Navigation – Plan du site

AccueilNuméros55Compléments en ligne : Clio a luCéline Perol, Le choix de Marthe....

Compléments en ligne : Clio a lu

Céline Perol, Le choix de Marthe. Femme et sacré au Moyen Âge

Paris, Cerf, 2021, 416 p.
Marie Anne Polo de Beaulieu
Référence(s) :

Céline Perol, Le choix de Marthe. Femme et sacré au Moyen Âge, Paris, Cerf, 2021, 416 p.

Texte intégral

1Céline Pérol nous offre un parcours quasiment initiatique pour comprendre dans la longue durée le destin si singulier de Marthe, la sœur de Marie-Madeleine et de Lazare. Marthe est longtemps restée dans l’ombre de sa glorieuse fratrie et son culte ne s’est que rarement individualisé. Dans les Évangiles, elle est l’hôtesse du Christ à Béthanie (Lc 10, 38-42), qu’elle accueille activement dans sa maison alors que Marie ne se préoccupe que de rester aux pieds du Christ. Elle est celle qui a tant cru dans la divinité du Christ, qu’elle lui a demandé de ressusciter son frère Lazare mort depuis plusieurs jours (Jn, 11, 1-46).

2Après la Passion du Christ, l’hagiographie nous apprend que la fratrie accompagnée de Maximin est placée sur un bateau sans rame ni gouvernail, qui finit par aborder en Provence, qu’ils évangélisent. C’est au cours de ces tournées de prédication que les destinées de Marthe et Marie divergent. Marie Madeleine finit sa vie en ermite dans la grotte de la Sainte-Baume, tandis que Marthe, dompte un terrible dragon : la Tarasque de Tarascon.

3L’enquête de Céline Pérol se fonde sur trois légendes hagiographiques tardives. La légende dite de Martilla, une compagne de Marthe, date en fait de la fin du xviie siècle, elle est d’origine cistercienne. La deuxième version, de loin la plus répandue provient de la célèbre Légende dorée du dominicain Jacques de Voragine (vers 1265), texte le plus recopié et traduit après la Bible. Le chapitre sur Marthe a fait l’objet de traductions tardives en toscan (xive et xve siècles) attestées dans trois manuscrits. Les Franciscains y sont allés à leur tour de leur légende en toscan vers le milieu du xive siècle, sans équivalent latin connu.

4Marthe y incarne la vie active et Marie la vie contemplative qui sont conçues comme complémentaires dans la Vie de Martilla, celle qui insiste le plus sur l’hospitalité inconditionnelle de Marthe, qui aurait renoncé à la propriété de son riche patrimoine, passé en gestion collective avec les apôtres après l’Ascension du Christ. L’hospitalité de Marthe se poursuivit en Provence où elle reçut ses principaux saints évêques Maximin, Trophime et Eutrope venus consacrer sa communauté. Elle accueillit également deux évêques chassés par les païens : saint Front de Périgueux et saint Georges du Puy-en-Velay, sans oublier les voyageurs, les pèlerins et les pauvres de Tarascon.

5À ce titre, elle est comparée à Abraham, au chêne de Mambré où il accueillit trois anges (Gn 18, 1-8) et à la Vierge Marie, qui a reçu le Christ dans son sein. Un sermon de Bernard de Clairvaux pour l’Assomption (p. 154-158) note toutefois que « le ventre de Marie était vierge et immaculé » tandis que la maison de Marthe était « un tabernacle corruptible ». Un sermon de Bernardin de Sienne (1427) invitait les femmes à être d’abord Marthe - en s’occupant de leur maisonnée - et ensuite Marie - en venant écouter le sermon (p. 171-172).

6Dans les deux vies les plus récentes, Marthe est assimilée à l’hémorroïsse, suivant en cela Pierre Le Mangeur dans son Histoire scolastique (1169-1173), inspirée d’un sermon du pseudo-Ambroise (p. 209). Il faut dire que ses reliques sont conservées à Tarascon dans un sarcophage paléochrétien portant une représentation de l’hémorroïsse. Après cette guérison, cette femme aurait fait fabriquer une statue thaumaturgique du Christ : les plantes qui poussent à ses pieds deviennent miraculeuses lorsqu’elles atteignent les franges du manteau du Christ.

7Également attentive à l’iconographie de Marthe, Céline Pérol observe une évolution : la cadette de la famille devient, au fil des siècles, une femme âgée, la vieille fille non mariée qui s’occupe de la maison, ainsi que l’aînée de la fratrie. Ce qui n’apparait pas encore sur les fresques de Giovanni Milano dans la basilique de Santa Croce dans la chapelle Rinuccini en 1365, ni dans celles du couvent Sant’Anna de Foligno en 1407-1437, où Marthe est représentée au fourneau préparant un poisson et aux noces de Cana accueillant les apôtres (fig. n° 1, 3, 4, 11-15) appelant qu’elle est l’incarnation de l’hospitalité inconditionnelle.

