Navigation – Plan du site

AccueilNuméros54Clio a lu « Se dénuder »Philippe Pons & Jean-François Sou...

Clio a lu « Se dénuder »

Philippe Pons & Jean-François Souyri, L’Esprit de plaisir. Une histoire de la sexualité et de l’érotisme au Japon (17e-20e siècle)

Paris, Payot, 2020, 528 p.
Christine Lévy
p. 285-289
Référence(s) :

Philippe Pons & Jean-François Souyri, L’Esprit de plaisir. Une histoire de la sexualité et de l’érotisme au Japon (17e-20e siècle) Paris, Payot, 2020, 528 p.

Texte intégral

1« L’esprit de plaisir », qui s’est épanoui au Japon lors de la période Edo (1603-1868), est devenu une matrice culturelle en constant renouvellement au cours de l’histoire moderne et contemporaine de ce pays, malgré une éclipse due à la répression de la période Meiji (1868-1912), marquée par une politique volontariste de modernisation et d’occidentalisation. Telle est la thèse centrale de cet ouvrage : la liberté sexuelle, bien plus grande avant l’influence occidentale, s’est vue corsetée pour longtemps par le puritanisme victorien au cours de cette période d’importation massive des cultures européennes.

2Les deux cents et quelques pages consacrées à Edo offrent un large tableau de l’ordre social, de la culture citadine et populaire qui accompagne le développement économique et l’essor commercial de cette époque, caractérisée par l’accès aux divertissements d’une large couche sociale de militaires et commerçants. Malgré la censure exercée par les autorités, notamment à la fin du xviiie siècle, la littérature licencieuse et les estampes érotiques circulent abondamment durant ces deux siècles de gouvernement militaire qui fait régner l’ordre social et la paix civile. Ces représentations et manuels de plaisir forment une source de renseignements précieux sur les comportements admis ou pas, largement exploitée dans cet ouvrage historique foisonnant d’informations. On y trouve ainsi une analyse iconographique détaillée de tous ces matériaux en circulation.

3Sur la base de cette description, les changements paradigmatiques de l’ère Meiji – en matière d’homosexualité masculine en particulier, pratique courante chez les guerriers pour ne pas dire systématique (p. 79-109) – sont expliqués par la volonté d’imposer une « sexualité saine » (p. 225) répondant aux standards de civilisation définis par la médecine occidentale de l’ère victorienne. Cette analyse reprise à la sociologue Sabine Frühstük nous semble toutefois trop réductrice pour expliquer la profondeur des changements. Les bouleversements sociaux ainsi que la différence des pratiques sexuelles selon les classes sociales sont certainement des facteurs aussi déterminants. Le gouvernement de Meiji représente ce paradoxe d’avoir été mené par des guerriers qui ont fait disparaître à un rythme accéléré les structures économiques et sociales qui entretenaient l’existence de leur propre classe. L’introduction de nouveaux critères médicaux ne peut non plus expliquer, à elle seule, les transformations des comportements. Par exemple, lorsque le sexologue Ogura Seisaburô (1882-1941) propose d’écrire l’onanisme par les caractères chinois de consolation de soi, au lieu de souillure de soi utilisé jusque-là, il s’élève contre la condamnation de l’onanisme qui avait commencé à circuler à l’époque Edo, avant l’ouverture à l’Occident, et il reprend la position d’un sexologue occidental, Havelock Ellis. Par ailleurs, dès 1879, des articles parus dans des revues médicales (Tôkyô iji shinshiNouvelle Revue médicale de Tokyo) avancent l’effet néfaste de la privation de la masturbation. Il convient donc de différencier les écrits de médecins dont les avis divergeaient, des textes publiés par des journalistes ou des discours hygiénistes idéologiques de cette époque.

