Navigation – Plan du site

AccueilNuméros55Clio a lu « Animalité »Bruno Boerner & Christine Ferlamp...

Clio a lu « Animalité »

Bruno Boerner & Christine Ferlampin-Acher (dir.), Femmes sauvages et ensauvagées dans les arts et les lettres

Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2021, collection « Interférences », 334 p.
Zoé Marty
p. 308-311
Référence(s) :

Bruno Boerner & Christine Ferlampin-Acher (dir.), Femmes sauvages et ensauvagées dans les arts et les lettres, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2021, collection « Interférences », 334 p.

Texte intégral

1Rassemblant des écrits issus des domaines de l’histoire de l’art et des études littéraires et théâtrales, Femmes sauvages et ensauvagées dans les arts et les lettres propose une constellation de figures issues de l’imaginaire occidental du Moyen Âge jusqu’au xixe siècle. Les textes sont le prolongement des interventions du colloque éponyme organisé à l’université de Rennes les 13 et 14 octobre 2016 par le département d’histoire de l’art et le département dédié à la littérature, en écho au colloque « Homme sauvage, qui es-tu ? » qui s’est tenu à l’université de Toulouse les 6 et 7 avril 2016. L’ouvrage est divisé en deux parties chronologiques : la première traite « du Moyen Âge à la Renaissance » et la seconde de la « modernité à la création contemporaine ». Partiellement illustré, il mêle quelques images en noir et blanc disséminées au sein des essais et un cahier de seize figures en couleurs, dont le petit nombre ne permet pas d’illustrer l’ensemble des représentations évoquées. Ses auteur·es sont issus de champs disciplinaires très variés : littérature de différentes zones géographiques et périodes, langues, histoire de l’art, critique d’art, arts plastiques et philosophie.

2L’introduction interroge la figure de la femme sauvage en tant qu’« autre », à la fois distincte de son hypothétique parèdre, l’homme sauvage, mais également de la femme non sauvage, c’est-à-dire celle qui correspond aux attendus sociaux qui lui sont assignés. Elle pose le constat historiographique d’un manque concernant cette figure en comparaison avec les études consacrées à l’homme et l’enfant sauvages. Le développement d’un intérêt académique pour cette question apparaît dans le contexte des études médiévistes, en écho au grand nombre de représentations de femmes sauvages à cette période. Cette origine disciplinaire se ressent particulièrement dans la lecture de la première partie des actes. Cette section concentre en effet plusieurs textes consacrés à des représentations médiévales tant dans les domaines textuels qu’iconographiques. Dans cette perspective, on peut citer les deux études consacrées à la figure de Marie l’Égyptienne, femme ermite abordée dans un premier temps sous l’angle de la littérature religieuse (Élisabeth Pinto-Mathieu) puis à travers un exemple de sa représentation sculptée dans les chapiteaux de la cathédrale Saint-Étienne de Toulouse (Charlotte Riou). Marie l’Égyptienne apparaît comme la première d’une série d’autres exemples plus ou moins connus, comme le personnage de Mallegeype dans la Passion d’Auvergne (Véronique Dominguez), Marie-Madeleine, Antonieta Gonsalvus, fameuse jeune femme atteinte d’hirsutisme dépeinte par Lavinia Fontana dans un portrait conservé au château de Blois (Paola Pacifici). On peut également citer Magdalena Ventura, femme à barbe, immortalisée allaitant son enfant dans un fameux tableau de Jusepe de Ribera exposé au musée du Prado (Paola Pacifici). Elles viennent composer le début d’une constellation de femmes sauvages et ensauvagées qui s’étend tout au long de l’ouvrage, au fil des différents articles. Dans cette première section, la question du corps et notamment de la pilosité apparaît comme un fil continu régulièrement réactivé. Il s’agit des corps dits « moussus » des femmes ermites, des chevelures qui poussent miraculeusement pour favoriser la modestie de leurs propriétaires, des barbes, du phénomène de l’hirsutisme, ou encore des combinaisons bouclées que portent les personnages des tapisseries rhénanes du xve siècle (Monica Stucky-Schürer). La question de la pilosité, induite à la fois par le refus des conventions sociales et le rapport à l’animalité que l’on associe à la notion de sauvagerie, semble constituer un élément structurant de l’imaginaire de la femme sauvage qui mériterait presque une étude spécifique tant les descriptions et les significations de ces poils semblent riches.

