailleurs comme salariés34.

  • 35 Sur le projet des fermes de subsistance (Subsistence Homestead project), voir Conkin 1959 ; Johns (...)

29En 1937, on ne dénombrait que 122 projets de fermes de subsistance, accueillant 14 000 familles. Néanmoins, ce mouvement né du New Deal révèle des analogies frappantes dans la façon dont les Américains et les Européens dont il a été question appréhendèrent et vécurent l’effondrement de l’économie mondiale. Le chômage masculin, en particulier, était vu comme la conséquence la plus accablante de la crise économique planétaire. Les images de ces hommes faisant la queue pour obtenir du pain, stationnant devant les bureaux d’aide sociale ou faisant la manche dans les rues devinrent un condensé du désespoir et du découragement qui augmentaient en même temps que le taux de chômage35.

  • 36 Abelson 2003.

30Les femmes représentaient environ 25 % de la force de travail aux États-Unis en 1930. Quand la crise s’abattit sur le pays, elles furent les premières à perdre leur emploi, à subir des discriminations salariales et à être sous-payées. Toutefois, la main d’œuvre féminine connut un léger accroissement au cours des années trente, les femmes entrant sur le marché du travail afin de compenser les pertes de salaires de leurs conjoints. Ces travailleuses se concentraient souvent dans certaines branches comme la domesticité, un secteur moins affecté par la Grande Dépression et où les hommes étaient assez rares36.

31Le fait qu’un plus grand nombre de familles dépende dorénavant du travail salarié des femmes et des enfants suscita un sentiment profond de crise de la virilité tant aux États-Unis qu’en Europe. Dans l’Amérique des années trente, comme en Italie, en Autriche, en Allemagne, on pensait qu’installer des familles dans les fermes rétablirait les rôles genrés durement affectés (aux yeux des observateurs) par l’économie mondiale et son effondrement. Les maris allaient devenir des pourvoyeurs auto-suffisants, les épouses et les enfants allaient prendre place à leurs côtés en participant au fonctionnement des économies locales fondées sur le troc et la production domestique. Comme moyen de gagner sa vie, les fermes de subsistance incarnaient l’extrême opposé de la migration de main d’œuvre à l’échelle internationale. Elles étaient censées ancrer les familles dans le sol et le foyer, les rendre « indépendantes » et renforcer les rôles genrés traditionnels.

32Aux États-Unis, comme en Allemagne et en Autriche, le mouvement de retour à la terre s’appuya massivement sur le travail fourni par les femmes de colons, auxquelles incombaient l’éducation des enfants, l’élevage des petits animaux, la mise en conserve des denrées alimentaires, la cuisine, le stockage de la nourriture, le jardinage, le reprisage, la couture, le recyclage, les économies et les privations. Quand un homme postulait pour une exploitation agricole, on auditionnait aussi sa femme pour le rôle de la fermière (les hommes célibataires et les couples sans enfant n’étaient généralement pas retenus). Le Department of Subsistence Homesteads (Division des fermes de subsistance) expliqua que :

  • 37 Mémorandum à l’attention de la presse, 16 septembre 1934, p. 3.

[…] indépendamment de la motivation du mari, l’épouse doit démontrer au comité qu’elle est parfaitement convaincue des avantages du plan. Ses aptitudes dans les tâches liées à son statut de conjointe, telles que la fabrication des conserves, la couture ou le jardinage sont décrites comme autant d’atouts pour l’éligibilité du candidat37.

  • 38 Borsodi 1933: 5, 20, 112.
  • 39 Ralph Borsodi, « A civilization of factories, or a civilization of homes? », The New Republic, 31 (...)