4Quant à la répression des relations amoureuses entre filles, elle relève, plus que d’une influence victorienne, de la volonté gouvernementale d’empêcher l’éclosion de toute ambition personnelle chez les jeunes femmes qui ont eu accès à l’éducation secondaire ou supérieure alors que des écoles secondaires pour filles étaient créées dans chaque département dans la troisième décennie de Meiji – entre autres pour contrer l’influence chrétienne des écoles de missionnaires. C’est la manifestation de leurs désirs, quels qu’ils soient – homosexuels ou hétérosexuels – qui fit scandale. Ainsi la fondatrice de la revue Seitô fut traitée de « Nora japonaise » avant même qu’elle ne crée ce périodique destiné à susciter la créativité des femmes. C’est son occidentalisation qu’on lui reprocha. Sa fugue avec un jeune professeur avait troublé l’ordre moral et elle était devenue le contre-exemple pour tous les proviseurs de lycée parce qu’elle avait affirmé, entre autres, dans un des entretiens accordés aux journalistes, qu’il n’était pas question pour elle de mariage alors que le ministre de l’Éducation en personne menait tambour battant ses tournées de conférences pour promouvoir le principe de la « bonne épouse, mère avisée ». Elle représentait le modèle occidental à ne pas suivre. À notre avis, pour les femmes, la superposition de l’opposition Occident/Japon dans le schéma répression sexuelle/liberté sexuelle ne fonctionne pas. En effet, cette répression est héritière de l’éthique néoconfucéenne de l’époque Edo, renforcée dès la seconde moitié de l’ère Meiji après une première décennie d’ouverture aux débats sur la place de la femme dans la famille.

5L’ouvrage n’insiste peut-être pas assez non plus sur la condamnation par le bouddhisme de tous les désirs, sexuels ou non, et dont les interdits sont explicités dans la discipline monastique (250 pour les moines, 348 pour les moniales dans le bouddhisme Vinaya). Le plaisir pris à un quelconque rapport sexuel vient aggraver la faute, en particulier pour les nonnes. Comment ce rapport aux plaisirs dans le bouddhisme, religion si prégnante dans la culture japonaise, coexistait-il avec la culture populaire érotique ? Certes, dans le bouddhisme, l’eros peut-être à la fois réprimé et célébré à la différence des autres religions qui font l’un ou l’autre. Mais il l’est toujours en lien avec les discours généraux sur le désir et le pouvoir. Il est vrai aussi qu’au Japon les fautes sont le plus souvent condamnées parce qu’elles renversent les hiérarchies sociales, elles sont donc plus « contre-culture » que « contre-nature ». Mais dans le bouddhisme, le désir est un poison, le plaisir renvoie à l’inanité, au vide ontologique. Si le bouddhisme Mahayana, dominant dans les écoles bouddhistes au Japon, promeut compassion et amour, celui-ci est détaché de tout plaisir.

6L’accès aux plaisirs érotiques tels que décrits dans l’ouvrage était le privilège de guerriers, nombreux dans la capitale et au pouvoir d’achat bien supérieur aux autres catégories sociales, et des commerçants. Il ne concernait pas nécessairement le quotidien de tout un chacun. La vente d’un shunga (gravure érotico-pornographique) à un client de haut rang rapportait beaucoup. La plupart des grands peintres d’ukiyo-e (littéralement « image du monde flottant », estampe gravée sur bois) de l’époque d’Edo, cités dans cet ouvrage, s’adonnèrent donc à leur réalisation.

7Pour les auteurs, « les dirigeants de Meiji comprirent rapidement que le travail et le plaisir étaient antinomiques dans la civilisation industrielle » (p. 230). Faut-il rappeler la liste des interdictions faites aux paysans durant la période Edo ? Le moindre plaisir leur était interdit : ils ne devaient consommer ni thé, ni tabac, ni riz blanc… la liste est longue. Les plaisirs étaient réservés à ceux qui en avaient le pouvoir d’accès, le pouvoir d’achat dans la société commerciale, et le plaisir des femmes était celui que donne l’homme, non celui qui résulte de leur propre désir. Quant aux estampes érotiques, elles rejoignent les trois techniques décrites par Linda Williams ou Elsa Dorlin comme signature de la domination hétérosexuelle dans la pornographie : le cadrage pornographique, qui impose un regard clinique sur les corps (comme les estampes japonaises le font pour les organes sexuels surdimensionnés) ; l’enregistrement voyeuriste de l’orgasme sous une forme sexuellement différenciée, comme représentation du « vrai » orgasme féminin (celui que l’homme doit être capable de donner) ; la jouissance masculine comme fin de la scène. Ce que viennent confirmer les manuels de plaisir destinés aux femmes à qui on conseille de jouir avant leur mari et surtout de ne pas s’obstiner à chercher le plaisir après (p. 64). Il existe bien entendu des nuances dans les estampes, certaines représentant les scènes avec beaucoup d’humour, y compris le plaisir féminin sans homme (illustration p. 130, 139). Avouons toutefois qu’il s’exprime le plus souvent au détriment de la femme, comme dans l’illustration n° 2 hors texte – « image pour rire » – où le viol d’une jeune fille est accepté, et même remercié, par son père contre promesse de dédommagement futur. On rit de la situation, de l’attitude du père probablement, mais le ressenti de la fille est nié.

