Navigation – Plan du site

AccueilNuméros55ÉditorialCe que les animaux font au genre

Éditorial

Ce que les animaux font au genre

Silvia Sebastiani

Texte intégral

1Que l’on soit d’accord ou non avec l’idée qu’il existe un « tournant animaliste » dans les sciences sociales, l’histoire des animaux et avec les animaux s’est considérablement développée durant ces dernières années. C’est le cas non seulement en Grande-Bretagne et aux États-Unis, où les Animal Studies sont depuis longtemps un champ de recherche important et légitime, mais aussi en France. Le défi que ce numéro de Clio cherche à relever pourrait se résumer comme suit : que peuvent apporter les études animales à l’histoire du genre ? Ou : que font les animaux au genre et vice versa ? En nous penchant ici sur différentes combinatoires historiques entre l’animalité et le genre, c’est aussi à un dialogue étroit entre l’histoire et les sciences sociales que nous invitons, à partir de recherches empiriques et dans une démarche prospective – et parfois expérimentale, tant les recherches françaises sont peu fournies sur ces questions.

Les animaux, nouveaux objets de recherche

  • 1 Voir par exemple la bibliographie de la Michigan State University : « Animal Studies Bibliography » (...)

2Depuis quelques décennies, les sciences humaines et sociales ont prêté une attention accrue au monde animal, suivant des approches et des méthodes différentes – historiques, philosophiques, cognitives, scientifiques, médicales, pédagogiques, littéraires, anthropologiques, sociologiques, politiques, juridiques, ou écoféministes1. Cette évolution reflète les nouveaux enjeux sociétaux associés aux différentes formes du vivant, de plus en plus considérées comme partie intégrante de ce qui fait société. L’irruption de la pandémie de Covid-19 – probablement une zoonose, c’est-à-dire une maladie transmise de l’animal à l’être humain à travers un « franchissement de la barrière d’espèce » – nous a rappelé dramatiquement (si besoin était) que nous sommes des organismes biologiques parmi d’autres, et que les animaux ne sont pas simplement indissociables de l’histoire de l’humanité mais qu’ils peuvent la transformer.

  • 2 Chakrabarty 2009 ; Bonneuil & Fressoz 2013 ; Guerrini 2016.

3La crise sanitaire mondiale du début des années 2020 fait écho aux tentatives scientifiques de recomposer les découpages du temps humain en lien avec ceux du monde naturel, comme déjà la catégorie d’anthropocène le suggère. Cette proposition de scansion du temps invite à briser la séparation entre l’histoire géologique et l’histoire humaine2. L’environnement n’est plus un arrière-plan immuable mais un objet que les êtres humains modifient et qui les affecte en retour. En ce sens, il invite à une nouvelle conception de l’histoire qui décentre « l’homme » sur la base d’une critique radicale de l’anthropocentrisme et prend en compte des acteurs non humains, en particulier les animaux. Se joue donc aussi une recomposition des diverses approches scientifiques et des découpages disciplinaires. Dans l’espace occidental, une conceptualisation symétrique et parallèle de la frontière nature/culture avait consacré la séparation entre sciences de la nature et de la vie d’une part et sciences de l’homme et des sociétés de l’autre. Or, cette frontière semble aujourd’hui moins stable, voire en crise.

  • 3
    Derrida 2006. Voir aussi Llored 2012 ; Mackenzie & Posthumus 2015.
  • 4 Haraway 2009 [1991] et 2008 ; Ingold 2000 ; Descola 2005 ; Viveiros de Castro 2009.
  • 5 Latour 2006 et 1991 ; Stengers 2022.
  • 6 Schaeffer 2007 ; Despret 2012, 2013 et 2019. Voir aussi Daston &Mitman 2005.
  • 7 Voir Charbonnier 2015, pour ne se limiter qu’à la France. Pour une analyse historienne, voir Van Da (...)

4L’intervention devenue célèbre de Jacques Derrida, L’animal que donc je suis, repère un nombre infini de façons d’articuler l’exceptionnalisme humain dans la philosophie occidentale, qui ont construit ainsi une créature singulière appelée « animal » : elle a servi de point de départ à de nombreuses études se réclamant de la French Theory3. Parallèlement, les travaux de Donna Haraway, de Philippe Descola, de Tim Ingold, ou d’Eduardo Viveiros de Castro, pour n’en citer que quelques-uns, ont imposé la présence des « non-humains », expression paroxystique de l’ébranlement d’une frontière consolidée par les sciences de l’homme entre xviiie et xixe siècles4. Ils font écho, explicitement ou non, à la sociologie des sciences de Bruno Latour et à sa théorie des « actants ». Il s’agit d’une proposition inclusive qui invite à englober humains et non-humains, idées, objets, microbes, animaux, en tant qu’ils sont tous acteurs, c’est-à-dire dotés de capacités actancielles, tous assembleurs des collectifs qui forment le social. Dès lors, la distinction sujet-objet est abolie et la nécessité d’inclure et de négocier avec des existants multiples est reconnue5. La réflexion du philosophe Jean-Marie Schaeffer sur « la fin de l’exception humaine » ou celle de la philosophe des sciences Vinciane Despret sur la notion de territoire ou sur les savoirs (genrés) avec les animaux, vont dans le même sens6 ; mais il est impossible ici d’établir une liste exhaustive de ces nouvelles contributions, en particulier celles qui se sont développées à l’ombre de l’anthropocène7.

