Navigation – Plan du site

AccueilNuméros54Dossier« Naked as a sign ». Comment les ...

Dossier

« Naked as a sign ». Comment les Quakers ont inventé la nudité protestataire

Jean-Pierre Cavaillé
p. 75-100

Résumés

Dans les années 1650, l’Angleterre fut le théâtre d’une longue série d’exhibitions prophétiques et protestataires, d’hommes et de femmes nues en des lieux publics (rues, églises, universités...), provoquant le scandale et l’incompréhension de la plus grande partie du public. Ces femmes et ces hommes allaient nus « as a sign », renouvelant ainsi un épisode de l’Ancien Testament (Ésaïe 20.2-3) pour dénoncer la « nudité » spirituelle de ceux devant lesquels ils s’exhibaient. Cette pratique visait à montrer ce que Dieu était sur le point de leur infliger : une mise à nu, un dépouillement complet de tous leurs biens, pouvoirs et prérogatives sociales. Une approche genrée de ces exhibitions de nudité éclaire les enjeux théologico-politiques et sociaux d’un phénomène qui accompagna la naissance et le développement du mouvement quaker et se prolongea jusqu’en Nouvelle-Angleterre

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2025.
Consulter cet article

Plan

Le spectre adamiste
Exhibitions prophétiques quakers
La présence des femmes
Protestations contre la nudité infligée comme peine
La nudité contre-nature des femmes protestataires
De l’interprétation psychopathologique à l’activisme politique

Aperçu du texte

Le 17 juillet 1652, dans la chapelle du palais de Whitehall à Westminster, alors que Peter Sterry donnait un sermon sur la résurrection devant un auditoire composé de Cromwell (dont il était le chapelain), de dignitaires républicains et de soldats, surgit une femme entièrement nue (stark naked) qui, rapportent certains témoins, aurait crié « Résurrection, je suis prête pour toi ! » (Resurrection I am ready for thee), avant d’être emportée au-dehors par des gardes en causant un émoi considérable. Son nom n’a pas été retenu, et il semble qu’elle n’ait pas été arrêtée. Un pamphlet, composé par David Brown, un « presbytérien » écossais (membre de l’Église calviniste opposé à l’Église anglicane d’une part et aux membres des congrégations liées aux parlementaires d’autre part), la décrit comme « une femme déterminée d’environ trente ans, sobre en son langage ». Cette brève description n’a nullement pour but de la présenter sous un jour favorable, mais de suggérer que le fait d’apparaître ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Cavaillé, « « Naked as a sign ». Comment les Quakers ont inventé la nudité protestataire »Clio. Femmes, Genre, Histoire, 54 | 2021, 75-100.

Référence électronique

Jean-Pierre Cavaillé, « « Naked as a sign ». Comment les Quakers ont inventé la nudité protestataire »Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 54 | 2021, mis en ligne le 02 janvier 2025, consulté le 20 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/clio/20414 ; DOI : https://doi.org/10.4000/clio.20414

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Belin
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search