Navigation – Plan du site

AccueilNuméros55Compléments en ligne : Clio a luSusan Zimmermann, Frauenpolitik u...

Compléments en ligne : Clio a lu

Susan Zimmermann, Frauenpolitik und Männergewerkschaft. Internationale Geschlechterpolitik, IGB-Gewerkschafterinnen und die Arbeiter- und Frauenbewegungen der Zwischenkriegszeit

Wien, Löcker Verlag, 2021. 717 p.
Brigitte Studer
Référence(s) :

Susan Zimmermann, Frauenpolitik und Männergewerkschaft. Internationale Geschlechterpolitik, IGB-Gewerkschafterinnen und die Arbeiter- und Frauenbewegungen der Zwischenkriegszeit, Wien, Löcker Verlag, 2021. 717 p.

Texte intégral

1Ce livre sur l’action du comité syndical international des travailleuses, organe de la Fédération syndicale internationale (FSI), s’attache à un objet paradoxal. Composé de cinq femmes seulement, ce comité a pourtant joué un rôle aussi fondamental que spécifique dans les politiques d’égalité de l’entre-deux-guerres, estime Susan Zimmermann. Comme elle l’explique, il a été doublement marginalisé : d’abord historiquement dans la FSI (dite aussi Internationale d’Amsterdam qui fonctionne de 1919 à 1945), de même que face aux organisations de femmes « non-socialistes » (Zimmermann évite l’appellation « bourgeoises ») qui gravitent durant l’entre-deux-guerres autour des organisations internationales à Genève ; dans l’historiographie ensuite, puisque l’histoire du féminisme a privilégié la question de genre et celle du mouvement ouvrier, les acteurs masculins et la question de classe. C’est toute l’entreprise de l’historienne autrichienne de combler, la première, cette importante lacune.

2Créé en février 1925, ce comité demeure en fonction jusqu’en 1937. Cinq pays y siègent d’office : la Belgique, le Danemark, la Grande-Bretagne, la France et l’Allemagne. Leurs représentantes sont élues par la conférence syndicale internationale des travailleuses sur proposition des sections nationales de la FSI. Il n’est pas question d’une compétence décisionnelle propre. Elles ont pour mission statutaire de défendre les intérêts des travailleuses au sein du mouvement syndical et de soutenir ce dernier par la récolte de données statistiques ou par des propositions d’action sur les questions concernant les femmes. Leur autonomie est donc plus que limitée d’autant que les réunions sont présidées par un membre de la direction de la FSI, fonction qui revient de fait au secrétaire général.

3Il n’empêche que, selon Zimmermann, les femmes de ce comité constituent le moteur de ce qu’elle qualifie de « modernisation du monde des organisations socialistes et syndicales » de l’entre-deux-guerres. Face aux ambiguïtés de la politique syndicale dominée par les hommes, elles défendent le principe du droit au travail des femmes, même mariées. Tout comme elles tentent d’alléger, par l’obtention d’aides financières et l’instauration de politiques publiques, le poids de la double charge de travail qui pèse sur les femmes en tant que salariées et en tant que mères de famille. Les politiques protectionnistes du travail figurent au cœur de ce dispositif. L’activité du comité et ses relais sont documentés dans dix chapitres thématiques qui, outre les questions centrales susmentionnées, courent de la politique salariale à l’engagement pour la paix et l’antifascisme, en passant par les mesures de protection spécifique des travailleuses, le travail du care et la question de l’organisation syndicale des femmes. L’attention porte aussi sur la place accordée aux femmes dans la FSI depuis la création du comité jusqu’à sa relégation dans la quasi-insignifiance vers 1937/1938.

4Pour mener à bien cette entreprise, l’auteure a défriché près d’une douzaine d’archives, en Autriche, Grande-Bretagne, France, Suisse, Allemagne et Hongrie, ainsi qu’aux Pays-Bas, et consulté un vaste panorama de sources publiées, d’ouvrages et d’articles universitaires, afin de retracer avec force les détails de l’activité de ce groupe de femmes actif dans de nombreux contextes. Quant à la démarche descriptive des chapitres thématiques, elle est pleinement assumée et revendiquée même, dans l’attente que d’autres poursuivent ces recherches grâce aux matériaux mis à disposition. Zimmermann suit ainsi cette « internationale syndicale féminine » dans ses nombreuses ramifications non seulement au sein de la FSI et de sa sœur politique l’Internationale socialiste, mais aussi dans l’espace politique des organisations internationales où en tant que membres de la FSI, elle siège dans de nombreux groupes de travail et comités (comme l’important Child Welfare Committee). Dans toutes ces instances, comme le souligne Zimmermann, ces femmes se font les avocates des intérêts des femmes des classes populaires dont elles sont elles-mêmes issues. Leur politique est autant de genre que de classe, ce qui les distingue du reste des organisations féminines, même si elles peuvent différer entre elles quant aux solutions adéquates. La protection de la maternité doit-elle par exemple permettre aux mères qui le désirent de se retirer momentanément du marché du travail, ou est-ce une obligation ? Les allocations familiales, respectivement les allocations aux mères, mariées ou célibataires, sont-elles une alternative valable au « living wage », au salaire de l’homme « chef de famille » ? Il s’agit tout autant de contrer les attaques aux droits des salariées avec la montée de la crise économique que de s’opposer à une politique d’égalité libérale qui ne tient pas compte des intérêts de la classe ouvrière. En effet, ces dirigeantes syndicales s’efforcent de maintenir le cap entre les positions pas toujours concordantes des sections nationales de la FSI, les freins et les fins de non-recevoir imposés par la direction masculine de la FSI (comme dans le cas de la question de l’égalité salariale ou celui de la collaboration avec des organisations féminines non-socialistes), le manque de volonté, voire les résistances des organisations internationales gouvernementales et la concurrence autant des associations féministes réclamant la suppression de l’interdiction du travail de nuit des femmes que des communistes plus radicales de l’Internationale syndicale rouge.