3La deuxième partie de l’ouvrage permet d’étoffer encore plus la constellation des femmes sauvages avec plusieurs héroïnes ou figures issues de la littérature, telles que Circé (Hélène Heyraud), le personnage de Clara dans Le Jardin des supplices d’Octave Mirbeau (Lisa Rodríguez Suarez) ou encore la mendiante du Vice-Consul de Marguerite Duras (Marie-Françoise Berthu-Courtivron). La figure de Circé et les études consacrées au corpus textuel de la fin du xixe siècle trouvent un terreau favorable dans l’ensauvagement forcé que les écrits pseudoscientifiques de la période ont fait subir à la représentation des femmes. Un corpus qui rejoint parfois, mais sans jamais l’évoquer, le concept de la femme fatale, qui a fait l’objet de nombreuses études, comme l’ouvrage d’Elizabeth K. Menon, Evil by Design: the creation and marketing of the femme fatale (Urbana-Chicago, University of Illinois Press, 2006), ou encore un colloque « La femme fatale » organisé par le Centre de recherche d’histoire inter-médias à Lyon en 2017. La question des Amazones qui faisait déjà l’objet d’une étude de leur présence chez Jean Wauquelin et Vasque de Lucène en première partie (Zrinka Stahuljak), est renouvelée dans une approche de leur signification dans la création moderne et contemporaine, soit qu’elles réactivent les stéréotypes sexuels hérités de l’Antiquité, soit qu’elles prennent en charge un discours féministe (Adelin* Leménager). Cette deuxième section apporte donc également une ébauche de la conception que certaines créatrices se font des femmes sauvages. Notamment dans le domaine de la littérature des xixe et xxe siècles avec des autrices comme Sylvie Germain (Salwa Ben Hamad), George Sand, Rachilde, Colette, Marguerite Duras, Hélène Cixous, Virginie Despentes et Chloé Delaume (Marie-Françoise Berthu-Courtivron). Dans cette perspective, la figure de la femme sauvage apparaît moins comme un sujet voire un objet de curiosité ou d’exception qu’une « force perturbatrice » permettant d’affirmer un refus des normes de genre. Si les créatrices sont également évoquées pour le domaine de l’histoire de l’art et notamment de l’art brut à travers les œuvres d’Aloïse Corbaz, Simone Marye, Juliette Elisa Bataille, l’article est consacré au regard paradoxalement admiratif et éminemment patriarcal que Jean Dubuffet a porté sur leurs créations en considérant l’existence d’un art brut aux qualités proprement féminines (Baptiste Brun, Christophe David). Les interprétations de la figure de Saartjie Baartman proposées par les artistes contemporaines Chantal Loïal, Renée Cox, Holly Bass, Lyle Ashton Harris et Tracey Rose, permettent de mettre en perspective les regards passés et présents dont les corps des femmes noires font l’objet dans la société (Pascale Borrel). Les fesses de la Vénus hottentote, considérées par l’autrice comme un moteur de son exploitation et de son exhibition, apparaissent également comme un motif d’identification et de réappropriation dont se sont emparées ces artistes.

4Les actes se concluent sur l’évocation d’une figure non traitée par le colloque : celle de la mère sauvage dont l’amour excessif autant que la violence constituent une menace. Cette ouverture pourrait s’incarner le tableau de Maxime Faivre intitulé Deux mères (1888, musée d’Orsay) représentant une femme préhistorique protégeant ses deux enfants d’une ourse, elle-même en quête d’un festin pour ses petits. L’œuvre cite explicitement la composition de la Médée d’Eugène Delacroix (1836-1838, Palais des Beaux-Arts de Lille). Dans cette citation, la représentation des excès de la figure féminine mythologique prête à assassiner ses enfants sert de modèle à l’expression de celle que le sentiment maternel élève au-dessus de la sauvagerie que suppose son état préhistorique. Deux représentations que l’on pourrait chacune qualifier de « femme sauvage ou ensauvagée » malgré l’opposition des pulsions qui paraît les animer. En rassemblant ces nombreuses figures, ces actes révèlent la diversité des manières dont les femmes ont pu être ou sont considérées comme sauvages. Il s’agit d’un thème riche qui mériterait de continuer à être exploré en utilisant de manière peut-être moins ténue les outils des études de genre et des études post-coloniales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Zoé Marty, « Bruno Boerner & Christine Ferlampin-Acher (dir.), Femmes sauvages et ensauvagées dans les arts et les lettres »Clio. Femmes, Genre, Histoire, 55 | 2022, 308-311.

Référence électronique

Zoé Marty, « Bruno Boerner & Christine Ferlampin-Acher (dir.), Femmes sauvages et ensauvagées dans les arts et les lettres »Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 55 | 2022, mis en ligne le 12 août 2022, consulté le 27 novembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/clio/22064 ; DOI : https://doi.org/10.4000/clio.22064

Haut de page

Auteur

Zoé Marty

Musée des Beaux-Arts de Lyon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Belin
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search