33Pour les aider à remplir leurs « devoirs d’épouses », les Américaines pouvaient se tourner vers Myrtle Mae Borsodi, la femme du célèbre théoricien agraire et homesteader Ralph Borsodi. En 1933, ce dernier publia un guide pratique pour les fermiers, intitulé Flight from the City. An Experiment in Creative Living on the Land38. Au beau milieu de la Grande Dépression, l’ouvrage trouva un large écho. En renouant avec la production maison, facilitée par les progrès de la technologie moderne, Ralph Borsodi déclarait qu’une famille ne pouvait se nourrir, s’habiller et subvenir à ses besoins à un coût moindre qu’en effectuant un travail salarié. Ce faisant, les Américains pourraient échapper non seulement aux effets nuisibles de la vie urbaine mais aussi aux fluctuations déstabilisantes du cycle économique. Il avait pour idéal une forme d’agriculture vivrière mettant à l’abri de « l’augmentation et de la chute des prix sur les marchés agricoles volatiles »39.

34Myrtle Mae, l’épouse de Borsodi, devint elle-même une personnalité publique. En février 1937, elle brossa un tableau pour le Scribner’s Magazine sous le titre accrocheur « The New Woman Goes Home » (« La Femme nouvelle rentre au foyer »). Elle y renforçait le lien entre le retour à la terre et le retour aux rôles genrés traditionnels.

  • 40 Myrtle Mae Borsodi, « The new woman goes home », Scribner’s, février 1937, p. 52-55.

Sans remettre en question le fait qu’il est souhaitable d’obtenir le droit d’accéder à toutes ces nouvelles activités [voter, travailler, être propriétaire], et même de délaisser les tâches ménagères si l’on veut, non seulement je désavoue la sagesse d’un tel changement […] mais je conteste le bien-fondé économique dudit changement. Gagner de l’argent, pour l’écrasante majorité des femmes, n’est pas rentable […]. Ça n’est pas rentable, ni pour elles, ni pour leurs familles, ni pour la société40.

35Cette appréciation négative de l’emploi féminin reflétait un consensus plus large qui avait cours pendant la Grande Dépression. Nombre de femmes mariées travaillaient afin de compenser la perte de revenus de leurs maris ou d’autres membres de la famille. Or ce phénomène était vu comme particulièrement menaçant aux États-Unis et dans certains pays européens, où les discours populaires et officiels en vigueur sur la Grande Dépression renforcèrent une conception du chômage comme menace pour la famille et les rôles genrés. En guise d’exception qui fait la règle, George Orwell observa que les rôles de genre dans le Nord industriel anglaise n’avait pas vraiment été transformés par le chômage de masse des hommes ; mais cela parce que les femmes surcompensaient pour prémunir leurs maris contre le sentiment de castration :

L’homme se tourne les pouces du matin au soir alors que la femme a autant de travail qu’auparavant – davantage même puisqu’elle doit faire bouillir la marmite avec moins d’argent. Pourtant, si je me fie à mes observations, les femmes ne protestent pas. Je crois qu’elles partagent l’opinion de leur mari, à savoir qu’un homme abdiquerait sa virilité si, pour la simple raison qu’il est sans travail, il se transformait en “fée du logis”.

36Orwell en arrive au constat que :

  • 41 Orwell 1982 [1937] : 92. Sur la question de la virilité et la Grande Dépression, voir aussi Armen (...)

[…] ce qui est indéniable, c’est l’influence désastreuse, débilitante, qu’a le chômage sur toute personne, mariée ou célibataire, et sur les hommes encore plus que sur les femmes41.

37Parallèlement, dans leur célèbre enquête menée en 1931 sur les conséquences sociales et psychologiques du chômage dans la petite ville rurale de Marienthal en Basse-Autriche, Marie Jahoda, Paul Lazarsfeld et Hans Zeisel décrivaient des contraintes similaires pesant sur les femmes, obligées d’équilibrer les pertes de revenus par leur propre travail domestique. L’une d’elles confiait :

  • 42 Lazarsfeld, Jahoda & Zeisel 1981 [1933] : 115.

Bien que j’aie beaucoup moins à faire qu’avant, je suis occupée toute la journée et je n’ai aucune distraction. Autrefois, on achetait des vêtements aux enfants, maintenant il faut repriser et réparer toute la journée pour qu’ils soient corrects42.