5Certes, ce petit groupe de femmes syndicalistes est numériquement peu important. Il dispose néanmoins d’un atout institutionnel majeur au sein de la Société des Nations et de l’Organisation internationale du travail qui fait d’elles, et de leurs autres alliées socialistes, des actrices historiques de poids dans la défense du travail des femmes. Si elles ont choisi d’agir au sein de la FSI malgré leur position dominée dans cet appareil, c’est précisément parce qu’en tant que membres de la FSI elles peuvent siéger d’office dans de nombreux comités et groupes de travail et servir de conseillères. Ce n’est donc pas uniquement pour corriger un oubli historiographique que Zimmermann a consacré tant de pages à ces femmes, mais pour souligner leur apport à la politique du travail féminin. Outre de fournir une mine d’informations, son ouvrage a également l’ambition de développer un cadre conceptuel permettant de dépasser autant les biais de l’histoire du mouvement ouvrier que de l’histoire du genre, ainsi que d’analyser les conditions de possibilité de l’action politique des femmes de la FSI et au-delà ceux d’autres mouvements sociaux. Si cette dernière partie d’une conclusion très étoffée reste quelque peu abstraite, les réflexions de Zimmermann sur la place de ces syndicalistes dans l’histoire et l’historiographie méritent qu’on s’y arrête. D’abord parce qu’il est en effet nécessaire d’accorder toute sa valeur à leur activité et leur logique politique. On partagera sans hésiter l’affirmation que ces militantes ont défendu leurs convictions de manière conséquente et décidée et qu’elles ont développé leur propre programme politique. De même qu’elles ont accordé une grande valeur au travail domestique et lutté pour sa reconnaissance idéelle et matérielle, ne remettant aucunement en question la responsabilité féminine pour ce domaine social dans leur vision du monde. Zimmermann insiste sur ces deux points, car elle veut se démarquer, de l’une comme de l’autre, des deux tendances qui définissent selon elle l’état de la recherche : une héroïsation des syndicalistes socialistes (ou sociaux-démocrates) ou à l’inverse la caractérisation de leur politique comme ambiguë et hésitante.

6Comme je suis beaucoup citée par l’auteure, mais aussi prise à partie de façon quelque peu polémique, je me permets quelques remarques. Susan Zimmermann me reproche d’avoir qualifié de « compromis » politique la position des dirigeantes syndicales de la première moitié du xxe siècle à propos de la politique protectionniste, sous-entendant que je les accuse de faiblesse, voire de « compromissions » (p. 651) ou de « compromis pourri » (p. 657). Il est vrai que dans l’article auquel elle se réfère, je ne précise pas que les travailleuses voient les mesures de protection comme une façon d’alléger leur double charge et comme une reconnaissance « officielle » de leur tâches familiales et domestiques. Ce que je fais dans un autre article (Brigitte Studer, « ‘Genre’ et ‘classe’ dans le mouvement ouvrier. L’arrangement social autour de la législation protectrice du travail au tournant du siècle », in Jean Batou et al. (dir.), Pour une histoire des gens sans Histoire. Ouvriers, excluEs et rebelles en Suisse 19e-20e siècles. Mélanges offerts à Marc Vuilleumier, Lausanne, Éditions d’En Bas, 1995, pp. 121-136.). Comme l’indique le titre de ce dernier, le compromis dont je parle se situe au niveau de la société dans son ensemble, entre deux positions extrêmes, l’interdiction pure et simple du travail des femmes, d’une part, la suppression de toute législation protectrice, d’autre part, non au niveau des positions individuelles.

7Pour conclure, il importe de souligner le grand apport de ce livre, dorénavant une référence incontournable dans le champ des organisations internationales, féminines et ouvrières.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Brigitte Studer, « Susan Zimmermann, Frauenpolitik und Männergewerkschaft. Internationale Geschlechterpolitik, IGB-Gewerkschafterinnen und die Arbeiter- und Frauenbewegungen der Zwischenkriegszeit »Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 55 | 2022, mis en ligne le 12 août 2022, consulté le 27 novembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/clio/22150 ; DOI : https://doi.org/10.4000/clio.22150

Haut de page

Auteur

Brigitte Studer

Université de Berne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Belin
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search