Navigation – Plan du site

AccueilNuméros57Clio a lu « Le genre de la guerre...Erica Fraser, Military Masculinit...

Clio a lu « Le genre de la guerre froide »

Erica Fraser, Military Masculinity and Postwar Recovery in the Soviet Union

Toronto, University of Toronto Press, 2019, 253 p.
Peter Hallama
p. 326-329
Référence(s) :

Erica Fraser, Military Masculinity and Postwar Recovery in the Soviet Union, Toronto, University of Toronto Press, 2019, 253 p.

Texte intégral

1Le lien étroit entre guerre, forces armées et masculinité est un des questionnements majeurs des travaux sur les masculinités depuis les années 1990. Historiquement, le service militaire constitue un aspect important de la citoyenneté et représente aussi une « école » de la masculinité, un moyen de discipliner les jeunes hommes et de les socialiser dans un cadre exclusivement masculin, contribuant à reproduire la domination des hommes sur les femmes. Le concept de masculinité militaire, développé par des chercheurs comme Aaron Belkin, permet d’étudier les perceptions et les pratiques qui octroient une autorité à des individus (masculins) en raison de leur lien avec des institutions et idées militaires.

2Erica L. Fraser l’applique à l’histoire de l’Union soviétique, où les transformations révolutionnaires des rapports de genre et les évolutions au sein de l’Armée rouge – notamment l’inclusion des femmes, y compris dans les missions de combat – ont suscité l’intérêt de nombreux historiens. Elle propose un nouveau cadrage chronologique et une nouvelle approche, en s’intéressant à la période 1945-années 1960, période de paix relative qui reste peu étudiée, comparée à celle de la Seconde Guerre mondiale. Elle est marquée par la démobilisation post-guerre, particulièrement celle des femmes, exclues dans le but de recréer l’armée comme un espace exclusivement masculin. Construit autour de cette problématique, l’ouvrage analyse le lien entre la reconstruction du pays après la guerre, la remasculinisation de l’armée et les tentatives de « remilitariser » les hommes soviétiques. Pour les dirigeants soviétiques et les institutions, reconstruire le pays nécessitait, en effet, un retour à des rapports de genre traditionnels, avec en toile de fond un déséquilibre démographique (74 hommes pour 100 femmes, après 1945). Ils prolongent ainsi la politique familiale stalinienne qui, dès les années 1930, revenait sur certains acquis révolutionnaires, comme le droit à l’avortement ou la mixité scolaire. Il s’agit donc d’une politique qui s’inscrit dans un phénomène plus global : la quête de stabilité via une régulation traditionnelle des rapports de genre après la Seconde Guerre mondiale. Cependant, E. Fraser n’approfondit pas la comparaison entre Est et Ouest.

3Concernant l’approche développée dans l’ouvrage, l’auteure part de la vision « d’en-haut », qui tente de renforcer le modèle de la masculinité militaire. La première partie du livre traite de la politique mise en œuvre par le Ministère de la Défense, le Komsomol (l’organisation de jeunesse communiste) et les institutions d’éducation militaire et paramilitaire. En tant qu’historienne du culturel et du social, E. Fraser complète, dans la deuxième partie, cette approche politique par une analyse des représentations et des pratiques dans la société, car l’objectif de l’ouvrage n’est pas seulement d’analyser « la manière dont les décideurs politiques soviétiques ont tenté de raviver la masculinité militaire », mais également de s’interroger sur les façons dont « garçons et hommes soviétiques ont interprété, suivi et même remodelé ces codes dans leurs récits » (p. 5). Pour cela, elle s’appuie sur une grande diversité de sources, mêlant documents des instances officielles et militaires à des caricatures parues dans le magazine satirique populaire Krokodil, des films et des romans, des volumes de mémoires, etc..

4Cet ambitieux défi nécessite d’aller au-delà d’une analyse des constructions officielles des masculinités militaires, mais également au-delà d’une simple étude des représentations médiatiques ou visuelles des masculinités (jusqu’ici largement dominante dans l’historiographie). Une telle histoire culturelle et sociale des masculinités requiert de croiser différentes perspectives et différents types de sources afin de rendre compte de la complexité, de la pluralité et de la performativité des masculinités militaires dans la société, partiellement retranscrites par E. Fraser dans certains chapitres. Cela est dû, notamment, aux restrictions d’accès aux sources, par exemple les archives militaires, sans lesquelles il est difficile d’approfondir des questions comme l’évitement du service militaire, pourtant un sujet fort intéressant (chapitre 1). Mais aussi à des choix méthodologiques privilégiant, pour prendre l’exemple du chapitre 3, une histoire de la culture et des normes visuelles par rapport à une histoire sociale des masculinités. L’analyse des caricatures est intéressante pour étudier les représentations genrées des militaires occidentaux car elles s’appuient sur des stéréotypes sexistes et misogynes, mais elle ne renseigne toutefois pas sur les représentations, perceptions et attitudes dans la société soviétique. Les parties les plus originales de l’ouvrage sont celles où l’auteure parvient à faire ressortir les pratiques, les processus et les dynamiques autour des renégociations de la masculinité militaire, où elle montre les tentatives d’ériger en modèle des hommes virils et guerriers, mais également des réactions subversives et contestataires. Le chapitre 2, consacré à l’étude des écoles militaires Suvorov, l’illustre. Les deux derniers chapitres, s’intéressant respectivement aux chercheurs en physique nucléaire et aux cosmonautes, montrent d’autres réactions aux modèles de masculinité militaire et des appropriations individuelles ; ils mettent en évidence les bénéfices que les hommes étudiés tirent de ce que Raewyn Connell appelle le « dividende patriarcal » (p. 126). Cependant, si le lien avec l’armée est manifeste, on peut se demander s’il n’aurait pas été plus pertinent d’étudier à ce propos les liens entre masculinité et sciences ou technologie. On peut également regretter qu’aucune étude de cas, dans la deuxième partie de l’ouvrage, n’interroge les appropriations de la masculinité militaire par des hommes plus « ordinaires », par exemple les conscrits.

5Pour finir, l’ouvrage d’Erica L. Fraser est une importante contribution à l’histoire du genre et des masculinités en Union soviétique. En rassemblant différentes études de cas, elle montre de façon convaincante comment l’État, l’armée et la société soviétiques étaient obsédés par une masculinité militaire perçue comme affaiblie à la fin de la Seconde Guerre mondiale, mais pourtant considérée comme essentielle à la reconstruction du pays et à sa défense au début de la guerre froide. C’est par ailleurs un livre très agréable à lire car l’historienne prend soin de s’adresser à tous. Elle maîtrise parfaitement l’historiographie sur le genre et l’histoire culturelle et sociale de l’Union soviétique, sans que les nombreux renvois et références ne gênent la fluidité de la lecture. Même s’il ne propose pas de comparaisons avec d’autres cas nationaux, l’ouvrage est instructif pour tout historien s’intéressant aux questions de genre et de masculinité, notamment lors de la reconstruction des pays européens après la Seconde Guerre mondiale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Peter Hallama, « Erica Fraser, Military Masculinity and Postwar Recovery in the Soviet Union »Clio, 57 | 2023, 326-329.

Référence électronique

Peter Hallama, « Erica Fraser, Military Masculinity and Postwar Recovery in the Soviet Union »Clio [En ligne], 57 | 2023, mis en ligne le 01 juin 2023, consulté le 20 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/clio/23935 ; DOI : https://doi.org/10.4000/clio.23935

Haut de page

Auteur

Peter Hallama

Sorbonne Université

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search