Navigation – Plan du site

AccueilNuméros55VariaSœur Gertrude : une complicité de...

Varia

Sœur Gertrude : une complicité de génocide

(Rwanda, avril-mai 1994)
Sister Gertrude. Complicity in genocide. (Rwanda April-May 1994)
Juliette Bour
p. 277-299

Résumés

Entre avril et mai 1994, au couvent de Sovu au Rwanda, plusieurs milliers de Tutsi sont assassinés par des miliciens avec la complicité de la mère supérieure des lieux, sœur Gertrude. En 2001 à Bruxelles, la cour d’assises la juge et la condamne pour son implication dans les massacres. À partir des archives des transcriptions du procès, l’article revient sur la façon dont s’exerçait son autorité au sein du couvent au moment du génocide. Sa défense adopte une stratégie genrée et cherche à éloigner la sœur de la possibilité même de l’engagement dans la violence. Mais les témoignages des victimes attestent l’intégration de la religieuse aux réseaux politiques locaux et la manière dont elle a mobilisé les ressources à sa disposition pour exclure de la sphère de protection du couvent les Tutsis s’y étant réfugiés.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2025.
Consulter cet article

Plan

« Vous qui entrez ici, abandonnez toute espérance » : le couvent, du refuge au piège
Un lieu perçu comme un refuge
« Et si c’était le Christ qui demandait un abri tu n’aurais pas ouvert ? »
« Celui qui pouvait vous tuer, pouvait vous sauver » : la grille du couvent, frontière entre la vie et la mort
Le zèle de la supérieure
Être mère supérieure pendant le génocide
De Consolata Mukangango à sœur Gertrude
L’obéissance à la mère supérieure
Un récit de la déresponsabilisation

Aperçu du texte

Loin d’eux les péchés graves, hélas courants, qui inquiètent et souillent les gens d’aujourd’hui : le racisme, l’ethnisme, le régionalisme, la soif du pouvoir et des biens matériels qui poussent les gens à s’affronter sans répit.

En 1992, le bulletin du diocèse de Butare situé dans le sud du Rwanda décrit les religieux et les religieuses comme des remparts à la guerre et aux massacres. Deux ans plus tard, en avril 1994, au couvent de Sovu, cette affirmation apparaît comme un vœu pieux. En effet, entre cinq mille et sept mille Tutsi y furent assassinés avec la complicité de la mère supérieure, sœur Gertrude, aidée de la novice sœur Kizito. S’il est vrai que durant les trois mois qu’a duré le génocide des Tutsi de nombreux religieuxn’ont pas hésité à se sacrifier pour sauver leurs paroissiens, ce cas ne fait toutefois pas exception : les églises et paroisses comptent parmi les principaux lieux de massacres. La participation active de la population civile, armée et entraînée dans les an...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Juliette Bour, « Sœur Gertrude : une complicité de génocide »Clio. Femmes, Genre, Histoire, 55 | 2022, 277-299.

Référence électronique

Juliette Bour, « Sœur Gertrude : une complicité de génocide »Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 55 | 2022, mis en ligne le 01 janvier 2025, consulté le 27 novembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/clio/22017 ; DOI : https://doi.org/10.4000/clio.22017

Haut de page

Auteur

Juliette Bour

Juliette Bour est doctorante au sein du CESPRA (CNRS/Ehess). Sa thèse d’histoire prend la forme d’une biographie collective de femmes de pouvoir rwandaises ayant participé au génocide perpétré contre les Tutsi entre avril et juillet 1994. juliette.bour@ehess.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Belin
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search