Navigation – Plan du site

AccueilNuméros54Compléments en ligne : Clio a luMaria Goupil-Travert, Braves comb...

Compléments en ligne : Clio a lu

Maria Goupil-Travert, Braves combattantes, humbles héroïnes. Trajectoires et mémoires des engagées volontaires de la Révolution et de l’Empire

Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Mnémosyne », 2021, 212 p.
Anne-Marie Sohn
Référence(s) :

Maria Goupil-Travert, Braves combattantes, humbles héroïnes. Trajectoires et mémoires des engagées volontaires de la Révolution et de l’Empire, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Mnémosyne », 2021, 212 p.

Texte intégral

1Le travail de Maria Goupil-Travert clôt, de façon sans doute définitive, le sujet des combattantes de la Révolution et de l’Empire. Les Républicaines sont privilégiées puisque la jeune chercheuse s’est principalement appuyée sur vingt-huit dossiers du service historique de la Défense, constitués par ces dernières pour appuyer leur demande de pension auprès du ministère de la Guerre. Certes, leur nombre est faible, mais Manon Pignot, pour sa part, n’a pu travailler de façon approfondie que sur un petit nombre d’adolescents combattants de la Grande Guerre. Le nombre n’invalide donc pas la démarche. De plus, outre les rapports à l’Assemblée nationale relatant leurs exploits, l’iconographie, les articles, l’auteur s’appuie sur l’analyse des mémoires, publiés ou inclus dans les dossiers militaires, qui permet de comprendre la capacité d’action de ces guerrières, leur agency, en l’occurrence leur capacité à négocier leur présence aux armées, entre soumission et transgression des normes de genre. L’étude de ces femmes ne se limite donc pas à des parcours individuels mais rend également compte de toutes leurs interactions sociales.

2L’ouvrage est articulé autour de quatre temps, qui scandent la trajectoire des combattantes, et en premier lieu, l’intégration à l’armée. Les productions lyriques et iconographiques attestent des aspirations guerrières précoces des militantes républicaines bien que la Constitution ne leur accorde pas le droit de vote. De fait, la majorité des combattantes s’engage entre 1791 et 1793. En avril 1793, toutefois, la réorganisation de l’armée s’accompagne de l’exclusion explicite des femmes, à l’exception des vivandières et blanchisseuses. Dès lors, la citoyenneté et le port des armes sont indissolublement liés et constituent des marqueurs de la masculinité, qui redessinent les frontières du féminin et du masculin. Cette nouvelle règle a, toutefois, souffert de nombreuses exceptions puisque le retour à la vie civile des combattantes s’étire de 1793 à… 1815. Les engagées étudiées par Maria Goupil-Travert sont jeunes, entre quinze et trente-cinq ans, issues d’un milieu modeste et originaires des régions de conflit. Leur enrôlement repose sur un engagement politique clair et « l’amour de la Patrie ». Ce choix est également porté par un substrat social et affectif. Si 75 % des Républicaines sont mariées, la moitié est composée d’épouses de militaires et combat souvent dans le même régiment. D’autres le font aux côtés de leur père ou de leur frère. Les combattantes révolutionnaires restent en général de simples soldats, mais certaines sont gradées. Marie-Henriette Xaintrailles devient ainsi aide de camp de son général de mari. Du côté des Vendéennes, qui luttent pour défendre le Roi et la religion, les femmes, à deux exceptions près, sont éloignées du front. C’est leur appartenance à la noblesse et leur qualité d’épouses de grands généraux vendéens qui leur permet d’exercer une autorité militaire liée à leur rang. Dans ce cas, elles peuvent détenir des informations stratégiques et développer des compétences tactiques, transmettre des ordres, mais aussi s’occuper, selon la tradition, de la logistique et des blessés.