8Céline Pérol s’interroge sur les interprétations historiques et psychanalytiques des images multiples de cette disciple du Christ. Représenter deux femmes prêchant les païens pour les convertir, à une période où l’accès à toute parole publique était interdit aux femmes, peut-il être interprété comme une revendication féministe ? Par ailleurs le flux de sang de l’hémorroïsse est pensé par Céline Pérol en même temps que la capacité de Marthe à dompter un dragon, qui rappelle que l’utérus était alors conçu comme un être vivant qui pouvait s’apparenter à un serpent, voire à un dragon. Céline Pérol rappelle que dans les traditions hagiographiques (saint Marcel, sainte Geneviève, saint Georges, etc.) un saint ou une sainte saurochtone (souvent venus d’Orient comme Marthe) possède le pouvoir de lutter contre la mal incarné dans le dragon, d’effacer le paganisme, d’éliminer des maladies comme la malaria (dans les zones de marais) et la peste, pour permettre in fine l’implantation d’une cité, comme à Tarascon. Céline Pérol ajoute que la « signification primaire » du dragon renvoie à l’énergie chtonienne de type volcanique (p. 100) et propose un parallèle avec les vies de saint Georges et de saint Syr dans lesquelles la destruction du dragon « doit permettre la fertilité grâce à l’union de la terre et de l’eau » (p. 109). C’est ce qui se serait passé à Tarascon, où un culte propre à Marthe s’est développé, elle est devenue la sainte patronne de la ville fêtée avec une grande procession le 29 juillet, « dans le cycle ancestral de la canicule », quand l’étoile Syrius est visible, alors que Marthe est la fille d’un certain Syro.

9Si nous suivons facilement Céline Pérol lorsqu’elle s’attache à « tirer les fils textuels », nous sommes moins convaincus par certains « fils symboliques » (p. 205) dans la lignée des travaux du regretté Claude Gaignebet et de Philippe Walter (non cités dans la bibliographie), et qui parfois mettent en relation des univers de croyance sans contact (comme par exemple ici la comparaison entre le Nil et le Rhône, la mention du cycle ancestral (et donc non daté) de la canicule).

10La mort de la sainte est dramatisée par sa terreur des apparitions diaboliques, l’intercession de sa sœur Marie-Madeleine et la présence du Christ. Après sa mort, deux femmes restent sur place quelques temps, Martilla et Syntique qui écrivent sa Vita avant de partir évangéliser la Slavonie avec deux autres disciples du groupe des 72 disciples envoyés par le Christ : Epaphras et Parmenas, accompagnés d’un certain Germain et d’un homme nommé Eudochius. Sur la tombe de la sainte, un personnage de haut rang obtint une guérison miraculeuse : le roi Clovis, premier roi converti au christianisme (p. 121). Il dota la communauté de Tarascon en terres et en privilèges, jetant les fondations du culte local.

11Une chose est incontestable : le dragon devient le principal attribut de Marthe à partir du xive siècle (fig. 6). Il semble que les jeunes filles touchées par la queue de la Tarasque avaient bon espoir de se marier dans l’année ; la procession d’hommage se transformerait alors en rituel de fécondité. Au bout de l’enquête, on constate qu’au xixe siècle, Marthe est devenue la patronne des femmes au foyer.

12On le voit, ce personnage aux multiples fonctions incarne un type de femme qui ne laisse pas de nous interroger. On aimerait, entre autres, savoir comment dans les trois légendes, les inflexions de la vie de Marthe retentissent sur la vie de Marie. Cet ouvrage stimulant apporte une masse d’informations clairement présentée, toujours associée aux textes sources abondamment cités et traduits (avec une réserve sur la traduction de virtus en vertu p. 209-210), suivie d’une publication des traductions françaises de deux des trois vies, d’une description précise des manuscrits utilisés, d’une riche bibliographie et d’un index (hélas partiel) des noms d’auteurs et de saints. Un cahier iconographique placé au milieu du livre donne un accès bien documenté à ce corpus (16 illustrations).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Anne Polo de Beaulieu, « Céline Perol, Le choix de Marthe. Femme et sacré au Moyen Âge »Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 55 | 2022, mis en ligne le 12 août 2022, consulté le 27 novembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/clio/22129 ; DOI : https://doi.org/10.4000/clio.22129

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Belin
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search