Navigation – Plan du site

AccueilNuméros54Clio a lu « Se dénuder »Alicia Spencer-Hall & Blake Gutt ...

Clio a lu « Se dénuder »

Alicia Spencer-Hall & Blake Gutt (dir.), Trans and Genderqueer Subjects in Medieval Hagiography

Amsterdam University Press, collection « Hagiography Beyond Tradition », Amsterdam, 2021, 342 p., Appendix: Trans and Genderqueer Studies Terminology, Language and Usage Guide.
Clovis Maillet
p. 273-275
Référence(s) :

Alicia Spencer-Hall & Blake Gutt (dir.), Trans and Genderqueer Subjects in Medieval Hagiography, Amsterdam University Press, collection « Hagiography Beyond Tradition », Amsterdam, 2021, 342 p., Appendix: Trans and Genderqueer Studies Terminology, Language and Usage Guide.

Texte intégral

1Parmi les scènes de dénudations médiévales dramatiques, les plus frappantes sont celles dans lesquelles un personnage transgenre est mise à nu publiquement de vivo ou post-mortem. Cet événement, qui apparaît dans les images et les textes durant toute la période médiévale, entraîne une réassignation de la personne à son genre de naissance. On en trouve dans les vies de saints comme dans la littérature chevaleresque ; cette dénudation a longtemps été lue comme le topos de la révélation d’un secret concernant le héros ou l’héroïne de l’histoire. C’est le cas de Marinos, personnage saint de l’antiquité tardive ayant vécu toute sa vie comme eunuque dans un monastère masculin et de Joseph de Schönau, novice cistercien du xiie siècle tous deux réassignés post-mortem et renommés respectivement Marina et Hildegonde. Ces scènes de dénudations s’inscrivent comme une étape au sein d’une trajectoire complexe d’élaboration de la sainteté.

2Le volume collectif coordonné par Alicia Spencer Hall et Blake Gutt vient réinterpréter ces cas passionnants de l’hagiographie sous les plumes de Gabrielle Bychowski pour Marinos et de Martha G. Newman pour Joseph, et ouvrir de nouvelles perspectives sur les études trans médiévales. On appréciera en particulier les abondantes bibliographies pour chaque chapitre ainsi que le fait que le retour aux manuscrits soit systématiquement proposé. On y rencontre d’autres cas plus ou moins connus de l’historiographie comme Juana de la Cruz (Kenvin C. A. Elphick), Euphrosyne selon les textes (Amy V. Ogden) et les miniatures (Vanessa Wright), le patriarche eunuque Ignace (Felix Szabo), ou encore l’archéologie des tombeaux de la fin de l’âge du fer en Scandinavie (Lee Colwill). Chaque cas est étudié dans le détail des sources disponibles.

3L’ouvrage vient en outre marquer un tournant historiographique. Il y a encore une dizaine d’années, un militant trans comme Leslie Feinberg pouvait écrire : « Je ne me retrouvais pas dans l’histoire. Aucun être tel que moi ne semblait jamais avoir existé. » (p. 11) Feinberg avait publié en 1996 un des premiers livres posant la question des Guerrier·es transgenres depuis Jeanne d’Arc jusqu’à Denis Rodman (Boston, 1996 et Id., Transgender Liberation, a Movement Whose Time has Come, New York, 1992). En prolongeant et précisant les intuitions de Leslie Feinberg, cet ouvrage collectif signe aussi l’ouverture d’une collection aux éditions universitaires d’Amsterdam (« Hagiography beyond Tradition ») qui vise à accompagner le mouvement de renouvellement des études en hagiographie, par-delà les problématiques en études dites religieuses. L’idée affirmée dans l’avant-propos est de proposer des études rigoureuses d’un point de vue académique, attentives aux dangers des anachronismes, tout en acceptant l’idée que certains d’entre eux puissent parfois être productifs.

4Ce volume fait suite à une journée d’études menée à l’International Medieval Congress de Leeds en 2017. Les contributions posent toutes sur les sources médiévales un regard informé par les « études trans » (au sens large, c’est-à-dire incluant les identités genderqueer ou gender fluid). Les champs de recherche incluent la littérature, la philosophie et la religion médiévales. L’ouvrage propose aussi un généreux « guide terminologique à l’usage des études trans et genderqueer », qui sera particulièrement utile aux futures études historiques. Gabrielle Bychowski, pionnière dans ce champ depuis plusieurs années, revient sur l’historiographie de Marinos, personnage clé de l’histoire et de l’historiographie trans. Ce personnage est le premier cas médiéval cité par le sexologue Magnus Hirschfeld dès 1910 (Die Transvestiten). Revenir à Hirschfeld lui permet de montrer la place importante des études médiévales dans les balbutiements de la théorisation des questions trans, alors désignées sous le terme de travestissement.

