Navigation – Plan du site

AccueilNuméros en texte intégral22Dossier : Les juristes en voyageu...Laboulaye et Kachenovsky et la fa...

Dossier : Les juristes en voyageurs. Ce que les circulations humaines font aux savoirs juridiques (xvie-xxe siècle)

Laboulaye et Kachenovsky et la fabrique du droit international : voyages, réseaux, circulation des savoirs juridiques

Raphaël Cahen

Résumés

Laboulaye (1811-1883) et Kachenovsky (1827-1872) ont l’un comme l’autre parcouru l’Europe en tant que juristes en voyageurs dans les années 1840-1870. Ils ont forgé des réseaux et participé à la circulation des savoirs en jouant le rôle d’intermédiaire entre les juristes internationalistes au moment de la fabrique du droit international dans les années qui précédent la fondation de l’Institut de Droit International. Cet article met en lumière à travers des archives inédites la géographie des voyages des juristes internationalistes ainsi que le rôle particulier de Laboulaye en tant que hub parisien de juristes en voyageurs.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Lettre citée dans O. Motte, Lettres inédites de juristes français du xixe siècle conservées dans le (...)

Il me faut l’agitation des voyages, ou des affaires pour que j’oublie de tristes souvenirs, en attendant que la main du temps efface peu à peu des impressions trop pénibles pour me permettre d’être jamais heureux.
Laboulaye à Bluntschli, le 2 août 18421

Introduction

  • 2 Un grand nombre de ces réseaux de correspondance ont été publiés. Dans les cas de juristes allemand (...)
  • 3 Voir M. Jottrand, « Les bourses de voyages de l’État, un instrument de circulation des savoirs juri (...)
  • 4 Voir l’introduction de ce dossier par Laetitia Guerlain et Luisa Brunori sur les juristes en voyage (...)
  • 5 GSTA, I. HA Rep 77. 6 lut K 100, Note secrète Paris 1 nov. 1834. Voyage de Klüber à Paris.
  • 6 Sur la célèbre mission de Boissonade au Japon voir Y. Okubo, « Gustave Boissonade, père français du (...)
  • 7 Voir notamment sur la première mission allemande de Georges Blondel, O. Motte, « Le voyage d’Allema (...)
  • 8 Sur la participation des juristes aux divers congrès de la paix dans les années 1840-1850, voir W. (...)

1Les juristes ont beaucoup voyagé pendant le xixe siècle et ils ont entretenu des correspondances soutenues entre eux. En témoignent, les réseaux de Carl Joseph Anton Mittermaier (1787-1867), de Francis Lieber (1800-1872) ou encore de Joseph-Marie Portalis (1778-1858)2. Plusieurs types de voyages ont été entrepris par les juristes entre 1815 et 1914. Notamment, les voyages d’études avec des bourses institutionnalisées surtout dans la seconde moitié du xixe siècle3. D’autres voyages, à l’image de ceux des romanistes, avaient pour objet la recherche de nouvelles sources4. De même des internationalistes comme Johann Ludwig Klüber (1762-1837) se rendent à Paris en 1834 pour étudier les sources diplomatiques5. Des juristes vont également entreprendre des voyages de longue durée dans le cadre de coopérations internationales et de conseils à des gouvernements6. Par ailleurs, les académies, les ministères ou même les universités vont envoyer des juristes dans le cadre de mission scientifique7. Enfin, les juristes participent à des congrès, à des réunions d’associations ou de lobbys8.

  • 9 C. A. Baily, La naissance du monde moderne 1780-1914, Paris, Les Éditions de l’atelier, 2007 ; J. O (...)
  • 10 S. Venayre, Panorama du voyage, 1780-1920 : mots, figures, pratiques, Paris, Les Belles Lettres, 20 (...)

2Le xixe siècle apparaît certes comme le moment de la formation des États-nations mais c’est également un siècle d’internationalisation et d’intensification de la mondialisation et des échanges commerciaux, culturels et scientifiques9. Les progrès techniques et la révolution industrielle vont permettre de réduire considérablement les temps de trajets. Ainsi, alors qu’à l’époque du système des congrès du premier moment du concert européen des puissances (1815-1823), les diplomates et les conseillers juridiques se déplacent encore souvent en diligences (moins rapides que les malles postes) et effectuent les trajets Paris-Vienne ou Paris-Madrid en une dizaine de jours (avec des étapes souvent longues), le temps de trajet se réduit considérablement vers les années 1840 par le biais du développement des chemins de fer et l’augmentation des cadences des malles postes10. Cela va bien évidemment faciliter les voyages d’Édouard Laboulaye (1811-1883) et de Dmitri Ivanovitch Kachenovsky (1827-1872) entre 1840 et 1869, principalement en Allemagne, en France, en Espagne et en Grande-Bretagne, lesquels seront l’objet de cette étude.

  • 11 Clio@Themis, 18 [Histoire du droit international, dir. R. Cahen, F. Dhondt, E. Fiocchi-Malaspina], (...)
  • 12 Constructing International Law. The Birth of a Discipline, dir. L. Nuzzo, M. Vec, Francfort-sur-le- (...)
  • 13 M. Koskenniemi, The Gentle Civilizer of Nations. The Rise and Fall of International Law 1870-1960, (...)
  • 14 A. Becker Lorca, Mestizo International Law, A Global Intellectual History 1842-1933, Cambridge, CUP (...)
  • 15 Profession, juristes internationalistes ?, dir. D. Kévonian, P. Rygiel, Monde(s), 7/1, 2015 ; M. Ko (...)

3Cette recherche sur les voyages de Laboulaye et Kachenovsky et la fabrique du droit international s’inscrit également dans le cadre du renouveau des études sur l’histoire du droit international lequel connait un essor historiographique majeur dans le monde mais plus relatif en France11. En effet, ce sont principalement les années 1869-1873 qui apparaissent comme un moment fondateur dans l’autonomisation du droit international en tant que discipline académique avec l’émergence de la Revue de droit international et de législation comparée et celle de deux sociétés scientifiques dédiées au droit international l’Institut de Droit International et l’Association pour la réforme et la codification du droit des gens (aujourd’hui International Law Association)12. The Gentle Civilizer of nations de Martti Koskenniemi étudie la période 1870-1960 de même que l’étude de Vincent Génin sur Le laboratoire belge du droit international. Une communauté épistémique et internationale de juristes (1869-1914)13. À l’inverse la période antérieure de 1815 à 1869 a été beaucoup moins étudiée. Même si des travaux existent également dans une perspective d’histoire globale à l’image du Mestizo International Law d’Arnulf Becker Lorca concentré sur les interconnexions et la circulation des savoirs entre l’Amérique du sud, les États-Unis et l’Europe ou encore le Rage for Order de Lauren Benton and Lisa Ford qui traite surtout de l’Empire britannique14. De plus, plusieurs chercheurs se sont récemment prononcés en faveur d’une histoire sociale et culturelle du droit international centrée sur les acteurs15. Or justement l’étude de juristes en voyageurs dans le cadre d’une histoire sociale et culturelle des savoirs juridiques entre 1840-1870 peut permettre d’apporter quelques lumières sur les activités professionnelles des juristes internationalistes.

