Navigation – Plan du site

AccueilNuméros54Compléments en ligne : Clio a luKate Kirkpatrick, Devenir Beauvoi...

Compléments en ligne : Clio a lu

Kate Kirkpatrick, Devenir Beauvoir. La force de la volonté

Traduit de l’anglais (Royaume-Uni) par Clotilde Meyer, Paris, Flammarion, 2020. 576 p.
Marine Rouch
Référence(s) :

Kate Kirkpatrick, Devenir Beauvoir. La force de la volonté. Traduit de l’anglais (Royaume-Uni) par Clotilde Meyer, Paris, Flammarion, 2020. 576 p.

Texte intégral

1Dès l’introduction de sa récente biographie parue en anglais en août 2019 et traduite en français l’année d’après, Kate Kirkpatrick, professeure de philosophie à Oxford (RU), explique son projet : il s’agit de revisiter la vie d’une femme célèbre mais « décriée » (p. 20.), les attaques incessantes sur sa personne rendant notre connaissance de l’intellectuelle souvent incomplète, voire erronée.

2Dans ses Mémoires, la vie de Beauvoir semble parfaitement s’enchaîner : la perte soudaine de la foi, les études brillantes, le grand amour, la découverte d’une responsabilité collective, l’existentialisme, la politique, le féminisme. Nulle mention des amours aujourd’hui bien connues avec des jeunes filles, ni de la relation avec Jacques-Laurent Bost, par exemple. On a aussi beaucoup reproché à Beauvoir d’avoir été l’architecte de la légende du couple qu’elle formait avec Sartre et de s’être dévalorisée intellectuellement par rapport à lui.

3La force de la biographie de Kirkpatrick est au contraire de puiser dans un nombre important de travaux universitaires de toutes disciplines, des archives parfois inédites, des écrits et des interviews de Beauvoir pour explorer plusieurs pistes d’interprétation. Les documents de l’intime que mobilise l’autrice (lettres, journaux) offrent un récit plus complexe que celui des Mémoires. Les passages les plus stimulants de la biographie sont d’ailleurs ceux où Kirkpatrick superpose la voix intime de Simone à celle de la Beauvoir publique.

4Il n’est pas question pour la biographe de blâmer Beauvoir pour ses nombreuses omissions : la philosophe n’a jamais promis à son lectorat de tout dire, les prologues de La Force de l’Âge (1960) et de La Force des Choses (1963) sont très clairs à ce propos (p. 191-192).

5Kate Kirkpatrick ne tombe jamais dans le piège (dont elle est très consciente) des biographies de Simone de Beauvoir et plus largement de femmes, qui consiste à ne se centrer que sur la vie privée et sexuelle au détriment des réalisations. Si la biographe aborde autant la vie affective de Beauvoir c’est parce que chez celle-ci, l’ignorer reviendrait à passer à côté de sa philosophie. Kirkpatrick aborde les éléments qui radicalisent la façon dont on se souvient de Simone de Beauvoir, un à un, afin, d’une part, de tordre le cou à quelques préjugés bien ancrés et d’autre part de proposer une (re)lecture historique et philosophique toute en nuances.

6Trois axes de la biographie sont d’un intérêt particulier pour un enrichissement des études beauvoiriennes en histoire.

7Le premier concerne la relation Sartre-Beauvoir que Kirkpatrick encourage à repenser sereinement. Pour beaucoup de commentateur·trice·s, Beauvoir ne serait qu’une victime du patriarcat, une femme soumise à un homme (p. 33-34). Mais cette vision confisque à Beauvoir toute indépendance affective. Kirkpatrick démontre qu’elle a développé d’autres amours, elles aussi nombreuses et autrement plus intenses sexuellement et affectivement, qui ont en outre participé à forger sa philosophie. Dans Devenir Beauvoir, l’intellectuelle retrouve une capacité de désir qui nous échappe si on la pense uniquement au prisme du couple qu’elle formait avec Sartre.