  • 8
    D’Eaubonne 2020 [1974] et 2018 [1978] ; Merchant 2021 [1980] ; Larrère 2012 ; Hache 2016 ; Pruvost (...)
  • 9 Il est même impossible de les séparer ou de penser les Animal Studies sans les Gender Studies. Voir (...)

5Ce paysage encore largement morcelé, et qui se décline en une vaste palette de nuanciers nationaux, est aussi structuré par l’écoféminisme : le mot, forgé par Françoise d’Eaubonne en 1974, reste pendant plusieurs décennies dans les oubliettes des sciences sociales en France. Il circule aux États-Unis à partir des années 1980, avant de faire son retour dans l’hexagone. L’écoféminisme invite à embrasser dans une même grille de lecture, les logiques de domination économiques, écologiques et de genre ; il propose de repenser les concepts sur lesquels construire une critique de la biopolitique et les catégories de notre réflexion éthique8. Aux États-Unis, à la différence de la France, les Animal Studies et les Critical Animal Studies, se sont largement développées à partir des Gender et des Science Studies, et le « tournant animaliste » y a souvent été porté par des femmes, avec une dimension féministe et de genre très marquée9. En s’inscrivant dans le cadre militant des Cultural Studies, ces études participent directement d’une analyse critique des différentes formes de domination.

L’histoire au défi de l’animal et du genre

  • 10 Roscher, Krebber & Mizelle, 2021: 3.
  • 11 Baratay 2020.

6Notre objectif n’est pas de poursuivre toutes les pistes ouvertes par ces réflexions qui le plus souvent négligent la recherche historique. Il est en revanche nécessaire d’identifier les nouveaux problèmes qu’elles posent à notre discipline en prenant en considération le fait que « l’histoire regarde les animaux comme les animaux regardent l’histoire »10. Mais aussi en étant conscient du fait que la logique de développement des Studies (Animal Studies et Gender Studies) ne recoupe pas toujours celle des disciplines. Si les historiens doivent prendre au sérieux ces nouvelles approches, ils doivent aussi se confronter à une dimension militante des interventions qui ont structuré ce champ d’étude. Il y a là un défi qui est celui d’un nouveau type d’interdisciplinarité, non seulement entre les sciences humaines et sociales d’une part et les sciences de la nature de l’autre, mais entre champ d’études (Studies) et disciplines11.

  • 12 Delort 1984 ; Pastoureau 2002 ; Baratay 2003 ; Roche 2008-2015 ; Serna 2017 ; Dorlin & Rodriguez 20 (...)
  • 13 Dittmar 2019.

7En France, tous ces débats et la manière dont ils ont affecté la discipline historique sont à la fois récents et disparates, mais il faut souligner que depuis une vingtaine d’années s’est développé un intérêt considérable pour la question animale : pour ne citer que les exemples les plus attendus, Robert Delort ou Michel Pastoureau pour l’histoire médiévale ; Daniel Roche, Éric Baratay ou Pierre Serna pour l’histoire moderne et contemporaine ; les études environnementales et écoféministes pour l’époque actuelle12. Dans un bilan historiographique, le médiéviste Pierre-Olivier Dittmar met en évidence trois grandes approches d’anthropologie historique, qui se sont succédé en France, en se chevauchant partiellement : la première, entre la fin des années 1970 et le début des années 1980, porte sur « l’exploitation matérielle de l’environnement », indexée sur une histoire économique et matérielle et marquée par la figure de Robert Delort ; la deuxième, développée dans les années 1990-2000, est centrée sur « l’exploitation symbolique de l’animal » et trouve en Michel Pastoureau l’un de ses représentants les plus significatifs ; les évolutions de la discipline anthropologique, notamment autour du travail de Philippe Descola, au cours des années 2000, marquent le troisième moment, axé sur la notion de « politie » : à la question de la représentation se substitue celle de la participation13. Ainsi, en 2010, la revue Dix-huitième siècle proposait un numéro sur « L’animal des Lumières », et en 2017, la Revue d’histoire du xixe siècle publiait le dossier « Écrire l’histoire avec les animaux », insistant sur « la part animale du xixe siècle ».

  • 14 Dans une littérature surabondante, voir Ritvo 2007 ; Shaw 2013 ; Rangarajan 2013 ; Fudge 2017 ; How (...)
  • 15 Manceron 2015 : 280, 289.
  • 16 Baratay 2017 ; Pouillard 2019.
  • 17 Voir Specht 2016 ; Chaplin 2017.
  • 18 Digard 2012. L’article est issu de sa communication au colloque « Un “tournant animaliste” en anthr (...)