  • 16 Un versement de 49 cartons (dont 27 sur Édouard de Laboulaye) a été effectué le 25 octobre 2019 aux (...)
  • 17 Jusqu’ici uniquement Pierre Legendre, Walter D. Gray, André Dauteribes et Olivier Motte.
  • 18 P. Legendre, « Méditation sur l’esprit libéral. La leçon d’Édouard Laboulaye, Juriste-témoin », Rev (...)
  • 19 Comme indiqué dans la note 15, l’inventaire du 25 octobre 2019 fait état de 27 cartons pour Laboula (...)
  • 20 W. D. Gray, Interpreting American Democracy in France : The Career of Edouard Laboulaye, Newark, Un (...)
  • 21 O. Motte, Lettres inédites…, op. cit., t. 2, p. 1045.

4C’est en parcourant les archives par le biais de mon projet d’habilitation à diriger des recherches sur le « droit international au ministère des Affaires étrangères (1793-1939) : socio histoire des juristes internationalistes » que j’ai découvert le fonds de la famille Laboulaye déposé en octobre 2019 aux Archives nationales16. Ce fonds est en grande partie inédit puisqu’il n’a été utilisé que partiellement par quatre chercheurs17. Par ailleurs, quelques lettres de ce fonds ont déjà été publiées notamment par Pierre Legendre, Olivier Motte et André Dauteribes18. Du fait d’un manque de temps et des conditions sanitaires en 2020-2022, il n’a pas été possible de terminer le dépouillement des 27 cartons d’archives contenant une vaste correspondance de plusieurs milliers de lettres reçues en français, anglais, allemand, italien, hongrois, grec, russe et espagnol provenant de centaines de correspondants dont un grand nombre de juristes19. C’est l’équivalent d’un point de vue quantitatif avec deux autres juristes du xixe siècle connus pour leur relation épistolaire, Carl Joseph Anton Mittermaier et Francis Lieber à qui Laboulaye a beaucoup écrit20. Comme le notait déjà Oliver Motte : « la correspondance de Laboulaye a été véritablement immense… laissant sans aucun doute, et de très loin, l’échange épistolaire le plus riche et le plus vivant de tous les juristes de son temps »21.

  • 22 A. Dauteribes, Les idées politiques d’Édouard Laboulaye (1811-1883), passim ; S. W. Sawyer, « Édoua (...)
  • 23 J.-L. Halpérin, « Laboulaye, historien du droit et/ou comparatiste », Revue internationale de droit (...)
  • 24 V. E. Grabar, The History of International Law in Russia 1647-1917, trad. W. E. Butler, Oxford, Cla (...)

5Il faut aussi rappeler que les liens entre Laboulaye et l’internationaliste Kachenovsky n’ont pas encore fait l’objet d’une recherche. De même dans la vaste bibliographie sur Laboulaye, les historiens ont plutôt souligné ses voyages en Allemagne (en oubliant les autres pays européens où il s’est rendu), son interprétation libérale de l’école historique du droit, son enseignement au sein du Collège de France, son implication dans la Société de législation comparée ou encore son admiration pour les États-Unis (pays qu’il n’a jamais visité du fait de ses douleurs oculaires)22. En revanche, aucune étude ne s’est penchée sur sa contribution à la fabrique du droit international. Et on va le voir, tout en étant plutôt historien du droit et comparatiste, Laboulaye a participé à la naissance de la discipline du droit international dans les années 1840-1870 par le biais notamment de ses voyages et de ses réseaux23. De plus, même si Kachenovsky n’est plus un inconnu pour l’histoire du droit international grâce aux récents travaux de William Butler, Lauri Mälksoo, Irina Protsenko et Kostantyn Savchuk, il demeure peu étudié et ses voyages en France, en Allemagne, en Grande-Bretagne et en Espagne n’ont pas encore fait l’objet d’une étude spécifique24.

6D’où l’importance de commencer par un rappel biographique sur la vie et l’œuvre de Kachenovsky avant de retracer les premiers voyages de Laboulaye dans les années 1840 (I). Dans une seconde partie, je vais m’intéresser au phénomène de la visite à Laboulaye lequel devient un véritable Hub de juristes en voyageurs qui accourent pour rencontrer à Paris et à Versailles, le membre de l’Académie des Inscriptions et Belles lettres (1845), l’éditeur de revues et le professeur au Collège de France (II). Enfin la dernière partie sera consacrée à la fabrique du droit international dans les années 1850-1860 à travers les voyages de Kachenovsky en Europe et le rôle d’intermédiaire que jouait Laboulaye vis-à-vis des juristes-internationalistes (III).

I. Kachenovsky et Laboulaye : juristes et voyageurs

  • 25 Sur le concept d’ « intermédiarité » et les « brokers » ou « connecteurs » au sein d’un groupe ou d (...)

7Les liens entre Laboulaye et Kachenovsky n’ont pas été aussi soutenus et intenses que ceux que Laboulaye a pu entretenir avec Johann Caspar Bluntschli (1808-1881) et Francis Lieber, on va le voir. Pour autant, il est pertinent d’étudier ces deux juristes ensemble car ils ont l’un comme l’autre joué un rôle clef en tant que « connecteur » dans la fabrique du droit international à travers leurs voyages et leurs réseaux, Kachenovsky en tant que précurseur de l’institutionnalisation du droit international (A) et Laboulaye notamment en tant que juriste voyageur (B)25.

A. Dmitri Ivanovich Kachenovsky précurseur de l’institutionnalisation du droit international

  • 26 Il y a une pluralité de manières d’écrire son nom de famille ce qui se retrouve aussi dans les sour (...)
  • 27 Ibidem, p. 21.
  • 28 Ibid., p. 19-21 ; V.E. Grabar, The History of International Law in Russia…, op. cit., p. 280-300.
  • 29 W. Butler, « On the Life and Works… », op. cit., p. 22 ; O. Tarasov, « Fragments from the 1844 Step (...)
  • 30 W. Butler, « On the Life and Works… », op. cit., p. 21.
  • 31 Ibid., p. 22.
  • 32 Ibid., p. 22.
  • 33 Ibid., p. 23-24.
  • 34 Ibid., p. 25-27.

8Kachenovsky est né à Karatchev dans l’oblast de Briansk, c’est-à-dire au Sud-ouest de l’Actuel Russie non loin de l’Ukraine et de la Biélorussie26. Il est un lointain parent du professeur de Moscou et ancien secrétaire du comte Razumovsky, Mikhail Trofimovitch Kachenovsky (1775-1842)27. Après avoir obtenu son baccalauréat à 15 ans, il s’inscrit à la faculté de droit de Kharkiv en 1842. Le jeune surdoué a eu la chance de pouvoir profiter d’un environnement scientifique particulier puisque le droit international a été enseigné très tôt dans l’Empire russe28. En effet, il a très certainement pu suivre le cours de Tykhon Fedorovich Stepanov (1795-1847) dont le manuscrit du cours vient d’être retrouvé et traduit en anglais29. En 1848, alors qu’il vient de terminer ses études, une pétition avait été lancée pour qu’il devienne professeur assistant de la chaire du droit des gens avant même la soutenance de son mémoire de fin d’études30. La pétition fut rejetée et c’est seulement en 1849, après avoir soutenu sa thèse de master sur le droit maritime international qu’il fut nommé31. Dans les années 1850, il enseigne en plus du droit des gens, un cours sur les institutions de l’État. Professeur très apprécié de ses étudiants, il a soutenu une thèse de doctorat en 1855 à l’Université de Moscou32. À la suite d’un premier voyage en Europe de l’Ouest, il est nommé professeur ordinaire à la chaire de droit international en 1859 mais il enseigne également le droit constitutionnel comparé33. Dans les années 1860, il voyage de nouveau régulièrement et il sera même élu doyen de la faculté de droit en 1870 avant de démissionner en septembre 1872 du fait de son état de santé34.

