Navigation – Plan du site

AccueilNuméros55Clio a lu « Animalité »Cristiana Franco, Shameless: the ...

Clio a lu « Animalité »

Cristiana Franco, Shameless: the canine and the feminine in Ancient Greece

Traduit de l’italien par Matthew Fox, Oakland, University of California Press, 2014, 312 p.
Alessandra Scaccuto
Référence(s) :

Cristiana Franco, Shameless: the canine and the feminine in Ancient Greece, Traduit de l’italien par Matthew Fox, Oakland, University of California Press, 2014, 312 p.

Texte intégral

1Dans Shameless, Cristiana Franco étudie les représentations du chien dans la Grèce ancienne et son rapport avec le féminin. Au cœur de cette enquête, deux questions principales : pourquoi les textes tracent-ils un portrait ambivalent du chien, entre fidélité et trahison ? Pourquoi des traits canins sont-ils souvent associés à des figures féminines négatives ? Le livre en anglais est une réédition de l’essai en italien Senza ritegno (Bologna, 2003), dans la traduction de Matthew Fox, complétée par une préface et un appendice nouveaux, ainsi que par une mise à jour des sources et des études bibliographiques parues après la première édition. Ces ajouts enrichissent considérablement l’ouvrage et le font dialoguer avec l’historiographie récente.

2Comme annoncé dès la préface, le but de l’étude n’est pas seulement de reconstruire la pensée des auteurs anciens (intentio auctoris), mais aussi de retracer les représentations ainsi que les connaissances implicites et partagées que la culture grecque ancienne se faisait de cet animal, à partir des sources textuelles disponibles aujourd’hui (intentio operis). Le livre est structuré en cinq chapitres, accompagnés d’une bibliographie à la variété et à l’ampleur remarquables, et de notes de bas de pages très détaillées, qui en font une lecture aisée y compris pour les non-spécialistes de l’Antiquité.

3La question du lien entre personnages féminins négatifs et épithètes canines est posée dans le prologue à partir du mythe de Pandore raconté par Hésiode. Créee par Zeus dans le but de punir les hommes et douée de tous les charmes par les autres divinités, c’est elle qui, ouvrant la jarre dans laquelle ils étaient retenus, dispersa dans le monde tous les malheurs qui affligent les mortels. D’autres figures féminines négatives de la mythologie sont associées au chien, dont les Érinyes, Scylla, la Sphinx, Hécate ou les Bacchantes (p. 4). Pour comprendre les possibles raisons de ce lien, l’auteure se livre à une enquête sur l’entrée kyon dans « l’encyclopédie culturelle » du chien en Grèce, à savoir une tentative d’en reconstruire l’image et la relation avec l’humain dans cette culture (p. 5).

4Le premier chapitre présente les études précédentes sur l’usage de kyon en tant qu’insulte dans les poèmes homériques, et les met en question. On a supposé qu’à une époque protohistorique, plusieurs degrés de domestication du chien ont coexisté : le chien de chasse aurait été bien dressé, le chien de garde aurait été semi-sauvage, tandis que le chien charognard, complètement sauvage, aurait été à la source de cette image négative. Ces hypothèses ne s’appuient toutefois sur aucune preuve concrète. De plus, les insultes canines ont un spectre ample, parce qu’elles sont en rapport avec tout manque de retenue (aidos, p. 7). Par conséquent, le chien ne constitue pas la métaphore d’un comportement humain spécifique qu’il s’agirait de stigmatiser, comme c’est le cas pour d’autres insultes animalières. La raison en est la position unique du chien vis-à-vis de la société humaine, dans laquelle il est un sujet actif et autonome, contrairement aux autres espèces animales : c’est pourquoi il n’est pas assez éloigné et « autre » pour être l’objet de métaphores sociales. Il est, au contraire, un « sujet métonymique » (p. 16), en ce qu’il fait activement et pleinement partie de la communauté.

