Navigation – Plan du site

AccueilNuméros54Clio a lu « Se dénuder »Christophe Granger, La Saison des...

Clio a lu « Se dénuder »

Christophe Granger, La Saison des apparences. Naissance des corps d’été

Paris, Anamosa, 2017, 360 p.
Grégory Quin
p. 296-298
Référence(s) :

Christophe Granger, La Saison des apparences. Naissance des corps d’été, Paris, Anamosa, 2017, 360 p.

Texte intégral

1Christophe Granger, enseignant chercheur à l’université Paris-Sarclay rattaché au Centre d’histoire sociale du xxe siècle (CNRS/Paris 1), est spécialiste d’histoire culturelle et notamment de l’histoire des usages sociaux du temps. Ses intérêts se sont progressivement étendus à l’histoire du corps, des activités de loisir et des sensibilités individuelles et collectives.

2Cette réédition en 2017 de La Saison des apparences (après une première parution en 2009 sous le titre Les Corps d’été. Naissance d’une variation saisonnière) témoigne du succès et de l’actualité de cet ouvrage. Articulé autour d’un court xxe siècle – 1920-1970 – le livre offre une clé de compréhension de phénomènes très contemporains, jusqu’aux débats liés à l’« affaire du burkini » en 2016 et aux tiraillements sociopolitiques qui l’ont accompagnée.

3Dans le sillage des travaux pionniers de Georges Vigarello ou d’Alain Corbin sur les sensibilités, les représentations du corps et leur performativité, les analyses de Christophe Granger s’emparent de l’été, cette période associée à des activités de loisir, pour dénouer les ficelles de la société contemporaine, où l’apparence est devenue la boussole des rapports sociaux. De fait, l’ambition de l’historien est de « décrire le façonnement d’un dérangement saisonnier des expériences, où se rénovent le dedans et le dehors des corps, où se renversent cul par-dessus tête la grammaire des gestes et celle des goûts, où se retrempe toute la complexité du social, et s’incarnent, à même la chair qui se fait voir, les valeurs de décontraction, de naturel et de bien-être » (p. 30).

4Moment de relâchement de certains codes sociaux ou de recomposition nouvelle de certains agencements interpersonnels, l’été constitue aussi une saison devenue un marché, dans le contexte d’une imparfaite libération sexuelle. En effet, l’histoire est faite d’aller et retours, d’hésitations, et comme le dit Georges Vigarello, de « hoquets ». Pour Christophe Granger, on ne saurait réduire l’histoire des corps d’été à un récit linéaire de la diminution de la taille des maillots de bain ou de l’accroissement de la valeur sociale du bronzage. L’histoire de la saison des apparences est un processus lent et sourd où l’on couvre et découvre dans le même mouvement, où les maillots de bain vont voir leurs surfaces se réduire (jusqu’à disparaître) pour dévoiler les corps et l’usage de la crème solaire devenir une obligation presque morale au-delà du risque médical. Un espace et un temps où les frontières de genre, de classe ou de corps deviennent plus floues, à mesure que ne restent plus que les corps nus, c’est-à-dire des corps isolés de leurs espaces sociaux de référence. Dans ce cadre, le fil rouge chronologique proposé par Christophe Granger est évidemment bien utile pour comprendre les dynamiques de la mutation des apparences durant la saison d’été.

5Au-delà d’un discours dominant et quasi positiviste sur la quête des littoraux et celle de l’or ocre (miroir d’une quête contemporaine de l’or blanc, durant les Trente Glorieuses), Christophe Granger met en évidence les contradictions et les soubresauts d’un épisode clé de notre modernité. En effet, « jamais les corps d’été n’ont autant obsédé qu’au cœur des Trente Glorieuses. Avec la croissance (mal partagée) et les exigences (mieux partagées) de confort et de bien-être qu’elle alimente s’affaissent à leur sujet les modalités de l’étonnement et de l’hostilité » (p. 211). Du reste, très tôt et « après avoir promu “les bains de soleil”, les milieux médicaux se mettent, au seuil des années 1930, à condamner les excès de cette “héliothérapie des gens du monde” » (p. 122-123).

6La naissance des corps d’été c’est aussi, au-delà du corps lui-même, le développement de la plage, l’emploi du parasol, de la crème solaire, la multiplication d’objets qui incarnent les vacances. Si le corps à nu devient lui-même un objet pendant l’été, Christophe Granger invite le lectorat à plonger dans ses souvenirs de vacances, à se remémorer ces moments, tout à la fois sensuels, éminemment collectifs et pudiques, susceptibles de construire des référentiels culturels partagés, par-delà les générations.

7Comme un point de fuite à l’histoire de l’invention d’une saison et de ses codes, l’ouvrage analyse l’« affaire du burkini » qui ne révèle pas simplement l’opportunisme politicien de petits seigneurs municipaux se cachant derrière leurs (non) pouvoirs règlementaires. À l’heure de débats sur le supposé « remplacement » des populations européennes par d’autres populations venues d’ailleurs et sur fond de renforcement de certains autoritarismes politiques, Christophe Granger offre une lecture corporelle, tout en finesse et en élégance, de l’épisode du burkini, énième débat – après ceux sur le voile ou sur la burka – sur la question de la solubilité de l’islam dans la société française. Maniant, comme à d’autres moment, les paradoxes d’une histoire au long court, l’historien nous invite à comprendre les usages d’un bout de tissu « devenu bien plus que ce qu’il est » (p. 298). Il révèle les mécanismes de la construction – corporelle, pour ne pas dire matérielle ici – d’un « problème musulman », tout en affirmant plus largement que la frontière entre le voilé et le dévoilé, entre le caché et l’exposé, entre le contrôlé et le libéré « est le lieu d’affirmation d’une introuvable authenticité de la nation » (p. 230-231).

8Sous la plume de Christophe Granger, le burkini devient ainsi la manifestation du mélange des genres entre des traditions, ici à caractère religieux, et une forme très moderne de marchandisation des corps. Ce n’est pas un miroir de la société, comme on le dit vulgairement (et trop souvent banalement) à propos du sport ou du corps, c’est bien davantage, une véritable opportunité pour plonger au cœur de la machinerie sociale.

9Pour autant et au-delà du post-scriptum de sa nouvelle édition, l’ouvrage de Christophe Granger est surtout une formidable invitation à comprendre comment « au creux du siècle passé […], une habitude saisonnière […] a [pu] prendre vie à travers la mise en jeu particulière des corps, mais [aussi] […] à travers la rupture avec les habitudes ordinaires » (p. 283-284).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Grégory Quin, « Christophe Granger, La Saison des apparences. Naissance des corps d’été »Clio. Femmes, Genre, Histoire, 54 | 2021, 296-298.

Référence électronique

Grégory Quin, « Christophe Granger, La Saison des apparences. Naissance des corps d’été »Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 54 | 2021, mis en ligne le 01 décembre 2021, consulté le 21 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/clio/20978 ; DOI : https://doi.org/10.4000/clio.20978

Haut de page

Auteur

Grégory Quin

Université de Lausanne, CRHIM

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Belin
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search