8Les travaux historiques actuels s’appuient souvent sur de nouvelles intelligibilités du rôle des animaux dans le passé comme dans le présent. En particulier, alors que, dans les approches traditionnelles, les animaux étaient étudiés comme des objets (outils de travail, biens de consommation, symboles, médiateurs pour des rituels…), ils sont aujourd’hui considérés par certains chercheurs, comme des acteurs à part entière, doués d’agentivité et de subjectivité14. L’étude de l’imaginaire et des représentations symboliques cède la place à « l’expérience, la perception, la cognition », ce qui conduit à reformuler les problématiques non plus en termes de relations avec les humains, mais en traitant les animaux comme les « protagonistes d’une interaction […] au cours de laquelle chacun a la capacité de faire agir l’autre et de transformer ses manières de faire »15. On a ainsi parlé d’un «  point de vue animal  » permettant « une autre vision de l’histoire », et on a dressé des « biographies animales », en tant qu’«  individus »16. Mais ces propositions sont très loin de faire consensus17. Et certains ont vu dans cette mouvance animalière une dangereuse dérive « antihumaniste »18.

9Là encore, ces enjeux dépassent de loin la discipline historique. Sur l’agentivité animale et sur la nécessité de désanthropologiser l’histoire et les sciences sociales, le débat est en effet très vif aujourd’hui. Il a trouvé comme espace d’expression plusieurs revues qui ont consacré des dossiers entiers à la question animale. Terrain, pour l’anthropologie, a proposé deux numéros spéciaux, l’un en 1988 intitulé « Des hommes et des bêtes », l’autre en 2000 sous le titre « Les animaux pensent-ils ? » : en l’espace de douze ans, le changement du questionnaire reflète un déplacement du programme et consacre la place active qui est donnée aux animaux – ce qui est confirmé en 2015 par le dossier de la revue canadienne Anthropologie et société « Liaisons animales. Questions d’affects ».

  • 19 Laqueur 1992 [1990], Schiebinger 1993 ; Hopwood, Flemming & Kassell 2018. Voir aussi Guerrini 2003.
  • 20 Frontisi-Ducroux 2003; Franco 2014 (voir le compte rendu dans ce volume).
  • 21 Roy 1974 ; Van der Lugt 2002 ; Dittmar 2012; Dittmar, Maillet &Questiaux 2011; Arena, Foehr-Jans (...)
  • 22 Hund, Mills & Sebastiani 2015 ; Sebastiani 2017 ; Sebastiani 2021 ; Wells 2018.
  • 23 Thomas 1985 [1983] ; Tague 2015. Voir aussi l’article consacré au débat historiographique dans ce n (...)

10Pour autant, en France, les travaux sur les animaux ne se sont presque pas inscrits dans une perspective de genre. Or, nombre de sujets abordés en histoire du genre – reproduction, fécondité, nutrition, sexualité, disciplinement des corps et des émotions – trouvent dans l’histoire des animaux des points de convergence, de confrontation et d’approfondissement stimulants. Certains spécialistes de l’histoire de la reproduction humaine et du corps des femmes se sont intéressés, par exemple, aux modèles animaux qui ont informé la vision des savants depuis Aristote jusqu’aux médecins du xixe siècle19. D’autres ont analysé les images et les représentations animalières dans les mythes de la Grèce ancienne en relation avec les femmes et le féminin, et en se concentrant sur les métamorphoses et leurs significations20. Certains historiens spécialistes des animaux au Moyen Âge ont travaillé sur les interprétations du récit biblique de la création, mettant en exergue le rôle prêté à Ève dans l’ensauvagement général des espèces animales et montrant l’assimilation de la femme à l’animalité  : l’étude de ce processus a révélé la place singulière de l’allaitement humain et inter-espèces21. Des travaux ont montré que l’attention portée, pour le spectacle ou pour la science, aux grands singes dans les métropoles des Lumières participait des débats sur les frontières de l’humain, sur les races humaines et sur le genre. Ils ont identifié l’argument (faux mais largement répandu au xviiie siècle) de la prolificité de l’union sexuelle entre grands singes (mâles) et femmes (africaines), devenu un topos qui encourage des expériences en métropole et dans les colonies22. D’autres encore se sont intéressés à l’histoire des animaux de compagnie et à l’affection genrée qu’ils ont pu susciter23. Anthropomorphisme, féminisation ou masculinisation du nom d’un animal, attribution de qualités féminines ou masculines à un animal, rôles genrés dans la domestication ou l’élevage, animalisation des hommes ou des femmes sont autant de lieux d’observation pour saisir ce qui se joue, dans chaque contexte documentaire et/ou historique, entre l’animal et le genre.

Discours, représentations, enquêtes

11Ce dossier, pris dans son ensemble, vise à dresser un premier bilan historiographique. Il met en lumière les travaux qui, pour les différentes périodes et disciplines considérées, ont contribué à développer le champ de recherche sur les animaux et l’animalité, ainsi que ceux qui se situent déjà dans une perspective de genre. L’article historiographique rédigé par Jens Amborg, Tomohiro Kaibara et Silvia Sebastiani sur les Lumières n’est donc pas le seul à proposer des éclairages sur la manière dont s’écrit aujourd’hui l’histoire des animaux en lien avec les problématiques de genre. Chacun des auteurs des articles du numéro travaille à partir de références propres à chacune des périodes concernées, pour explorer la relation entre le genre, l’animal et l’animalité. Le parti pris du dossier est, comme il est de coutume dans la revue Clio, de s’inscrire dans un temps long, compris entre l’Antiquité grecque et nos sociétés contemporaines, et par le souci de faire dialoguer les disciplines afin d’esquisser un nouveau périmètre de travail croisant la question animale et l’histoire du genre en histoire, en sociologie, en anthropologie et en histoire de l’art visuel, comme en histoire des sciences.

