Navigation – Plan du site

AccueilNuméros55Clio a lu « Animalité »Kari Weil, Precarious Partners: h...

Clio a lu « Animalité »

Kari Weil, Precarious Partners: horses and their humans in nineteenth-century France

Chicago, The University of Chicago Press, 2020, 240 p.
Alessio Petrizzo
p. 314-317
Référence(s) :

Kari Weil, Precarious Partners: horses and their humans in nineteenth-century France, Chicago, The University of Chicago Press, 2020, 240 p.

Texte intégral

1Le livre refermé, le lecteur peut avoir l’impression d’avoir littéralement accompli une promenade à cheval dans la culture française du xixe siècle. Culture au sens large, qu’elle soit littéraire, philosophique, politique, scientifique ou visuelle, qu’elle touche aux loisirs ou à l’étude. Tout fait source : les idéologues, les écrivains, les peintres, la presse illustrée, la photographie (peut-être nénamoins sous-estimée), les affiches, le théâtre, le cirque, les rituels sociaux populaires ou élitaires, les expositions, l’univers militaire de Bonaparte à Boulanger, les courtisanes, la Salpêtrière, les études sur l’infériorité des femmes, sur l’inégalité des races, sur les foules, l’eugénisme, les manuels et les revues spécialisées, de l’hygiène aux sports. Le paysage considéré est bien connu, presque canonique. Et pourtant, il possède ses propres reliefs. À dos de cheval, on aperçoit Pinel étudier le continuum animal-homme avant de s’occuper des aliénés ; Parent-Duchâtelet plaider pour la réglementation de l’abattage des chevaux et de la consommation de la viande chevaline avant de s’occuper de prostitution ; Le Bon écrire sur le dressage avant que de s’intéresser aux foules – et la continuité et la cohérence de tels itinéraires est éclairante.

2Kari Weil le sait d’ailleurs bien : spécialisée en littérature française des xixe et xxe siècles, en théorie féministe, en études de genre et en études sur les animaux, elle pratique l’équitation depuis sa jeunesse, fait qu’elle ne cache pas dans ce volume et qui contribue à la situer en tant qu’auteure. Ajoutée à une orientation théorique marquée, fine et solide mais qui parfois pèse sur les riches données documentaires et sur leur interprétation, cette pratique quotidienne de la relation interspécifique se dessine en arrière-plan d’une approche qui se veut décentrée – à savoir, non anthropocentrique – des études animales. Intimité des regards et contacts des corps entre femme et cheval, dynamiques affectives et réciprocité des expressions et des actions, reconnaissance de l’agentivité et d’un « unmistakable point of view » (p. 83) des non-humains, évident notamment dans le rapport controversé de domestication, informent à maintes reprises le regard de K. Weil dans un parcours original qui réunit en sept chapitres des articles déjà parus et deux études inédites.

3Le point de départ est le constat de l’omniprésence des chevaux dans la vie sociale en France au xixe siècle, en ville comme en campagne, dans la sphère mondaine comme au travail. Le livre explore plutôt le monde des villes, et d’abord Paris, et s’intéresse davantage aux élites culturelles et aux représentations qu’elles se font des pratiques populaires. Le siècle qui suit la Révolution voit d’ailleurs les prodromes de la démocratisation de la pratique équestre qui relâche ses liens traditionnels avec l’aristocratie et la carrière militaire. La multiplication des personnes qui montent à cheval et se lient à leurs partners non humains (hommes, femmes et enfants qui appartiennent de plus en plus aux classes moyennes et parfois à des milieux marginaux), leur visibilité dont s’emparent le spectacle et les médias, se reflètent dans une panoplie inépuisable et surprenante de productions culturelles. Le cheval se révèle ainsi un protagoniste à part entière – et donc un prisme d’observation privilégié – d’un système de représentations et de pratiques qui concernent le pouvoir politique, les rivalités impériales et nationales, l’ordre et le désordre social, l’ingéniérie sanitaire, raciale et sexuelle, les modes et codes genrés, tant sur le plan de la formation et de la conduite personnelle que sur celui des émotions, des sensibilités et des esthétiques.

