Navigation – Plan du site

AccueilNuméros55DossierMoncrif, historien des chats

Dossier

Moncrif, historien des chats

Masculinité et émotion dans la France des Lumières
Moncrif the historian of cats. Masculinity and emotion in France in the Age of Enlightenment
Tomohiro Kaibara
p. 69-90

Résumés

Autrefois déconsidéré, le chat a aujourd’hui le statut privilégié d’animal de compagnie, au terme d’un long processus de valorisation amorcé au xviiie siècle. Cet article montre comment le premier livre consacré à cette espèce, Les Chats (1727) de François-Auguste de Paradis de Moncrif, contribua à ce changement. Là où le chat passait pour un sujet féminin et frivole, « l’historiogriffe » en fit un objet d’histoire, combinant deux modèles de masculinité, érudite et galante, dissociés par la Querelle des Anciens et des Modernes. L’érudition lui permit de critiquer la phobie des chats en renvoyant aux mœurs des Orientaux, mais aussi de citer maints amateurs et amatrices de la haute société française. Moncrif réunit ainsi une communauté émotionnelle livresque constituée de félinophiles estimables, hommes et femmes, pour démontrer qu’il est parfaitement juste et raisonnable de chérir un chat.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2025.
Consulter cet article

Plan

Chats à la mode
Entre mondanité et érudition
Entre deux masculinités
Communauté émotionnelle des félinophiles

Aperçu du texte

Le chat est aujourd’hui l’un des animaux de compagnie les plus prisés. Sa population dépasse celle des chiens dans plusieurs pays, dont la France. En Europe, le chat était déjà banal au Moyen Âge, apprécié pour la chasse aux rongeurs nuisibles, mais sa promotion en tant qu’animal de compagnie est un fait relativement récent, remontant au xviiie siècle. C’est alors que ce « carriériste » déconsidéré et même diabolisé fit l’objet d’une mise en valeur esthétique ou affective, notamment dans le milieu urbain et aristocratique.

Si de nombreux livres traitent de l’histoire du chat, on connaît encore peu de choses sur la manière dont cet animal vainquit la méfiance pluriséculaire des humains pour s’imposer comme leur digne compagnon à partir du siècle des Lumières. À l’époque moderne, c’est d’abord comme une espèce associée à la féminité qu’il se fit remarquer, accompagnant les femmes sur leurs portraits mais très rarement les hommes, qui sont plutôt associés au cheval ou au grand chien de ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Tomohiro Kaibara, « Moncrif, historien des chats »Clio. Femmes, Genre, Histoire, 55 | 2022, 69-90.

Référence électronique

Tomohiro Kaibara, « Moncrif, historien des chats »Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 55 | 2022, mis en ligne le 01 janvier 2025, consulté le 27 novembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/clio/21280 ; DOI : https://doi.org/10.4000/clio.21280

Haut de page

Auteur

Tomohiro Kaibara

Tomohiro Kaibara est titulaire d’un master en études françaises de l’Université de Tokyo, doctorant contractuel au CRH (CNRS/Ehess). Il prépare une thèse intitulée « Le grand sacre des chats. L’invention d’un animal de compagnie en France (1670-1830) » sous la direction d’Antoine Lilti. Outre ses articles en japonais, il a publié « “Tout Paris pleure en sot” : émotions, larmes et public de théâtre dans la querelle d’Inès de Castro », Dix-Huitième Siècle, 53, 2021, p. 461-478. tomohiro.kaibara@ehess.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Belin
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search