12Plusieurs des articles du numéro explorent des productions culturelles du passé qui proposent des représentations du genre à travers le récit de relations symboliques ou imaginées entre animaux et humains. Dans l’article qu’elle consacre au mythe grec de Callisto et Arcas, Alessandra Scaccuto s’arrête sur la figure antique de l’ourse. En rapprochant le récit mythologique des savoirs de la zoologie ancienne, elle offre de nouvelles pistes de compréhension du mythe et de ses différentes versions : l’histoire de Callisto et d’Arcas devient, à la relecture, celle d’une maternité inaccomplie, ce qui permet d’appréhender plus finement les représentations que les Grecs se faisaient de la maternité humaine. Dans l’exégèse biblique médiévale, telle qu’elle est abordée par Clémentine Girault, la maternité occupe encore une place centrale tant du point de vue doctrinal et théologique que d’un point de vue culturel et artistique. La figure de la biche est étudiée ici à l’aune de ses évolutions d’une version à l’autre de la tradition vétérotestamentaire. L’article trace ainsi un parcours dans les modèles de maternité incarnés par la biche d’où émerge en particulier l’analogie biche-Christ.

  • 24 Dittmar 2019.

13Le Moyen Âge ignore pendant longtemps le concept même d’« animal », souvent appliqué à l’homme en tant qu’être animé. L’apparition du terme « beste » en ancien français « change l’organisation des ontologies », car il ne concerne que les animaux non humains (l’idée d’une bestialité de l’homme apparaît en 1246)24. Durant cette période, c’est plutôt le binôme ensauvagement/domestication qui structure les relations de genre via les références animales, comme on peut le voir dans le commentaire du document iconographique proposé par Clovis Maillet, issu d’un manuscrit des Heures de Louis de Savoie. La vie de Blaise de Sébaste, un saint qui prêche aux bêtes sauvages, parle de la voie à suivre pour construire un modèle de masculinité : celle-ci passe par la maîtrise conjointe des bêtes et des femmes. De féminité et de masculinité, il est encore question dans l’article proposé par Tomohiro Kaibara mais cette fois, la relation homme/animal qui est mise en exergue concerne un animal domestique, et non plus un animal sauvage ou ensauvagé. Tomohiro Kabaira prend appui sur un ouvrage paru en 1727, Les Chats de Paradis de Moncrif : il le lit comme un dispositif contribuant au changement paradigmatique d’attitude vis-à-vis d’un animal jusqu’alors ignoré, voire déconsidéré, et étudie l’émergence d’une félinophilie aristocratique et galante, à la fois apanage de femmes et d’hommes, qui (re)construit, en retour, genre féminin et genre masculin.

14Une autre série d’articles s’intéresse à la manière dont les savants, et en premier lieu les naturalistes, aux xviiie et xixe siècles ont tenté de percer les mystères de la reproduction ou des comportements sociaux des humains, à travers l’observation des animaux. À partir de la lecture de l’article « Serin des Canaries » de l’Histoire naturelle de Buffon, Jens Amborg déploie son analyse à la croisée de l’histoire des sciences et de l’économie, pour montrer les processus de co-construction des concepts de race, de sexe et de reproduction. Pietro Corsi aborde le discours savant qui lie les animaux et le genre sous l’angle original de la pensée darwinienne de la beauté et de son rôle dans sa théorie de la reproduction. L’article consacré à La Femme criminelle de Cesare Lombroso est le résultat d’une enquête menée par Maddalena Carli et Alessio Petrizzo, sur les usages des références à l’univers animal dans l’œuvre du célèbre criminaliste italien, en lien avec la déviance des brigandes. Il montre que Lombroso formule une théorie générale de l’évolution où la féminité est constamment mise à l’épreuve de la comparaison entre femmes et animaux.

15L’article de l’anthropologue Jean-Baptiste Eczet explore une troisième voie, celle de l’étude d’une organisation sociale entre humains et animaux, où hiérarchie de genre et hiérarchie d’âge ne se comprennent qu’en prenant en compte la centralité des expériences de vie avec les animaux tout autant que les nécessités de gestion du bétail. Chez les Mursi, société pastorale d’Afrique de l’Est, c’est la triangulation bovins/âge/genre qui modèle les relations d’autorité et les capacités d’expression politique.

