Navigation – Plan du site

AccueilNuméros53VariaImpératrices et abbesses : les do...

Varia

Impératrices et abbesses : les dominae imperiales ottoniennes (xe-xie siècle)

Empresses and abbesses: Ottonian dominae imperiales (tenth and eleventh centuries)
Emperatriz y abadesa: las dominae imperiales otonianas (siglos x-xi)
Justine Audebrand
p. 237-260

Résumés

À la fin du xe siècle, en Germanie ottonienne, dans des circonstances politiques particulières, se développe une nouvelle forme de pouvoir au féminin, qui ne se restreint plus aux seules souveraines. Les filles et sœurs d’empereurs, en particulier Mathilde, abbesse de Quedlinburg, puis Sophie, moniale à Gandersheim, et Adélaïde, moniale à Quedlinburg, participent activement au gouvernement et à la représentation impériale du pouvoir. Elles peuvent exercer la régence et reçoivent de nouveaux titres, comme celui de dominae imperiales, qui leur est accordé par l’autrice des Annales de Quedlinburg, formidable miroir du pouvoir de ces femmes à l’aube du xie siècle. Cette nouvelle configuration témoigne de l’intégration pleine et entière des femmes à la dynastie ottonienne, qui se pense dans son ensemble comme dynastie souveraine.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cet article est la version remaniée et amplifiée d’une communication faite en mai 2019 aux journées du Laboratoire de médiévistique occidentale de Paris (LaMOP). Je remercie les participants, ainsi que Didier Lett, pour leurs suggestions qui m’ont permis de préciser certains points de mon argumentaire.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Genèse : impératrices et abbesses dans les années 960-970
L’institutionnalisation d’un pouvoir au féminin
Les jeunes années de Mathilde de Quedlinburg
Adélaïde, Théophano, Mathilde : les Ottoniennes au pouvoir (983-999)
La crise des années 983-985, une opportunité pour les femmes
Un pouvoir féminin collectif ?
Les sœurs d’Otton III (années 990-1002)
Sophie de Gandersheim, une autre princesse éduquée au pouvoir
Une nouvelle génération de dominae imperiales

Aperçu du texte

L’historiographie de la Germanie ottonienne (919-1024) a depuis longtemps noté l’importance des femmes et de leur pouvoir, notamment en Saxe. Les études se sont concentrées sur les souveraines, en particulier sur Adélaïde, seconde épouse d’Otton Ier (936-973), et sur Théophano, l’épouse byzantine d’Otton II (973-983). Pourtant, à la fin du xe siècle, l’exercice du pouvoir au féminin au sein de la famille impériale ne se restreint pas à ces deux figures : il s’agit d’un pouvoir partagé par d’autres femmes, en particulier Mathilde de Quedlinburg (sœur d’Otton II) puis Sophie de Gandersheim et Adélaïde de Quedlinburg (sœurs d’Otton III), qualifiées avec Adélaïde et Théophano de dominae imperiales. C’est une période particulière pour la dynastie ottonienne : il n’y a pas d’impératrice consort car Otton III (983-1002), qui accède au trône à l’âge de trois ans et meurt jeune, n’est pas marié. Cette conjoncture particulière explique en partie la présence d’autres femmes de l’entourage impé...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Justine Audebrand, « Impératrices et abbesses : les dominae imperiales ottoniennes (xe-xie siècle) »Clio. Femmes, Genre, Histoire, 53 | 2021, 237-260.

Référence électronique

Justine Audebrand, « Impératrices et abbesses : les dominae imperiales ottoniennes (xe-xie siècle) »Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 53 | 2021, mis en ligne le 02 janvier 2024, consulté le 26 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/clio/20049 ; DOI : https://doi.org/10.4000/clio.20049

Haut de page

Auteur

Justine Audebrand

Justine Audebrand, agrégée d’histoire, prépare une thèse à l’université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne / LaMOP UMR 8589 sur les fratries dans le haut Moyen Âge (vers 650-vers 1000) sous la direction de Geneviève Bührer-Thierry. Ses recherches portent principalement sur la famille et la parenté dans une perspective de genre et d’histoire sociale des femmes. Elle est l’autrice d’articles sur la reine Geberge et sur les objets féminins du haut Moyen Âge. justine.audebrand[at]gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Belin
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search