Navigation – Plan du site

AccueilNuméros55Clio a lu « Animalité »Karl Steel, How to Make a Human: ...

Clio a lu « Animalité »

Karl Steel, How to Make a Human: animals and violence in the Middle Ages/How Not to Make a Human: pets, feral children, worms, sky burial, oysters

Columbus, Ohio State University Press, 2011, 292 p./Minneapolis, University of Minnesota Press, 2019, 280 p.
Clémentine Girault
p. 305-308
Référence(s) :

Karl Steel, How to Make a Human: animals and violence in the Middle Ages, Columbus, Ohio State University Press, 2011, 292 p.

Karl Steel, How Not to Make a Human: pets, feral children, worms, sky burial, oysters, Minneapolis, University of Minnesota Press, 2019, 280 p.

Texte intégral

  • 1 « Defining the Human: Medieval Discourses and Practices of Animal Subjugation », Ph. D., Colu (...)
  • 2 Nous renvoyons aux comptes rendus d’alors pour des résumés de la structure de l’argumentaire.

1En 2011, le médiéviste américain Karl Steel publiait l’ouvrage issu de sa thèse soutenue quatre ans plus tôt1. Dans How to Make a Human: animals and violence in the Middle Ages, l’auteur cherchait à montrer, à partir de sources variées et dans un cadre théorique clairement défini comme étant celui de la French Theory, que la catégorie de l’humain au Moyen Âge, loin d’être acquise, devait continuellement être (ré)affirmée par l’exercice d’une violence physique, morale et spirituelle à l’encontre des corps animaux. L’humain devenait ainsi plus une conséquence qu’une cause de la domination sur les non-humains (p. 19). Son travail a été très bien accueilli dans le champ de la recherche anglo-saxonne, ce dont témoignent des comptes rendus laudateurs qui soulignent l’intérêt pour la Critical Animal Theory de se pencher sur l’histoire médiévale afin d’historiciser ces rapports de domination2.

  • 3 Pierre-Olivier Dittmar & Misgav Har-Peled, Cahiers de civilisation médiévale, 2016, 59, p. 53 (...)
  • 4 Voir dans ce numéro les pistes de recherches que soulève Clovis Maillet.

2Les travaux de K. Steel ne sont malheureusement guère connus de notre côté de l’Atlantique. Sa première publication n’a fait l’objet que d’un compte rendu en français, cinq ans après sa parution3. Celui-ci loue à nouveau la richesse et l’intérêt de l’ouvrage, mais pointe des risques méthodologiques : la tautologie d’une recherche qui aurait trouvé ce qu’elle avait cherché, le manque d’historicisation au sein même de la période médiévale ou encore une « vision quelque peu homogénéisante de l’humanité » qui aurait mérité de prendre en compte les « cosmologies “subalterns” ». Dans le prolongement de cette dernière critique, la lecture de How to Make a Human interpellera quiconque s’intéresse aux questions de genre. La violence constitutive des relations envers les animaux semble en effet être avant tout la violence d’un « humain » au masculin réaffirmant une domination qui l’est tout autant. De fait, la question du genre est la grande absente de cette recherche, malgré une « reconnaissance de dette » théorique envers Judith Butler ou Donna Haraway en note de bas de page (p. 41, note 70). Ainsi, hormis Hildegarde de Bingen (p. 181-186), rares sont les personnages féminins mentionnés. On peut néanmoins citer le commentaire genré du Livre de Sidrac (p. 41) ou encore le développement sur Marguerite d’Antioche priée par Arthur lors de son combat contre le sanglier (p. 199-201) qui renverrait toutefois au régime de genre particulier de l’hagiographie4.

3C’est donc avec soulagement et enthousiasme que nous avons reçu le second ouvrage de l’auteur, How Not to Make a Human: pets, feral children, worms, sky burial, oysters, publié à la fin de l’année 2019. Présenté comme un contrepoint au premier, il explore les champs de recherche évoqués dans son épilogue. Avant toute chose, il convient peut-être de souligner, pour éviter les déceptions, que ce livre est moins un ouvrage sur le Moyen Âge qu’un texte démontrant tout l’intérêt des études médiévales pour les pensées écocritique et posthumaniste. Si le corpus est bien tiré du Moyen Âge, l’auteur s’autorise cependant des excursions en amont (depuis Hérodote) et en aval (vers les Lumières et au-delà), traçant les généalogies des motifs et en traquant finement les variations.

