Navigation – Plan du site

AccueilNuméros55Clio a lu « Animalité »Vinciane Despret, Habiter en oiseau

Clio a lu « Animalité »

Vinciane Despret, Habiter en oiseau

Arles, Actes Sud, coll.« Mondes sauvages », 2019, 224 p.
Clovis Maillet
p. 320-322
Référence(s) :

Vinciane Despret, Habiter en oiseau, Arles, Actes Sud, coll.« Mondes sauvages », 2019, 224 p.

Texte intégral

1En dialogue avec Isabelle Stengers, Vinciane Despret interroge depuis de nombreuses années la manière dont se construit la pensée scientifique et ce que les femmes et les hommes font à leurs objets d’études (Les faiseuses d’histoire. Que font les femmes à la pensée?, 2011). Ses recherches ont « rencontré » la pensée de Donna Haraway, au sens où cette dernière pensait les rencontres scientifiques et interspécifiques comme productrices de connaissance (Penser avec Donna Haraway, 2012).

2Habiter en oiseau déploie une réflexion large sur les controverses scientifiques autour de la question de territoire chez les oiseaux et peut être lu comme une réponse, quarante ans après, au Primate Visions de Donna Haraway (1989). Cet ouvrage majeur a permis de comprendre comment l’intrusion des femmes naturalistes a bouleversé la recherche en primatologie grâce à leurs observations des comportements qui remettent en cause le schéma de la compétition entre mâles et les formes de territorialisation chez les grands singes. Ces femmes étaient parfois marginales dans la communauté scientifique et furent souvent déconsidérées pour avoir osé des comportements transgressifs. On se rappelle le fameux don de bananes de Jane Goodall qui scandalisa les primatologues, qui pensaient (à tort) observer les singes sans se faire remarquer ni interagir avec elles et eux. Ce don de bananes en provoquant une relation assumée comme artificielle avec les rhésus, permit à J. Goodall d’observer des échanges qu’aucun autre n’avait remarqués auparavant, et d’être initiée à l’utilisation des outils par les primates. D. Haraway avance que le travail de certaines éthologues a ébranlé le mur qui séparait nature et culture, qui avait constitué l’armature conceptuelle des rapports entre l’espèce humaine et les autres animaux qui peuplent la terre.

3Dans Habiter en oiseau, on suit la manière dont s’est construite l’idée de la territorialité de plusieurs espèces aviaires. Cette histoire s’est confrontée aux débats très humains sur la propriété privée dans la pensée politique de la fin du xixe siècle qui voyait s’affronter anarchistes et capitalistes, et fut retravaillée dans les années 1960-1970 à l’aune de la pensée de la déterritorialisation de Gilles Deleuze et Félix Guattari. V. Despret montre aussi comment des femmes, au long du xxe siècle, qui firent leur carrière dans des conditions matériellement précaires, ont déployé un arsenal de techniques pour observer les oiseaux dans leurs territoires et déplacé les questionnements.

4Le cas de Margaret Nice est présenté de manière détaillée au long de l’ouvrage. Cette dernière a étudié en amateure les bruants chanteurs dans les environs de sa maison de l’Ohio. Par la réinvention du geste de baguage, à la fin des années 1920, elle a pu accéder à des parcours individuels d’oiseaux et non plus seulement à des réflexions générales sur les populations. Ce procédé avait déjà été utilisé au xviiie siècle par le moine Lazzaro Spallanzani pour observer les oiseaux migrateurs, mais il ne servait pas, avant M. Nice, à identifier des biographies d’oiseaux. Grâce à cette technique, mais aussi grâce à un investissement personnel extrêmement chronophage, Margaret Nice est parvenue à décrire des comportements individuels, montrant que certains mâles restent pendant plusieurs années dans le même territoire, tandis que les femelles sont moins constantes et changent parfois de partenaire dans une saison, pour faire une deuxième nichée. Elle a montré aussi que la plupart des conflits de territoires se terminent de la même manière : un oiseau entre, endosse le « rôle de l’intrus » et se montre de moins en moins déterminé au fur et à mesure qu’il s’approche du centre du territoire. Il finit presque toujours par être expulsé. Ce scénario et ces jeux de rôles se répètent et se ressemblent et sont peut-être des formes de socialisation. Malgré cela, si l’intrus ne vient que pour manger, il sera toléré, alors que s’il chante il sera plus vite expulsé. Certains comportements individuels contredisent les observations générales, et quelques individus acceptent la présence de bruants extérieurs sur leur territoire.