16Enfin, en se penchant sur les différentes formes de militantisme féministe, qui entendent transformer les hiérarchies entre humain et animal, femme et homme, féminin et masculin, le dossier prend en compte certains aspects centraux de cette longue histoire de relations complexes. Zoé Marty aborde la production de Rosa Bonheur, peintre animalier, sous l’angle des biographies animales. Elle analyse une toile qui rassemble une série d’esquisses d’un jeune lion pour mettre au jour les rapports qui unissent l’artiste à son objet, souvent associés à son lesbianisme et à son féminisme. L’entretien de la philosophe Benedetta Piazzesi avec la photographe Jo-Anne McArthur permet d’éclairer le militantisme anti-spéciste et féministe à travers un projet qui vise à documenter à la fois la souffrance animale et l’action des femmes qui le dénoncent et se solidarisent avec les animaux. L’ethnographie de terrain de Constance Rimlinger en Nouvelle-Zélande met en lumière l’articulation entre conception de l’animalité et du genre, dans un « sanctuaire végane » fondé par des militantes qui cherchent à déconstruire les hiérarchies systémiques et les normes de genre dominantes, en inventant un lieu singulier, antispéciste et queer, où elles accueillent des volontaires du monde entier.

  • 25 Voltaire 1763.
  • 26 La citation est prise d’un autre conte philosophique légèrement postérieur, L’Homme aux quaranteéc (...)
  • 27 Larue 2021 : 147-196.

17On voudrait conclure ce parcours en faisant un retour sur les Lumières qui, insistons sur ce point, constituent un moment de bascule décisif pour les questions qui nous occupent, en tant qu’elles fondent l’étude du monde dans une perspective anthropologique dont elles intègrent aussi la critique. Le Dialogue du chapon et de la poularde est un bref texte de cour de Voltaire, méconnu par les non-spécialistes, peu travaillé par les spécialistes, et qu’il aurait pu écrire à notre demande pour ce numéro : il est publié en 1763 par le philosophe alors âgé de soixante-neuf ans, toujours plongé dans sa réflexion sur la « science de l’homme ». La sienne brouille les frontières entre les êtres humains et les autres animaux25. Voltaire conteste l’idée, absurde selon lui, que l’univers est fait « uniquement pour l’homme, roi des animaux et image de Dieu, auquel il ressemble comme deux gouttes d’eau » – propos clairement ironique chez un savant qui considère que c’est l’homme qui a créé Dieu à son image26. Pour lui, il n’y a pas d’exception humaine, ni d’âme spirituelle, qui fonderait la supériorité de l’être humain, comme il n’y a ni d’espèce élue, ni de peuple élu, véritables leitmotivs de sa pensée depuis sa jeunesse. L’être humain est un animal parmi d’autres, qui possède un peu plus d’idées et un langage plus articulé pour les exprimer, mais qui est sujet aux mêmes nécessités et aux mêmes lois que le reste de la faune. La mémoire, l’imagination, le rêve, la jalousie, les désirs, les idées, la volonté, la curiosité ne sont pas des prérogatives humaines, mais sont des caractéristiques communes à tous les êtres animés. Le philosophe dresse ainsi une critique féroce de l’anthropocentrisme, confirmée par son héliocentrisme et la mise en question de la centralité de la terre, qui annihilent toute idée de l’exceptionnalité humaine27.

18Les héros du Dialogue sont deux volailles, un mâle et une femelle, tous deux castrés, et donc devenus l’un « chapon » et l’autre « poularde » : l’échange a lieu juste avant leur fin, c’est-à-dire leur transformation en rôtis, mangés par des humains. C’est en somme le dernier acte de leur vie, leur dernière scène. Voltaire saisit ce moment pour construire la proximité entre les humains et les animaux à partir de leur sentiment, mais il transforme les premiers en des monstres vis-à-vis des seconds qui en sont les victimes innocentes. Il distingue très nettement le chapon mâle, informé et philosophe, de la poularde femelle naïve, qui ne sait rien et qui utilise le lexique des émotions. Tout en défendant les animaux face à la cruauté humaine dans une réflexion sur l’élargissement des frontières de la tolérance, Voltaire ne renonce pas aux stéréotypes de genre : la distinction entre mâles et femelles, masculin et féminin, reste pour lui stable et enracinée dans la nature. Mais, comme souvent chez le philosophe de Fernay, l’interprétation demeure ouverte, car, après tout, il pourrait tout aussi bien jouer avec cette différence des sexes dès lors que les deux animaux, castrés l’un et l’autre, sont au final désexualisés.

19Nous voudrions lire ce texte comme un signal qui éviterait que l’historien devienne le troisième animal de sa basse-cour, à savoir le dindon de la farce : la variété des situations historiques de subalternité nous suggère que tous les chapons et toutes les poulardes, pour autant qu’ils finissent sur la même rôtissoire, ne sont pas nécessairement solidaires ni perçus et catégorisés de la même manière. Il ne va pas de soi que les femmes et les animaux participent d’une même cause, en tout lieu et de tout temps. C’est l’un des bilans que l’on peut tirer de la rencontre de Clio avec les animaux.

Haut de page

Bibliographie

Arena Francesca, Foehr-Janssens Yasmina, Papaikonomou Irini & Francesca Prescendi (dir.), 2017, « Allaitement entre humains et animaux : représentations et pratiques de l’Antiquité à aujourd’hui », Anthropozoologica, 52/1, 2017.