4L’objectif de ce nouveau texte est de prêter « attention to the non-systematic animal thinking » (p. 4), de s’intéresser aux « scandales » (p. 3), aux narrations qui ne réaffirment pas la distinction de raison entre humains et non-humains afin de « [wiggle] free from the assumption that agency, free will, and rationality are the defining elements of human experience » (p. 10). Ces cas-limites sont rassemblés en cinq chapitres. Le premier, « Pets » rouvre des dossiers bien connus de l’historiographie, comme celui du saint lévrier Guinefort ou le portrait de la prieuresse des Contes de Canterbury pour démontrer que les catégories binaires du plaisir ou de l’usage que l’on peut tirer des non-humains étaient brouillées bien avant que n’apparaisse le phénomène moderne des animaux de compagnie. Le second chapitre, « Isolated and Feral Children », s’intéresse moins au devenir de ces enfants qu’aux communautés temporaires qu’ils forment avec les non-humains qui les ont élevés. Les deux chapitres suivants, « Food for Worms » et « Food for Birds » nous posent la question du rapport à la mort, des pratiques funéraires et in fine de la possibilité d’accepter la comestibilité de nos corps humains, par les animaux « sans visage » (les vers) ou par les oiseaux. Difficile ici de ne pas penser aux travaux de Val Plumwood, étrangement absente de la bibliographie, qui Dans l’œil du crocodile (1993) avait déjà observé comment l’humanité avait déconstruit son identité de proie. Enfin, le dernier chapitre « Oysters » offre le développement le plus réjouissant. K. Steel qualifie la vie de l’huître de « bare life » et nous propose le concept d’« oystermorphism » (p. 153) sapant l’injonction contemporaine à identifier une capacité d’agir des sujets à tout propos au risque de l’anthropocentrisme. « Does the oyster need agency ? » Non, et l’ostréimorphisme nous invite à reconnaître le point commun de toutes les vies évoquées dans les chapitres précédents : une certaine vulnérabilité.

  • 5 L’auteur revient sur l’emploi du terme queer dans un entretien avec Sarah Trottier publ (...)

5Il est frappant de remarquer que la mise au jour de ces cas-limites qui défont « our illusions of sovereignty » (p. 15) n’est rendue possible que par une épistémologie nourrie par les études de genre. S’il serait vain d’en faire une liste exhaustive, nous pouvons toutefois en citer quelques exemples. Historiographiquement d’abord, la réflexion de K. Steel sur l’amour que la prieuresse de Chaucer porte à ses chiens permet de déjouer les lectures sexistes des historiens comme George L. Kittredge qui n’y avaient vu que le symptôme d’une « twarthed motherhood » (p. 31). K. Steel propose de voir dans l’attachement de cette femme pour ses compagnons un « queer refusal to go along with human community »5. De la même façon, il note que la lecture que Giorgio Agamben avait faite du Lai de Bisclavret manquait un des aspects de la narration, à savoir que la souveraineté qu’il commentait était avant tout masculine et misogyne (p. 60). Par ailleurs, K. Steel reconnaît être redevable aux « feminist care ethics » (p. 11) pour son analyse des sources dans les chapitres 2 et 3. Ces approches lui permettent en effet d’envisager avec de nouvelles perspectives les parcours des enfants sauvages qui de « wild founders » redeviennent des « rescued babies » (p. 59), révélant non seulement des discours au service de modèles masculins, mais aussi de communautés soudées par le soin. Idem, il reconnaît les mécanismes de genre à l’œuvre dans la Disputation Betwyx þe Body and Worme: « I know of no medieval death vision of a woman looking, lips tightened with disgust, into the grave of a man » (p. 85).

6Le diptyque de Karl Steel nous offre donc une lecture stimulante. L’approche de genre permet de dépasser les discours historiques et historiens sur un partage binaire entre humains et animaux et invite à penser des communautés, dans lesquelles on est tenté de reconnaître les collectifs de Bruno Latour ou de Philippe Descola. Ses travaux balisent des chemins pour les recherches à venir, qui gagneront aussi à être nourries par l’anthropologie et les lectures écoféministes.

Haut de page

Notes

1 « Defining the Human: Medieval Discourses and Practices of Animal Subjugation », Ph. D., Columbia University, English and Comparative Literature, 2007.

2 Nous renvoyons aux comptes rendus d’alors pour des résumés de la structure de l’argumentaire.

3 Pierre-Olivier Dittmar & Misgav Har-Peled, Cahiers de civilisation médiévale, 2016, 59, p. 533-535. (Compte rendu de K. Steel.)

4 Voir dans ce numéro les pistes de recherches que soulève Clovis Maillet.

5 L’auteur revient sur l’emploi du terme queer dans un entretien avec Sarah Trottier publié dans Somatechnics, 2021, 11/1, p. 117-123.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Clémentine Girault, « Karl Steel, How to Make a Human: animals and violence in the Middle Ages/How Not to Make a Human: pets, feral children, worms, sky burial, oysters »Clio. Femmes, Genre, Histoire, 55 | 2022, 305-308.

Référence électronique

Clémentine Girault, « Karl Steel, How to Make a Human: animals and violence in the Middle Ages/How Not to Make a Human: pets, feral children, worms, sky burial, oysters »Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 55 | 2022, mis en ligne le 12 août 2022, consulté le 27 novembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/clio/22055 ; DOI : https://doi.org/10.4000/clio.22055

Haut de page

Auteur

Clémentine Girault

ICT (Université Paris Cité)/CRH (Ehess)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Belin
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search