  • 35 D. I. Kachenosky, Курс международного права [cours de droit international], Kharkiv, 1863-1866, voi (...)
  • 36 Cité par W. Butler, « On the Life and Works… », op. cit., p. 29.
  • 37 R. Cahen, « L’Académie des sciences morales et politiques et le droit international (1832-1914) », (...)
  • 38 F. Laurent, Histoire du droit des gens et des relations internationales, Gand, L. Hebbelynck, 1850, (...)
  • 39 W. Butler, « On the Life and Works… », op. cit., p. 29-33 ; A. de Middendorff, Compte rendu de l’Ac (...)
  • 40 Allgemeine Zeitung, 349, 15 dec. 1855, p. 5578-5579.
  • 41 D. Katchenovsky, Prize Law, particularly with reference to the duties and obligations of belligeren (...)
  • 42 Voir notamment C. de Boeck, De la propriété privée ennemie sous pavillon ennemie, Paris, Durand et (...)
  • 43 D. Katchenovsky, Daniel Webster : étude biographique, Bruxelles, Ferdinand Claassen, 1858.
  • 44 Ibid., préface.

9Kachenovsky a peu publié. Ses cours de droit international n’ont pas été traduits35. Et la troisième partie du cours qui portait sur la doctrine contemporaine n’a jamais été publiée. Selon son successeur à l’Université de Kharkiv, Vsevolod Pievich Danevksy (1852-1898), Kachenovsky était « un admirateur de l’école française »36. Il est vrai qu’un certain nombre de juristes français avaient publié sur la question du droit maritime et un concours avait même été organisé par l’Académie des sciences morales et politiques sur « Les origines, les variations et les progrès du droit maritime international » en 1856-185937. Par ailleurs, il aurait été aussi grandement influencé par Francois Laurent et son Histoire du droit des gens et des relations internationales38. Sa thèse de 1855 intitulée Des croiseurs et de la procédure contre les prises, au point de vue du commerce neutre portait comme son mémoire sur le droit maritime international39. Christian Friedrich Wurm (1803-1859) rédigea un compte rendu très favorable dans le Allgemeine Zeitung en 185540. En 1867, le livre a été publié en anglais par Frédéric Thomas Pratt (1799-1868) avocat et auteur de plusieurs ouvrages sur le droit maritime41. Bien évidemment la traduction a facilité la diffusion des idées de Kachenosky en Europe dans les années 1870-188042. Par ailleurs, à l’image de Laboulaye, Kachenovsky a vivement été intéressé par les États-Unis d’Amérique, et il a publié une biographie de Daniel Webster (1782-1852)43. Dans sa préface, datée de Londres, le 10 juillet 1858, il rappelle que « l’Europe s’intéresse plus que jamais aux États-Unis » et que « dans la collection des œuvres de Webster… on y trouve plusieurs documents sur les principales questions du droit international débattues entre les États-Unis et l’Europe »44. Moins prolifique que Laboulaye, Kachenovsky a aussi publié un ouvrage comparatiste sur les sciences politiques et il partageait sa vision libérale de la société ainsi que son goût pour les voyages.

B. Laboulaye en juriste voyageur

  • 45 Lettre de Strasbourg le 2 juillet 1858 de Georges Schützenberger (1799-1859), AN Fonds Laboulaye 79 (...)
  • 46 E. Laboulaye, Souvenirs d’un voyageur. Nouvelles, Paris, Hachette, 1858. Seule la dernière nouvelle (...)
  • 47 Lettre de Warnkönig à Laboulaye, de Stuttgart, août 1859, AN Fonds Laboulaye 796AP/17, dossier 10, (...)
  • 48 W. D. Gray, Interpreting American Democracy…, op. cit., p. 55. La municipalité de Belgrade lui écri (...)
  • 49 À l’exception de O. Motte, Lettres inédites…, op. cit., passim.

10En juillet 1858, un correspondant écrit malicieusement à Laboulaye de Strasbourg : « Mon bien cher ami, allez en Allemagne, en Suisse, en Italie, à New York ou en Chine mais passez par Strasbourg et arrêtez-vous le plus longtemps possible »45. Auteur du recueil de nouvelles Souvenirs d’un voyageur, Laboulaye a beaucoup voyagé surtout dans l’espace germanophone en Allemagne, en Suisse, en Autriche où il voyage quasiment chaque année entre 1840 et 1858 mais également en Belgique, en Italie, ou encore en Espagne46. Cependant Laboulaye voyage moins entre 1858 et 1881 ce que note Leopold August Warnkönig (1794-1866) déjà dans une lettre envoyée de Stuttgart en août 1859 dans laquelle il relate ses entretiens avec Bluntschli et où il regrette que Laboulaye « ne passera pas le Rhin cette année »47. Et même si les sollicitations étaient nombreuses surtout dans les années 1860 et les années 1870, Laboulaye n’a jamais voyagé ni en Amérique ni même en Angleterre48. Par ailleurs, le détail des voyages de Laboulaye ne sont pas bien connus et n’ont pas vraiment été étudiés dans les études consacrées au professeur du Collège de France49.

  • 50 A. Dauteribes, « Les relations entre juristes européens… », op. cit., p. 162, 180-181.
  • 51 GSTA, III HA II, 5562, Note remise à son excellence M. le ministre de Prusse par M. Pardessus ; J.- (...)
  • 52 O. Motte, Lettres inédites…, op. cit., t. 1, p. 44-47 ; O. Motte, Savigny et la France, Berne, P. L (...)
  • 53 Ibid., p. 12-19 ; A.-S. Chambost, « Une controverse au long cours : la réforme du concours et des é (...)
  • 54 O. Motte, Lettres inédites…, op. cit., t. 2, p 1654-1659 ; C. Vergé, Rapport à M. le ministre de l’ (...)
  • 55 Laboulaye à Bluntschli, le 16 février 1841, « en parcourant les universités d’Allemagne, j’ai trouv (...)
  • 56 Laboulaye à Mittermaier d’Heidelberg le 29 juin 1840, « C’est pour moi un vif chagrin, Monsieur, de (...)
  • 57 E. Laboulaye, Essai sur la vie et les doctrines de Frédéric Charles de Savigny, Paris, Durand, Leip (...)
  • 58 E. Laboulaye, « Quelques réflexions sur l’enseignement du droit en France », RLJ, 11/3, 1845, p. 35 (...)
  • 59 Textes du diplôme de l’Université Tübingen délivré à E. Laboulaye, RLJ, 11/3, 1845, p. 431.

