Navigation – Plan du site

AccueilNuméros57Compléments en ligne : Clio a luÉlodie Serna, Faire et défaire la...

Compléments en ligne : Clio a lu

Élodie Serna, Faire et défaire la virilité. Les stérilisations masculines volontaires en Europe (1919-1939)

Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2021
Emma Tillich
Référence(s) :

Élodie Serna, Faire et défaire la virilité. Les stérilisations masculines volontaires en Europe (1919-1939), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2021, 308 p.

Texte intégral

1L’ouvrage d’Élodie Serna porte sur l’histoire des stérilisations masculines volontaires en Europe dans l’entre-deux-guerres (1919-1939). Souvent assimilée à une castration, la stérilisation a parfois au contraire été utilisée pour régénérer la virilité. Promue par les milieux eugénistes, elle a aussi été envisagée comme instrument de l’autonomie reproductive des couples. Ces contradictions sont articulées en deux dimensions d’analyse : premièrement l’étude de ces « multiples conceptions contemporaines du corps, du genre et du rôle des hommes dans la reproduction » (p. 9), et deuxièmement l’examen du corps des hommes comme « lieu de confrontation […] entre injonctions sociales et aspirations individuelles » (p. 9). C’est là l’intérêt majeur de l’ouvrage : faire l’histoire d’une pratique qui pourrait paraître très circonscrite historiquement voire anecdotique, à l’aune d’enjeux centraux et actuels des sciences humaines, ceux de la construction sociale du genre mais aussi ceux de la liberté reproductive et du partage genré des tâches contraceptives. L’analyse s’appuie sur des sources variées, réparties dans neuf pays européens – avant tout la France, la Grande-Bretagne, l’Autriche et l’Espagne. Des publications scientifiques, des archives associatives, institutionnelles ou judiciaires, la presse écrite et des fonds privés de figures anarchistes constituent la majorité du corpus.

2La première partie de l’ouvrage développe les différentes narrations scientifiques ou profanes relatives aux opérations de modification sexuelle masculine. Un premier chapitre porte sur la production des savoirs occidentaux, anthropologiques ou médicaux autour des rares cas d’eunuchisme subsistant encore au xxe siècle, par exemple dans l’Empire chinois ou ottoman, ou encore en Russie impériale (secte des Skoptzy). Loin d’être les simples avatars d’un bestiaire scientifique désignant l’altérité culturelle, ces cas d’eunuchisme servent de (contre)- modèles à une nouvelle grammaire endocrinologique de la sexuation qui théorise le sperme comme producteur d’énergie et source de virilité. Sur cette base est élaborée une série d’expériences de chirurgies sexuelles dans les années 1920, dont la greffe testiculaire de Voronoff et la vasectomie de Steinach, largement diffusée dans le but de traiter la vieillesse, mais aussi l’homosexualité.

3La deuxième partie retrace la promotion de la vasectomie par les milieux eugénistes. L’auteure étudie divers projets ayant eu en commun d’utiliser la rhétorique des « droits et libertés individuelles » pour « promouvoir la stérilisation comme moyen d’ingénierie sociale » (p. 105). La Société britannique d’eugénisme encourage, par exemple, entre 1928 et 1938, la stérilisation contraceptive des hommes des classes populaires. Cet apparent libéralisme est en fait une « concession stratégique » visant à rendre accessible « les corps des hommes de l’underclass » (p. 128), dont l’accès est plus « compliqué culturellement » que celui des femmes, faisant ainsi entrer dans les mœurs « l’égale soumission [des deux sexes] aux intérêts de l’Empire » (p. 128). Des mouvements en apparence plus « libéraux » firent eux aussi la promotion de la vasectomie eugéniste, comme la Ligue Mondiale pour la Réforme Sexuelle, qui constitue un « espace de rencontre propice à la diffusion des multiples usages de la stérilisation masculine » (p. 129), qui plus est international. Le congrès de Vienne de cette Ligue, en septembre 1930, constitue « un moment-clé » du récit dressé par l’auteure, en ce que s’y conjuguent « les trois aspects de la vasectomie, thérapeutique, eugénique et anticonceptionnel » (p. 135). Le mouvement anarchiste est lui aussi tenté par la stérilisation eugénique. Il dispose de ses propres réseaux et références philosophiques, mais aussi de sa propre stigmatisation : des hommes pauvres violents et alcooliques aux antipodes d’une virile et active maîtrise d’eux-mêmes.

