Navigation – Plan du site

AccueilNuméros54Clio a lu « Se dénuder »Jodi Throckmorton (ed.), Joan Sem...

Clio a lu « Se dénuder »

Jodi Throckmorton (ed.), Joan Semmel. Skin in the Game (catalogue d’exposition)

Philadelphie, Pennsylvania Academy of the Fine Arts, 2021, 128 p.
Juliette Rennes
p. 298-301
Référence(s) :

Jodi Throckmorton (ed.), Joan Semmel. Skin in the Game (catalogue d’exposition), Philadelphie, Pennsylvania Academy of the Fine Arts, 2021, 128 p.

Texte intégral

  • 1 Joanna Fruech, « Aesthetic and postmenopausal pleasures », in Susan Bee & Mira Schor Durham (ed.) (...)
  • 2 Lorine Dumas & Juliette Rennes, « Inventer un autre regard sur l’avancée en âge. Vieillissement c (...)
  • 3 Sur le nu féminin et le rapport au temps dans l’histoire de l’art occidental voir Griselda Polloc (...)

1Dans un autoportrait en diptyque réalisé en 2020 et intitulé Couch Ditpych (huile sur toile, 1,80 m x 3 m), la peintre Joan Semmel, alors âgée de 88 ans, se représente assise sur un canapé dans une posture de détente, relâchée, le corps entièrement nu livré à la vue du spectateur ou de la spectatrice. Entre le volet gauche et le volet droit du diptyque, sa position évolue légèrement : l’un de ses genoux, d’abord plié, est ensuite déplié ; l’avant-bras, d’abord levé devant les yeux, descend ensuite vers la bouche ; ses yeux, d’abord fermés, sont ensuite ouverts. Cette construction produit l’effet d’un corps en mouvement, fût-ce un mouvement surtout mental, émotionnel, intellectuel, comme le suggère le regard qui, dans le second volet, semble ailleurs, absorbé dans des pensées. La chair de ce corps âgé est représentée de façon réaliste, marquée dans sa forme, son volume, sa matérialité par le passage du temps, mais l’usage expressionniste de couleurs chaudes – violet, jaune, bleu, orange – donne à voir cette chair comme vivante et lumineuse, par contraste avec les couleurs sombres du décor. Le regard étant ailleurs, il n’interpelle ni ne provoque nullement le spectateur, mais les postures adoptées du modèle pourraient être perçues comme sensuelles, si le corps des femmes plus âgées n’était assimilé dans l’histoire de l’art occidental au « tombeau du désir masculin », selon la formule de l’artiste et critique d’art Joanna Fruech. Celle-ci poursuit : « Peindre la nudité d’une femme âgée c’est représenter l’ultime tabou du patriarcat. »1 Voici une bonne raison pour que des artistes féministes contemporaines, comme Semmel et quelques autres2, mettent à nu la vieillesse féminine à partir de leur propre expérience et interrompent ainsi l’éternelle reproduction d’un nu féminin qui résiste au passage du temps et de l’âge3.

2Couch Diptych est l’une des œuvres reproduites dans le catalogue de l’exposition consacrée à Joan Semmel à la PAFA, la Pennsylvania Academy of the Fine Arts de Philadelphie, du 28 octobre 2021 au 3 avril 2022. Ce très bel ouvrage est illustré de 75 planches donnant à voir des tableaux réalisés par la peintre états-unienne entre 1966 et 2020. Mettant en valeur la force et l’originalité du travail artistique de Semmel sur la corporéité, la sensualité et le temps depuis plus de cinquante ans, cette première rétrospective ne suit pas pour autant le fil chronologique traditionnellement associé à cet exercice. La commissaire de l’exposition et coordinatrice du livre, Jodi Throckmorton, adopte un autre parti pris : partir du présent et rendre saillants divers liens, échos et continuités entre les œuvres réalisées par Semmel à différentes époques, suivant en cela la façon dont la peintre elle-même dialogue dans son travail actuel avec ses tableaux antérieurs jusqu’à réutiliser parfois des toiles anciennes pour les transformer et les retravailler en les inscrivant dans une dynamique temporelle qui s’étale jusqu’au présent. Outre la couverture du catalogue qui reproduit le tableau Red hand réalisé par Semmel en 2019, le titre de l’exposition « Skin in the Game » (que l’on pourrait traduire par « la peau en jeu » ou « risquer sa peau ») accentue cette focale sur les peintures les plus récentes : Skin in the Game est en effet le nom d’une œuvre achevée par Semmel en 2019 qui décline en quatre panneaux le principe de l’autoportrait nu, à travers six séquences qui se déploient sur 7,5 m de long et 2,5 m de haut.