4Le premier chapitre analyse le rôle révolutionnaire joué par les chevaux dans la peinture de Théodore Géricault, soit dans ses portraits militaires masculins, qui s’éloignent du modèle du héros davidien et de la sculpture monumentale, soit dans ses scènes de genre. Grâce à des compositions et détails qui mettent en avant le cheval comme protagoniste d’une relation avec un humain, ou qui font allusion à de plus subtils parallèles et attractions interspécifiques y compris (homo)érotiques : « Géricault’s subject is thrown from his established position above or before the animal into a confused and conflicted situation of passionate connection with animals » (p. 33). Si l’ancienne conception cartésienne de l’animal-machine paraît brisée par de telles représentations, le roman qui ouvre le chapitre 2, Godolphin Arabian d’Eugène Sue (1838) – et notamment la scène de violence où un charretier bat un cheval tandis qu’un quaker lui oppose, seul contre tous, sa compassion – est le prétexte pour rappeler les contradictions et les compromis qui, dès l’époque des Lumières, ont accompagné de nouvelles conceptions de la place de l’homme dans l’ordre naturel et une nouvelle sensibilité vis-à-vis des autres espèces. À l’époque de l’industrialisation, l’animal-machine n’a pas disparu et subsiste dans les coulisses du système productif. La première loi de protection animale, la loi Grammont de 1850, ne punit que les abus commis en public et protège surtout la sensibilité des spectateurs, sensibilité qui paradoxalement est devenue une norme notamment, comme le suggère K. Weil, grâce à la littérature qui fourmille de chevaux battus.

5Impliquée dans la première Société protectrice des animaux (1845), Rosa Bonheur est la protagoniste du chapitre suivant. Les biographes et les historiens de l’art ont souligné ce côté de la vie et de la production de l’artiste, le mettant en relation à son excentricité, à sa pratique du cross-dressing (notamment en costume d’amazone) et finalement à son homosexualité. K. Weil se concentre plutôt sur sa religiosité. Elle insiste sur l’influence de Lamennais (notamment à propos de l’âme des animaux) et du saint-simonisme de son père : de ce dernier, elle hérite l’idée d’une mission de la femme et de l’artiste ainsi que d’une conception progressiste et spirituelle du travail, que la peintre invite à élargir également aux animaux, trouvant ainsi un sens transcendant au processus de domestication imposé par les humains. Enfin, Étienne et Isidore Geoffroy Saint-Hilaire qui faisaient partie du réseau de Rosa Bonheur avaient identifié « the divine spark that illuminates the animal body » (p. 71). Cependant, l’appel d’Isidore à acclimater et à domestiquer des espèces utiles s’éloigne de l’animalisme de Bonheur, surtout quand il entreprend une véritable croisade contre le tabou de la consommation de viande chevaline, dans le but de fournir aux classes populaires des protéines à bon marché et de garantir aux animaux une mort moins cruelle (chapitre 4). La loi qui en autorise la vente à des fins alimentaires date de 1866, c’est-à-dire de l’apogée de la nouvelle sensibilité décrite par K. Weil, qui souligne justement cette contradiction. Cependant, la tentative d’expliquer celle-ci par « an increasingly ambivalent attitude toward the subjectivity of the horse, especially since the horse could, in turn, point to the questionable subjectivity of certain “breeds” of humans » (p. 87) semble faire davantage appel à la théorie (Jacques Derrida et l’anthropologie) qu’aux sources. Cela conduit paradoxalement K. Weil à durcir la non-linéarité, les temporalités multiples, l’homéostasie imparfaite et insaisissable, les multiples sujets qui donnent corps aux systèmes culturels.