11En tout cas, le premier voyage de Laboulaye en Allemagne de juin à septembre 1840 avait le caractère d’une mission semi-officielle par le biais du ministre Victor Cousin (1792-1867) lequel avait lui-même passé l’été précédent en Allemagne50. Laboulaye bénéficia aussi de la protection et des conseils de Jean-Marie Pardessus (1772-1853) lequel s’était rendu en Allemagne en mai 1832 pour récolter des manuscrits et des textes de lois dans la rédaction de sa collection de lois maritimes51. Ce premier voyage de Laboulaye s’inscrivait dans le cadre d’un engouement de juristes français pour la science juridique allemande52. De plus, il a initié une réflexion et un débat de grande ampleur sur les universités allemandes et sur l’enseignement du droit en Allemagne et en France ce qui a entraîné d’autres voyages par d’autres juristes en Allemagne et un grand nombre d’articles et de brochures dans les revues de Jean-Gaspard Foelix (1791-1853) et Louis Wolowski (1810-1876) mais aussi dans la revue de Mittermaier53. Charles Vergé (1810-1890) qui s’était déjà rapproché de Laboulaye depuis 1841 effectuera d’ailleurs lui aussi une mission cette fois pleinement officielle en 1845 et il publia plusieurs rapports à son retour54. Lors de son premier voyage en été 1840, Laboulaye a visité les villes et les universités de Fribourg, Heidelberg, Stuttgart, Tübingen, Ulm, Munich, Hof, Berlin et Bonn55. Il y rencontre les plus célèbres professeurs et juristes et notamment bien évidemment Friedrich Carl von Savigny (1779-1861) mais il ne peut s’entretenir avec Mittermaier56. À son retour, il publie plusieurs articles sur l’Allemagne et son célèbre ouvrage sur Savigny mais il ne terminera jamais son livre sur les universités allemandes57. Le but premier de ses voyages était le rapprochement entre les savants et l’échange scientifique comme il le souligne dans un article sur l’Enseignement du droit en France dans lequel il compare les universités françaises et allemandes et précise que les professeurs de droit en Allemagne avaient la chance de pourvoir « faire en vacances des voyages qui les mettent en contact avec d’autres savants »58. Il s’imposa ainsi comme l’un des plus éminents spécialistes de la science juridique allemande en France et il avait reçu en récompense le titre de docteur de l’université de Tübingen en 184559.

  • 60 Voir tout de même O. Motte, Lettres inédites…, op. cit., t. 2, p. 1042.
  • 61 O. Motte, Savigny et la France, op. cit., p. 150-189 ; E. Laboulaye, Les tables de bronze de Malaga (...)
  • 62 E. Laboulaye, Le Prince Caniche, Paris, Charpentier, 1868.
  • 63 Lettre de Laboulaye à Bluntschli le 2 août 1842, dans O. Motte, Lettres inédites…, op. cit., t. 2, (...)
  • 64 Nom illisible, Direction des archives et de la chancellerie au consul de France à Carthagène, Paris (...)
  • 65 Nom illisible, Direction des archives et de la chancellerie au consul de France à Cadix, le 26 mai  (...)
  • 66 Ferdinand de Lesseps à Laboulaye le 6 mai 1842, AN Fonds Laboulaye 796AP/16, dossier 4, 1842.
  • 67 Felipe Sanchez Gadeo à Thomas de Heredia à Grenade, le 23 avril 1842 en espagnol, AN Fonds Laboulay (...)
  • 68 El conde de Ripalda à Ignacio Anaya, le 13 avril 1842, de Valencia, AN Fonds Laboulaye 796AP/16, do (...)
  • 69 Lettres de José Maria de Alava Urbina (1816-1872) à Laboulaye, AN Fonds Laboulaye 796AP/17, carton (...)
  • 70 Laboulaye à Mohl, 1851, dans O. Motte, Lettres inédites…, op. cit., t. 2, p. 1097 ; Laboulaye à Sav (...)
  • 71 Lettre en espagnol de don Pedro Pidal à Laboulaye, de Madrid le 26 juin 1842, AN Fonds Laboulaye 79 (...)
  • 72 E. Laboulaye, Historia del derecho de propiedad en Europa, Madrid, Imprenta de la Sociedad Literari (...)
  • 73 E. Richard, L’esprit des lois. Droit et sciences sociales à l’Académie royale des sciences morales (...)
  • 74 Lettre en espagnol de Fernando Alvarez à Laboulaye, de Madrid, le 30 juin 1842, AN Fonds Laboulaye (...)
  • 75 Voir Viardot à Wolowski en 1842, AN Fonds Laboulaye 796AP/16, dossier 4, 1842 ; E. Richard, L’espri (...)
  • 76 E. Laboulaye, « Histoire du droit romain en Espagne », RLJ, 17, 1843, p. 5-21. Il est possible que (...)
  • 77 Mittelmaier à Laboulaye, Heidelberg 19 mars 1843, AN Fonds Laboulaye 796AP/16, dossier 5, 1843 ; La (...)
  • 78 E. Laboulaye, « Italie. Ore solitarie », RLJ, 19, 1844, p. 478-482, ici p. 478-479.

12À l’inverse des voyages en Allemagne (mais aussi en Suisse et en Autriche) les voyages de Laboulaye en Espagne ne sont quasiment pas évoqués par l’historiographie60. Même si la controverse sur les tables de bronze de Malaga et de Salpesa qui l’opposa à Theodor Mommsen (1817-1903), Savigny et Charles Giraud (1802-1881) est désormais bien connue61. En 1868, il avait même publié une comédie espagnole Le prince Caniche, en réalité une satire de Napoléon III62. Le premier voyage en Espagne de Laboulaye va durer trois mois entre avril et juillet 1842. Comme il le relate à Bluntschli le 2 août 1842 : « J’ai fait un bien long voyage depuis ma dernière lettre. J’ai parcouru toute l’Espagne pendant trois mois ; J’ai fait une belle collection de législation espagnole »63. Son voyage a de nouveau un caractère semi-officiel. En tout cas, il obtient le soutien du ministère des Affaires étrangères et des consuls français lors de ses divers passages. Le 26 mars 1842, un employé du ministère des Affaires étrangères informe le consul de France à Carthagène qu’« Édouard Laboulaye effectue un voyage scientifique en Espagne »64. Le 26 mai 1842, c’est le consul de France à Cadix qui est tenu au courant du voyage de Laboulaye65. Et en mai 1842, Ferdinand de Lesseps (1805-1894), consul à Malaga lui réitère sa protection66. Laboulaye ne voyageait pas seul, puisqu’une lettre de Felipe Sanchez Gadeo de Malaga le 23 avril 1842 envoyé à un certain Thomas de Heredia à Grenade, indique que le « Dr. Eduardo Laboulaye, y Dr. N Marzay, Caballeros Franceses muy distinguidos que pasan e esa ciudad para visitar sur monumentos y demás curiosidades [Le docteur Edouard Laboulaye et le docteur N. Marzay, chevaliers français très distingués, sont de passage dans cette ville pour visiter ses monuments et autres curiosités]»67. De même le 13 avril 1842, la comtesse de Ripalda, Maria Vicenta de Ramon de Sentis (1784-1861) écrit à un certain Ignacio Anaya une lettre de Valencia pour annoncer que « los senores Demarcay Y Laboulaye [Les seigneurs Demarcay et Laboulaye] » sont en visite de Paris68. Lors de son voyage, Laboulaye va faire un grand nombre de rencontres déterminantes à Madrid, Séville, Valencia, Malaga, Carthagène et Cadix notamment. Il fait la connaissance de José Maria de Alava y Urbina (1816-1872), professeur de droit romain à Séville, avec qui il entretient une correspondance poussée au moins jusqu’en 185569. C’est par l’intermédiaire de Laboulaye qu’Alava va effectuer un premier séjour en Allemagne en 1851 et qu’il va devenir l’un des Krausistes et représentant de l’école historique du droit en Espagne70. Laboulaye rencontre également Pedro José Pidal y Carniado (1799-1865) qui était professeur à l’Athénée de Madrid et président de l’Academia de jurisprudencia y legislacion71. Pidal entreprend, après le voyage de Laboulaye, la traduction de l’Histoire du droit de propriété foncière en Occident (1839) que le juriste français lui avait offert72. C’est également lui qui était à l’origine d’une vaste réforme de l’instruction publique en 1845 (le plan Pidal) et qui fut l’un des membres fondateurs de l’Académie royale des sciences morales et politiques d’Espagne73. Laboulaye rencontre aussi un autre futur fondateur de l’Académie royale des sciences morales et politiques, Fernando Alvarez Martinez (1814-1883) qui était aussi membre de l’Académie de jurisprudence et de législation74. Laboulaye a servi aussi d’intermédiaire pour des correspondances entre espagnols puisqu’il avait été chargé d’une lettre de Francisco Martinez de la Rosa (1787-1862) (qui en 1842 était de nouveau exilé à Paris) à Pidal à Madrid75. En tout cas, Laboulaye rédige à son retour un article sur l’Histoire du droit romain en Espagne dans lequel il loue à la fin les « recherches de Martinez-Marina, de Sempere, de Llorente, de Pidal, noms inconnus en France, et qui cependant méritent notre attention et notre estime au même titre que les Sclopis, les Eichhorn et les Savigny »76. Mittermaier aurait souhaité que Laboulaye publie aussi un article sur son voyage en Espagne dans la Kritische Zeitschrift für Rechtswissenschaft und Gesetzgebung des Auslands.77 Ainsi ce voyage de Laboulaye en Espagne comme celui effectué plus tôt en Allemagne a été entrepris dans le but de s’entretenir avec des juristes espagnols et de se poser comme un expert de la science juridique espagnole. Le voyage lui apportait principalement un support à l’expertise. C’est-à-dire le fait d’y avoir vraiment été. En 1844, il publiera un autre article dans la revue de Wolowski cette fois-ci sur l’Italie après un voyage là encore afin de « rendre les noms des Sclopis, des Agresti, des Carmignani, des Niccolini, des Mancini, des Lomonaco, des Tecci, des de Augustinis aussi familiers à nos lecteurs que les noms des Savigny, des Mittermaier, des Warnkoenig, et des autre savants dont s’honore l’Allemagne »78. Juriste voyageur, Laboulaye s’impose dans les années 1840 comme un véritable « hub » de juristes en voyageurs en devenant le juriste que tout étranger se doit de rencontrer à Paris ou plus tard à Versailles.

