Navigation – Plan du site

AccueilNuméros57Clio a lu « Le genre de la guerre...Christabelle Sethna & Steve Hewit...

Clio a lu « Le genre de la guerre froide »

Christabelle Sethna & Steve Hewitt, Just Watch Us: RCMP surveillance of the Women’s Liberation movement in Cold War Canada

Montréal, McGill-Queen’s University Press, 2018, 318 p.
Ioana Cîrstocea
p. 344-346
Référence(s) :

Christabelle Sethna & Steve Hewitt, Just Watch Us: RCMP surveillance of the Women’s Liberation movement in Cold War Canada, Montréal, McGill-Queen’s University Press, 2018, 318 p.

Texte intégral

1Fruit de la collaboration entre une historienne des femmes, du genre et de la sexualité basée à l’Université d’Ottawa et un spécialiste des études de la sécurité, de l’espionnage et du contre-terrorisme travaillant à l’Université de Birmingham, cet ouvrage se penche sur la surveillance par les services secrets canadiens des groupes luttant pour les droits des femmes dans les années 1960‑1980. Les sources principales de leur recherche sont les documents de renseignement constitués par la Royal Canadian Mounted Police (RCMP), déclassifiés et accessibles sous certaines conditions détaillées en introduction. Les agents de la RCMP observaient de nombreux citoyens et citoyennes : syndicalistes et membres des partis politiques de gauche, gays, lesbiennes et hippies, féministes, nationalistes, étudiants et collégiens engagés dans des mouvements antiracistes, impérialistes et pacifistes étaient pris pour cibles d’un vaste dispositif de collection de renseignements. L’organisme était voué à débusquer et endiguer la subversion communiste, dans une ambiance de tension politique liée aux mouvements de la Nouvelle Gauche et à la guerre froide.

2Au-delà de la base documentaire originale, l’ouvrage offre plusieurs contributions remarquables. Le champ des études de la sécurité, relativement peu développé et récemment constitué, n’avait précédemment pas pris pour objet les activités de surveillance des mouvements pour la libération des femmes, bien que les espaces militants aient été traversés par de nombreuses crispations liées aux interactions avec les services secrets, souvent documentées dans les écrits activistes. Secondement, les deux auteurs entrent dans les coulisses d’une institution agissant au nom de la sécurité de l’État en contexte démocratique occidental et complètent de la sorte les recherches, beaucoup plus nombreuses, consacrées aux mécanismes des États autoritaires est-européens (comme la Stasi), ouvrant ainsi d’intéressantes perspectives comparatives. Leur approche est sensible à la dimension genrée des institutions et leur analyse est intersectionnelle, relevant les soubassements sexistes et l’ethnocentrisme de classe de la police secrète canadienne, dont la codification hiérarchique des relations et des groupes sociaux est un des principaux cadres opératoires. Enfin, s’ils se concentrent sur le cas national canadien, C. Sethna et S. Hewitt relèvent le fonctionnement transnational des institutions de renseignement canadiennes, étatsuniennes et britanniques, qui travaillaient de concert et partageaient non seulement des informations secrètes mais aussi un cadre idéologique désigné dans le livre par le syntagme « prisme teinté de rouge ». Prétendant faire face à une menace communiste sans définition précise, ces services ont déployé des pratiques vouées à l’encadrement des populations contestatrices, qui étaient projetées sur le mode de l’altérité et de la déviance. Elles ont ainsi agi pour protéger le statu quo hétéropatriarcal, la suprématie blanche et l’ordre capitaliste, tout en refoulant les débats sur les causes socio-économiques des troubles politiques.

3Six chapitres composent l’ouvrage. Les deux premiers dressent le cadre général et posent des jalons contextuels autour de l’histoire de la RCMP et de ses services de renseignements (chapitre 1), ainsi que des grandes lignes du mouvement canadien pour la libération des femmes (chapitre 2). La suite est consacrée à deux moments militants emblématiques de ce féminisme. Il s’agit, d’une part, de la Caravane pour l’avortement organisée en 1970, qui a suscité une ample mobilisation et s’est soldée par le dépôt d’un cercueil dans le jardin de la résidence du premier ministre et l’occupation du Parlement (chapitre 3). Le second moment a eu une dimension internationale et date de 1971, lorsque plusieurs centaines de féministes étatsuniennes accueillies par quelques dizaines de Canadiennes (p. 131) se sont rassemblées à Vancouver et Toronto pour rencontrer une délégation indochinoise et débattre sur la perspective d’une coalition contre la guerre au Vietnam (chapitre 4). Le chapitre 5 étudie les évolutions du mouvement canadien pour la libération des femmes après l’enclenchement d’un processus de reconnaissance et d’institutionnalisation d’une partie de ses revendications. Au même moment débutait aussi un processus de transformation de la RCMP, traduite entre autres par l’ouverture du recrutement aux femmes en 1974. Le sixième et dernier chapitre est entièrement réservé à la discussion des enjeux scientifiques et éthiques du travail sur des sources de renseignement déclassifiées.

