Navigation – Plan du site

AccueilNuméros55Compléments en ligne : Clio a luEmmanuel Beaubatie, Transfuges de...

Compléments en ligne : Clio a lu

Emmanuel Beaubatie, Transfuges de sexe. Passer les frontières du genre

Paris, La Découverte, 2021, 192 p.
Clovis Maillet
Référence(s) :

Emmanuel Beaubatie, Transfuges de sexe. Passer les frontières du genre, Paris, La Découverte, 2021, 192 p.

Texte intégral

1Emmanuel Beaubatie vient poser la question brûlante de la sociologie des parcours transgenres en adoptant une perspective originale : son ouvrage articule genre et classe sociale de manière à penser ce que représente le fait de « devenir » un homme (une ascension sociale) ou une femme (une déchéance sociale). Un des apports de l’ouvrage est de s’appuyer sur le féminisme matérialiste de Christine Delphy (L’ennemi principal, 1999) et l’irréductible inégalité des rapports de sexe pour analyser en termes sociologiques les frontières du genre. Christine Delphy posait que le genre précède le sexe et le livre interroge précisément le « sexe » tel que défini par l’état civil. La thèse de Beaubatie est qu’une analogie peut être menée entre les transfuges de classes et les transfuges de sexe que sont les personnes trans, dans la mesure où les inégalités relatives aux sexes font du parcours de transition un parcours de transfuge.

2On a trop longtemps étudié la sociologie des personnes trans sous l’angle du « pourquoi ? », l’auteur choisit d’écarter cette question (traitée par les psychologues depuis le xixe siècle) pour lui substituer celle du « comment ? » (p. 17). Comment se passe une transition de genre, à une période où il existe des parcours légaux mais qu’ils sont encore semés d’embuches et de discriminations liées au genre, à l’âge, à la classe et à l’origine ? Quelles sont les différences sociales entre une transition féminine, et une transition masculine ?

3Du point de vue médical, les parcours sont marqués par des injonctions contradictoires : on demande encore aux personnes de prouver qu’elles et ils vivent dans le genre demandé avant d’avoir le droit au dispositif médical d’accompagnement (chapitre 2). L’asymétrie entre parcours féminins et masculins, en termes d’âge et de parcours professionnels peut être en partie objectivé par l’étude des situations sociales avant et après la transition (chapitre 3). L’hétérosexualité (dans le sexe d’arrivée) a longtemps été obligatoire pour obtenir le parcours de transition, pourtant une étude plus fine montre la réalité des orientations sexuelles multiples (chapitre 4). Le livre s’achève par une description des stratégies de contournement des parcours légaux en comparant les cas de personnes qui semblent se conformer aux normes des autorités médicales (dysphorie de genre précoce, hétérosexualité dans le genre désiré…) et les stratèges qui en jouent sans s’y plier (chapitre 5). Beaubatie a interrogé de multiples personnes, et partage de longues citations de ses entretiens dans son ouvrage. Si une des interviewées de l’auteur conclut son entretien par « J’emmerde la sociologie » (p. 18), c’est parce que les études ne manquent pas sur les questions trans, mais les personnes concernées leur reprochent souvent leur partialité et le goût pour le sensationnalisme. L’objectivation des sujets trans a été à l’œuvre dans le siècle d’études qui les a concernés depuis Karl Ulrisch, théoricien de l’intermédiaire sexuel et Magnus Hirschfeld, penseur des travestis. Ce dernier était aussi le fondateur de l’Institut de Sexologie (Institut für Sexualwissenschaft) qui accompagna Lili Elbe, artiste et modèle, grand-mère spirituelle des femmes trans du xxe siècle.

4Les études sur les personnes trans du passé ont été à l’origine des études de genre, au sens de la distinction sexe/genre, et du concept d’identité de genre élaboré par Robert Stoller dès 1968 (Sex and Gender: the Transsexual Experiment). Après la mise en place de parcours de soins par plusieurs médecins états-uniens notamment, les psychiatres ont été fortement critiqués par les associations militantes en raison du parcours infantilisant et pathologisant qui était imposé aux personnes pour avoir accès aux soins. On en trouve la conclusion dans un slogan de l’Existrans (marche annuelle militante) cité par Beaubatie en tête de son premier chapitre : « Ta gueule le psy, tu nous fatigues ! » (p. 25). La sociologie des transidentités a été développée en France depuis les années 1990, notamment par Sam Bourcier qui a traduit la langue et les idées de la théorie queer, et par Karine Espineira spécialiste des études sur la culture visuelle et les études trans. Cette dernière a, avec Maud Yeuse Thomas coordonné notamment la publication des Cahiers de la transidentité. Ces études ont beaucoup apporté à l’étude des médias (Espineira) et à l’anthropologie comparée (Maud-Yeuse Thomas). Beaubatie engage davantage les outils traditionnels de la sociologie (questionnaires et entretiens) pour objectiver les passages de « frontières du genre » d’un point de vue légal.

