Navigation – Plan du site

AccueilNuméros54Compléments en ligne : Clio a luEnrica Asquer, Anna Bellavitis, G...

Compléments en ligne : Clio a lu

Enrica Asquer, Anna Bellavitis, Giulia Calvi, Isabelle Chabot, Cristina La Rocca & Manuela Martini (dir.), Vingt-cinq ans après. Les femmes au rendez-vous de l’histoire

Rome, École française de Rome, 2019, 498 p.
Maud Anne Bracke
Traduction de Bibia Pavard
Référence(s) :

Enrica Asquer, Anna Bellavitis, Giulia Calvi, Isabelle Chabot, Cristina La Rocca & Manuela Martini (dir.), Vingt-cinq ans après. Les femmes au rendez-vous de l’histoire, Rome, École française de Rome, 2019, 498 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif est issu d’un colloque international qui s’est tenu à l’École française de Rome en 2016, pour marquer le vingt-cinquième anniversaire de la publication des cinq volumes de L’Histoire des femmes en Occident (en italien : Storia delle donne in Occidente) dirigés par Michelle Perrot et Georges Duby, et de Storia delle donne in Italia, paru cinq ans plus tard. Les directrices de ce volume mettent la publication de ces deux sommes en perspective et proposent une première tentative d’historicisation des trajectoires intellectuelles qui ont permis l’émergence de l’histoire des femmes et du genre en Europe occidentale continentale. Elles contextualisent les rencontres intellectuelles internationales qui ont rendu possible l’émergence de ce nouveau domaine de recherche au début des années 1990 et rendent hommage à une génération d’historiennes qui ont apporté des perspectives fondamentalement nouvelles. L’ouvrage est composé d’une trentaine de chapitres en trois langues et couvre une large période allant de l’Antiquité au xxe siècle, et structurés autour de quatre thématiques (« Vingt-cinq ans après » ; « Mondes et circulations » ; « Droits et identité » ; « Économies, sociétés et culture matérielle »). Le volume se tourne également vers l’avenir afin de se demander comment et dans quelle mesure les questions et les concepts introduits à l’époque peuvent inspirer les futures recherches.

2Le volume s’ouvre sur les souvenirs personnels de Michelle Perrot, qui constituent une source précieuse d’histoire intellectuelle. Ses réflexions, partagées par d’autres tout au long du volume, mettent en lumière l’heureuse confluence, vers 1990, de renouvellements méthodologiques (s’appuyant sur les approches de l’histoire de la vie quotidienne, l’anthropologie historique et l’utilisation de sources non écrites) et des effets de vingt années d’intense militantisme féministe depuis le début du Mouvement de libération des femmes. Ces considérations sont importantes pour retracer l’émergence de l’histoire des femmes. Dans le même ordre d’idées, Marina D’Amelia qui a dirigé le volume original sur la maternité et qui contribue dans ce livre à un article de réflexion sur les études récentes sur le sujet, note combien, dans les années 1990, l’histoire des femmes en Italie est devenue « la subjectivité politique d’une génération » (p. 80). En France, comme le souligne Michelle Perrot, le féminisme d’État soutenu par François Mitterrand – incarné dans le ministère des Droits de la femme, créé en 1981 et dirigé par Yvette Roudy – a offert un cadre et un climat institutionnels favorables, bien qu’ambivalents dans la mesure où les historiennes des femmes ont toujours veillé à conserver leur indépendance critique.

3De manière cruciale, les directrices de l’ouvrage reconnaissent quelques lacunes qui ont marqué les premières publications sur l’histoire des femmes et du genre, et donc l’évolution de l’histoire du genre depuis ces premières publications : la masculinité d’une part, et la migration, l’empire et le monde au-delà de l’Europe et de l’Amérique du Nord, d’autre part. Depuis les années 1990, la masculinité est devenue l’un des domaines les plus fructueux de la recherche pluridisciplinaire sur le genre, et les historiens de la masculinité, comme le souligne la contribution incisive de Domenico Rizzo (« The history of masculinity, beyond plurality »), ont appliqué de manière productive le concept de « masculinité hégémonique » de Raewyn Connell – même si ce cadre nécessite une adaptation continue. Pour tenter de combler la deuxième lacune, l’ouvrage comprend une collection de quatre chapitres qui relient l’approche européenne, voire eurocentrique, du volume original à une discussion sur les récents développements en matière de genre et d’histoire des femmes en Afrique, en Inde, en Chine et au Moyen-Orient. Le chapitre de Paola Paderni (« Engendering China : Il genere come categoria d’analisi nella storiografia sulla Cina negli ultimi venticinque anni ») soulève des questions concernant la « traductibilité » du concept de genre, qui, d’un point de vue académique, possède clairement une généalogie nord-américaine et ouest-européenne, afin d’analyser des phénomènes sociaux et historiques dans le contexte chinois. Elle souligne le potentiel de transformation d’un tel cadre à partir de lieux culturellement différents. Pourtant, dans cette section, l’occasion d’inviter des auteurs basés dans le Sud global plutôt que d’écrire depuis l’Europe est manquée, ce qui démontre la nécessité pour l’histoire européenne des femmes et du genre d’être plus ambitieuse dans la « provincialisation » des récits et des perspectives provenant du vieux continent.

