Navigation – Plan du site

AccueilNuméros55Clio a lu « Animalité »Jane Spencer, Writing About Anima...

Clio a lu « Animalité »

Jane Spencer, Writing About Animals in the Age of Revolution

Oxford, Oxford University Press, 2020, 320 p.
Francesca Antonelli
p. 311-313
Référence(s) :

Jane Spencer, Writing About Animals in the Age of Revolution, Oxford, Oxford University Press, 2020, 320 p.

Texte intégral

1Spécialiste de la littérature britannique du long dix-huitième siècle, de l’histoire littéraire des femmes et de critique féministe, Jane Spencer nous livre ici un ouvrage qui met les animaux et l’animalité au cœur de la littérature de l’époque dite « des révolutions ». Au moins trois axes de recherche se croisent dans Writing About Animals in the Age of Revolution : un premier, visant à comprendre le rôle joué par les animaux dans la littérature britannique entre la deuxième moitié du xviiiesiècle et le début du siècle suivant ; un deuxième, qui interroge la place de ces « literary animals » dans les débats sur les droits de l’homme entre la Révolution américaine, la Révolution française et les reformes sociales et politiques au Royaume-Uni ; un troisième, qui étudie les enjeux de ces représentations dans les premières campagnes pour les droits des animaux datant des premières décennies du xixe siècle. L’horizon commun dessiné par la littérature et les droits explique le cadre chronologique choisi par J. Spencer, qui va du milieu du xviiie siècle, moment de basculement dans la représentation littéraire des animaux, à 1822, date à laquelle le Parlement britannique adopte la première loi pour le bien-être du bétail, connue comme Martin’s Act. Cela se reflète aussi dans la variété des sources examinées par l’auteure, parmi lesquelles on retrouve des « classiques » de la littérature britannique – comme par exemple les ouvrages de Laurence Sterne, William Wordsworth, Samuel Coleridge et John Clare –, la littérature d’enfance, dont la production est abondante à cette époque, mais aussi des écrits que l’on ne qualifierait pas de « littéraires », notamment des textes issus des débats portant respectivement sur les droits des femmes, sur l’esclavage et sur le radicalisme vers la fin du xviiie siècle. Dans une moindre mesure, des sources visuelles et matérielles sont aussi prises en compte.

2Le point de départ est l’émergence, pendant la deuxième moitié du xviiiesiècle, d’une nouvelle manière d’entendre la relation entre humains et animaux, interprétée non plus en termes d’opposition les uns par rapport aux autres, comme c’était souvent le cas auparavant, mais plutôt dans le sens d’une sympathie réciproque ou, pour reprendre les mots de l’auteure, d’une « kinship », terme dont la double signification renvoie à la fois – par une ambiguïté en soi intéressante – à un sentiment d’affinité et à un véritable lien de parenté. Encouragé par l’histoire naturelle, de plus en plus intéressé par l’humain, et par les philosophies de David Hume et d’Adam Smith, qui semblent ouvrir des nouveaux horizons de communication entre les différentes espèces, ce changement trouve sa manifestation la plus évidente dans ce que J. Spencer appelle « the new literature of animal subjectivity (p. 6). Comme nous l’apprenons au fil des deux premiers chapitres, il s’agit d’un ensemble très riche de représentations, dans lesquelles les animaux apparaissent comme des êtres capables d’éprouver des émotions, de formuler des pensées, d’exprimer leur propre point de vue sur le monde qui les entoure, autrement dit comme des êtres doués d’une subjectivité qui les rapproche des êtres humains. C’est le sentiment de compréhension mutuelle entre humains et animaux mise en scène par cette littérature qui, selon J. Spencer, contribue à ouvrir la voie aux premiers appels à un traitement équitable des animaux au début du xixe siècle. Il ne faut pas pour autant s’attendre à un récit linéaire, qui conduirait sans à-coup du Tristam Shandy de Sterne, où le protagoniste ressent une profonde compassion face à la souffrance d’un âne, au Martin’s Act. L’un des mérites de cette étude est en effet de mettre en évidence les inquiétudes que ces animaux, aux traits de plus en plus anthropomorphes, suscitent chez les auteurs eux-mêmes. Un exemple en est le cas de l’âne, auquel J. Spencer consacre un chapitre entier, dans lequel on découvre que le développement d’une « narrative sympathy » (p. 72) pour la condition animale coexiste avec la mise en place de dispositifs narratifs visant à prendre de la distance par rapport à ce même sentiment, souvent présenté aux lecteurs comme absurde voire dangereux. La distinction entre les humains et les animaux est en effet constamment niée et réaffirmée dans la littérature de l’époque, et c’est précisément sur ces contradictions que nous sommes invités à porter l’attention.