Baratay Éric, 2003, Et l’homme créa l’animal. Histoire d’une condition, Paris, Odile Jacob.

Baratay Éric, 2012, Le Point de vue animal. Une autre vision de l’histoire, Paris, Seuil.

Baratay Éric, 2017, Biographies animales, Paris, Seuil.

Baratay Éric (dir.), 2020, Croiser les sciences pour lire les animaux, Paris, Éditions de la Sorbonne.

Bonneuil Christophe & Jean-Baptiste Fressoz, 2013, L’Événement anthropocène. La Terre, l’histoire et nous, Paris, Seuil.

Chakrabarty Dipesh, 2009, « The climate of history: four theses », Critical Inquiry, 35/2, p. 201-207.

Charbonnier Pierre, 2015, La Fin d’un grand partage. Nature et société de Durkheim à Descola, Paris, CNRS Édition.

Chaplin Joyce, 2017, « Can the nonhuman speak? Breaking the chain of being in the Anthropocene », Journal of the History of Ideas, 78/4, p. 509-529.

Daston Lorraine & Gregg Mitman, 2005, Thinking with Animals. New perspectives on anthropomorphism, New York, Columbia University Press.

Delort Robert, 1984, Les Animaux ont une histoire, Paris, Seuil.

Derrida Jacques, 2006, L’Animal que donc je suis, Paris, Galilée.

Descola Philippe, 2005, Par-delà nature et culture, Paris, Gallimard.

Despret, 2012, Que diraient les animaux, si… on leur posait les bonnes questions ?, Paris, La Découverte.

Despret, 2013, « From secret agents to interagency », History and Theory, 52, p. 29-44.

Despret, 2019, Habiter en oiseau, Arles, Actes Sud.

Digard Jean-Pierre, 2012, « Le tournant obscurantiste en anthropologie. De la zoomanie à l’animalisme occidentaux », L’Homme, 203-204, p. 555-578.

Dittmar Pierre-Olivier, 2012, « Le seigneur des animaux entre pecus et bestia. Les animalités paradisiaques des années 1300 », in Agostino Paravicini Bagliani (dir.), Adam, le premier homme, Firenze, Sismel-Edizioni del Galluzzo, p. 219-254.

Dittmar Pierre-Olivier, 2019, « Penser une anthropologie historique du vivant », in Jérôme Lamy & Romain Roy (dir.), Pour une anthropologie historique de la nature, Rennes, PUR, p. 57-71.

Dittmar Pierre-Olivier, Maillet Chloé & Astrée Questiaux, 2011, « La chèvre ou la femme. Parentés de lait entre animaux et humains au Moyen Âge », Images Re-vues, 9. [http ://imagesrevues.revues.org/1621]

Dorlin Elsa & Eva Rodriguez (dir.), 2012, Penser avec Donna Haraway, Paris, PUF.

D’Eaubonne Françoise, 2018 [1978], Écologie et féminisme. Révolution ou mutation ?, Paris, Libre & Solidaire.

D’Eaubonne Françoise, 2020 [1974], Le Féminisme ou la mort, Paris, éditions Le Passager Clandestin.

Fraiman Susan, 2012, « Pussy panic versus liking animals: tracking gender in animal studies », Critical Inquiry, 39, p. 89-115.

Franco Cristiana, 2014, Shameless. The canine and the feminine in ancient Greece, Oakland, University of California Press.

Frontisi-Ducroux Françoise, 2003, L’Homme-cerf et la femme-araignée. Figures grecques de la métamorphose, Paris, Gallimard.

Frugoni Chiara, 2022 [2018], Vivre avec les animaux au Moyen Âge. Histoires fantastiques et féroces, trad. Lucien d’Azay, Paris, Les Belles Lettres.

Fudge Erica, 2017, « What was it like to be a cow? », in Linda Kalof (dir.), The Oxford Handbook of Animal Studies, New York, Oxford University Press, p. 258-278.

Guerrini Anita, 2003, Experimenting with Humans and Animals: from Galen to animal rights, Baltimore, The Johns Hopkins University Press.

Guerrini Anita, 2016, « Deep history, evolutionary history, and animals in the Anthropocene », in Bernice Bovenkerk & Jozef Keulartz (dir.), Animal Ethics in the Age of Humans, Cham, Springer International Publishing, p. 25-37.

Haraway Donna Jeanne, 2008, When Species Meet, Minneapolis-London, University of Minnesota Press.

Haraway Donna Jeanne, 2009 [1991], Des Singes, des cyborgs et des femmes. La réinvention de la nature, trad. Oristelle Bonis, Arles, Actes Sud.

Hache Émilie (dir.), 2016. Reclaim. Recueil de textes écoféministes, Paris, Éditions Cambourakis.

Hopwood Nick, Flemming Rebecca & Lauren Kassell (dir.), 2018, Reproduction: antiquity to the present day, Cambridge, Cambridge University Press.

Howell Philip, 2018, « Animals, agency, and history », in Hilda Kean & Phillip Howell (dir.), The Routledge Companion to Animal-Human History, London, Routledge, 2018, p. 197-221.