38Travailler à l’extérieur de la maison manquait cruellement à un grand nombre d’entre elles comme en témoignent ces propos :

  • 43 Ibid. : 116.

Le plus beau jour pour moi serait celui de mon retour à l’usine. Ce n’est pas seulement pour l’argent ; on ne vit pas, enfermée comme ça entre quatre murs43.

  • 44 Komarovsky 1940 : 1.

39Paul Lazarsfeld émigra à New York pour échapper aux nazis en 1935. L’une de ses étudiantes à l’université de Columbia, Mirra Komarovsky, mena la première étude sociologique consacrée spécifiquement à la façon dont le chômage eut une incidence sur les rôles de genre et les dynamiques familiales (Komarovsky devint l’une des fondatrices des Gender Studies aux États-Unis)44. Les chômeurs interrogés parlaient ouvertement de leurs sentiments de castration. Un mari reconnaissait :

Il ne fait aucun doute que notre famille a changé, et pour le dire en un mot, j’ai renoncé à commander […]. Je pense que l’homme doit être le chef au sein de la famille. J’ai des idées vieux jeu sur la question […] Mais maintenant, je n’essaie même plus d’être le chef. C’est elle qui tient les cordons de la bourse et je n’ai jamais d’argent sur moi sinon celui que je dois lui demander ».

40Un autre confiait :

Avant la crise [...], c’est moi qui portais la culotte dans cette famille, et à juste titre. Pendant la dépression, j’ai perdu quelque chose. Vous pouvez l’appeler le respect de soi, mais j’ai aussi perdu le respect de mes enfants, et j’ai peur d’être en train de perdre ma femme.

41Ces sentiments d’humiliation se voyaient exacerbés lorsque les épouses reprochaient personnellement à leurs maris d’être au chômage. « Quand un mari ne peut pas subvenir aux besoins du ménage et vous plonge dans l’inquiétude, on cesse de l’aimer », déclara une femme à Komarovsky. Cette dernière en concluait que :

  • 45 Komarovsky 1940: 74.

[…] outre la véritable angoisse économique, l’homme est en proie à une terrible humiliation. Il souffre d’un sentiment de profonde frustration parce que, selon lui, il échoue à remplir ce qui constitue le devoir principal de son existence, la pierre d’attouchement de sa masculinité – le rôle de soutien de famille […] C’est comme si le sol s’était dérobé sous ses pieds45.

42Les homesteads cherchèrent littéralement à rétablir « le sol sous les pieds » des hommes symboliquement émasculés – à leurs propres yeux et à ceux des autres – par la Dépression et l’effondrement de l’économie mondiale qui l’avait engendrée. On encourageait les colons à se transformer en pourvoyeurs auto-suffisants, en propriétaires indépendants et en citoyens « utiles ». Comme l’expliquait en 1934 Charles Pynchon du Bureau des fermes de subsistance :

  • 46 Charles E. Pynchon, « The Subsistence Homesteads Program, Address before the National Association (...)

Notre gouvernement permet à un homme de posséder une parcelle de la bonne terre américaine, de la cultiver et d’élever sa famille dans les traditions ancestrales que nous révérons tous46.

*
**

43On ne peut pas négliger le fait que les fantasmes de démondialisation ou d’autosuffisance nationale séduisirent de nombreuses femmes dans l’entre-deux-guerres. On ne peut pas davantage faire de l’avant-guerre un paradis féministe. Les bienfaits de la mondialisation ne se répartissaient pas équitablement et nombre de femmes eurent à subir la violence et l’inégalité engendrées par le capitalisme mondial et l’impérialisme. Or l’anti-mondialisme fut stimulé, du moins en partie, par un impérieux désir de restaurer les rôles traditionnels de genre à une époque de bouleversement politique et économique, en enracinant littéralement les femmes et les familles dans la terre et le foyer.