4Les contributions sur la migration et l’empire montrent l’évolution vers des approches plus globales mettant en question le nord-centrisme initial. Elise van Nederveen Meerkerk (« Gender and Empire : Postcolonial perspectives on women and gender in the “West” and the “East”, 17th-20th centuries ») rappelle utilement la thèse de Mary Wiesner selon laquelle c’est dans l’histoire du colonialisme que l’histoire du genre est devenue globale et que l’histoire globale s’est genrée. E. Meerkerk souligne les nombreuses façons dont l’histoire du genre a mis en évidence le façonnage des sociétés européennes du xviie au xixe siècle par leurs colonies, y compris, par exemple, par la mécanisation de l’économie qui a créé de nouvelles divisions sexuelles du travail. Dans son chapitre sur les migrations, Nancy Green met en évidence l’interaction productive entre l’histoire du genre et l’histoire des migrations au cours de ces dernières années : si les concepts clés des études sur les migrations, tels que l’assimilation, ont été profondément genrés, l’histoire du genre, et plus particulièrement l’histoire de la famille et de l’économie familiale, a été transformée par l’attention aux processus migratoires et leurs conséquences complexes et omniprésentes.

5Si l’empire est devenu l’un des domaines les plus passionnants de la recherche sur l’histoire du genre, le volume démontre également qu’un thème plus traditionnel, celui des femmes et du travail, continue de prospérer et de produire des idées transformatrices. Alexandra Shepard aborde la réinterprétation de l’économie européenne du début de l’ère contemporaine, notamment par l’introduction de la notion de révolution industrieuse centrée sur l’économie familiale et le travail des femmes. Comme elle le fait valoir, la notion de care est devenue centrale pour les études contemporaines : en s’appuyant sur ces idées antérieures à propos de la formation du capitalisme moderne, elle offre désormais un cadre conceptuel à multiples facettes pour reconsidérer l’intersection du travail, de la famille et du genre à travers le temps et l’espace. De même, les contributions d’Angela Groppi et de Carmen Sarasua montrent à quel point la mise en avant de l’activité économique des femmes a été importante pour les deux domaines de l’histoire, à quel point les premières idées sur les rôles économiques des femmes dans l’évolution du capitalisme étaient révolutionnaires et à quel point l’ambition de remettre en question les récits économiques centrés sur les hommes reste cruciale.

6L’ouvrage reflète le choix des directrices de mettre en évidence les grandes contributions que la catégorie de genre a apportées dans les champs d’histoire sociale, culturelle et économique. L’histoire politique et du pouvoir d’agir des femmes (agency) et du féminisme au sens large auraient peut-être mérité plus d’attention. À l’exception de l’article de Raffaela Baritono sur les mobilisations politiques des femmes aux États-Unis, peu de contributions se concentrent explicitement sur les luttes politiques des femmes, même si l’ouvrage met généralement en avant le thème de l’agency social genré dans une variété de contextes. Un bilan des travaux en 2022 mettrait davantage l’accent sur l’essor des études sur les féminismes globaux, qui s’interrogent sur les formes que les féminismes peuvent prendre dans différents « patriarcats particuliers » (Adrienne Rich), et sur les féminismes transnationaux, qui analysent les liens denses et compliqués entre les mouvements politiques qui se déploient en divers lieux. Un petit regret est que le livre ne réfléchisse pas davantage à la relation entre le genre et l’histoire des femmes, tant dans les années 1990 que dans la conjoncture actuelle. Un certain nombre d’autrices notent que la publication des deux volumes phares en Italie et en France a coïncidé avec la publication par Joan Scott de son article « Le genre : une catégorie utile à l’analyse historique » (1986) et de l’ouvrage Trouble dans le genre (1990) de Judith Butler, qui ont tous deux questionné la centralité de la catégorie « femmes ». Aujourd’hui, de nombreuses historiennes et de nombreux historiens (ainsi que des départements universitaires, des revues ou des collections) utilisent l’expression « histoire des femmes et du genre » comme deux sous-domaines qui se recouvrent, en suggérant mais sans la clarifier, l’interdépendance conceptuelle entre les deux alors que la relation intellectuelle et politique entre les femmes et le genre ne va pas de soi. De manière intéressante, Michelle Perrot se souvient dans son introduction d’un manque d’enthousiasme pour les volumes français/italiens de la part des historiennes américaines qui étaient en train de se tourner vers l’histoire du genre et se sentaient mal à l’aise avec l’accent mis sur les femmes en tant que catégorie analytique sans que celle-ci semble problématisée.

7Cette remarque nous rappelle l’importance de situer la recherche dans son temps auquel ce riche ouvrage collectif contribue au bénéfice des chercheur·es et des étudiant.es en sciences humaines et sociales. Il offre un aperçu du passé et du présent de notre (nos) discipline(s), et surtout, il souligne la nécessité d’une analyse historique globale et complexe de la généalogie de l’histoire des femmes et du genre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maud Anne Bracke, « Enrica Asquer, Anna Bellavitis, Giulia Calvi, Isabelle Chabot, Cristina La Rocca & Manuela Martini (dir.), Vingt-cinq ans après. Les femmes au rendez-vous de l’histoire »Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 54 | 2021, mis en ligne le 01 décembre 2021, consulté le 21 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/clio/21160 ; DOI : https://doi.org/10.4000/clio.21160

Haut de page

Auteur

Maud Anne Bracke

University of Glasgow, School of Humanities and Centre for Gender History

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Belin
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search