Navigation – Plan du site

AccueilNuméros55Regards complémentairesNi Dieu ni maître (boucher)

Regards complémentaires

Ni Dieu ni maître (boucher)

L’expérience d’un sanctuaire végane anarcha-féministe
No gods and no butchers. The experience of an anarcha-feminist vegan animal sanctuary
Constance Rimlinger
p. 191-208

Résumés

Partant de l’ethnographie d’un sanctuaire végane néo-zélandais tenu par un couple de femmes se revendiquant de l’anarchisme et du féminisme intersectionnel, cet article interroge l’appréhension de l’animalité par des militantes cherchant à déconstruire les hiérarchies systémiques et les normes de genre dominantes. Entre naturalité et construction humaine, comment l’animalité est-elle considérée ? De quelle manière et dans quelle mesure le prisme de lecture queer et féministe contribue-t-il à reconsidérer les animaux non-humains, et à remodeler le travail quotidien à leur côté ? L’article analyse l’effort de convergence des luttes qui s’observe dans ce sanctuaire, tout en l’historicisant, en revenant sur les liens historiques entre anarchisme, écologie et cause animale, et entre cause des femmes et cause animale.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2025.
Consulter cet article

Plan

Si on ne naît pas femme, naît-on truie ?
Entre essence et individualité : qu’est-ce qu’un animal ?
Des animaux queer ?
L’héritage anarcho-féministe
Anarchisme et défense des animaux
Féminisme et cause animale
Un lieu d’émancipation féministe
Déconstruction des normes genrées et affirmation de soi
Un fonctionnement écoféministe ?

Aperçu du texte

Parce que je ne suis « qu’une femme », parce que tu n’es « qu’un chien », parce qu’à des degrés différents sur l’échelle sociale des êtres nous représentons des espèces inférieures au sexe masculin – si pétri de perfection –, le sentiment de notre mutuelle minorité a créé entre nous plus de solidarité encore, une compréhension davantage parfaite.

L’antispécisme, un courant de la cause animale formalisé dans les années 1970 qui défend que l’espèce à laquelle appartient un animal ne devrait pas déterminer la manière de le traiter, et le véganisme, mode de vie excluant la consommation de tout produit animal, font l’objet d’une attention médiatique et d’un intérêt académique accrus depuis les années 2010. La hausse du nombre de personnes adhérant à la cause animale – et la croissance exponentielle du marché des alternatives alimentaires végétariennes et véganes –, l’émergence de controverses publiques (sur l’usage de l’action directe par le mouvement antispéciste et sur la viabilité du v...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Constance Rimlinger, « Ni Dieu ni maître (boucher) »Clio. Femmes, Genre, Histoire, 55 | 2022, 191-208.

Référence électronique

Constance Rimlinger, « Ni Dieu ni maître (boucher) »Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 55 | 2022, mis en ligne le 01 janvier 2025, consulté le 27 novembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/clio/21817 ; DOI : https://doi.org/10.4000/clio.21817

Haut de page

Auteur

Constance Rimlinger

Constance Rimlinger est associée au Centre d’études des mouvements sociaux (CNRS/Ehess). Elle a soutenu une thèse de sociologie en 2021, intitulée « Féministes des champs : l’espace de la cause écoféministe au sein du mouvement de retour à la terre. France, États-Unis, Nouvelle-Zélande, 1970-2019 ». Elle analyse des utopies concrètes mêlant des engagements féministes et écologistes et en faveur des minorités sexuelles, et analyse la dimension politique de ces modes de vie. constance.rimlinger@sciencespo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Belin
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search