Navigation – Plan du site

AccueilNuméros53DocumentsDans l’ombre de l’Histoire. Anis ...

Documents

Dans l’ombre de l’Histoire. Anis Kidwai et l’histoire féministe de la Partition de l’Inde

In the shadow of history: Anis Kidwai and the feminist history of the Partition of India
En la sombra de la Historia: Anis Kidwai y la historia feminista de la Partición de India
Anne Castaing
p. 199-213

Résumés

En 1971, Anis Kidwai, jeune veuve de la bourgeoisie intellectuelle musulmane d’Inde du Nord devenue travailleuse sociale, publiait Azadi ki chaon me (Dans l’ombre de la liberté), autobiographie bouleversante rédigée plus de vingt ans plus tôt, dans le bruit et la fureur qui accompagnèrent en 1947 la Partition de l’Inde au moment de la décolonisation. Elle met en évidence l’ampleur des violences genrées pendant la Partition, violences largement bannies des histoires nationales jusqu’aux années 1990-2000 où elles furent réexaminées par les historien.nes des Subaltern Studies. Cette autobiographie constitua à cet égard une source amplement mobilisée par des historien.nes soucieux d’explorer les « consciences subalternes », dont le récit de vie fut un véhicule privilégié. À cet égard, bien que très documentée, l’autobiographie de Kidwai constitue un choix peu anodin puisqu’il conjugue le témoignage et le « littéraire », mobilise tout autant le mode du récit référentiel que celui de l’expérience historique et le registre de l’émotion. Cet article s’intéresse à cette autobiographie, sa redécouverte puis sa traduction dans les années 2000, comme témoin du changement radical de paradigme entrepris par les Subaltern Studies dans leur approche de l’histoire, et plus particulièrement de l’histoire des violences de masse.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

La Partition de l’Inde
Anis Kidwai et l’histoire des femmes
L’histoire par les larmes
Hamdard : la compassion comme ciment communautaire

Aperçu du texte

En 1974, Anis Kidwai, jeune veuve de la bourgeoisie intellectuelle musulmane d’Inde du Nord devenue travailleuse sociale, publiait Azadi ki chaon me (« Dans l’ombre de la liberté »), autobiographie bouleversante rédigée vingt ans plus tôt, dans le bruit et la fureur qui accompagnèrent en 1947 la Partition de l’Inde au moment de la décolonisation. Elle y raconte notamment le meurtre de son mari, alors administrateur local d’une petite ville des contreforts de l’Himalaya, puis son engagement auprès de Gandhi et des travailleurs sociaux investis dans l’accueil des centaines de milliers de réfugiés qui affluaient à Delhi, enfin et surtout sa participation aux vastes campagnes de récupération et réhabilitation des femmes kidnappées lors des violences qui accompagnèrent la Partition. Elle mettait ainsi en évidence l’ampleur des violences genrées pendant la Partition, violences largement bannies des histoires nationales jusqu’aux années 1990-2000 où elles furent réinvesties par les histori...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Castaing, « Dans l’ombre de l’Histoire. Anis Kidwai et l’histoire féministe de la Partition de l’Inde »Clio. Femmes, Genre, Histoire, 53 | 2021, 199-213.

Référence électronique

Anne Castaing, « Dans l’ombre de l’Histoire. Anis Kidwai et l’histoire féministe de la Partition de l’Inde »Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 53 | 2021, mis en ligne le 02 janvier 2024, consulté le 26 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/clio/19915 ; DOI : https://doi.org/10.4000/clio.19915

Haut de page

Auteur

Anne Castaing

Anne Castaing est chargée de recherche au Centre d’Études de l’Inde et de l’Asie du Sud (CNRS/EHESS). Ses travaux portent sur les littératures d’Asie du Sud et l’écriture littéraire de l’histoire, notamment celle du mouvement nationaliste, de la partition de l’Inde et les récits des violences genrées. Elle a notamment publié Raconter la Partition de l’Inde (2019), Genre et nations partitionnées (Genre et histoire, avec Benjamin Joinau, 2020) et Écrire et penser le genre en contextes postcoloniaux (Peter Lang, avec Elodie Gaden, 2017). anne.castaing[at]ehess.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Belin
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search