Navigation – Plan du site

AccueilNuméros57Clio a lu « Le genre de la guerre...Ioana Cîrstocea, La Fin de la fem...

Clio a lu « Le genre de la guerre froide »

Ioana Cîrstocea, La Fin de la femme rouge ? Fabriques transnationales du genre après la chute du Mur

Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2019, 306 p.
Brigitte Studer
p. 321‑323
Référence(s) :

Ioana Cîrstocea, La Fin de la femme rouge ? Fabriques transnationales du genre après la chute du Mur, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2019, 306 p.

Texte intégral

1Comment le concept de genre s’est-il implanté à l’Est, dans les pays de l’ancienne aire d’influence soviétique après la chute du Mur ? C’est à cette question innovante que s’attelle Ioana Cîrstocea dans son habilitation à diriger des recherches, remaniée pour en faire cet ouvrage au beau titre — référence à l’écrivaine et journaliste biélorusse Svetlana Alexievitch, Prix Nobel de littérature. S’il est aujourd’hui communément admis dans les sciences humaines et sociales que les idées, les références, les méthodes et les théories circulent et que les échanges et réseaux intellectuels sont transnationaux, peu d’études nous montrent comment cela se passe concrètement, vu la difficulté de l’entreprise autant sur le plan théorique qu’empirique.

2Dans ce travail de sociologie politique de l’expertise, Ioana Cîrstocea part du constat que le genre, entré dans les années 1990 dans le répertoire des institutions multilatérales, est aujourd’hui partie intégrante d’un discours de modernisation et un outil de gouvernance. L’auteure a choisi quatre terrains d’enquête pour lui permettre de restituer les processus et les actrices à l’œuvre dans les transferts sur plusieurs échelles, transnationales et nationales, entre Est et Ouest et les transformations et appropriation du concept de genre. Il s’agit d’abord du Network of East-West Women de New York (NEWW) et de l’Open Society Institute (OSI, aujourd’hui Open Society Foundation) de la Fondation Soros, deux organisations dont elle a pu consulter les fonds d’archives à New York et à Budapest et auxquelles les deux premières parties du livre sont consacrées. L’étude de deux cas nationaux resserre ensuite dans la troisième partie la focale sur les mutations épistémologiques, structurelles et personnelles opérées dans les universités roumaine et ex-yougoslave.

3L’attention portée à un petit groupe de féministes new-yorkaises peut étonner de prime abord. Or, il s’avère que le NEWW joue un rôle pivot dans l’institutionnalisation des études de genre dans les pays de l’Est. Interpellées par l’intervention de Slavenka Drakulić, journaliste et écrivaine yougoslave, lors d’une conférence internationale aux États-Unis, des universitaires américaines organisent une rencontre féministe « Est-Ouest » à Dubrovnik en juin 1991, moment fédérateur et déclencheur. Qui sont ces femmes ? Quelles sont leurs motivations ? De quelles ressources sociales disposent-elles ? L’auteure a mené des entretiens plus ou moins longs avec plus de 80 d’entre elles. Pour les Américaines, la plupart de gauche, féministes de longue date et souvent d’origine juive et est-européenne, l’engagement transnational permet de redonner de l’élan à un féminisme indigène en stagnation. Pour les « pionnières du genre » de l’Est, la rencontre permet l’apprentissage de nouveaux codes d’expression et de présentation de soi pour aboutir à l’expertise internationale. D’autres encore sont des médiatrices, nées à l’Est mais vivant à l’Ouest. Ces femmes deviennent rapidement des spécialistes reconnues des questions de genre. Leur capital militant se transforme en ressource professionnelle et leur engagement, parti d’un éthos égalitaire, suit un processus d’« ONGisation » grâce notamment aux financements de fondations américaines, dont Open Society Institute.

4C’est dans la seconde partie de l’ouvrage que l’attention porte sur la captation de ce savoir dans le cadre de l’instauration dès le milieu des années 1990 des programmes gender studies de la Central European University (CEU) à Budapest. Pour la Fondation Soros, il s’agit de « démocratiser » l’espace post-soviétique et de créer de nouvelles élites immunisées face au communisme. Les objectifs politiques de l’OSI et du NEWW diffèrent ainsi, mais s’imbriquent finalement dans des programmes de cours alimentés par les références théoriques et le savoir-faire pratique des féministes anglophones, de même que dans les parcours croisées des actrices. Ici aussi se démontre l’importance des réseaux personnels dont une des figures clés est l’Américaine Ann Snitow, spécialiste de la théorie et de la mémoire féministe. Son cas illustre de manière exemplaire le propos de Ioana Cîrstocea qui s’interroge sur la fusion des répertoires militants et des répertoires experts, et sur l’ambiguïté de la rencontre entre l’entreprise philanthropique d’un George Soros, méfiant face aux mouvements des femmes qui « peuvent glisser facilement vers le dogmatisme du politiquement correct qui voit tout par le prisme du genre » (p. 159) et le féminisme radical dont Snitow est une des fondatrices et une figure éminente.

5La tension entre militantisme et bureaucratie, entre politique internationaliste féministe et technocratie du genre charpente également la troisième partie de l’ouvrage. Une démarche prosopographique et deux forages en profondeur restituant l’établissement des études sur le genre dans deux cas nationaux, permettent à l’auteure d’approfondir son analyse des processus à l’œuvre au cours des transformations des sociétés d’Europe centrale et de l’Est après la chute du Mur et du rôle joué par les féministes. Même si la terminologie sociologique alourdit la lecture, l’enquête de Ioana Cîrstocea éclaire l’usage ambigu du concept de genre en tant qu’outil technocratique dans de nombreuses arènes de gouvernement. Tout en appuyant les hypothèses pertinentes formulées en son temps par Nancy Fraser et, de manière quelque peu différente, par Joan W. Scott sur la perte de radicalité et la dépolitisation d’un concept critique à l’origine, elle montre aussi comment l’expansion transnationale du genre, même pétrie de rapports de pouvoir, peut devenir le creuset d’une politique féministe nouvelle qui se réapproprie et reformule des héritages critiques selon les contextes nationaux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Brigitte Studer, « Ioana Cîrstocea, La Fin de la femme rouge ? Fabriques transnationales du genre après la chute du Mur »Clio, 57 | 2023, 321‑323.

Référence électronique

Brigitte Studer, « Ioana Cîrstocea, La Fin de la femme rouge ? Fabriques transnationales du genre après la chute du Mur »Clio [En ligne], 57 | 2023, mis en ligne le 01 juin 2023, consulté le 21 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/clio/23918 ; DOI : https://doi.org/10.4000/clio.23918

Haut de page

Auteur

Brigitte Studer

Historisches Institut/Universität Bern

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search