Navigation – Plan du site

AccueilNuméros54DossierNues sous l’œil des médecins. Dis...

Dossier

Nues sous l’œil des médecins. Discours hygiénistes sur les femmes vêtues à la mode (1795-1815)

Naked under the doctor’s eye. Hygienic discourses surrounding fashionable women in France (1795-1815)
Bénédicte Prot
p. 47-73

Résumés

Les transformations de l’habillement féminin dans la France de l’extrême fin du xviiie siècle suscitent une réaction du monde médical. Apparentant ces nouvelles tendances vestimentaires à un dévêtissement délétère, les médecins entreprennent de réguler les pratiques de leurs contemporaines à la mode et invoquent la préservation de la moralité, de la beauté et de la santé (individuelle et collective). L’étude à la fois resserrée et contextualisée d’un échantillon de textes médicaux met en lumière les conceptions genrées et les savoirs qui les sous-tendent ainsi que les procédés d’écriture et les stratégies discursives qui les caractérisent. Allant de la dissuasion à la persuasion, ces discours témoignent de la mise en œuvre d’un regard qui dénude et érotise le corps féminin. Cet article éclaire un moment où le corps vêtu est perçu comme nu, et intéresse ainsi l’histoire des représentations de la nudité féminine.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2025.
Consulter cet article

Plan

Le « nous » face au nu
Physiologie du corps féminin dénudé : modes, mœurs, morale
Proscrire et prescrire
Se dénuder : une pratique démodée ?

Aperçu du texte

Les dernières années du xviiie siècle français sont marquées par le changement, l’allégement et la simplification des toilettes féminines. Les femmes à la mode, qu’incarnent les Merveilleuses du Directoire (1795-1799), portent notamment des tuniques dites à l’antique, faites de mousseline et d’étoffes blanches et légères. Ne concernant qu’une petite frange de la population féminine restreinte aux classes aisées parisiennes, cette nouvelle manière de se vêtir a pu être, paradoxalement, apparentée à une mise à nu. La mode féminine suscite alors une vive réaction médicale qui perd en intensité à mesure que les robes se font autrement couvrantes, que le corps nu est « traqué » dès l’époque consulaire, et que Napoléon opère un contrôle et une mise en ordre du costume en l’inscrivant dans la vie de cour.

Ce moment au cours duquel les médecins du Directoire entreprennent de réguler les usages vestimentaires et les pratiques du dévêtissement de leurs contemporaines s’inscrit dans une dynamiq...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bénédicte Prot, « Nues sous l’œil des médecins. Discours hygiénistes sur les femmes vêtues à la mode (1795-1815) »Clio. Femmes, Genre, Histoire, 54 | 2021, 47-73.

Référence électronique

Bénédicte Prot, « Nues sous l’œil des médecins. Discours hygiénistes sur les femmes vêtues à la mode (1795-1815) »Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 54 | 2021, mis en ligne le 02 janvier 2025, consulté le 21 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/clio/20350 ; DOI : https://doi.org/10.4000/clio.20350

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Belin
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search