5Le deuxième chapitre vise à brosser un portrait du chien dans la culture grecque ancienne. Dans plusieurs passages des poèmes homériques, les chiens et les hommes sont étroitement associés et collaborent contre des animaux sauvages, dans des scènes de chasse ou des scènes pastorales (p. 17-23). Le partage de la nourriture est aussi un élément important, car les chiens sont admis à participer au repas des hommes – au dernier rang dans la hiérarchie de la table –, en mangeant leurs déchets. Cette commensalité peut faire l’objet d’un reproche moral et être facilement interprétée, dans les pratiques discursives, comme du parasitisme. Cette ambivalence se retrouve également dans l’inclusion du chien parmi les prédateurs qui aiment le sang et la viande crue, comme le loup. Le danger que le chien ne se conduise en loup est toujours potentiellement présent et devient réel lorsqu’il est possédé par la lyssa. Cette fureur pathologique lui fait perdre tout contrôle, comme c’est le cas dans le mythe d’Actéon, dévoré par ses propres chiens. De plus, l’interaction entre hommes et chiens est si complexe que, seul parmi les animaux domestiques, le chien fait l’objet d’une série d’attentes particulières : il doit, par exemple, accomplir des tâches en autonomie et être libre de ses mouvements. Le chien doit prendre des décisions et vouloir véritablement accomplir les activités qu’on lui confie. Il doit également savoir identifier et reconnaître, parmi les humains, les amis (avec qui il faut qu’il soit docile) et les ennemis (contre lesquels il est encouragé à se conduire de manière violente). Sa domestication ne passe pas par des contraintes physiques, le lien s’établissant à travers un « pacte de la nourriture » qui implique, de la part du chien, de la gratitude et de la fidélité (p. 40). Les textes attestent, en outre, de la présence d’un lien d’affection asymétrique entre les chiens et leurs maîtres, car c’est seulement du côté du chien que l’on s’attend à une abnégation absolue. La relation établie entre chien et humain est, en somme, hautement individualisée : il est inclus dans la communauté humaine en tant qu’individu et doit fidélité uniquement à son maître.

6Dans le troisième chapitre, l’auteure se penche sur la menace ou la peur chez les héros homériques d’être dévorés par les chiens après avoir été tués au combat. La nécrophagie fait effectivement partie du comportement alimentaire des chiens, mais Cristiana Franco s’intéresse aux significations symboliques qu’elle produit dans la culture grecque. Dans le cadre de la commensalité entre chiens et humains, cette menace constitue un renversement du banquet, dans la mesure où le corps humain devient, à cette occasion, la nourriture de l’animal censé uniquement en manger les déchets. Ce que l’on souhaite à son ennemi est, par conséquent, de devenir un déchet, de ne pas recevoir de rite funéraire, d’être sujet à la défiguration (aeikia) et à l’oubli – tout le contraire de la mort héroïque à laquelle les personnages homériques s’attendent.

7Le quatrième chapitre consiste en une « galerie des transgressions » humaines, appelées ici « masques » (p. 81-82), que l’on peut stigmatiser en utilisant des insultes canines pour les qualifier. La perspective exégétique adoptée est celle de la pragmatique : avant de tenter de déceler le sens du contenu des insultes, il faut d’abord en comprendre l’intention, l’effet que l’on veut obtenir sur l’interlocuteur. Dans ce cas, kyon exprime bien la volonté de dégrader et humilier son ennemi, en raison de la position du chien au bas de l’échelle de la société humaine, ce qui lui imposerait d’adopter une conduite de soumission (p. 80). Le chien peut alors être associé à un comportement de subalterne impudent face à ses supérieurs comme, par exemple, celui d’Athéna se révoltant contre Zeus dans l’Iliade. C’est pour cela qu’il est possible d’utiliser l’adjectif kynōpēs (« au regard de chien »), pour quelqu’un dont le regard est provocateur. Le chien peut être aussi image de la vengeance, lorsque celui à qui il doit sa fidélité a été mis à mal. Les Erinyes, déesses grecques qui persécutent les coupables des crimes de sang, sont décrites par Eschyle comme des kynes, qui veulent furieusement venger la personne qui les a invoquées. En outre, puisque le chien est lié à l’homme par un pacte de fidélité, l’angoisse qui émerge dans les sources est celle de la trahison. Ainsi, il peut être utilisé comme modèle pour parler des femmes adultères : Hélène, la femme adultère par excellence, est qualifiée de kyon dans l’épopée et dans la tragédie. Cristiana Franco met en question l’explication traditionnelle selon laquelle « chienne » serait utilisée comme insulte au motif que la femelle de cette espèce est considérée comme un animal lubrique, et propose de ne pas traduire kyon de manière genrée (bitch, chienne). En effet, c’est la totalité de l’espèce qui est comparée aux femmes, en raison de sa position de subordination et d’altérité. Dans les langues modernes où elles existent, on suppose généralement que ces insultes se fondent sur un parallèle entre la chienne et la femme. Néanmoins, il n’est pas à exclure qu’une telle configuration démontrée ici pour le grec puisse valoir également pour d’autres langues, dans lesquelles ce phénomène n’a pas encore fait l’objet d’une rigoureuse analyse zooanthropologique.