4La réflexivité méthodologique occupe une large place dans l’ensemble de l’ouvrage et les auteurs interrogent en permanence le statut des documents qui leurs ont été accessibles, pointant le paradoxe de la surabondance de matériaux produits par les services secrets, assortie de la censure systématique au moment de leur communication aux chercheurs, en plus des biais inhérents à la logique même d’archivage par l’institution. Ils discutent également la portée extra-académique de telles recherches, dont les résultats sont susceptibles de dévoiler des aspects intimes et de blesser les sensibilités des personnes concernées, d’où des choix systématiques d’en protéger l’identité. Au-delà de toutes ces considérations éthiques et des limites des matériaux, C. Sethna et S. Hewitt insistent sur le caractère extrêmement précieux des dossiers constitués par les services secrets. En effet, les rapports rédigés par les informateurs sont accompagnés d’annexes qui rassemblent des publications militantes éphémères, pour partie répertoriées nulle part ailleurs, et constituant donc un trésor pour les travaux historiens.

5Comme les auteurs le soulignent, le livre n’est pas tant une histoire du mouvement canadien pour la libération des femmes qu’un « album de collages » (scrapbook) sur l’espionnage institutionnel auquel il a été soumis à un moment historique et dans un cadre géopolitique spécifiques, où la contestation des inégalités de genre a pu être assimilée à une menace à l’encontre du fonctionnement de l’État libéral. Si ce n’est pas le féminisme mais la guerre froide qui intéressait les services secrets (p. 136), les documents qu’ils ont constitués et sur lesquels l’ouvrage s’appuie restituent une abondance de détails sur des groupes de femmes plus ou moins stables, sur leurs pratiques et sur leurs liens avec d’autres mouvements politiques comme le nationalisme, le communisme, le tiers-mondisme, au Canada et à l’international (les références aux mouvements étatsuniens étant les plus présentes). Les auteurs rendent compte des tensions qui traversaient le mouvement féministe et des clivages en termes de race, classe, âge, sexualité, origines nationales et des expériences contrastées rattachées à toutes ces appartenances. Ils expliquent comment des femmes de diverses générations et différemment socialisées investissaient les mobilisations et ils relèvent la difficulté des alliances autour de plateformes politiques unifiées. Pour n’en citer qu’un seul exemple, référons-nous à la question omniprésente de la polarisation entre la contestation du sexisme et celle de l’impérialisme (englobant la dénonciation des alliances de guerre froide avec les États-Unis et celle de la guerre au Vietnam), qui ne cesse de mettre à mal le projet d’une « sororité » utopique et en fait une « promesse brisée » (p. 114 ; p. 136).

6Dans un autre registre, Just Watch Us offre un aperçu très détaillé du modus operandi des services secrets. Il s’agit de leur incompréhension du mode faiblement structuré de fonctionnement des groupes de femmes, de leur stupéfaction devant des acteurs et des actions politiques qui sortaient des représentations sociales genrées familières à la police, mais aussi de pratiques sophistiquées de déstabilisation des contestations politiques, par exemple : recrutement d’informateurs et informatrices parmi les activistes, délégitimation et intimidation des leaders, infiltration des structures organisationnelles, encouragement du factionnalisme, collaborations avec de nombreuses institutions pour la mise sur écoute des bâtiments, la violation du secret de la correspondance, l’enregistrement des conversations téléphoniques. Enfin, l’ouvrage propose une réflexion d’une grande actualité sur l’héritage de ces pratiques dans le cadre d’opérations et de programmes contemporains déployés au nom de l’anti-terrorisme et de l’anti-extrémisme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ioana Cîrstocea, « Christabelle Sethna & Steve Hewitt, Just Watch Us: RCMP surveillance of the Women’s Liberation movement in Cold War Canada »Clio, 57 | 2023, 344-346.

Référence électronique

Ioana Cîrstocea, « Christabelle Sethna & Steve Hewitt, Just Watch Us: RCMP surveillance of the Women’s Liberation movement in Cold War Canada »Clio [En ligne], 57 | 2023, mis en ligne le 01 juin 2023, consulté le 20 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/clio/23994 ; DOI : https://doi.org/10.4000/clio.23994

Haut de page

Auteur

Ioana Cîrstocea

CNRS (CESSP, Paris)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search