3Au front, les révolutionnaires combattantes vont apprendre la culture militaire et les règles du métier. Elles sont soumises à la même discipline que les hommes et endurent les mêmes épreuves. Elles s’initient au maniement des armes ainsi qu’au jargon militaire. Elles sont ainsi dotées, à l’égal des hommes, d’un surnom dont le plus célèbre, Mme Sans-Gêne, a été décerné à Thérèse Figueur. Elles ont presque toutes participé au combat et se sont approprié le droit à la violence légale même si elles sont rares à évoquer la mort donnée à l’ennemi. Beaucoup mentionnent, en revanche, les blessures reçues et leurs séquelles pour appuyer une demande de pension. Ces femmes ont adopté également les valeurs viriles en vigueur dans l’armée. La question de l’honneur et de la bravoure revient fréquemment dans les dossiers, que ce soit du côté de la pétitionnaire ou de ses soutiens même si ces derniers n’hésitent pas à souligner aussi leur vertu, qualité féminine s’il en est. Ces combattantes se définissent ainsi comme des soldats, se disant « militaire retraitée » ou « grenadier ». L’uniforme qui a suscité également un vif engouement chez les hommes, joue un rôle important dans la construction de cette identité guerrière. Habillée en canonnier par son oncle, Thérèse Figueur proclame : « Ma vocation venait de se prononcer : Thérèse Figueur était soldat ». Le travestissement en homme, sans dissimulation de leur identité sexuée, incarne ainsi l’appartenance au corps des Volontaires. De fait, c’est sur leurs qualités militaires que ces femmes sont jugées au ministère de la Guerre. Les soldates ont, néanmoins, conscience d’être « dans un entre-deux du genre ». Elles savent qu’elles transgressent l’ordre biologique, plus que l’ordre social d’ailleurs, et se sentent parfois en décalage avec les femmes ordinaires. Mais elles n’échappent pas toujours à leur sexe. Elles en jouent parfois afin d’échapper à la prison ou à la mort, surtout pour les Vendéennes. Dès lors qu’elles sont connues pour être des femmes, elles peuvent être également confrontées à des violences sexuelles qui émanent souvent de leurs supérieurs.

4Leur démobilisation s’explique par des motifs divers : blessures dans 35 % des cas, mort du mari qui combattait à leurs côtés, nécessité de s’occuper de leurs enfants. Lorsque l’interdiction d’exercer intervient comme un couperet, certaines se rebellent et tentent de rester, parfois avec succès grâce à l’appui d’un officier supérieur. Le retour à la vie civile est souvent difficile et plonge nombre d’entre elles dans le dénuement, surtout pour les blessées qui ont du mal à retravailler, d’où les requêtes pour l’obtention d’une pension. Il s’accompagne, par ailleurs, d’une réactivation des rôles de genre, en particulier pour les mères. Ces anciennes combattantes gardent, néanmoins et sur la durée, des liens avec le monde militaire qu’attestent les recommandations de leurs supérieurs et d’hommes politiques.

5La reconnaissance de la Patrie peut être immédiate. Le Recueil des actions héroïques, paru en 1793, célèbre ainsi le grenadier Rose Barreau. En revanche, aucune combattante n’est décorée de la Légion d’honneur fermée aux femmes. Sous la Restauration, en revanche, deux Vendéennes reçoivent la Croix de Saint-Louis. C’est alors paradoxalement qu’Angélique Brulon postule, par deux fois, la Légion d’honneur. La réaction de l’Administration est intéressante. Moins gênée par son engagement politique que par son sexe, elle finit par lui accorder, à titre exceptionnel, « le grade honorifique de sous-lieutenant invalide », une récompense, mais différente de celle attribuée aux hommes. Il faut attendre la seconde République pour que la pétitionnaire reçoive cette décoration des mains de Louis-Napoléon Bonaparte. Les Mémoires des combattantes contribuent également à leur notoriété. Sous la Restauration, celles des Vendéennes, et en particulier de la marquise de la Rochejacquelein, maintes fois rééditées, connaissent un grand succès. Or, ces récits qui relatent en détail les batailles de Vendée, visent au premier chef à servir la mémoire de leurs maris. Pour les Républicaines, en revanche, la notoriété est tardive, ainsi pour Thérèse Figueur que son mémorialiste tire de l’oubli en 1842. Le plus souvent c’est à leur mort que ces combattantes sont célébrées. Angélique Brulon qui s’y est éteinte en 1859, est ainsi accompagnée par de nombreux camarades dans la chapelle des Invalides pour un service religieux avant qu’un détachement d’infanterie n’accompagne son char funèbre au cimetière Montparnasse pour lui rendre les honneurs militaires. Les conflits du second xixe siècle vont les sortir peu à peu de l’oubli et en faire des figures patriotiques dont la mémoire s’inscrit même dans la toponymie.

6Ce master devenu livre signe la naissance d’une jeune historienne qui maîtrise la problématique et les sources mais qui sait aussi, par des citations judicieusement choisies et un style fluide, rendre vivantes ses héroïnes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Marie Sohn, « Maria Goupil-Travert, Braves combattantes, humbles héroïnes. Trajectoires et mémoires des engagées volontaires de la Révolution et de l’Empire »Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 54 | 2021, mis en ligne le 01 décembre 2021, consulté le 21 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/clio/21113 ; DOI : https://doi.org/10.4000/clio.21113

Haut de page

Auteur

Anne-Marie Sohn

ENS de Lyon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Belin
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search