Navigation – Plan du site

AccueilNuméros54Compléments en ligne : Clio a luFlavie Leroux, Les maîtresses du ...

Compléments en ligne : Clio a lu

Flavie Leroux, Les maîtresses du roi, de Henri IV à Louis XIV

Ceyzérieu, Champ Vallon, coll. « Époques », 2020, 424 pages.
Aurélie Chatenet-Calyste
Référence(s) :

Flavie Leroux, Les maîtresses du roi, de Henri IV à Louis XIV, Ceyzérieu, Champ Vallon, coll. « Époques », 2020, 424 pages.

Texte intégral

1L’ouvrage, qui est la version remaniée d’une thèse soutenue à l’EHESS en 2017, porte sur l’étude de la faveur au féminin sous les règnes de Henri IV et de Louis XIV. L’autrice récuse le terme de favorite « qui s’il est souvent utilisé dans les biographies ne l’est que rarement dans les sources et recouvre alors des réalités souvent éloignées » du propos (p. 15). À travers l’analyse de la figure des maîtresses royales, c’est d’abord une histoire du politique et du pouvoir royal qui est au cœur de la réflexion. En s’appuyant sur les travaux menés sur les favoris masculins, ce travail propose de réfléchir à l’articulation entre faveur et pouvoir et à la spécificité de cette faveur féminine. La question du genre est déterminante dans la mesure où, à la différence des hommes, ces femmes se distinguent par l’expérience de la maternité et par des appartenances familiales multiples. Cette recherche pose ainsi la question de la place des femmes dans le monde curial – une histoire qui connaît un vrai dynamisme – et plus largement au sein du second ordre. L’autre axe fort est de mettre au jour le rôle de ces femmes au sein de leur parentèle. Prenant appui sur les travaux d’histoire sociale de la noblesse et sur les apports de l’anthropologie historique, l’autrice questionne le rapport entre femmes et patrimoine, le rôle et l’influence de ces femmes sur leur lignage.

2Une vingtaine de femmes ont été les maîtresses de l’un des deux rois et dix-neuf sont particulièrement étudiées (cinq pour Henri IV et quatorze pour Louis XIV) et présentées à la fin de l’ouvrage dans un dictionnaire bio-bibliographique très judicieux. Ces femmes ont en commun d’appartenir à des familles nobles gravitant autour des rois avec une nuance notable : pour Henri IV, ce sont majoritairement des filles à établir qui n’occupent guère de charges à la cour tandis que pour son petit-fils, elles sont souvent déjà mariées et dames de la reine ou des princesses. Leur situation financière et sociale est donc hétérogène. Toutes les dames ne sont pas traitées pareillement car les sources sont inégales et leur présence auprès des monarques variable. La réflexion est menée à partir de plusieurs séries d’archives : celles émanant du pouvoir royal (arrêts du Conseil du roi, Maison du roi, etc.), inventaires ou scellés après décès conservés dans les fonds judiciaires ou dans les minutes notariales que l’autrice a particulièrement bien explorées, papiers personnels, etc.

3De fait, l’étude sur la faveur au féminin s’appuie sur un triptyque – libéralités, maternités, parentés – accompagné d’une introduction, d’un prologue, d’une conclusion, d’un épilogue, d’annexes et d’un index. La première partie examine la faveur royale sous l’angle financier (ch. 1). L’accumulation de richesses repose sur des libéralités distinctes. Alors que les largesses d’Henri IV se distinguaient par leur variété et leur caractère composite, celles de Louis XIV sont davantage institutionnalisées, rattachées aux fonctions occupées et contrôlées par le roi. Ces femmes jouissent d’une faveur en décalage avec leur rang social. Leur élévation (ch. 2) passe par une « déréalisation de la dignité » (p. 95) rattachée seulement à la faveur, qui passe par l’obtention de charges auliques prestigieuses, d’une fortune foncière imposante, mais inégale, puis d’un titre (jusqu’au duché-pairie) bien supérieur à la valeur de la terre. La duchesse de Fontanges qui ne possède aucune terre en propre témoigne de l’importance croissante des charges curiales comme forme de distinction privilégiée. Cette élévation pose la question de leur intégration dans le jeu des rangs (ch. 3). Leur logement témoigne de l’ambiguïté de leur place entre la faveur et une fonction aulique qui leur donne une visibilité à la cour, visibilité mise en scène par des dépenses d’apparat.

