Navigation – Plan du site

AccueilNuméros53DocumentsLe procès de Micaela Mutis (1822)...

Documents

Le procès de Micaela Mutis (1822). Un tournant historiographique de l’Indépendance colombienne

The trial of Micaela Mutis (1822). A turning point in the historiography of Colombian independence
El juicio de Micaela Mutis (1822). Un giro historiográfico de la Independencia colombiana
Gloria Vargas-Tisnés et Laura Buitrago
Traduction de Capucine Boidin
p. 191-198

Résumés

Entre 1822 et 1824, Micaela Mutis, nièce de Don José Celestino Mutis, mène une intense bataille juridique contre son mari pour obtenir la garde de son enfant illégitime et revendiquer ses droits de citoyenne dans la nouvelle République de Colombie ; paradoxalement, elle est condamnée par le nouvel État en vertu des lois de l’Empire espagnol récemment abandonné. Ce cas, découvert et analysé par l’historienne Aída Martínez Carreño, souligne la nécessité de réinterpréter le rôle des femmes dans l’historiographie colombienne ainsi que la relation entre la vie privée et la vie publique et politique de nombre d’entre elles, qui ont été encouragées à devenir citoyennes grâce à leur engagement pour la cause patriotique. Ces dernières années, des chercheuses tels que Judith González et Martha Lux ont contribué à l’histoire des femmes en Colombie avec des résultats qui discutent et démontrent une fois de plus que le rôle joué par les femmes à cette époque est loin du rôle passif que l’historiographie traditionnelle, majoritairement masculine, leur avait accordé.

Haut de page

Notes de la rédaction

Traduit de l’espagnol par Capucine Boidin

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Aperçu du texte

En 1991, dans la salle de consultation des Archives générales de la nation de Colombie, alors qu’elle cherchait la voix étouffée des femmes ordinaires, Aída Martínez a trouvé Micaela Mutis. Les quelques centimètres qui séparaient son dossier judiciaire, daté de 1822, du regard étonné de la chercheuse, ont comprimé près de 200 ans de silence et de longue attente entre les deux femmes ; l’une en tant qu’historienne et l’autre en tant que sujet politique.

Que faisait Micaela Mutis Consuegra (Bucaramanga 1783 – Bogotá 1841), nièce créole du célèbre botaniste Don José Celestino Mutis, dans la liste déplorable des infanticides, des ivrognes, des fauteuses de troubles et des voleuses ? Qu’est-ce qui avait pu produire un dossier de 200 pages – recto verso – avec des documents écrits à Girón, Bucaramanga et Bogotá ? Le titre donnait une première piste
Cause du Docteur Miguel Valenzuela contre sa femme Micaela Mutis et Juan Bautista González pour adultère (f236r à 456v).

Originaire elle aussi de...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gloria Vargas-Tisnés et Laura Buitrago, « Le procès de Micaela Mutis (1822). Un tournant historiographique de l’Indépendance colombienne »Clio. Femmes, Genre, Histoire, 53 | 2021, 191-198.

Référence électronique

Gloria Vargas-Tisnés et Laura Buitrago, « Le procès de Micaela Mutis (1822). Un tournant historiographique de l’Indépendance colombienne »Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 53 | 2021, mis en ligne le 02 janvier 2024, consulté le 26 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/clio/19873 ; DOI : https://doi.org/10.4000/clio.19873

Haut de page

Auteurs

Gloria Vargas-Tisnés

Gloria Vargas-Tisnés est conservatrice et restauratrice du patrimoine culturel (Université Externado en Colombie). Elle a publié La Nación de los Mosaicos: relaciones de identidad, literatura y política en Bogotá (1856-1886) (Universidad Externado de Colombia, 2016). Depuis 1997, elle travaille comme professeure et chercheuse à l’Université Externado. Elle a été directrice des archives de Bogotá entre 2016 et 2018. Doctorante en histoire et études humanistes à l’Université Pablo de Olavide de Séville, sous la double direction de Jose María Miura Andrades et Heraclio Bonilla. Gmvati[at]yahoo.com.mx

Laura Buitrago

Laura Buitrago est historienne de l’Université Externado de Colombie. Actuellement doctorante en sciences humaines à l’Université Carlos III de Madrid sous la direction de Mirella Romero Recio et membre du projet de recherche « Recepción e Influjo de Pompeya y Herculano en España e Iberoamérica 1738-1936 » (PGC2018-093509-B-I00, Ministerio de Ciencia e Innovación / AEI / FEDER / UE). Ses recherches portent sur l’Antiquité classique en Amérique latine, l’histoire des femmes en Colombie et l’analyse de la culture. Labuitra[at]hum.uc3m.es

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Belin
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search