8On regrette ensuite que Beauvoir soit trop souvent considérée comme une simple disciple existentialiste chargée de défendre les théories de son compagnon : pour beaucoup, ses écrits ne sont qu’une extension ou une simplification de la philosophie sartrienne ; pour d’autres, c’est Sartre qui aurait pillé la philosophie de Beauvoir. Sur ce point Kirkpatrick invite à une analyse plus pondérée : il faut tenir compte de la particularité de ce couple qui défie les normes ; leur relation consistait en effet en une conversation et des relectures et réécritures constantes autour de leurs productions réciproques. C’est précisément parce que le traitement que l’on fait du couple obéit à des biais sexistes et aboutit à l’invisibilisation de Beauvoir que Kirkpatrick tente de rétablir l’équilibre en partant sur les traces de la philosophie de Beauvoir qui est, quoi qu’on en dise, bien réelle. Ainsi, on redécouvre dans ce livre une véritable philosophe, depuis les Cahiers de jeunesse jusqu’à l’engagement féministe des années 1970. Il s’agit sans doute de l’apport le plus fort pour les études beauvoiriennes françaises car malgré les précieux travaux de Michelle Le Doeuff, de Geneviève Fraisse, de Michel Kail ou, plus récemment, de Manon Garcia, Camille Froidevaux-Metterie et Mickaëlle Provost, Simone de Beauvoir est encore peu reconnue sous cet angle. Kirkpatrick nous invite à mieux saisir son originalité, qui se caractérise très tôt par la recherche d’une éthique des relations humaines et d’une philosophie de l’amour. Cette « éthique » de Beauvoir se lit d’abord dans ses œuvres (voir Pyrrhus et Cinéas [1944] et Pour une morale de l’ambiguïté [1947]) avant de s’étendre à sa vie privée et à ses actions publiques.

9Mais la biographe n’oublie pas les contradictions de Beauvoir. L’éthique beauvoirienne suppose de viser le bien et la liberté des autres au quotidien pour espérer être libre soi-même. Or c’est une vertu que l’on peine à lui reconnaître si l’on s’en tient à la façon dont elle s’entretenait avec Sartre de leurs jeunes conquêtes communes (voir Lettres au Castor et à quelques autres [1983] et Lettres à Sartre I et II [1990]). Kirkpatrick montre que ces relations n’ont pas été poursuivies sans la progressive prise de conscience de la souffrance des tiers et que le développement de l’éthique beauvoirienne coïncide avec une période de remise en question intime et personnelle.

10Ceci nous mène à un troisième axe qui concerne la question du devenir. Kirkpatrick insiste à plusieurs reprises sur le fait que chez Beauvoir, l’existence est comprise comme un devenir perpétuel : « Être soi implique un changement perpétuel, au contact d’autres, eux-mêmes changeants, en un processus irréversible de devenir. » (p. 21). La vie de Beauvoir ne peut donc pas faire sens sans un effort d’analyse de sa trajectoire intellectuelle et intime. On connaît également l’importance de cette notion chez Beauvoir à travers la célèbre phrase devenue un slogan : « On ne naît pas femme : on le devient. » Extraite de son contexte, elle ne permet pas de comprendre que Beauvoir souligne la différence entre avoir une liberté et avoir le pouvoir de choisir (p. 238), les femmes n’étant pas libres de choisir comme les hommes. Or, comme Kirkpatrick ne cesse à raison de le rappeler, Beauvoir est une femme qui est née, a grandi et a vécu dans une société patriarcale. Un des nombreux points forts de la biographie est d’analyser les possibles incidences de ce système sur le parcours de Beauvoir. Ainsi, le défi brillamment relevé par Kirkpatrick est de réinsérer Beauvoir dans un contexte duquel elle est trop souvent extraite. En cela, cette biographie devrait permettre de poursuivre des pistes intéressantes, en histoire du féminisme notamment puisque Beauvoir y occupe une place contrastée précisément à cause de ses contradictions, ou encore en histoire des intellectuel·le·s dans laquelle sa trajectoire est éclipsée par le couple qu’elle formait avec Sartre.

11Devenir Beauvoir. La force de la volonté, est un ouvrage didactique qui se veut à la fois scientifique et accessible à un large public et il rejoint en cela le principe de transmission et de communication visé par Beauvoir. Ne cherchant pas à imposer une image fixe de la philosophe, il permettra, espérons-le, de porter sur elle un nouveau regard – à la fois curieux, serein et critique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marine Rouch, « Kate Kirkpatrick, Devenir Beauvoir. La force de la volonté »Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 54 | 2021, mis en ligne le 01 décembre 2021, consulté le 21 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/clio/21148 ; DOI : https://doi.org/10.4000/clio.21148

Haut de page

Auteur

Marine Rouch

Universités de Toulouse Jean Jaurès (Framespa) et de Lille (Alithila)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Belin
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search