II. Laboulaye, un « hub » de juristes en voyageurs

  • 79 A. Dauteribes, Les idées politiques d’Édouard Laboulaye, t.2, Repères Chronologiques ; F. Audren, G (...)

13Après avoir remporté deux prix de l’Académie des Inscriptions et des Belles Lettres (1838-1843) et un prix de l’Académie des Sciences Morales et Politiques (1842), Laboulaye est élu à Académie des Inscriptions et des Belles Lettres (1845). Il commence aussi son intense activité de publiciste dans plusieurs revues en vogue avant d’accéder à la chaire de législation comparée au Collège de France (1849) qui avait été occupée par Eugène Lerminier (1803-1857)79. C’est à ce moment qu’il devient un hub de juristes en voyageurs qui visitent l’académicien et collaborateur de revues juridiques (A) et suivent les cours du professeur au Collège de France (B).

A. Rendre visite à l’académicien

  • 80 Lettre d’Etienne Portalis le 27 mai 1851 à Joseph-Marie Portalis, « pochette Étienne Portalis », Ar (...)
  • 81 Frédéric Le Play à Laboulaye, le 26 juillet 1864, AN Fonds Laboulaye 796AP/18, dossier 5, 1864. Sur (...)
  • 82 F. Soubiran-Paillet, « Histoire du droit et sociologie : interrogations sur un vide disciplinaire » (...)
  • 83 Mittermaier à Laboulaye, le 18 aout 1843, dans A. Dauteribes, « Les relations entre juristes europé (...)
  • 84 R. von Mohl à Laboulaye, le 20 mars 1855, AN Fonds Laboulaye 796AP/17, dossier 6, 1855.
  • 85 L. von Stein à Laboulaye, le 24 avril 1843, AN Fonds Laboulaye 796AP/16, dossier 5, 1843.
  • 86 L.-J. Königswarter à Laboulaye, avril 1850, AN Fonds Laboulaye 796AP/17, dossier 1, 1850.

14Rendre visite à Laboulaye, l’académicien et le publiciste, dans les années 1850-1870 prenait la forme d’un rite incontournable pour un très grand nombre de juristes, d’économistes, d’étudiants ou de littéraires. De la même manière qu’il était indispensable de rendre visite à Savigny à Berlin dans les années 1830-1860. À l’image d’Étienne Guillaume Charles Portalis (1829-1884) qui rapporte à son grand-père, Joseph-Marie Portalis, de Berlin le 27 mai 1851, qu’il a visité avec Giraud « M. de Savigny, un beau vieillard »80. Parmi les nombreux visiteurs, on peut citer Frédéric Le Play (1806-1882) qui lui écrit une longue lettre, avant de venir le voir, le 26 juillet 1864 alors qu’il vient de passer « trente années à des voyages en Europe » et qu’il a entrepris « trois fois le voyage de l’Asie »81. C’est principalement par le biais de ses engagements dans les revues juridiques à la fin des années 1830 que Laboulaye va devenir célèbre à l’échelle européenne et commencer à recevoir les visites régulières de collègues économistes et juristes. Collaborateur de la Revue de législation et de jurisprudence (1834-1853) dirigée par Wolowski et de la Revue étrangère de législation et d’économie politique (1834-1850) dirigée par Foelix depuis 1839, ses réseaux européens augmentent considérablement au début des années 1850 lorsqu’il fonde la Revue historique de droit français et étranger avec Eugène de Rozière (1820-1896), Rodolphe Dareste (1826-1911) et Charles Ginoulhiac (1818-1895)82. Ainsi, les collaborateurs étrangers de la revue de Wolowski deviennent des proches amis à l’image de Warnkönig et de Mittermaier et lui rendent évidemment visite lors de leurs séjours parisiens. Ils lui adressent aussi régulièrement de jeunes juristes se rendant à Paris à l’image de ce « docteur Jonas, de Luxembourg » qui vient passer « quelques jours à Paris » en août 1843 et que Mittermaier « adresse » à Laboulaye83. Robert von Mohl (1799-1875) se tourne lui aussi vers Laboulaye et demande « conseils et protection » alors qu’il va passer quelques mois à Paris à l’été 1855 « pour fureter dans vos bibliothèques »84. Lorenz von Stein (1815-1890) rappelle dans une lettre à Laboulaye envoyée de Kiel le 24 avril 1843 « que l’on vient plus souvent de Kiel à Paris que de Paris à Kiel »85. De même le juriste autrichien, naturalisé français en 1848, Louis-Jean Königswarter (1814-1878), l’invite à venir le voir à Vienne en avril 185086. Au fond, ce rôle de Paris en tant que capitale juridique et hub d’accueil des visiteurs étrangers correspondait aux vœux exprimés par Laboulaye lui-même en 1844 dans son article sur l’Italie :

  • 87 E. Laboulaye, « Italie. Ore solitarie », RLJ., 19, 1844, p. 482 ; Paris, capitale juridique (1804-1 (...)

Le temps n’est pas loin, peut-être, ou toute l’Europe, rapprochée par la rapidité des voies de fer, cherchera (au moins scientifiquement) une capitale commune, centre ou viendront aboutir toutes les découvertes, toutes les recherches. Paris, par sa position, par l’universalité de la langue française, par ses académies, semble appelé naturellement à tenir cette place… faire de Paris ce que Rome fut autrefois… commune patrie du monde civilisé87.