  • 47 « Die Reichsbeauftragten über die Rohstofflage », 12 août 1936, R2501/6608, Bundesarchiv Berlin.
  • 48 Haushofer 1941. Voir aussi Tooze 2006 ; Li 2007 ; Heim 2002.

44Si l’antimondialisme de l’entre-deux-guerres constitua une réponse à l’effondrement de l’Empire, aucun responsable européen ne chercha malgré tout à mettre un terme à l’impérialisme. Au contraire, ces mouvements finirent par inspirer de nouvelles entreprises impérialistes. Il fallait se rendre à l’évidence que l’autarcie était un but impossible à atteindre. Comme le reconnaissait un expert de la Banque centrale allemande (la Reichsbank), « même si nous avions 20 millions de moutons, nous ne pourrions pas produire plus de 20% de la laine consommée sur le marché intérieur »47. Vers le milieu des années trente, ayant fait le constat que l’autosuffisance était un projet irréaliste, maints États envisagèrent l’expansion ou la consolidation des empires comme la meilleure solution pour parvenir à « se libérer » de l’économie mondiale. Le Royaume-Uni et la France tentèrent l’un et l’autre de s’appuyer davantage sur les matières premières en provenance de leurs colonies pendant la Grande Dépression. « Faire ses courses dans l’Empire » prit une ampleur inédite dans la Grande-Bretagne des années vingt, où on encourageait les femmes à n’acheter, cuisiner et manger que des denrées alimentaires produites dans l’Empire britannique. En 1932, les Accords d’Ottawa ratifiaient le principe du « libre marché impérial » en Grande-Bretagne, instaurant un système de tarifs douaniers préférentiels pour les échanges commerciaux au sein de l’Empire. Au même moment, le Japon essayait de créer un empire anticolonial autonome en Asie orientale. La sphère de coprospérité de la Grande Asie orientale visait à dégager un bloc régional autosuffisant débarrassé de la domination blanche occidentale et dirigé par le Japon. Après 1939, les responsables politiques nazis abandonnèrent l’idée d’autarcie pour la seule nation allemande au profit de l’autarcie pour toute l’Europe continentale – dominée par l’Allemagne. On se souvient d’Hitler et de Mussolini pour leurs tentatives de conquérir le monde plutôt que comme des antimondialistes. Néanmoins, ils justifiaient leurs aspirations impériales au nom d’une autosuffisance économique. Ils créèrent des Empires anti-mondialistes48.

  • 49 Harvey 2003.
  • 50 Deutsche Hauswirtschaft. Zeitschrift der Reichsfrauenführung, 6 juin 1942 : 84-94 ; 9 septembre 1 (...)
  • 51 « Vom Sparen und Bewahren », Deutsche Hauswirtschaft. Zeitschrift der Reichsfrauenführung, 6 juin (...)

45Quand l’Italie fasciste envahit l’Éthiopie en 1935 et le Troisième Reich attaqua la Pologne dans leur quête impérialiste, les citoyens étaient préparés. Ils avaient déjà une bureaucratie nationale, un groupe d’experts, et derrière eux une longue expérience en matière d’implantations rurales, qu’ils pouvaient transposer dans un contexte et une démarche coloniale. Les « villes nouvelles » de Mussolini servirent de modèles pour la colonisation de la Libye et de l’Éthiopie. Fait décisif, les femmes étaient, elles aussi, préparées pour la conquête. Les expertes de la colonisation intérieure dans l’Allemagne nazie exercèrent leurs compétences dans l’Est occupé, où elles se chargeaient du nettoyage des maisons dont les Polonais et les Juifs avaient été expropriés et les préparaient pour qu’elles accueillent les familles de colons allemands49. À la fin de la Seconde Guerre mondiale, les magazines féminins allemands abondaient en articles exhortant leurs lectrices à la pratique du « Faites-le vous-même ! » – accompagnés de consignes pour fabriquer, chez soi, des vêtements, du linge, des jouets, des chaussures et des sacs50. Des années de propagande en faveur de l’autarcie avaient aussi préparé les citoyens aux pénuries en temps de guerre et à une économie du tout faire soi-même et du système D51. Ces nouveaux empires allemands et italiens étaient genrés mais ils répondaient aussi en profondeur à l’idéologie genrée de l’anti-mondialisme. Les impérialistes du nouvel ordre aspiraient à une forme de « liberté » par rapport à l’économie mondiale, une liberté censée fixer les familles et les femmes – et qui exigeait une quantité énorme de travail domestique.