4La troisième partie traite des vasectomies clandestines. Elle interroge l’appropriation de cette pratique par les hommes, en particulier ouvriers. L’auteure suit la trace des affaires judiciaires autour des réseaux clandestins de vasectomie en Autriche (1927-1934), Espagne (1932-1935) et France (1934-1938). Ces affaires signent « le passage d’une technique médicale à une pratique militante » de la vasectomie effectuée au domicile d’ouvriers par des médecins ou des profanes formés à la technique. Réprimée en Autriche et en France, peu diffusée en Espagne, la pratique ne connaît pas le succès escompté par ses promoteurs. Si le nombre de cas de stérilisations masculines paraît difficile à chiffrer, la technique connaît une petite diffusion dans les milieux anarchistes et ouvriers, probablement en lien avec une « demande sociale » autour de la régulation des naissances. Elle fut également interprétée par des militants qui rejettent la paternité ou les attaches familiales, comme permettant une « dissociation entre virilité et paternité au bénéfice de l’action » (p. 259). Tout eugénisme n’était par ailleurs pas absent de ces usages clandestins de la vasectomie, comme en témoignent affiches et tracts culpabilisant fortement les hommes des classes populaires ne contrôlant pas les naissances (p. 203). La condamnation et le stigmate de dévirilisation contrastent avec l’acceptation des vasectomies « thérapeutiques » : c’est bien le caractère contraceptif et autonome de la pratique qui posait problème.

5En plus d’écrire l’histoire inédite des vasectomies européennes sous l’angle du genre, cet ouvrage est une contribution importante à l’histoire de l’eugénisme, dans la lignée des travaux sur les continuités entre eugénisme « libéral » et autoritaire (voir notamment Paul-André Rosental, Destins de l'eugénisme, Paris, Seuil, 2016). Si la perspective transnationale paraît parfaitement adaptée à l’objet, elle rend cependant le récit historique très foisonnant et la portée de certaines analyses difficile à circonscrire – notamment dans la troisième partie de l’ouvrage où il n’est pas facile de distinguer les analyses valant pour un contexte spécifique (Autriche, Espagne, France) de celles qui valent plus largement (les trois pays, voire l’Europe entière ?). Le contexte européen répressif à l’égard des stérilisations n’est également présenté qu’en conclusion.

6Enfin, les discussions théoriques sur la virilité et le genre paraissent avoir été difficiles à insérer dans le corps de l’ouvrage. Elles sont resserrées en conclusion, mais très stimulantes : elles réalisent une ingénieuse traduction historienne du modèle sociologique des masculinités de R. Connell. Ce modèle qui lie position sociale et sexuelle permet en effet également d’envisager la dynamique historique des formes de masculinité en rapport avec celle des hiérarchies sociales. Élodie Serna théorise la virilité comme une gratification sociale « accordée en échange du partage [d’un projet d’organisation sociale], et [qui] peut-être récusée si elle le met en péril » (p. 273). C’est bien cela qui explique la variabilité des significations genrées accordées à une même pratique – des Skoptzy dévirilisés pour leur adhésion à un modèle de masculinité religieux dépassé dans la nouvelle Russie soviétique, aux « steinachisés » autrichiens conçus comme plus virils pour leur adhésion à un modèle de corporéité masculine technologisée, en passant par les usagers ouvriers de la vasectomie contraceptive, à la fois valorisés comme figures masculines responsables par les milieux eugénistes, et dévirilisés si leur vasectomie a eu lieu de manière clandestine en lien avec les réseaux anarchistes. Ainsi interprété, le modèle de Connell devient un outil particulièrement heuristique pour l’histoire sociale du genre. L’ouvrage une fois refermé, il reste cependant une curiosité : quelle pourrait être l’hystérèse de ces pratiques et représentations passées sur les imaginaires sociaux actuels ? Les vasectomies « revirilisantes » de Steinach trouveraient-elles par exemple de lointains équivalents dans l’ascétisme sexuel de certains masculinistes – le substrat représentationnel commun de ces pratiques étant de concevoir la virilité comme une substance susceptible d’être perdue par le corps masculin, et devant de ce fait faire l’objet de rétention comme le montre Mélanie Gourarier dans Alpha Mâle, Séduire les femmes pour s’apprécier entre hommes (Paris, Seuil, 2017, p. 189‑202) ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emma Tillich, « Élodie Serna, Faire et défaire la virilité. Les stérilisations masculines volontaires en Europe (1919-1939) »Clio [En ligne], 57 | 2023, mis en ligne le 01 juin 2023, consulté le 20 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/clio/24088 ; DOI : https://doi.org/10.4000/clio.24088

Haut de page

Auteur

Emma Tillich

EHESS/Université de Laval

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search