Navigation – Plan du site

AccueilNuméros55Compléments en ligne : Clio a luDidier Lett, Viols d’enfants au M...

Compléments en ligne : Clio a lu

Didier Lett, Viols d’enfants au Moyen Âge. Genre et pédo-criminalité à Bologne, XIVe-XVe siècle

Paris, PUF, 2021, 376 p.
Sophie Brouquet
Référence(s) :

Didier Lett, Viols d’enfants au Moyen Âge. Genre et pédo-criminalité à Bologne, XIVe-XVe siècle, Paris, PUF, 2021, 376 p.

Texte intégral

1La pédophilie et la pédo-criminalité demeurent encore peu abordées par les médiévistes. Spécialiste du genre et de l’histoire de l’enfance, il est tout à fait normal que Didier Lett se soit penché sur ces sujets. L’affaire n’est pas simple, mais l’auteur a bénéficié pour son enquête des extraordinaires registres de justice de la commune de Bologne entre 1343 et 1474.

2Didier Lett inscrit son étude dans une perspective de genre, se souciant des agressions sexuelles contre les filles et les garçons. Les procès en pédo-criminalité portés devant les juges de Bologne, comprennent plus de 130 enfants, âgés entre 5 et 16 ans, soit mineurs de moins de 12 ans pour les filles et de 16 pour les garçons. D’emblée, l’auteur souligne une certaine parité dans le nombre des deux sexes, mais pas une égalité de traitement. La richesse des sources d’archives ne dévoile pas seulement la souffrance physique des victimes, mais aussi des maltraitances sexuelles et psychologiques. Didier Lett apporte une grande attention aux mots de la justice, mais aussi de ceux des victimes et de leurs bourreaux, qui révèlent à la fois une vérité, mais aussi et surtout les normes morales et religieuses d’une société urbaine à la fin du Moyen Âge.

3Mais de quoi s’agit-il et est-il possible de faire l’histoire de la pédophilie ? La réponse est positive. La pédo-criminalité n’a rien d’un invariant temporel, et les viols d’enfants du Moyen Âge n’ont rien de commun avec ceux de l’Antiquité. Bien entendu, le terme de pédophilie n’apparaît qu’en 1847 en Allemagne et est repris encore plus tard en 1931, en France, mais ce n’est pas ce terme qui convient pour l’enquête de l’historien, mais bien plutôt celui de pédo-criminalité, encore plus récent. Pour les contemporains des petites victimes de Bologne, leurs agresseurs sont considérés comme des violeurs de filles et des sodomites s’attaquant aux garçons.

4Après avoir brossé la procédure judiciaire du tribunal de Bologne, la première partie s’intéresse aux victimes, filles et garçons, se penchant sur leur âge, leur sociologie, puis à la personnalité des violeurs, occasionnels ou récidivistes, leurs origines géographiques et sociales, leur âge et leur condition, et leurs penchants pour les filles ou les garçons. L’analyse genrée des procédures démontre que si le viol d’une fille peut être réparable, celui d’un garçon, qualifié de sodomie est indicible et irrémissible. Elle souligne aussi la différence d’âge lors de l’agression, 12 ans pour les filles et 14 ans pour les garçons, ce qui pose la question d’une suspicion de consentement de la part des filles. La victime féminine, fille d’Ève, est toujours soupçonnée d’impureté et doit faire la preuve de sa virginité, un critère indispensable pour porter plainte contre son agresseur, sauf pour les plus jeunes, impubères âgées de moins de 9 ans. Un autre critère est la réputation de la victime et de sa famille.

5Le profil des agresseurs est plus difficile à dresser ; ils sont parfois des étrangers à la ville, se cachent derrière des identités d’emprunt. Les étrangers et les vagabonds sont les premiers suspects et les plus condamnés, mais en réalité, la très grande majorité des violeurs sont des Bolonais, souvent proches de leur victime quand c’est une fille, plus éloigné pour les victimes masculines. Le pédophile connaît souvent sa victime. Il est issu de tous les milieux, parfois aidé par des femmes proxénètes. Les clercs ne sont pas mentionnés dans l’étude, car leurs cas relèvent de la justice ecclésiastique ; mais il n’est pas impossible qu’ils soient aussi présents parmi les prédateurs. Les violeurs de garçons ont un profil particulier. Ils n’ignorent pas l’énormité de leur crime, considéré comme de la sodomie ; ils sont plus récidivistes et s’intéressent surtout à des adolescents. Leurs contemporains les considèrent comme des pervers, ennemis du genre humain, sectateurs du diable et de l’hérésie, voués à l’enfer.