6Les chapitres 5 et 6 ciblent directement la question du genre, déjà évoquée dans les chapitres sur Géricault et Bonheur et annoncée dans les pages relatives à « the similarity between sexual and food prohibitions » (p. 96-97) sur lesquelles se conclut le chapitre 4. K. Weil aborde ici les « increasingly fluid social and sexual orders » (p. 105) du Second Empire et de la Troisième République, à partir de la figure de l’écuyère. Des cavalières du Bois de Boulogne aux artistes professionnelles du cirque, les écuyères provoquent le trouble : leur habillement et leur agilité les virilisent ; le contact physique qu’elles entretiennent avec l’animal fait fantasmer sur la stimulation génitale qu’il implique, et la satire enregistre ces peurs en imaginant la figure d’une femme-centaure moderne où les deux corps, féminin et animal, fusionnent ; la passion, le plaisir, l’affect ressenti envers les animaux les exposent à l’accusation d’immoralité – l’amour incontrôlé des animaux de compagnie étant associé à l’époque aux prostituées et à la maladie mentale.

7K. Weil aurait pu insister davantage sur les distinctions qui existent à l’intérieur de l’univers féminin. Cependant, l’étude d’Adah Isaacs Menken, écuyère américaine d’origine mixte, convertie au judaïsme, mérite tout l’espace que l’auteur lui accorde. Déjà célèbre à son arrivée à Paris en 1866, enceinte et sans mari, supposée amante d’Alexandre Dumas, elle se révèle capable d’accroître seule sa célébrité : « smoker, rider, poet, and moneymaker she incarnated the new woman » (p. 115). Elle parvient à négocier son aura médiatique intensément érotisée, souvent racialisée et parfois animalisée. « Whether regarded as oversexed or as desexed – en conclut K. Weil –, amazons were figured as the enemy of the family and of the domestic (and reproductive) duties of women until late in the century » (p. 121). Ces amazones entrent donc à plusieurs titres dans les imaginaires fin-de-siècle de la dégénération.

8Contre le même spectre, et avec une ambition plus évidente de revanche sociale et politique, ancrée dans le choc de la défaite de 1870, K. Weil analyse ensuite le curieux phénomène du cirque Molier, véritable cirque amateur installé dans un hôtel particulier où les artistes sont des aristocrates (mâles) et le public trié sur le volet. Ce cirque aristocratique s’affirme dans les années 1880 dans le but de restaurer la valeur symbolique du cheval et du cavalier comme un idéal noble et masculin (p. 135). Mais K. Weil souligne plutôt son alliance avec la nouvelle science et pratique (bourgeoise) du sport, avec sa sociabilité, ses traités, ses manuels et ses revues, et plus généralement avec les mouvements hygiénistes et eugénistes, dont ce spectacle partage la volonté de « virilizing and rejuvenating French manhood » (p. 135).

9Si le dernier chapitre semble revenir en arrière en introduisant la théorie du magnétisme animal, à cette époque discréditée depuis longtemps, il est placé ici pour ses connexions avec la pratique de l’hypnose, la zoopsychologie et les théories des foules. Le premier animal magnétisé fut d’ailleurs un cheval (à Lyon en 1784) et la domestication des chevaux maintint un rôle crucial « to lend support to new forms of political control over the unruly and brutish masses » (p. 159). Mais on peut lire là aussi un autre signe d’une conscience, à l’aube du xxe siècle, de la continuité et de la réciprocité entre animal non humain et animal humain, qui transcende la métaphore et dont la généalogie, parfois perverse, se révèle comme le sujet de fond de cette recherche.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alessio Petrizzo, « Kari Weil, Precarious Partners: horses and their humans in nineteenth-century France »Clio. Femmes, Genre, Histoire, 55 | 2022, 314-317.

Référence électronique

Alessio Petrizzo, « Kari Weil, Precarious Partners: horses and their humans in nineteenth-century France »Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 55 | 2022, mis en ligne le 12 août 2022, consulté le 27 novembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/clio/22090 ; DOI : https://doi.org/10.4000/clio.22090

Haut de page

Auteur

Alessio Petrizzo

Université de Padoue

Articles du même auteur

  • Abeilles, fourmis et brigandes [Accès restreint]
    Une histoire naturelle de la déviance chez Lombroso
    Ants, bees and female brigands: Lombroso’s natural history of deviancy
    Paru dans Clio. Femmes, Genre, Histoire, 55 | 2022
Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Belin
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search