5À la même époque, Barbara Blanchard observait des bruants à couronne blanche en Californie. Elle assistait alors à des conflits incessants entre deux territoires, et remarqua avec étonnement qu’il s’agissait de disputes entre femelles : « Si je ne les avais pas baguées j’aurais pensé que j’observais une dispute entre deux mâles » (p. 49).

6Les deux chercheuses qui ont tant apporté à l’étude des bruants, et à la notion même de territoire, ont eu des trajectoires professionnelles très différentes : B. Blanchard eut une carrière universitaire émaillée de sexisme, qui ralentit sa progression académique. M. Nice fit toutes ses observations en ayant renoncé à sa carrière pour élever ses enfants, depuis sa maison de l’Ohio. Et malgré cela, elles ont été les pionnières de reconfigurations conceptuelles dans l’étude de la territorialisation des oiseaux. Le chant des oiseaux, qui a longtemps été attribué aux mâles et considéré comme une stratégie de marquage du territoire est par exemple aujourd’hui abordé d’une autre manière dans la continuité du travail de ces pionnières. Un article récent de trois chercheuses, Riebel, Hall et Langmore, aborde ainsi le chant des femelles et les raisons qui font qu’encore aujourd’hui, on l’écoute moins que celui des mâles (p. 66).

7Vinciane Despret s’attarde également sur les méthodes utilisées pour déterminer la proportion de mâles en attente de territoire. Elle cite l’étude d’hommes ornithologues, Robert Stewart et John Aldrich, sur les oiseaux de la forêt du Maine. Les deux chercheurs décidèrent de tuer tous les mâles d’un certain territoire en laissant un autre intouché pour servir de témoin. Les ornithologues durent éliminer le double d’oiseaux car ces derniers étaient immédiatement remplacés par des congénères. Et la réponse de l’étude fut bien que certains mâles servaient de réservoir en cas de forte mortalité, hypothèse déjà avancée par Charles Moffat (p. 98-99). On apprit par ailleurs que l’étude avait été financée par l’industrie du bois. D’autres ornithologues, comme Gordon Orians infligèrent le même traitement aux Carouges de Californie pour étudier leur occupation du territoire.

8Vinciane Despret confronte ainsi des pratiques d’attention aux oiseaux. Ce n’est pas la même attention qui est à l’œuvre lorsqu’on élimine les sujets pour les compter un par un quand ils reviennent ou quand on les bague comme M. Nice pour créer un lien, une alliance (littérale et métaphorique) avec les volatiles. Le livre de V. Despret va plus loin en explorant les multiples dimensions de la notion de territoire et de conflits territoriaux. Elle explique l’intérêt de penser, à la manière des oiseaux, un territoire en trois dimensions, autrement plus étendu que la conception cartographique élaborée par les animaux terrestres que nous sommes.

9Subtilement et avec attention, V. Despret invite à penser tout ce que le genre a fait à l’éthologie, par la prise en compte des analyses des femmes ornithologues conçues selon des méthodes différentes de leurs homologues masculins et plus profondément encore par une pratique de l’attention au genre des oiseaux et aux échanges interpersonnels et individuels. V. Despret explore le territoire des oiseaux en dessinant en creux d’autres manières d’habiter le monde. « Un territoire emprunte à tous les milieux, il mord sur eux, il les prend à bras-le-corps (bien qu’il reste fragile aux intrusions) » (Deleuze et Guattari, 1980, Mille Plateaux, p. 386, cités par V. Despret p. 105).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Clovis Maillet, « Vinciane Despret, Habiter en oiseau »Clio. Femmes, Genre, Histoire, 55 | 2022, 320-322.

Référence électronique

Clovis Maillet, « Vinciane Despret, Habiter en oiseau »Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 55 | 2022, mis en ligne le 12 août 2022, consulté le 27 novembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/clio/22109 ; DOI : https://doi.org/10.4000/clio.22109

Haut de page

Auteur

Clovis Maillet

ESAD TALM-Angers

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Belin
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search