Haut de page

Bibliographie

Sources

Borsodi Ralph, 1933, Flight from the City. An Experiment in Creative Living on the Land, New York, Harper & Brothers.

Bonne Georg, 1935, Wie können wir Deutschlands Ernährung vom Auslande unabhängig machen? Dresden, Verlag für angewandte Lebenspflege.

Cicogna Adelmo, 1939, Per l’autarchia. Manuale del consumatore italiano, Roma, Edizioni dell’Autore.

Goss Elsa, 1939, Compiti ed ideali della donna fascista, Genoa, Edizioni Periodiche.

Haushofer Karl, 1941, Der Kontinentalblock, München, Zentralverlag der NSDAP.

Hildebrand Ruth, 1941 (juin), « Blick über Grenzen. Frauenarbeit im Geist einer neuen internationalen Lebensordnung », Deutsche Hauswirtschaft, p. 83.

Johnston Paul & Dorothy C. Goodwin, 1942, « The Back-to-The-Land-Movement », in Russell Lord & Paul Johnston (eds), A Place on Earth: a critical appraisal of subsistence homesteads, Washington, DC, Bureau of Agricultural Economics, p. 11-22.

Ludowici Johann Wilhelm, 1935, Das deutsche Siedlungswerk, Heidelberg, C. Winter.

Orwell George, 1982, Le Quai de Wigan, Paris, Champ libre [trad. de l’anglais, par Michel Pétris, de The Road to Wigan Pier, New York, Gollancz, Left Book Club Edition, 1937].

Randi Elisabetta, 1942, La Cucina Autarchia. Nozioni Theoriche e Pratiche di Autarchia Alimentare, Firenze, L. Cionini.

Sheepshanks Mary, 1916, « Is internationalism dead? », Jus Suffragii. Monthly Organ of the International Woman, 10/9, p. 1.

Bibliographie

Abelson, Elaine S., 2003, « “Women who have no men to work for them”: gender and homelessness in the Great Depression, 1930-1934 », Feminist Studies, 29/1, p. 104-127.

Applegate Celia, 1990, A Nation of Provincials, Berkeley, University of California Press.

Armengol Josep M., 2014, « Gendering the Great Depression: rethinking the male body in 1930s American culture and literature », Journal of Gender Studies, 23/1, p. 59-68.

Berend Iván T. & György Ránki, 1974, Economic Development in East-Central Europe in the 19th and 20th Centuries, New York, Columbia University Press.

Blee Kathleen M., 1991, Women of the Klan: racism and gender in the 1920s, Berkeley, University of California Press.

Boyce Robert, 2009, The Great Interwar Crisis and the Collapse of Globalization, New York, PRESS.

Brown Dona, 2011, Back to the Land: the enduring dream of self-sufficiency in modern America, Madison, University of Wisconsin Press.

Caprotti Federico, 2007, Mussolini’s Cities: internal colonialism in Italy, 1930-1939, Youngstown, New York, Cambria Press.

Confino Alon, 2000, The Nation as a Local Metaphor: Württemberg, imperial Germany, and national memory, 1871-1918, Chapel Hill, NC, University of North Carolina Press.

Conkin Paul K., 1959, Tomorrow a New World: the New Deal community program, Ithaca, Cornell University Press.

Conrad Sebastian, 2010, Globalization and the Nation in Imperial Germany, Cambridge, Cambridge University Press.

Gerhard Gesine, 2015, Nazi Hunger Politics: a history of food in the Third Reich, Lanham, Rowman & Littlefield.