  • 88 J. M. Lappenberg à Laboulaye le 30 octobre 1846, AN Fonds Laboulaye 796AP/16, dossier 8, 1846.
  • 89 O. Munch Rader, Jury-Institutionen i Storbritanien, Canada og de forenede Stater af Amerika, Christ (...)
  • 90 Lappenberg à Laboulaye le 30 octobre 1846, AN Fonds Laboulaye 796AP/16, dossier 8, 1846 ; L.H. Liu, (...)
  • 91 François de Bonne à Laboulaye, décembre 1859, AN Fonds Laboulaye 796AP/17, dossier 10, 1859.
  • 92 François de Bonne à Laboulaye, décembre 1859, An Fonds Laboulaye 796AP/17, dossier 10, 1859 ; M. Jo (...)
  • 93 François de Bonne à Laboulaye, en 1867, An Fonds Laboulaye 796AP/19, dossier 2, 1867. Tielemans ava (...)
  • 94 Charles Dumercy à Laboulaye, de Paris, le 20 mai 1872, AN Fonds Laboulaye 796AP/20, dossier 3, 1872 (...)

15Des juristes en mission officielle lui sont également adressés. Le 30 octobre 1846, Johann Martin Lappenberg (1794-1865) historien en charge des archives de Hambourg lui recommande le juriste norvégien, Ole Munch Raeder (1815-1895)88. Ce dernier était mandaté par l’assemblée nationale norvégienne (Stortinget) afin d’effectuer un voyage d’étude sur le système des jurés au sein de divers systèmes juridiques ce qui l’amena d’ailleurs en Grande-Bretagne, au Canada et aux États-Unis89. Lappenberg suggère à Laboulaye de le mettre en relation avec Henry Wheaton (1785-1848) lequel venait tout juste de rentrer aux États-Unis après avoir été ambassadeur à Berlin mais il était également membre correspondant de l’Académie des sciences morales et politiques depuis 184390. De même en décembre 1859, c’est le Belge Charles Alexandre Louis Graux (1837-1910) que lui adresse le magistrat bibliophile François de Bonne (1789-1879)91. Graux, tout jeune lauréat de l’Université libre de Bruxelles, avait obtenu une bourse pour Paris pour « y acquérir des connaissances sur les pratiques judiciaires »92. Quelques années plus tard en 1867, c’est Jean-François Tielemans (1799-1888), le premier président de la Cour d’Appel de Bruxelles, que Bonne adresse à Laboulaye. Tielemans devait « se renseigner sur les usages de la Cour d’Appel de Paris »93. Puis en mai 1872, c’est Charles Dumercy, avocat belge, qui s’adresse à Laboulaye avec une recommandation de l’économiste et académicien, Joseph Garnier (1813-1881), là encore « muni d’une bourse de voyage et chargé à ce titre par mon gouvernement de faire un rapport sur l’état de l’enseignement supérieur en France »94.

  • 95 Rodolphe Dareste à Laboulaye, août 1846, AN Fonds Laboulaye 796AP/16, dossier 8, 1846 ; O. Motte, L (...)

16Les collègues français de Laboulaye viennent aussi lui rendre visite avant d’entreprendre leur propre voyage. Notamment ses futurs collaborateurs au sein de la Revue historique de droit français et étranger, comme, le jeune Rodolphe Dareste qui souhaite le rencontrer en août 1846 « au moment de partir pour l’Allemagne » afin d’assister au congrès des germanistes à Francfort-sur-le-Main et à celui des philologues à Iéna95. De même, Eugène de Rozière se tourne vers Laboulaye en octobre 1849 :

  • 96 E. de Rozière à Laboulaye, octobre 1849, AN Fonds Laboulaye 796AP/16, dossier 11, 1849 ; O. Motte, (...)

Au moment d’entreprendre un voyage dans lequel j’ai surtout pour but de connaître quelques bibliothèques riches en manuscrits, et de compléter une collection de formules, dont je vous ai plusieurs fois entretenu. J’ai le désir de visiter Saint-Gall, Munich, Stuttgart, Carlsruhe, Francfort, et les villes situées sur le Rhin. Je compte aussi consacrer quelques jours aux universités de Fribourg en Brisgau, Tubingen, Heidelberg, et même de Bonn, si j’ai le temps. Je vous serais infiniment reconnaissant si vous pouviez me donner des lettres d’introduction auprès de quelques-uns des professeurs de ces universités, ou auprès de quelques personnes capables de diriger mes recherches. C’est surtout à Munich, que j’aurai un travail un peu long à faire, et le plus grand besoin de trouver de la bienveillance. Je serais bien heureux si en échange du service que je vous demande, vous vouliez me charger de quelque recherche ou de quelque commission à faire dans ce pays96.

B. Suivre les cours du professeur au Collège de France

  • 97 Par exemple un billet d’un professeur Lohwitzsky à Laboulaye le 13 décembre 1857 : « Je viens vous (...)
  • 98 Lettre de Pradzynzki le 28 juin 1858, AN Fonds Laboulaye AP796/17, dossier 9, 1858. Il a publié en (...)
  • 99 E. Laboulaye, Paris en Amérique par le docteur René Lefebvre, Paris, Charpentier, 1863 ; E. Laboula (...)
  • 100 Pierre Pletnoff à Laboulaye, 2/4 novembre 1861, AN Fonds Laboulaye 796AP/18, dossier 2, 1861, « Vou (...)
  • 101 Ibid. « Vous êtes un des membres de notre université ». Voir aussi AN Fonds Laboulaye 796AP/24, dos (...)
  • 102 Pierre Pletnoff à Laboulaye, février 1862, AN Fonds Laboulaye 796AP/18, dossier 3, 1862 ; R. A. Ars (...)

17En tant que professeur au Collège de France de la chaire de législations comparées, Laboulaye reçoit un grand nombre d’étudiants étrangers. Il y a de nombreux témoignages des séjours de ces étrangers au sein de la « capitale juridique » dans le fonds Laboulaye97. Par exemple, le 28 juin 1858, Edward Pradzynzki (1838-1895) adresse une lettre au maître « au nom des polonais du cours du Collège de France »98. Alors que son intérêt se dirige vers les États-Unis, avec la parution en 1863 de ses « modernes lettres persanes », Paris en Amérique, ce sont un grand nombre d’américains qui viennent l’écouter, curieux, diplomates, juristes, lettrés99. Mais Laboulaye attire aussi des Russes. Pierre Pletniov (1792-1866), recteur de l’Université de Saint-Pétersbourg, rappelle à Laboulaye dans une lettre début novembre 1861 qu’il n’y a pas « un seul membre [du conseil] qui n’est pas visité Paris »100. Lui-même avait d’ailleurs suivi les cours de Laboulaye en 1856-1857. On apprend dans la même lettre que Laboulaye était devenu membre de l’Université de Saint-Pétersbourg101. En février 1862, Pletniov demande à Laboulaye de bien vouloir accueillir Constantin Kaveline (1818-1885), professeur de droit civil102.

  • 103 T. A. Neuville à Laboulaye, le 15 décembre 1850, AN Fonds Laboulaye 796AP/17, dossier 1, 1850.
  • 104 K. von Savigny, « Anschütz, August », Allgemeine Deutsche Biographie, 46, 1902, p. 16 [https://www. (...)
  • 105 O. Motte, Lettres inédites…, op. cit., t.1, p. 38 ; A. Anschütz, « Französische Rechtsgeschichte », (...)
  • 106 Professeur Arneth à Laboulaye, le 29 mars 1852 de Heidelberg, AN Fonds Laboulaye 796AP/17, dossier (...)
  • 107 A. Renaud à Laboulaye, le 4 décembre 1852, AN Fonds Laboulaye 796AP/17, dossier 3, 1852.
  • 108 Lappenberg à Laboulaye, le 7 juillet 1854, AN Fonds Laboulaye 796AP/17, dossier 5, 1854.

