Navigation – Plan du site

AccueilNuméros57Compléments en ligne : Clio a luViolaine Sebillotte Cuchet, Artém...

Compléments en ligne : Clio a lu

Violaine Sebillotte Cuchet, Artémise. Une femme capitaine de vaisseaux dans l’Antiquité grecque

Paris, Fayard, 2022
Michel Briand
Référence(s) :

Violaine Sebillotte Cuchet, Artémise. Une femme capitaine de vaisseaux dans l’Antiquité grecque, Paris, Fayard, 2022, 445 p.

Texte intégral

1Artémise, femme puissante. D’Hérodote à Despentes (et retour), tel est le titre qu’on est tenté de donner à l’ouvrage de V. Sebillotte Cuchet, à la fois érudit et engagé, suggestif et rigoureux. Les études de genre, associées de plus en plus aux approches dites postcoloniales, et les études classiques (ou sciences de l’Antiquité), en particulier l’histoire, l’archéologie et l’anthropologie culturelle des mondes anciens, incluant les littératures et l’historiographie anciennes, y dialoguent avec vivacité, pour le plus grand bénéfice des deux parties : ce volume, dont Artémise est l’héroïne éponyme, est un exemple évident de cet enrichissement réciproque. Il s’agit d’une part en effet d’Artémise d’Halicarnasse, qui, selon Hérodote (livres VII et VIII), s’est illustrée en excellente capitaine de vaisseaux : stratège courageuse et efficace, à la bataille de Salamine, au ve siècle av., elle avait dirigé en dynaste (reine et tyran) sa cité, et, à la fois grecque et membre de l’état-major perse, elle combattait pour Xerxès. Mais il est question aussi, plus largement, du pouvoir, capacité d’agir ou agentivité (agency) de certaines femmes, dans le monde grec classique, hellénistique et impérial, y compris des Athéniennes mêmes, au-delà des stéréotypes devenus traditionnels de soumission et minorité permanentes. L’épilogue de l’ouvrage s’ouvre ainsi sur une citation de King Kong Théorie de Virginie Despentes, essai critique et manifeste pour un nouveau féminisme, paru en 2006 : l’ensemble de la réflexion menée à partir d’Artémise I s’intègre en effet dans un vaste projet, riche d’enjeux aussi contemporains sur le rapport entre genre et politique dans l’Antiquité grecque et dans son historiographie, et dont une réalisation très utile, par exemple, est la base de données Eurykleia (https://eurykleia.hypotheses.org).

2En décrivant la figure remarquable et paradoxale, voire impossible pour certains, d’une femme grecque dotée de pouvoir, intégrée dans une perspective historique, mythologique, culturelle élargie, il s’agit de mettre en scène et en crise les discours classiques, en particulier athéniens, puis modernes et contemporains, sur ce que peuvent recouvrir en Grèce ancienne et dans l’histoire des études sur la Grèce ancienne les notions de politique, démocratie, citoyenneté, tyrannie, sexe et genre, mariage, et les binarités comme masculin/féminin, Grec/Barbare, libre/esclave, courage/lâcheté, voire humain/animal ou encore histoire/fiction mémorielle. Cette observation critique, dans un style vivant et clair, ne se limite jamais à des généralités non argumentées et documentées : s’il y a de l’anachronisme, il est raisonné, dans les termes de Nicole Loraux, dont les travaux sur la dialectique de la citoyenneté et des rapports de genre à Athènes trouvent d’ailleurs ici un beau prolongement. L’analyse historique et culturelle se fonde sur l’observation précise de textes, dont la pragmatique pourrait être parfois plus étudiée, mais qui sont vivement mis en dialogue (Hérodote, bien sûr, d’ailleurs concitoyen d’Artémise, mais aussi Homère, Sémonide, Eschyle et Euripide, Aristophane, Thucydide, Démosthène et Eschine, Platon, Aristote et Xénophon, Hippocrate, Arrien, Vitruve et Cicéron, Diodore de Sicile, Pausanias et Plutarque). De même pour l’étude d’une iconographie variée, relative par exemple aux Amazones et à Pandore, ainsi qu’à Artémise II, épouse de Mausole et cheffe de guerre (en particulier le mausolée d’Halicarnasse, ive siècle av. J.-C. et ses statues honorifiques), démontrant encore la popularité d’Artémise I, dès l’Antiquité. L’interprétation des données épigraphiques joue aussi son rôle, par exemple dans le dernier chapitre, rendant visibles à nouveau les « femmes en fonction dans les cités grecques » et « des Athéniennes aux commandes », malgré leur exclusion ancienne de la citoyenneté politique, au sens étroit.