Ghirardo Diane, 1989, Building New Communities: New Deal America and fascist Italy, Princeton, Princeton University Press.

Gordon Linda, 2017, The Second Coming of the KKK: the Ku Klux Klan of the 1920s and the American political tradition, New York, Liveright Publishing Corporation.

Harvey Elizabeth, 2003, Women in the Nazi East: agents and witnesses of Germanization, New Haven, Yale University Press.

Healy Maureen, 2004. Vienna and the Fall of the Habsburg Empire, Cambridge, Cambridge University Press.

Heim Susanne (ed.), 2002, Autarkie und Ostexpansion: pflanzensucht und agrarforschung im nationalsozialismus, Göttingen, Wallstein Verlag.

Helstosky Carol, 2004, « Fascist food politics: Mussolini’s policy of alimentary sovereignty », Journal of Modern Italian Studies, 9/1, p. 1-26.

Higonnet Margaret Randolph et al. (eds), 1989, Behind the Lines: gender and the Two World Wars, New Haven, Yale University Press.

Hull Isabel, 2014, A Scrap of Paper: breaking and making international Law During the Great War, Ithaca, Cornell University Press.

James Harold, 2001, The End of Globalization: lessons from the Great Depression. Cambridge, MA, Harvard University Press.

Komarovsky Mirra, 1940, The Unemployed Man and his Family: the effect of unemployment on the status of the man in fifty-nine families, New York, Dryden Press.

Lazarsfeld Paul F., Jahoda Marie & Hans Zeisel, 1981, Les Chômeurs de Marienthal, Paris, Éditions de Minuit [trad. de l’allemand, par Françoise Laroche, de Die Arbeitslosen von Marienthal. Ein soziographischer Versuch über die Wirkungen langandauernder Arbeitslosigkeit, Hirzel, Leipzig, 1933].

Li Wie, 2007, Deutsche Pläne zur Europäischen wirtschaftlichen Neuordnung, 1939-1945, Hamburg, Verlag Dr. Kovač.

Manela Erez, 2009, The Wilsonian Moment Self-Determination and International Origins of anti-Colonial Nationalism, Oxford, Oxford University Press.

McKeown Adam, 2004, « Global migration, 1846-1940 », Journal of World History, 15/2, p. 155-189.

Ogle Vanessa, 2015, The Global Transformation of Time, 1870-1950, Cambridge, Harvard University Press.

Osterhammel Jürgen & Niels P. Petersson, 2005, Globalization: a short history, Princeton, Princeton University Press [trad. de l’allemand, par Dona Geyer, de Geschichte der Globalisierung. Dimensionen, Prozesse, Epochen, C.H. Beck, 2003].

Pergher Roberta, 2018, Mussolini’s Nation-Empire: sovereignty and settlement in Italy’s borderlands, 1922-1943, Cambridge, Cambridge University Press.

Reagin Nancy, 2001, « Marktordnung and autarkic housekeeping: housewives and private consumption under the Four-Year Plan, 1936-1939 », German History, 19/2, p. 162-184.

Roberts Mary Louise, 1994. Civilization without Sexes: reconstructing gender in Postwar France, 1917-1927, Chicago, University of Chicago Press.

Sharp Ingrid, 2014, « “A Foolish Dream of Sisterhood”: anti-pacifist debates in the German Women’s Movement, 1914-1919 », in Christa Hämmerle (ed.), Gender and the First World War, London, Palgrave Macmillan, p. 195-213.

Sharp Ingrid & Matthew Stibbe, 2017, « Women’s international activism during the interwar period, 1919-1939 », Women’s History Review, 26/2, p. 163-172.

Sluga Glenda, 2013, Internationalism in the Age of Nationalism, Philadelphia. University of Pennsylvania Press.

Sluga Glenda & Patricia Clavin (eds), 2016, Internationalisms: a twentieth century history, Cambridge, Cambridge University Press.