6La deuxième partie de l’ouvrage se consacre au viol. Avant l’agression, le pédo-criminel aborde sa victime féminine, soit en la menaçant ou en la battant le plus souvent, mais aussi en l’attirant par des fausses promesses. Les filles peuvent être agressées dans la rue, aux champs, dans les ateliers et les écoles ou dans leur maison. Cependant, une distinction de genre se traduit par le fait que les filles sont attaquées violemment ou raptées par les violeurs pour parvenir à leur fin, et plus souvent dénudées. Les garçons sont plutôt attirés par de douces paroles, des promesses d’argent, mais aussi menacés. Les mots du viol évoquent la contrainte et la violence. Les enquêtes délivrent une comptabilité des coïts, leurs dates, et leurs lieux. La conséquence du viol dépeint des corps anéantis, des vulves et des anus déchirés, révélés par l’expertise médicale. Mais la plus terrible conséquence du viol est l’attaque faite à l’honneur de la victime et de sa famille, entourées de honte, et pour les filles la perte de la virginité.

7La troisième partie de l’ouvrage se concentre sur les châtiments infligés aux coupables. Encore ici, une lecture genrée permet de remarquer que les procès des violeurs de filles sont rapides, les familles des victimes ayant tout intérêt à dénoncer le crime et d’en finir avec la honte qui pourrait s’abattre sur elles. Tandis qu’il est beaucoup plus difficile aux garçons et à leurs proches d’évoquer le viol d’un garçon. Si toutes les peines sont sévères, elles diffèrent selon l’âge et le sexe de la victime. Les violeurs de filles sont décapités, tandis que les sodomites sont brûlés. Une fois, leur sentence prononcée, les coupables sont immédiatement conduits sur le lieu de leur châtiment, selon un itinéraire rituel dans la ville. Ils sont exposés à la vindicte et aux crachats de la foule. Les autorités souhaitent la plus grande publicité afin de faire un exemple. Les exécutions ont lieu sur la place du marché ou celle du palais communal.

8Cependant près de la moitié des pédo-criminels échappent à la peine capitale à la faveur d’un accord passé avec la famille de la victime, ou bien à cause d’un vice de forme. Certains violeurs prennent la fuite et sont condamnés par contumace. Pour ceux qui échappent à la peine de mort, le bannissement les attend. Les emprisonnements sont rares ; ils correspondent à l’attente du paiement d’une amende, qui est uniquement appliquée aux violeurs de filles. Certains criminels échappent à l’exécution car ils ont été torturés et meurent avant d’être exécutés. Les violeurs de filles peuvent aussi se racheter en épousant leur victime. D’autres sont graciés par les autorités en raison de circonstance atténuantes comme la jeunesse du criminel ou sa vieillesse.

9Par son sujet inédit, Didier Lett signe dans cet ouvrage une étude de genre et d’identité sexuelle, s’appuyant sur des documents exceptionnels. Il les décortique mots après mots, traquant la réalité du crime, tout en cernant la mise en place de normes sexuelles et de comportements sociaux en termes de genre en cette fin du Moyen Âge. Si le viol féminin est réparable, le viol masculin est irrémissible, puisqu’il touche à la sodomie, le crime absolu, abominable, le nefandum, qui bouleverse l’ordre divin, la structure de la société patriarcale et la place de chaque individu sexué.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Brouquet, « Didier Lett, Viols d’enfants au Moyen Âge. Genre et pédo-criminalité à Bologne, XIVe-XVe siècle »Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 55 | 2022, mis en ligne le 12 août 2022, consulté le 27 novembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/clio/22140 ; DOI : https://doi.org/10.4000/clio.22140

Haut de page

Auteur

Sophie Brouquet

Université Toulouse – Jean Jaurès, Framespa

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Belin
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search