18Le 15 décembre 1850, Théodor Antoine Neuville (1821-1867), titulaire de la chaire de droit civil à l’université de Dijon, lui recommande « Anschütz docteur en droit de l’université de Bonn » venu en France pour étudier le droit civil français. Neuville l’assure qu’Anschütz est « connu à Dijon comme quelqu’un de laborieux et honorable »103. Il s’agissait d’August Anschütz (1826-1873) lequel avait en effet effectué un voyage scientifique de deux années en France par le biais d’une recommandation de Mittermaier, entre son doctorat de l’université de Heidelberg (et non pas Bonn) et son habilitation soutenue à Bonn sur le droit français et allemand104. À son retour en Allemagne, il publie régulièrement dans les revues allemandes des articles sur les travaux des juristes français105. De même, alors que le professeur Arneth (1802-1858) lui écrit de Heidelberg le 29 mars 1852 pour lui parler des progrès dans la langue allemande de son fils, Paul Laboulaye, lequel retourne en France à la fin de son premier semestre d’étude, un autre professeur d’Heidelberg d’origine suisse, Achilles Renaud (1819-1884), lui indique le 4 décembre 1852 que « son fils a gagné le cœur des professeurs de Heidelberg »106. Il lui recommande aussi, le juriste Theodor Ludwig de Helmolt (1826-1873) de Giessen lequel va passer « l’hiver à Paris pour étudier les institutions françaises »107. Quelques années plus tard, le 7 juillet 1854, Lappenberg lui adresse son fils, Friedrich Alfred Lappenberg (1836-1916), docteur en droit, pour « acquérir des connaissances du code Napoléon »108. Alors que Laboulaye s’est imposé comme un hub de juristes voyageurs qui visitent la capitale juridique de l’Europe, sa rencontre avec Kachenovsky qui voyage en Europe de l’Ouest va l’orienter vers la fabrique du droit international.

III. La fabrique du droit international par les voyages

  • 109 A. Becker Lorca, Mestizo International Law…, op. cit., p. 49-55 ; L. Obregon Tarazona, « Writing In (...)
  • 110 Sur la paternité discutée de la fondation de l’Institut de Droit International voir P. Rygiel, L’or (...)

19Dans les années 1850-1860, un grand nombre de jeunes juristes vont se tourner vers le droit international tant en Europe que dans le monde109. Ils voyagent beaucoup et forment l’idée de créer un Institut de Droit International (lequel va voir le jour à Gand le 8 septembre 1873)110. Deux juristes vont se distinguer en tant que brokers au sein de ce groupe de juristes internationalistes, Kachenovsky par le biais de ses voyages en Europe de l’Ouest (A) et Laboulaye en tant qu’intermédiaire des internationalistes (B).

A. Les voyages en Europe de l’Ouest de Kachenovsky

  • 111 W. Butler, « On the Life and Works… », op. cit., p. 23.
  • 112 The Herald of Peace, London, The Peace Society, 1 Juin 1858, p. 71-72, « Dissertation on War and Pe (...)
  • 113 Papers read before the Juridical Society 1858-1863, Londres, William Maxwell, 1863, vol. II, p. 99- (...)
  • 114 Sacase à Warnkönig, Académie de législation de Toulouse, le 30 mars 1858, « comme il résulte de vot (...)
  • 115 Annales de la Société d’économie politique, ed. A. Courtois fils, t. III (1858-1859), Paris, 1890, (...)
  • 116 Lettre de D. Katchénovsky à Laboulaye, de Kharkiv, 29 décembre 1859/20 Janvier 1860, AN Fonds Labou (...)
  • 117 I. de la Rasilla del Moral, « The study of International Law in the Spanish Short Nineteenth Centur (...)
  • 118 A. Roslavsky-Petrovsky à Laboulaye, 28 décembre 1859 de Kharkiv, AN Fonds Laboulaye 796AP/17, dossi (...)

20En 1858, l’internationaliste Kachenovsky va entamer un long voyage scientifique en Europe pour parfaire ses connaissances de droit international. Il parcourt l’Allemagne où il rencontre Christian Friedrich Wurm et Robert von Mohl et l’Angleterre où il échange avec les internationalistes John Westlake (1828-1913), Robert Phillimore (1810-1885) et Traver Twiss (1809-1897)111. En Angleterre, il présente le projet de paix perpétuelle de Vasil Mahnovsky (1765-1814) à la Société londonienne des amis de la paix en mai 1858112. En juin 1858, il s’exprime à la Juridical society de Londres sur The present State of International Jurisprudence et défend l’idée d’une codification du droit international113. Au même moment son collègue de l’Université de Dorpat (aujourd’hui Tartu en Estonie), August von Bulmerincq (1822-1890) avait entrepris également un voyage en Europe114. C’est en novembre 1858 que Kachenovsky rencontre Laboulaye par le biais de la Société d’économie politique où il effectue un discours sur la propriété littéraire115. Les deux juristes vont immédiatement bien s’entendre et entamer une correspondance et c’est Laboulaye qui va envoyer Kachenovsky en Espagne avec un certain nombre de recommandations. De retour à Kharkiv, Kachenovsky envoie une lettre de remerciements à Laboulaye et indique qu’il n’a pas pu voir José España y Puerta mais qu’il a bien rencontré Manuel Colmeiro y Penido (1818-1894) membre de l’Académie royale des sciences morales et politiques d’Espagne lequel lui a ouvert les portes de cette académie ainsi qu’à Laboulaye qui en devient membre en 1861116. Kachenosky avait pu aussi rencontrer des professeurs de droit international en Espagne, José Posada Herrera (1814-1885) et Manuel Leandro Matienzo117. Au même moment le recteur de l’Université impériale de Kharkiv, Aleksander Roslavsky-Petrovsky (1816-1872), confère à Laboulaye le titre de membre honoraire de l’université pour lui remercier d’avoir donné à Kachenovsky : « les moyens d’atteindre le plus surement et le plus rapidement le but de son voyage scientifique »118.

  • 119 W. Butler, « On the Life and Works… », op. cit., p. 26-27. Kachenovsky a aussi rencontré le juriste (...)
  • 120 G. Rolin-Jaequemyns, « Nécrologie. Dmitry Iwanowitsch Katschénowsky », RDILC, 1873, p. 523-526, « C (...)

21Après ce premier voyage couronné de succès, Kachenovsky en entreprend de nombreux autres dans les années 1860. Il parcourt l’Autriche, l’Italie, la France, l’Irlande ou encore les Pays-Bas où il rencontre George Willem Vreede (1809-1880) professeur de droit international à Utrecht et Johann Rudolf Thorbecke et participe aux réunions de la National Association for the Promotion of Social Sciences et notamment à la section pour la codification du droit international au milieu des années 1860119. En 1870, il se rend encore en Italie, en Autriche et en Belgique notamment à Gand où il rencontre Gustave Rolin-Jaequemyns120. Un journal des tribunaux italiens, le Monitore dei Tribunali Giornale di Legislazione e Giurisprudenza Civile e Pénale, nous apprend que :

  • 121 Monitore dei Tribunali Giornale di Legislazione e Giurisprudenza Civile e Penale, Milano, vol. 11, (...)

Fu di passaggio a Pavia il sig. D. Katchénowsky celebre professore di diritto internazionale della Universita di Karkow in Russia. Egli visito i principali stabilimenti di Pavia, da lui altamente ammirati e lodati121.
[Monsieur D. Katchénowsky, célèbre professeur de droit international à l’Université de Kharkiv en Russie a été de passage à Pavie. Il s’est rendu dans les établissements principaux de Pavie, en les admirant et les louant].