Snowden Frank. 2006, The Conquest of Malaria: Italy, 1900-1962, New Haven, Yale University Press.

Tooze Adam, 2006, Wages of Destruction: the making and breaking of the Nazi economy, New York, Penguin Press.

Weinreb Alice. 2016, Modern Hungers: food and power in twentieth-century Germany, Oxford, Oxford University Press.

Weitz Eric, 2008, « From the Vienna to the Paris system: international politics and the entangled histories of human rights, forced deportations, and civilizing missions », American Historical Review, 113/5, p. 1313-1343.

Zahra Tara, 2016, The Great Departure: mass migration and the making of the free world, New York, W.W. Norton.

Haut de page

Notes

1 Sheepshanks 1916.

2 James 2001 ; Boyce 2009.

3 McKeown 2004.

4 Voir entre autres Manela 2009 et Weitz 2008.

5 L’accent mis sur l’antimondialisme ne vise pas à scinder la démondialisation de la mondialisation elle-même. Les deux peuvent s’envisager en relation ou en réaction l’une envers l’autre. Voir Osterhammel & Petersson 2005 [2003]. Sur le lien entre mondialisation et nationalisme ou localisme, voir aussi Conrad 2010 ; Ogle 2015 ; Sluga 2013 ; Sluga & Clavin 2016.

6 Roberts 1994 ; Higonnet et al., 1989 et Healy 2004.

7 Sur ces bouleversements, voir Zahra 2016, chap. II.

8 Sharp 2014. Voir aussi Sharp & Stibbe 2017.

9 Cité dans Sharp 2014 : 205.

10 Weinreb 2016, chapitres I-II; Hull 2014: 141-182.

11 James 2001 : 105 ; Berend & Ránki 1974 : 201.

12 Sur la fermeture des frontières après la Première Guerre mondiale, voir Zahra 2016.

13 Kauft österreichischer Waren! Wirtschaftlicher Leitfaden für Lehrpersonen, Vienne, Arbeitsgemeinschaft wirtschaftlicher Körperschaften, 1934, 19, p. 64-65. Rappelons l’arrivée au pouvoir, en 1932, du chancelier autoritaire mais anti-Nazi Engelbert Dolfuss.

14 Sur les « villes nouvelles » en rapport avec l’empire et l’autarcie, voir Pergher 2018 ; Snowden 2006 ; Caprotti 2007 ; Ghirardo 1989.

15 Goss 1939 : 7-8.

16 Cicogna 1939 : 10.

17 Randi 1942 : 11, 17.

18 Helstosky 2004.

19 James 2001 : 187.

20 Ludowici 1935 : 26. Sur Backe, voir Gerhard 2015.

21 Bonne 1935 : 9, 6, 39, 12, 28.

22 Reagin 2001.

23 Sur le concept de Heimat dans la culture nationaliste allemande, voir Applegate 1990 ; Confino 2000.

24 « Der Massenaufmarch der Siedler und Siedlerfreude am 3. April », Der Siedler [Le Colon], 1, n° 2, mai 1921, p. 22.

25 Emil Magschiß, « Was ist Innenkolonisation? », Mein Stückchen Land, Wochenbeilage der Illustrierten Kronen-Zeitung für Gartenbau, Kleintierzucht und Tierliebhaberei, 2 décembre 1932, p. 5.

26 Klara Friedländer, « Die neue Frauenfrage », Das Wort der Frau, 18 décembre 1932, p. 3. Composé de femmes de la classe moyenne, le parti des femmes autrichiennes est de centre-droit sans affiliation formelle avec un parti politique.

27 Bauen, Siedeln, Wohnen, tome 18 (1er septembre 1938).

28 « So sollst do wohnen! », Der Angriff, 6 mars 1937, R113/3102, Bundesarchiv, Berlin.

29 Frau Dr. Vorwerck, « Die Frau in der Siedlung », 27 octobre 1938, Vortrag der Sondertagung Siedlerbetreuung der Reichsarbeitstagung d. Reichsheimstättenamtes der DAF, NS/5/VI, 5260, Bundesarchiv, Berlin.