Hund Wulf D., Mills Charles W. & Silvia Sebastiani (dir.), 2015, Simianization: apes, gender, class, and race, Berlin, Lit Verlag.

Ingold Tim, 2000, The Perception of the Environment: essays in livelihood, dwelling and skill, London, Taylor & Francis.

Laqueur Thomas, 1992 [1990], La Fabrique du sexe. Essai sur le corps et le genre en Occident, Paris, Gallimard.

Larrère Catherine, 2012, « L’écoféminisme : féminisme écologique ou écologie féministe », Tracés. Revue de sciences humaines, 22, p. 105-121.

Larue Renan, 2021, Le Végétarisme des Lumières. L’abstinence de viande dans la France du xviiiesiècle, Paris, Garnier.

Latour Bruno, 1991, Nous n’avons jamais été modernes. Essai d’anthropologie symétrique, Paris, La Découverte.

Latour Bruno, 2006, Changer de société, refaire de la sociologie, Paris, La Découverte.

Llored Patrick, 2012, Jacques Derrida. Politique et éthique de l’animalité, Paris, Vrin.

Mackenzie Louisa & Stephanie Posthumus (dir.), 2015, French Thinking about Animals, East Lansing, Michigan State University Press.

Manceron Vanessa, 2015, « Exil ou agentivité ? Ce que l’anthropologie fabrique avec les animaux, L’Année sociologique, 66, p. 279-298.

Merchant Carolyn, 2021 [1980], La Mort de la nature. Les femmes, l’écologie et la révolution scientifique, trad. Margot Lauwers, postface de Catherine Larrère, Marseille, Éditions Wildproject.

Pastoureau Michel, 2002, Le Bestiaire médiéval. Dictionnaire historique et bibliographique, Paris, Le Léopard d’or.

Pruvost Geneviève, 2021, Féminisme, écologie et subsistance, Paris, La Découverte.

Pouillard Violette, 2019, Histoire des zoos par les animaux. Impérialisme, contrôle, conservation, Ceyzérieu, Champ Vallon.

Rangarajan Mahesh, 2013, « Animals with rich histories: the case of the lions of Gir Forest », History and Theory, 52/4, p. 109-127

Ritvo Harriet, 2007, « Harriet Ritvo on the animal turn », Daedalus, 136/4, p. 118-122.

Roche Daniel, 2008-2015, La Culture équestre de l’Occident, xvie-xixe siècle. L’Ombre du cheval, 3 tomes, Paris, Fayard.

Roscher Mieke, Krebber André &Brett Mizelle, 2021, « Writing history after the animal turn? An introduction to historical animal studies », in Mieke Roscher, André Krebber & Brett Mizelle (dir.), Handbook of Historical Animal Studies, Berlin, De Gruyter, p. 1-18.

Roy Bernard 1974, « La belle e(s)t la bête. Aspects du bestiaire féminin au Moyen Âge », Études françaises, 10/3, p. 309-317.

Schaeffer Jean-Marie, 2007, La Fin de l’exception humaine, Paris, Gallimard.

Schiebinger Londa, 1993, Nature’s Body: gender in the making of modern science, Boston, Beacon Press.

Sebastiani Silvia, 2017, « La Caravane des animaux. Circulation des “orangs-outans” et des savoirs, reconfigurations des frontières de l’humain », Diasporas. Circulations, migrations, histoire, 29, p. 53-70.

Sebastiani Silvia, 2021, «  Enlightenment humanization and dehumanization, and the orangutan  » in Maria Kronfeldner (dir.), The Routledge Handbook of Dehumanization, Abingdon-New York, Routledge, p. 64-82.

Serna Pierre, 2017, Comme des bêtes. Histoire politique de l’animal en Révolution (1750-1840), Paris, Fayard.

Shaw David Gary, 2013, « The torturer’s horse: Agency and Animals in History », History and Theory, 52, 2013, p. 146-167.

Specht Joshua, 2016, « Animal history after its triumph: unexpected animals, evolutionary approaches, and the animal lens », History Compass, 14/7, p. 326-336.

Stengers Isabelle, 2022, Cosmopolitiques, Paris, La Découverte.

Tague Ingrid H., 2015, Animal Companions: pets and social change in eighteenth-century Britain, University Park, The Pennsylvania State University Press.

Thomas Keith, 1985 [1983], Dans le Jardin de la nature. La mutation des sensibilités en Angleterre à l’époque moderne (1500-1800), trad. Catherine Malamoud, Paris, Gallimard.

Van Damme Stéphane, 2020, Seconde nature. Rematérialiser les sciences de Bacon à Tocqueville, Dijon, Les Presses du réel.

Van der Lugt Maaike, 2002, « Pourquoi Dieu a-t-il créé la femme ? Différence sexuelle et théologie médiévale », in Jean-Claude Schmitt (dir.), Ève et Pandora, la création de la première femme, Paris, Gallimard, p. 89-113.

Viveiros de Castro Eduardo, 2009, Métaphysiques cannibales. Lignes d’anthropologie post-structurale, trad. O. Bonilla, Paris, PUF.

