Navigation – Plan du site

AccueilNuméros57VariaFemmes contribuables de la Judée ...

Varia

Femmes contribuables de la Judée romaine

Women taxpayers in Roman Judea
Michaël Girardin
p. 277‑292

Résumés

Le parchemin fiscal Mur 10, découvert dans les grottes du wadi Murabba‘ât, permet de montrer que, durant la révolte de Bar Kokhba (132‑135 de notre ère), des femmes étaient soumises à l’impôt. La chose est d’autant moins anodine que la relation des femmes à la fiscalité est complexe en Judée romaine (entre 6 et 135). Si les femmes sont plus tôt que les hommes contribuables de la fiscalité provinciale, elles sont au contraire en position de retrait pour ce qui concerne le système fiscal du temple, dont le paiement constitue un élément identitaire du peuple juif. Le choix du rebelle d’astreindre les femmes au paiement est donc d’autant plus paradoxal, qu’en les plaçant comme sujettes (c’est le sens de l’imposition fiscale), il réduit l’inégalité structurelle entre hommes et femmes au regard de l’administration.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2027.
Consulter cet article

Plan

Des femmes contribuables en Judée antique
Femmes et fiscalité religieuse
Contribution de la documentation fiscale à l’histoire des femmes

Aperçu du texte

Sur la période d’existence de la province romaine de Judée, c’est-à- dire entre les années 6 et 135 de notre ère, il existe dans la région une pluralité de systèmes financiers, dont certains sont fiscaux, du fait même de l’autonomie laissée aux élites locales dans la direction du peuple juif. De nombreux groupes se constituent, qui possèdent leurs propres modes de financement, reflets de la diversité des normes et des interprétations de la Torah à la fin du judaïsme du Second Temple. À cette époque, en effet, tous les partis juifs ne reconnaissent pas l’autorité du temple. Celui-ci perçoit un certain nombre de prélèvements obligatoires annuels, institués par la Torah, de sorte que l’on peut sans difficulté parler d’un système fiscal autonome caché sous l’euphémisme de « l’offrande », parallèle à celui qui, prélevé par les élites villageoises et civiques, est versé au gouverneur au titre du tribut provincial. Mais ces partis eux-mêmes lèvent des sommes sur leurs membres, tels les ess...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michaël Girardin, « Femmes contribuables de la Judée romaine »Clio, 57 | 2023, 277‑292.

Référence électronique

Michaël Girardin, « Femmes contribuables de la Judée romaine »Clio [En ligne], 57 | 2023, mis en ligne le 02 janvier 2026, consulté le 21 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/clio/23729 ; DOI : https://doi.org/10.4000/clio.23729

Haut de page

Auteur

Michaël Girardin

Michaël Girardin est agrégé d’histoire, docteur en histoire ancienne et maître de conférences à l’Université du Littoral – Côte d’Opale. Il travaille sur les enjeux sociaux, politiques et théologiques de l’impôt en Judée hellénistique et romaine. Sa thèse, L’Offrande et le tribut, a paru en 2022 aux éditions Ausonius ; une synthèse avait été publiée en 2020 aux éditions Geuthner sous le titre La Fiscalité dans le judaïsme ancien. Il a également codirigé la parution aux éditions Classiques Garnier des actes d’une journée d’études organisée en 2016 sous le titre Construire la légitimité politique, de l’Antiquité à nos jours. michael.girardin@univ-littoral.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search