30 Ibid.

31 « Spinnrad kommt wieder zu Ehren », Die Zeit: Sudetendeutsches Tagblatt, 16 janvier 1941 ; Friedrich Rehm, « Die Landfrau in ihrem Heim : Erneuuerung der bäuerlichen Wohnkultur », Die deutche Landfrau, 2 août 1936 ; « Weben, die Handarbeit der modernen Frau », Völkische Frauenzeitung, 3 février 1935 ; « Das Spinnrad lebt wieder auf », Völkischer Beobachter, 14 février 1935 ; D. Ohlsen, « Spinnräder surren wieder », Der Angriff, 14 février 1935.

32 Hildebrand 1941 : 83. Ruth Hildebrand, membre du parti nazi depuis 1939, était chef de presse et de propagande de la Reichsfrauenführung en Pologne à l’époque de cette tribune, publiée dans un journal féminin nazi 

33 Blee 1991 : 17 ; Gordon 2017 : 26-30, 194-195.

34 Sur les mouvements de retour à la terre aux États-Unis, voir Brown 2011.

35 Sur le projet des fermes de subsistance (Subsistence Homestead project), voir Conkin 1959 ; Johnston 1942.

36 Abelson 2003.

37 Mémorandum à l’attention de la presse, 16 septembre 1934, p. 3.

38 Borsodi 1933: 5, 20, 112.

39 Ralph Borsodi, « A civilization of factories, or a civilization of homes? », The New Republic, 31 juillet 1929, p. 281-283.

40 Myrtle Mae Borsodi, « The new woman goes home », Scribner’s, février 1937, p. 52-55.

41 Orwell 1982 [1937] : 92. Sur la question de la virilité et la Grande Dépression, voir aussi Armengol 2014.

42 Lazarsfeld, Jahoda & Zeisel 1981 [1933] : 115.

43 Ibid. : 116.

44 Komarovsky 1940 : 1.

45 Komarovsky 1940: 74.

46 Charles E. Pynchon, « The Subsistence Homesteads Program, Address before the National Association of Housing officials at the Washington Hotel », 13 octobre 1934.

47 « Die Reichsbeauftragten über die Rohstofflage », 12 août 1936, R2501/6608, Bundesarchiv Berlin.

48 Haushofer 1941. Voir aussi Tooze 2006 ; Li 2007 ; Heim 2002.

49 Harvey 2003.

50 Deutsche Hauswirtschaft. Zeitschrift der Reichsfrauenführung, 6 juin 1942 : 84-94 ; 9 septembre 1942 : 132.

51 « Vom Sparen und Bewahren », Deutsche Hauswirtschaft. Zeitschrift der Reichsfrauenführung, 6 juin 1942.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Tara Zahra, « Fin d’empire et genre de la déglobalisation (1914-1939) »Clio, 53 | 2021, 165-190.

Référence électronique

Tara Zahra, « Fin d’empire et genre de la déglobalisation (1914-1939) »Clio [En ligne], 53 | 2021, mis en ligne le 02 janvier 2024, consulté le 20 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/clio/19825 ; DOI : https://doi.org/10.4000/clio.19825

Haut de page

Auteur

Tara Zahra

Tara Zahra est titulaire de la chaire Homer J. Livingson d’histoire à l’Université de Chicago. Son livre le plus recent est The Great Departure: Mass Migration and the Making of the “Free World” (Norton, 2016). Parmi ses ouvrages précédents, The Lost Children: Reconstructing Europe’s Families after World War II (Harvard University Press, 2011) et Kidnapped Souls: National Indifference and the Battle for Children in the Bohemian Lands (Cornell, 2008). Elle travaille actuellement sur une histoire de la Première Guerre mondiale en Empire habsbourgeois (co-écrit avec Pieter Judson) et une histoire de la démondialisation en Europe pendant l’entre-deux-guerres. Tzahra[at]uchicago.edu

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search