4La seconde partie s’attarde sur les maternités qui conduisent à la formation d’une entité familiale organisée selon un mode inédit de descendance. Le patrimoine des légitimés est constitué par le roi/père et passe par la mère ce qui lui donne un rôle de premier plan et un surcroît de légitimité. Les mères obtiennent une émancipation juridique (annulation du mariage, séparation) leur permettant de gérer ces biens mais le roi « apparaît comme le véritable pivot du devenir de ses enfants » (p. 177). Mais ces femmes sont aussi les mères d’enfants légitimes et ont à cœur de renforcer leur patrimoine, de dynamiser leur trajectoire sociale dans la limite de leur possibilité financière.

5Plus largement, les maîtresses cherchent à jouer un rôle dans le devenir de leur parentèle (troisième partie). Leurs actions sont décisives à des moments charnières comme le mariage. Elles font tout ce qui est en leur pouvoir pour assurer l’avenir de leurs héritiers. Elles usent aussi de leur crédit pour accélérer les carrières de leurs parents. La notion de crédit et ses multiples dimensions et significations développées par Clare Haru Crowston auraient pu être davantage monopolisées pour enrichir la réflexion. Ces femmes jouent le rôle de catalyseurs pour des parents déjà au service du roi et pour servir des prétentions légitimes. Elles offrent logements, pensions, remboursements des emprunts à leurs parents, des pratiques cependant observables chez d’autres femmes de la société aulique. Elles agissent donc à plusieurs niveaux familiaux : la parenté d’origine est constamment mobilisée et la belle-famille, tenue à l’écart le temps de la faveur, est réinvestie à travers la descendance légitime et la descendance naturelle vient en renfort des deux premières (p. 309). Enfin, sont mis au jour les héritages de la faveur (ch. 9) et le devenir des biens sur le long terme. Âgées, les maîtresses adoptent un comportement proche de celui des veuves au moment où se diffuse le modèle de la « sainte veuve » en procédant à des fondations pieuses. Elle se distinguent par l’exercice de la charité sur leurs terres ou par l’aide apportée à leurs domestiques, des pratiques qui doivent surtout être analysées comme le reflet de leurs devoirs de seigneurs ou de maîtresses de maison. Si leur succession est fixée par le principe de la substitution, elle peut cependant conduire à des conflits voire des procès comme lors de la difficile succession de Gabrielle d’Estrées soldée en 1651 soit cinquante-deux ans après la mort de celle-ci. L’absence d’héritiers ne signifie par le retour des terres à la Couronne, mais la transmission à la parentèle maternelle voire alliée. À terme, c’est-à-dire soixante ans après environ, ces biens finissent par être liquidés. Vendus, ils permettent au lignage de purger les dettes et de conserver les terres domaniales. Seule, la terre de Maintenon qui appartient toujours aux Noailles a traversé les siècles.

6Finalement, ce texte propose une réflexion stimulante sur la faveur féminine qui repose sur les mêmes dynamiques que la faveur masculine. La faveur royale apparaît comme une « transgression raisonnée » qui ne rejaillit que sur des familles déjà bien intégrées au service royal ; la faveur est un outil de collaboration avec la noblesse sous le contrôle du roi. Principale originalité : avec la légitimation des enfants, la maîtresse n’est plus associée à la sexualité mais à la maternité ce qui donne une portée politique à la faveur au féminin. Autre apport : l’éclairage sur le rôle des femmes dans le lignage noble et la sauvegarde des patrimoines. Cette recherche en appelle donc d’autres. L’étude de leur mécénat permettrait de mettre au jour d’autres aspects ou manifestations de la faveur et de leur pouvoir. Il serait également intéressant d’examiner comment les retombées de la faveur dépassent le cadre de la parentèle et s’exercent auprès d’une noblesse seconde implantée dans leur province d’origine ou dans leurs domaines. Enfin, ce travail ouvre la voie à d’autres études sur les femmes de la noblesse bien insérées dans le monde aulique et possédant une assise et une autonomie financières afin de déterminer en quoi ces pratiques de soutien à leurs familles et de défense du patrimoine ne sont guère exceptionnelles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurélie Chatenet-Calyste, « Flavie Leroux, Les maîtresses du roi, de Henri IV à Louis XIV »Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 54 | 2021, mis en ligne le 01 décembre 2021, consulté le 21 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/clio/21098 ; DOI : https://doi.org/10.4000/clio.21098

Haut de page

Auteur

Aurélie Chatenet-Calyste

Université de Rennes 2/Tempora

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Belin
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search