8Le rapport à la nudité au Japon, considéré comme bien différent de celui de l’Occident dans l’ouvrage, est explicité par l’analyse des estampes représentant des scènes des bains publics, du caractère populaire de ces lieux. Les auteurs nous précisent toutefois qu’il existait aussi des bains publics où de jeunes laveuses offraient des services supplémentaires (p. 72-73), mais le shôgunat les bannit en interdisant les bains mixtes en 1791. Par contraste, la nudité acceptée dans les bains publics ne l’est pas dans la chambre nuptiale pour l’épouse : elle ne devait en aucun cas retirer tous ses vêtements devant son mari (p. 64).

9La volonté de contrôler la sexualité était forte à l’époque Edo : la prostitution était délimitée dans un espace clos où les filles étaient enfermées et étroitement surveillées. Yoshiwara reste le plus emblématique de ces quartiers relatés dans une nouvelle littérature traitant des drames du quotidien (Ihara Saikaku [1642-1693], Chikamatsu Monzaemon [1653-1724]), les oiran (les courtisanes de haut rang qui pouvaient choisir leurs clients), représentées dans les estampes ou dans la littérature, se comptaient sur les doigts d’une main et ne sauraient faire oublier la sordide exploitation des filles et jeunes femmes par milliers comme cela est bien décrit dans l’ouvrage (p. 141-183).

10Après cette période de répression de Meiji, l’esprit de plaisir fait son retour après la Première Guerre mondiale selon les auteurs. Le nouveau contexte d’ouverture politique, sociale et culturelle qui suit la victoire des Alliés et la relativisation du modèle germanique est propice à la naissance d’une culture de masse appelée ero-guro (érotique et grotesque). À l’ère Meiji qui se termine sur une affaire de répression féroce contre les militants et idées socialistes, anarchistes succède l’ère Taishô (1912-1926) qui connaît une relative libération des esprits et des corps.

11C’est une culture plutôt apolitique dont la moga (modern girl = modan gâru ou moga) est l’emblème, « indifférente aux tensions sociales ou politiques mais axée sur les plaisirs et le divertissement… » (p. 303) : légère, superficielle, se libérant de la moralisation des mœurs et des conventions de la période précédente. Par la suite, le nansensu (absurde) vient s’ajouter comme une composante exprimant la déception ou l’absence d’attentes politiques de cette période. Mais elle existe, rappelons-le, comme produit de la démocratisation qui se traduit aussi par la création de partis politiques de masse et de nombreuses associations ainsi que d’une culture militante bien affirmée.

12En insistant sur l’absence de censures, la spontanéité, la consommation libre de la sexualité, le livre semble faire référence surtout aux plaisirs sexuels, divertissements, spectacles, fêtes, tout ce qui fait oublier le dur labeur quotidien et asservissant. Certes, cet ensemble des plaisirs permet d’augmenter l’expansion vitale, de rendre la vie quotidienne plus riche, mais il ne nous dit pas ce qu’il représente dans la quête de bonheur des Japonaises et Japonais, et encore moins de la construction hiérarchique de genre dans cet accès aux plaisirs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christine Lévy, « Philippe Pons & Jean-François Souyri, L’Esprit de plaisir. Une histoire de la sexualité et de l’érotisme au Japon (17e-20e siècle) »Clio. Femmes, Genre, Histoire, 54 | 2021, 285-289.

Référence électronique

Christine Lévy, « Philippe Pons & Jean-François Souyri, L’Esprit de plaisir. Une histoire de la sexualité et de l’érotisme au Japon (17e-20e siècle) »Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 54 | 2021, mis en ligne le 01 décembre 2021, consulté le 21 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/clio/20950 ; DOI : https://doi.org/10.4000/clio.20950

Haut de page

Auteur

Christine Lévy

Université Bordeaux-Montaigne/CRCAO

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Belin
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search