5Blake Gutt invite encore à une réinterprétation du roman de Tristan de Nanteuil (xive siècle) à la lumière de la crip theory de Robert Mc Ruer, fondateur des études croisées sur le handicap, le genre et les sexualités (« Holy queer and holy cure », p. 223-245). Parce qu’il n’y a pas de sainteté sans miracle de guérison, Gutt propose de penser de manière relationnelle la sainteté et l’invalidité comme des effets de communautés qui se co-construisent l’une l’autre. Le personnage de Balanchin·e, dans le roman, est d’abord une princesse musulmane, convertie au christianisme et mariée au Tristan éponyme. Elle porte des vêtements masculins et, à la mort présumée de son mari, un ange transforme son corps de manière à ce qu’il devienne entièrement masculin, jusqu’au pénis. Le texte dénude le personnage pour décrire avec précision son anatomie nouvelle. Balanchin, incarné, est invité par Dieu à connaître sa cousine Clarinde pour engendrer le futur saint Gilles. Amputé du bras, Balanchin vit de mendicité, avant de porter une prothèse métallique qui lui redonnera son rôle de chevalier. Les prothèses corporelles (le pénis) et artificielles (le bras métallique) agissent aussi comme des prothèses narratives, appui sur lesquels le roman se construit et peut évoluer dans des directions inattendues.

6Dans l’état actuel des recherches, aucune personne auto-affirmée comme trans n’a laissé de témoignage à la première personne au Moyen Âge, et les questions qui se posent dans les études médiévales ne peuvent être prises que de biais, en fonction du contexte et du schéma narratif spécifique de chaque cas détaillé. Les médiévistes et les contemporanéistes pourront discuter dans le détail des contradictions et des discontinuités entre les formes de fluidité de genre médiévales et les identités de genre contemporaines. Il reste que l’apport mutuel de ces recherches me semble double. D’une part, les descriptions que l’on a conservées des questions de transition de genre au Moyen Âge se trouvent majoritairement (mais pas seulement) dans la littérature hagiographique. De ce fait, les histoires narrées sont souvent faites de joie et de miracles, de parcours lumineux malgré des épreuves ; elles apportent aux études trans actuelles, longtemps paralysées par une approche médicale pathologiste (n’évoquant souvent que des parcours aux destinées tragiques) un contrepoint lumineux et des perspectives critiques potentiellement émancipatrices. D’autre part, les études médiévales se trouvent stimulées en plusieurs lieux par les questions queer et trans. La multiplicité des cas de mise à nu fait partie de cette manière très ouverte avec laquelle les exemples médiévaux traitent des questions de genre et de sexualité, qui gagnent à être pensées avec des outils contemporains.

  • 1 Gabrielle Bychowsky, « Resonance, Radiance, and Glory: An Invocation For Trans Saints », Introduc (...)

7Lors de la présentation publique du volume, en visioconférence, Gabrielle Bychowki a prononcé un discours introductif écrit à la manière d’une invocation. Elle y décrivait l’entrée des études trans au Moyen Âge comme la construction d’un vitrail : « Chaque facette de verre y est à la fois une fenêtre et un miroir. Autant le miroir que la fenêtre sont difficiles à affronter pour de nombreuses personnes. Elle ouvre une fenêtre sur la sagesse et la beauté de la vie trans que d’aucuns ne veulent pas voir. […] Mais chaque partie du vitrail est aussi un miroir, qui peut nous révéler un préjudice et une ignorance ancienne. »1

Haut de page

Notes

1 Gabrielle Bychowsky, « Resonance, Radiance, and Glory: An Invocation For Trans Saints », Introduction to the book launch of Trans and Gender Queer Subjects in Medieval Hagiography on 26 May 2021, http://www.thingstransform.com/2021/06/resonance-radiance-and-glory-invocation.html, traduction personnelle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Clovis Maillet, « Alicia Spencer-Hall & Blake Gutt (dir.), Trans and Genderqueer Subjects in Medieval Hagiography »Clio. Femmes, Genre, Histoire, 54 | 2021, 273-275.

Référence électronique

Clovis Maillet, « Alicia Spencer-Hall & Blake Gutt (dir.), Trans and Genderqueer Subjects in Medieval Hagiography »Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 54 | 2021, mis en ligne le 01 décembre 2021, consulté le 21 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/clio/20910 ; DOI : https://doi.org/10.4000/clio.20910

Haut de page

Auteur

Clovis Maillet

École supérieure d’art et de design TALM-Angers

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Belin
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search