3Les textes qui accompagnent la reproduction des planches, écrits par Jodi Throckmorton elle-même et les historiennes de l’art Rachel Middleman et Amelia Jones, toutes deux enseignantes à l’université de Californie, sont centrés sur la question de la figuration féministe du corps et du temps, mais donnent aussi au lectorat quelques repères sur le parcours professionnel et artistique de Semmel. Née à New York en 1932 où elle étudie l’art dans les années 1960, c’est à Madrid, où elle passe sept ans, entre 1963 et 1970, qu’elle commence à développer son propre travail artistique, d’abord dominé par l’abstraction. Dès cette époque, elle mobilise un usage expressionniste des couleurs vives, l’une des marques de fabrique de son travail au long cours. Après s’être séparée de son mari dont elle avait eu deux enfants qu’elle élève ensuite seule, elle rentre à New York dans les années 1970 et y obtient en 1972 un « Master of Fine Arts » au Pratt Institute. Elle participe alors à divers mouvements féministes au sein des milieux artistiques et commence à adopter un style plus figuratif, cherchant notamment à forger un langage pictural érotique en rupture avec les représentations hégémoniques de la pornographie dans les médias de masse et du nu féminin dans l’histoire de l’art.

4Dans les années 1970, ses peintures de couples de femmes et d’hommes nus enlacés ou allongés côte à côte, pendant ou après des rapports sexuels, contrastent avec l’objectivation et la fétichisation du corps féminin de la culture visuelle érotique dominante. Alors que dans les représentations dominantes, le corps féminin est généralement le seul objet du regard, le peintre et le spectateur occupant une position de voyeur extérieur au cadre, dans les peintures de Semmel, au contraire, les corps nus masculins et féminins sont représentés à parts égales et sont perçus depuis la perspective de la partenaire. Outre que ces tableaux offrent un point de vue inhabituel sur les corps représentés, l’érotisme mis en scène n’est pas réduit au plaisir scopique du voyeur puisque c’est ce point de vue de la partenaire engagée dans le jeu que la personne qui regarde le tableau est amenée à adopter. La sensualité qui se dégage de ces peintures réside notamment dans le sens du toucher picturalement représenté : le contact des peaux, l’enlacement des corps, les mains sur les parties intimes du partenaire par exemple, ajouté à l’usage expressionniste des couleurs vives déjà évoqué, suggèrent le lien entre matérialité de la chair, regard et plaisir tactile.

  • 4 Joan Semmel, Video Interview (with Lauren O’Neill-Butler), Artforum, 25 January 2013.

5Au cœur de l’œuvre de Semmel, la matérialité du corps devient aussi, dès les années 1990, un vecteur pour travailler sur l’incorporation du passage du temps et ce sont alors les autoportraits qui dominent pour représenter les transformations liées à l’avancée en âge. Semmel s’explique sur ce choix : « L’une des raisons pour lesquelles j’ai décidé de me représenter, c’est que je voulais peindre un corps spécifique, qui n’est pas idéalisé, afin que la culture absorbe les personnes telles qu’elles sont, et non telles qu’elle voudrait qu’elles soient. »4 Encore méconnu en France, le travail de Semmel est une invitation à accepter de voir les corps vieillissants, sans idéalisation ni dénigrement, mais aussi une affirmation de la vieillesse comme mouvement et résistance contre l’assignation à des places qui fixent et figent l’ordre des âges et du genre.

Haut de page

Notes

1 Joanna Fruech, « Aesthetic and postmenopausal pleasures », in Susan Bee & Mira Schor Durham (ed.), M/E/A/N/I/N/G: An anthology of artists’ writings. Theory, and criticism, London, Duke University Press, 2000.

2 Lorine Dumas & Juliette Rennes, « Inventer un autre regard sur l’avancée en âge. Vieillissement corporel, féminisme et arts plastiques depuis les années 1970 », Nouvelles Questions féministes, 41/1 (à paraître en 2022).

3 Sur le nu féminin et le rapport au temps dans l’histoire de l’art occidental voir Griselda Pollock, « The grace of time: narrativity, sexuality, and a visual encounter in the virtual feminist museum », Art History 26/2, 2003, p. 174-213.

4 Joan Semmel, Video Interview (with Lauren O’Neill-Butler), Artforum, 25 January 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Juliette Rennes, « Jodi Throckmorton (ed.), Joan Semmel. Skin in the Game (catalogue d’exposition) »Clio. Femmes, Genre, Histoire, 54 | 2021, 298-301.

Référence électronique

Juliette Rennes, « Jodi Throckmorton (ed.), Joan Semmel. Skin in the Game (catalogue d’exposition) »Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 54 | 2021, mis en ligne le 01 décembre 2021, consulté le 21 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/clio/20988 ; DOI : https://doi.org/10.4000/clio.20988

Haut de page

Auteur

Juliette Rennes

EHESS/CEMS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Belin
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search