3Après une introduction (Pour une histoire mixte) présentant les enjeux épistémologiques de l’étude, le chapitre I (L’Artémise d’Hérodote, p. 37-97) s’intéresse à la construction d’un héroïsme féminin, à la fois grec et barbare, en l’occurrence gréco-carien, par l’enquête hérodotéenne, repris par Artémise II, puis exclu de l’Histoire, surtout par Plutarque et toute une historiographie moderne, à travers une essentialisation du féminin et du barbare. Les chapitres II (La nouvelle Amazone, p. 103-145) et III (Artémis, une femme ordinaire, p. 153-201) rapprochent Artémise I, à la fois grande combattante et femme ordinaire, de figures mythologiques ou historiques comparables, d’une part les Amazones, combattantes légitimes, dès l’épopée homérique, et propices à une problématisation moderne de la notion même de matriarcat, ou illégitimes, notamment du point de vue athénien, par exemple à travers la figure de Thésée, guerrier et ravisseur ; d’autre part des personnalités typiques d’identités de genre variables et des rapports de domination troubles ou réprouvés, comme les Scythes et Sauromates, ou encore, autrement, Pandore, les « androgynes », ou enfin Mania, gouverneure de Dardanos (Xénophon, Helléniques III). La notion d’andreia appliquée à des femmes, bien repérée ici, mériterait peut-être d’être plus problématisée et historicisée encore, d’un point de vue sémantique et éthique, l’emploi du terme dans le Banquet de Xénophon étant par exemple un repère, voire un moment de bascule intéressant. Suivant une perspective plus directement historique et sous l’égide d’E. Saïd, à propos de l’orientalisme, les deux derniers chapitres, IV (Artémise, une Grecque de Carie, p. 207-266) et V (Les compagnes d’Artémise. Dynastes et citoyennes des cités grecques, p. 272-345) se concentrent sur Halicarnasse comme un middle-ground gréco-carien où se mixent langues, cultures et populations, puis, surtout, sur l’agentivité féminine dans les systèmes dynastiques et diverses magistratures, d’abord chez les Lygdamides (Artémise I) et Hécatomnides (Artémise II) de Carie, en particulier dans les cités grecques d’époque post-classique, comme Ada, nommée satrape de Carie par Alexandre, et enfin, last but not least, car en contradiction avec des préjugés issus des discours dominants à Athènes sur la colonisation et les femmes, parmi les Athéniennes. Ces observations élargissent l’espace du politique au-delà des pouvoirs réservés aux hommes citoyens dans les domaines religieux, judiciaire et économique par exemple, où les Athéniennes, maîtresses de maison et d’esclaves ou prêtresses, exercent une autorité supérieure à ce que l’histoire leur attribue souvent. Ce parcours est complété par des notes nombreuses (p. 351-386), une bibliographie riche (p. 387-423), un lexique grec-français et un index des auteurs et personnages antiques, auxquels on pourrait ajouter des lieux et notions. Le travail d’édition est de qualité : les coquilles sont très rares.

4Cette enquête d’histoire ancienne, croisée avec d’autres champs disciplinaires, s’adresse à un public susceptible d’être intéressé par tout ce que dont Artémise peut être l’emblème, sans doute plus nombreux que pour une monographie savante, ce qu’est aussi ce livre. À partir d’une figure singulière, a priori exceptionnelle, l’autrice rend visible tout un peuple de « sœurs » actives, dotées de prestige et pouvoir, dans une perspective féministe, voire intersectionnelle qui, loin d’affaiblir la méthode historique, l’enrichit, en la rendant plus réflexive. Cette enquête salutaire propose un double décentrement, par l’Antiquité pour nos contemporain·e·s, et par les questions de genre pour les spécialistes de l’Antiquité, et des deux côtés, par une Antiquité grecque polyphonique, transculturelle, multilingue et traversée de dynamiques et tensions où des femmes ont pu et su jouer un rôle crucial.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Briand, « Violaine Sebillotte Cuchet, Artémise. Une femme capitaine de vaisseaux dans l’Antiquité grecque »Clio [En ligne], 57 | 2023, mis en ligne le 01 juin 2023, consulté le 20 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/clio/24058 ; DOI : https://doi.org/10.4000/clio.24058

Haut de page

Auteur

Michel Briand

Université de Poitiers/UR 15076 FoReLLIS

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search