Voltaire, François-Marie Arouet, 1763, Dialogue du chapon et de la poularde, in Voltaire, Œuvres complètes de Voltaire, 1879, Louis Moland (éd.), Paris, Garnier, vol. 25, p. 119-123.

Voltaire, François-Marie Arouet, 1768, L’Homme aux quarante écus, in Voltaire, Œuvres complètes de Voltaire, 1879, Louis Moland (éd.), Paris, Garnier, vol. 21, p. 305-368.

Wells Andrew, 2018, « Blurred Lines: bestiality and the human ape in Enlightenment Scotland », in Sarah Cockram & Andrew Wells (dir.), Interspecies Interactions: animals and humans between the Middle Ages and Modernity, New York, Routledge, p. 123-148.

Haut de page

Notes

1 Voir par exemple la bibliographie de la Michigan State University : « Animal Studies Bibliography », http://www.animalstudies.msu.edu/bibliography.php

2 Chakrabarty 2009 ; Bonneuil & Fressoz 2013 ; Guerrini 2016.

3
Derrida 2006. Voir aussi Llored 2012 ; Mackenzie & Posthumus 2015.

4 Haraway 2009 [1991] et 2008 ; Ingold 2000 ; Descola 2005 ; Viveiros de Castro 2009.

5 Latour 2006 et 1991 ; Stengers 2022.

6 Schaeffer 2007 ; Despret 2012, 2013 et 2019. Voir aussi Daston &Mitman 2005.

7 Voir Charbonnier 2015, pour ne se limiter qu’à la France. Pour une analyse historienne, voir Van Damme 2020.

8
D’Eaubonne 2020 [1974] et 2018 [1978] ; Merchant 2021 [1980] ; Larrère 2012 ; Hache 2016 ; Pruvost 2021.

9 Il est même impossible de les séparer ou de penser les Animal Studies sans les Gender Studies. Voir Haraway 2009 [1991] ; Fraiman 2012.

10 Roscher, Krebber & Mizelle, 2021: 3.

11 Baratay 2020.

12 Delort 1984 ; Pastoureau 2002 ; Baratay 2003 ; Roche 2008-2015 ; Serna 2017 ; Dorlin & Rodriguez 2012 ; Despret 2019 (voir le compte rendu dans ce volume).

13 Dittmar 2019.

14 Dans une littérature surabondante, voir Ritvo 2007 ; Shaw 2013 ; Rangarajan 2013 ; Fudge 2017 ; Howell 2018.

15 Manceron 2015 : 280, 289.

16 Baratay 2017 ; Pouillard 2019.

17 Voir Specht 2016 ; Chaplin 2017.

18 Digard 2012. L’article est issu de sa communication au colloque « Un “tournant animaliste” en anthropologie ? », qui a eu lieu au Collège de France en juin 2011.

19 Laqueur 1992 [1990], Schiebinger 1993 ; Hopwood, Flemming & Kassell 2018. Voir aussi Guerrini 2003.

20 Frontisi-Ducroux 2003; Franco 2014 (voir le compte rendu dans ce volume).

21 Roy 1974 ; Van der Lugt 2002 ; Dittmar 2012; Dittmar, Maillet &Questiaux 2011; Arena, Foehr-Janssens, Papaikonomou & Prescendi 2017. Voir aussi Frugoni 2022 [2018].

22 Hund, Mills & Sebastiani 2015 ; Sebastiani 2017 ; Sebastiani 2021 ; Wells 2018.

23 Thomas 1985 [1983] ; Tague 2015. Voir aussi l’article consacré au débat historiographique dans ce numéro.

24 Dittmar 2019.

25 Voltaire 1763.

26 La citation est prise d’un autre conte philosophique légèrement postérieur, L’Homme aux quaranteécus. Voir Voltaire 1768 : 353.

27 Larue 2021 : 147-196.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Silvia Sebastiani, « Ce que les animaux font au genre »Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 55 | 2022, mis en ligne le 12 août 2022, consulté le 27 novembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/clio/21322 ; DOI : https://doi.org/10.4000/clio.21322

Haut de page

Auteur

Silvia Sebastiani

Silvia Sebastiani est directrice d’études de l’Ehess. Spécialiste des Lumières, elle s’intéresse aux questions de race, de genre, d’animalité et d’écriture de l’histoire. Elle est notamment l’auteure de The Scottish Enlightenment :race, gender, and the limits of progress (Palgrave-Macmillan, 2013 – traduction remaniée du livre italien publié chez Il Mulino en 2008) et co-auteure, avec Jean-–Frédéric Schaub, de Race et histoire dans les sociétés occidentales (xve-xviiie siècle) (Albin Michel, 2021). Elle termine un livre sur les frontières de l’humanité au xviiie siècle, en se concentrant sur les grands singes dans lélaboration des sciences humaines et sociales. silvia.sebastiani@ehess.fr

Articles du même auteur

  • Un débat historiographique [Accès restreint]
    Genre, animaux, animalité au siècle des Lumières
    A historiographical debate. Gender, animals and animality in the Enlightenment
    Paru dans Clio. Femmes, Genre, Histoire, 55 | 2022
Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Belin
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search