5Sa méthode s’appuie sur l’analyse d’un échantillon quantitatif (questionnaire à 381 réponses dont 2/3 de femmes trans 1/3 d’hommes trans) et qualitatif (une trentaine d’entretiens individuels). L’échantillon cité en fin d’ouvrage comprend 22 personnes individualisées dont 9 hommes trans (les hommes ont tous moins de 31 ans, tandis que les femmes ont de 30 à 62 ans). On le comprend, la démarche de Beaubatie se heurte d’emblée à des biais liés aux circonstances de l’enquête et aux difficultés de solliciter les personnes rétives aux études sociologiques. Si le biais de genre est bien mentionné par l’auteur, qui remarque que les femmes ont davantage répondu à l’enquête, il affirme que les entretiens qualitatifs le compensent. Pourtant, le biais d’âge est important entre les deux ensembles, ainsi que de genre, en raison du faible nombre d’hommes trans ayant répondu à l’enquête. Cela limite la portée de certaines conclusions pourtant très stimulantes. Par exemple l’idée que les transitions d’hommes se font dans la vingtaine dans presque tous les cas ne s’appuie que sur le mince échantillon de neuf hommes (de moins de 30 ans) et se heurte à des contre exemples bien connus de trentenaires, quarantenaires et même cinquantenaires ne cachant pas leur transition (les acteurs Elliot Page ou Océan, les chercheurs Jack Halberstam, Sam Bourcier ou Paul Preciado). De même, le chapitre sur les sexualités (4), particulièrement intéressant et original, souffre du faible nombre d’hommes trans interrogés. Ainsi l’attirance pour « l’autre sexe » chez les hommes trans est de 90, 9 %, ce qui indique que ces personnes étaient toujours lesbiennes avant leur transition. Mais il ne s’agit que de 44 personnes interrogées, toutes jeunes, tandis que les femmes trans, qui ne sont que 52% à être attirées par l’autre sexe correspondent à un effectif de 140 cas davantage répartis en termes d’âge.

6Le livre d’Emmanuel Beaubatie a donc les défauts de ses qualités, initiant une recherche dans un domaine assez neuf en sociologie, il en essuie les plâtres. Quelques erreurs étonnantes doivent aussi être mentionnées. Concernant l’histoire de la pensée trans, on peut s’étonner de lire que Leslie Feinberg, auteur du classique de la pensée lesbienne Stone Butch Blues serait une MtF (Male to Female, p. 35) alors que son parcours biographique, et son enfance assignée fille est rapporté longuement dans ses écrits. Beaubatie s’appuie sur Female Masculinity d’Halberstam pour expliquer ce qui a longtemps séparé culture butch et hommes trans. Pourtant cette opposition, s’inscrit dans une trajectoire historique lié au militantisme des années 1970 et 1980. Beaucoup de personnes venues de la culture butch lesbienne se reconnaissent désormais comme des hommes trans (et notamment Halberstam lui-même). L’histoire des études queer mériterait aussi plus de nuances et de subtilités. La théorie queer des années 1990 telle qu’énoncée par Teresa de Lauretis (non citée, car c’est Judith Butler qui est mise en avant) s’intéresse d’abord aux études gaies et lesbiennes et non « aux trans’ – mais aussi entre autres, aux homosexuels et aux drag* » (p. 34). Les possibilités de « changement de sexe » binaires ne laissent qu’une place mince aux questions de fluidité, de non binarité, qui sont abordées dans le livre sans être articulées précisément à l’étude des transitions binaires. Les publications plus récentes de l’auteur, notamment une étude sur le genre pluriel publiée dans les Cahiers du genre (Emmanuel Beaubatie, 2021, « Le genre pluriel. Approches et perspectives pour complexifier le modèle femme/homme en sciences sociales », Cahiers du Genre, vol. 70, no 1, 2021, p. 51-74) ont complété et amendé certains points de Transfuges de sexes dans ce domaine.

7Cet ouvrage vient marquer la possibilité de poursuivre les études sur les questions de genre en plaçant les parcours de transition au cœur de la réflexion. Les inégalités se traduisent par une asymétrie qu’il est nécessaire de prendre en compte pour ne pas penser la population trans comme un ensemble cohérent : « L’ascension des FtM suscite chez eux un profond malaise lié au sentiment de trahison de leur milieu d’origine, tandis que les MtFs engagent un travail réflexif sur les privilèges dont elles ont bénéficié lorsqu’elles étaient des hommes ». De nombreuses femmes trans contesteraient le fait qu’elles n’aient jamais « été » un homme. Passées ces critiques, les apports de l’ouvrage sont certaines et il invite la pensée historique, qui s’est elle aussi intéressé aux questions transgenres pour toutes les périodes, à individualiser les parcours et à utiliser des outils issus de la sociologie historique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clovis Maillet, « Emmanuel Beaubatie, Transfuges de sexe. Passer les frontières du genre »Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 55 | 2022, mis en ligne le 12 août 2022, consulté le 27 novembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/clio/22157 ; DOI : https://doi.org/10.4000/clio.22157

Haut de page

Auteur

Clovis Maillet

École supérieure d’art et de design TALM-Angers

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Belin
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search