3L’accent mis sur ces tensions ressort d’autant plus dans la partie centrale de l’ouvrage, construite autour de quatre chapitres et dédiée à la mobilisation des « animaux littéraires » dans les discours portant sur des catégories d’êtres humains dont l’humanité est mise en question, à savoir les enfants, les femmes, les esclaves et la classe ouvrière. Si la littérature d’enfance constitue l’espace dans lequel, dans une certaine mesure, les lecteurs sont invités à s’identifier aux animaux qui y sont représentés, un autre cas de figure se présente dans les écrits produits au sein du féminisme des années 1790, où l’enjeu est de se défaire du préjugé selon lequel les femmes seraient plus proches de la condition animale que les hommes et donc moins concernées par la vie civile et politique telle qu’elle est conçue après les révolutions. Ce qui rend ce chapitre – dont la protagoniste est Mary Wollstonecraft – particulièrement original, c’est avant tout la place accordée à ce que l’on pourrait considérer comme des réappropriations de la question animale par le féminisme. En effet, l’effort d’accorder aux femmes une pleine humanité, par opposition aux animaux et plus précisément à la figure de la « brute », n’exclut pas la possibilité d’un intérêt pour les animaux en tant que tels de la part des féministes. Cet intérêt peut s’exprimer tant sous la forme d’une lecture critique de l’histoire naturelle, et notamment des travaux de Buffon, que dans le sens d’une réflexion sur les souffrances causées aux animaux par l’oppression des hommes. L’auteure démontre ici de manière convaincante que la nouvelle approche des animaux que l’on peut repérer dans la littérature, et plus généralement dans la culture de l’époque, confronte la pensée féministe à de nouvelles difficultés et l’aide, pour cette même raison, à s’articuler davantage.

4L’intérêt de J. Spencer pour les conflits soulevés par le franchissement de la distinction entre humains et animaux – « the uncrossable line » (p. 149), selon sa belle expression – se retrouve également dans le chapitre suivant, consacré à l’usage des animaux, et spécialement de l’orang-outang, pour décrire la nature des esclaves, considérée comme étant plus animale qu’humaine. Encore une fois, J. Spencer nous surprend en montrant comment cette même rhétorique est récupérée et renversée par les abolitionnistes – y compris les auteurs afro-américains qu’elle étudie comme Ignatius Sancho, Ottobah Cugoano et Olaudah Equiano – pour démontrer l’humanité des Africains et dénoncer la réalité de l’esclavage. Il aurait été néanmoins intéressant de relire l’ensemble de ces débats au prisme du genre, étant donné l’omniprésence de ce dernier dans les processus de hiérarchisation des sociétés humaines. Cette question, de plus en plus présente dans l’historiographie, reste en effet plutôt en arrière-plan dans l’économie de ce chapitre. D’autre part, l’argumentation générale aurait pu se trouver enrichie d’une plus grande attention portée à la présence des animaux – non seulement littéraires mais aussi « réels » – dans la société britannique. Cela aurait peut-être facilité l’intégration de l’histoire naturelle dans l’ensemble de l’analyse, en aidant aussi la transition entre les deux derniers chapitres, dédiés respectivement au rôle des animaux dans le radicalisme britannique et aux premiers débats parlementaires sur le bien-être du bétail, ces derniers étant intimement liés – comme l’auteure le montre – aux luttes pour les droits politiques et sociaux au Royaume-Uni. Au-delà de ces remarques, qui voudraient souligner des pistes laissées ouvertes plutôt que des véritables points critiques, Writing About Animals in the Age of Revolution reste un ouvrage important, bien écrit et richement documenté, qui réussit brillamment à montrer – aux lecteurs experts comme aux non-spécialistes – toute l’opportunité de la recherche actuelle sur les animaux et l’animalité entre xviiie et xixe siècles, en dépassant les frontières disciplinaires entre l’histoire de la littérature, l’histoire politique et l’histoire des « sciences de l’homme » et des savoirs sur la nature.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Francesca Antonelli, « Jane Spencer, Writing About Animals in the Age of Revolution »Clio. Femmes, Genre, Histoire, 55 | 2022, 311-313.

Référence électronique

Francesca Antonelli, « Jane Spencer, Writing About Animals in the Age of Revolution »Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 55 | 2022, mis en ligne le 12 août 2022, consulté le 26 novembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/clio/22077 ; DOI : https://doi.org/10.4000/clio.22077

Haut de page

Auteur

Francesca Antonelli

Université de Bologne

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Belin
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search