8Le cinquième chapitre tire tous les fils du raisonnement. En Grèce, femmes et chiens sont perçus comme des membres marginaux au sein de la communauté humaine, de la part desquels sont attendues fidélité, soumission et dévotion totale. En témoignent les récits d’actions exemplaires, comme ceux des chiens qui, ayant perdu leur maître, refusent la nourriture jusqu’à la mort, ou bien d’épouses dévouées, telle Alceste qui meurt à la place de son mari. Certains textes jouent explicitement sur le parallèle entre femme et chien (p. 126). Femmes et chiens partagent ainsi la tendance à être séduits, mais aussi à séduire, et donc à tromper et à donner sa fidélité à autrui. Le chien devient par là une sorte d’animal totem des différentes figures féminines dans la culture grecque (p. 153). En outre, la position analogue de subordination des femmes et des chiens par rapport à la société humaine aurait produit un glissement du genre linguistique car, pour parler de la totalité de l’espèce, le zoonyme kyon, substantif du genre commun, est souvent genré au féminin. En effet, en raison d’un principe de polarisation (p. 148) qui agit pour distinguer les espèces domestiques (sédentaires, dépendantes de l’homme pour leur nutrition) des espèces sauvages équivalentes, le grec a créé une opposition genrée entre le chien et le loup, genré au masculin.

9Cet ouvrage a plusieurs mérites, dont le premier est de présenter une argumentation percutante et particulièrement claire, où tous les passages sont reliés entre eux dans une logique rigoureuse et un style agréable. Les deux aspects les plus remarquables sont, à notre sens, l’utilisation féconde de l’interdisciplinarité et le haut niveau d’élaboration théorique.

10Il pourrait être légitime de se demander pourquoi on a choisi de proposer en 2022 le compte rendu d’un ouvrage sorti en 2014 (et qui est la réédition d’un livre de 2003). Toutefois, Shameless reste encore, à notre connaissance, la seule monographie qui se situe à l’intersection entre études de genre et études sur l’animalité et les animaux dans le domaine des sciences de l’Antiquité. Cette intersection, explicitement exposée à plusieurs reprises par l’auteure (par exemple à la p. 142 ou bien p. 153), est articulée de manière très équilibrée entre différents angles possibles (animal en tant que symbole, animal réel, interactions entre humains et animaux), et en mobilisant différents outils dont les études féministes et celles sur les relations interspécifiques. L’anthropologie est aussi souvent employée pour fournir aux argumentations des coordonnées théoriques et des parallèles ethnographiques fondamentaux pour la comparaison qui est souvent pratiquée dans l’étude. D’autres disciplines sont aussi mobilisées, telles que la linguistique, particulièrement dans l’étude de la relation entre les genres grammaticaux et les polarisations genrées (p. 142-153), la pragmatique, ou bien la sémiotique et la théorie de la réception (p. 164).

  • 1 Maurizio Bettini, Nascere. Storie di donne, donnole, madri ed eroi, Torino, Einaudi, 1998. L’idée e (...)

11L’effort de théorisation est très évident surtout dans l’appendice, où les outils théoriques et méthodologiques sont davantage explicités. Sont approfondies, par exemple, la notion d’encyclopédie culturelle ou bien celle d’affordance, appliquée aux représentations culturelles à la manière proposée par Maurizio Bettini dans son étude sur la belette1. Une autre idée proposée dans l’appendice est celle des animaux comme catalyseurs pour des analyses plus larges. En effet, dans les sociétés humaines, l’animalité est souvent perçue comme un prototype de l’altérité ou bien un prototype de la naturalité. De ce fait, l’étude des représentations associées à un animal dans une culture donnée est un excellent moyen pour mieux comprendre les représentations qu’une société se fait d’elle-même et des relations entre les classes sociales et le genre. Cette dimension ne doit pas pour autant conduire à oublier l’animal en chair et en os. C’est là que l’anthropozoologie devient cruciale car elle aborde un domaine important et négligé des sciences humaines, à savoir la relation entre les humains et les autres espèces, analysée dans la perspective d’une interaction entre sujets, et non au prisme de l’influence humaine sur des animaux considérés comme objets. L’appendice esquisse aussi un bilan des axes parcourus jusqu’en 2014 par les études anthropozoologiques sur l’Antiquité et donne des indications de méthode pour pratiquer une anthropologie des mondes anciens.

12Cette réflexion théorique permet, au bout du compte, de prendre du recul par rapport aux sources, en évitant ainsi de projeter de manière inconsciente ses propres catégories et interprétations sur le monde ancien (p. 164) – une leçon de méthode et une mise en garde utiles pour toute étude des phénomènes culturels.

Haut de page

Notes

1 Maurizio Bettini, Nascere. Storie di donne, donnole, madri ed eroi, Torino, Einaudi, 1998. L’idée est que les représentations culturelles d’un animal sont au moins partiellement liées à des traits (anatomiques, morphologiques, éthologiques) de l’animal lui-même.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alessandra Scaccuto, « Cristiana Franco, Shameless: the canine and the feminine in Ancient Greece »Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 55 | 2022, mis en ligne le 12 août 2022, consulté le 27 novembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/clio/22049 ; DOI : https://doi.org/10.4000/clio.22049

Haut de page

Auteur

Alessandra Scaccuto

Université de Pise

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Belin
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search