En France, les livres de Kachenovsky sont également lus à l’Académie des sciences morales et politiques notamment son O sovremennom sostojanii političeskih nauk na zapadě Evropy i v Rossii [Sur la situation contemporaine des sciences politiques à l’Ouest de l’Europe et en Russie] tiré de ses observations faites lors de ses voyages ou encore son cours de droit international public dont Fedor Fedorovitch Martens (1845-1909) s’inspirera pour rédiger son manuel une vingtaine d’années plus tard122. Sa thèse de doctorat sur le droit des prises maritimes traduite en anglais en 1867 sera notamment présentée par Eugène Cauchy (1802-1877) dans une séance de l’Académie des sciences morales et politiques en octobre 1867123. Les voyages de Kachenovsky ont largement contribué à la circulation des savoirs juridiques mais ils ont également façonné les réseaux des fondateurs de l’Institut de Droit International.

B. Laboulaye intermédiaire des internationalistes

  • 124 A. Rousseau, L’expérience cosmopolite des fondateurs du droit international moderne : les correspon (...)
  • 125 Alphonse Rivier à Laboulaye, le 8 novembre 1861, de Berlin, AN Fonds Laboulaye 796AP/18, dossier 2, (...)
  • 126 Ibid.
  • 127 Rivier à Laboulaye, de Berlin, le 23 janvier 1863, AN Fonds Laboulaye 796AP/18, dossier 4, 1863.
  • 128 Rivier à Laboulaye, de Bruxelles, le 9 juillet 1869, AN Fonds Laboulaye 796AP/19, dossier 4, 1869 ; (...)
  • 129 Mancini à Laboulaye, Paris, le 15 septembre 1867, « ma première fois à Paris ». Le 29 septembre 186 (...)
  • 130 Mancini à Laboulaye, de Turin le 19 décembre 1850, AN Fonds Laboulaye 796AP/17, dossier 1, 1850 ; E (...)
  • 131 V. Genin, « L’institutionnalisation du droit international comme phénomène transnational (1869-1873 (...)
  • 132 E. Laboulaye, « Études sur l’Esprit des Loix, de Montesquieu », RDILC, 1/2, 1869, p. 161-172 ; D. I (...)
  • 133 Federigo Sclopis à Laboulaye de Paris le 27 aout 1852 et le 30 janvier 1859 de Paris, AN Fonds Labo (...)
  • 134 Carnaza Amari à Laboulaye, de Catania, le 5 avril 1867, en italien, AN Fonds Laboulaye 796AP/19, do (...)
  • 135 P. Rygiel, « Les fondateurs de l’institut de droit international et la mondialisation juridique », (...)
  • 136 En 1875 pour l’Association pour la réforme et la codification du droit des gens et en 1878 pour l’I (...)
  • 137 Émile de Laveleye à Laboulaye, Liège, le 15 décembre 1872, AN Fonds Laboulaye 796AP/20, dossier 3, (...)
  • 138 B. Karsky, « Les libéraux français et l’émancipation des esclaves aux États-Unis, 1852-1870 », Revu (...)
  • 139 Voir les 18 lettres de Frédéric Passy à Laboulaye avec comme en-tête « Ligue internationale et perm (...)

22Laboulaye va également servir d’intermédiaire entre les juristes internationalistes qu’il recevait à Paris et à Versailles. Comme dans le cas de Kachenovsky, Laboulaye a joué le rôle de broker au sein de la génération des fondateurs de l’Institut de Droit International. Alphonse Rivier (1835-1898) a suivi lui aussi ses cours au Collège de France à partir du semestre d’hiver 1859-1860124. Après avoir passé une année à Paris, le Suisse repart pour Berlin et entame une correspondance avec Laboulaye125. Jeune privat Dozent à Berlin, Rivier souhaite écrire des articles « de droit romain, de droit germanique et d’histoire générale du droit et des législations comparées » au sein de la revue fondée par Laboulaye126. En janvier 1863, Rivier lui envoie un rapport sur le congrès des jurisconsultes à Vienne. Il précise que « l’on s’est fort peu occupé de droit à ce congrès » mais heureusement les « banquets et autres réjouissances ont constitué la partie la plus positive de l’affaire »127. Après avoir été nommé professeur à Bruxelles en 1867 pour le cours de droit romain à la place de Charles Maynz (parti pour Liège), il accepte de devenir membre de la Société de législation comparée en 1869 et rappelle qu’il se « trouve à cheval sur deux ou trois pays et sur deux langues »128. Par ailleurs, Laboulaye va recevoir la visite de Stanislao Pasquale Mancini (1817-1888) à Versailles en octobre 1867 alors que Mancini découvre Paris « pour la première fois » avant d’aller passer quelques jours à Berlin129. Les deux hommes s’étaient probablement rencontrés en Italie lors d’un voyage de Laboulaye, en tout cas dès sa nomination à la première chaire de droit international privé à Turin, Mancini informe le juriste français par le biais d’une longue lettre dans laquelle il précise qu’il a obtenu « una cattedra di diritto pubblico europeo, di diritto marittimo e diritto internazionale privato [Une chaire de droit public européen, de droit maritime et de droit international privé] »130. C’est Laboulaye qui aurait rapproché Mancini de Gustave Rolin-Jaequemyns lors de la visite de Mancini à Paris et c’est lui qui aurait suggéré l’idée à Mancini de fonder la Revue de droit international et de législation comparée sur le modèle de sa propre revue à laquelle Mancini avait souvent collaboré131. Tant Kachenovsky que Laboulaye ont d’ailleurs publié dans la revue132. Il est vrai qu’au-delà de Rivier et de Mancini, un grand nombre de juristes internationalistes avaient rendu visite à Laboulaye dans les années 1850 et 1860. Federigo Sclopis (1798-1878) par deux fois en août 1852 et en janvier 1859 (il s’était plaint « d’être perdu à Paris »)133. Par ailleurs, Giuseppe Carnazza Amari (1837-1911) et la plupart des auteurs de traités et d’ouvrages sur le droit international à la fin des années 1860 et au début des années 1870 lui envoient leurs travaux134. C’est aussi par le biais de sa participation (avec Kachenovsky) à l’Association internationale pour le progrès des sciences sociales (AIPSS) que Laboulaye s’est illustré comme l’un des précurseurs de la fabrique du droit international et de la construction de cette communauté de juristes internationalistes cosmopolites de la génération de l’Institut de Droit International et de l’Association pour la réforme et la codification du droit des gens135. Laboulaye deviendra membre des deux associations quelques années après leur création136. En décembre 1872, Émile de Laveleye (1822-1892) avait invité Laboulaye a effectué une série de conférences rémunérées en Belgique137. Auparavant, Laboulaye avait présidé le Comité français pour l’émancipation des esclaves à partir de 1865, ce qui l’avait mis en relation avec des internationalistes du monde entier notamment à l’occasion de sa présidence lors de la réunion des divers comités de plusieurs pays du monde pendant l’Exposition universelle en 1867138. Enfin, il avait été l’un des membres actifs de la Ligue internationale et permanente de la Paix fondée par Frédéric Passy en mai 1867 et il avait présidé la première réunion publique à Paris en février 1869 inaugurant la réunion par un discours sur Les maux de la guerre et les bienfaits de la paix139.

  • 140 Lardy à René de Laboulaye, le 15 juillet 1869 « pouvoir entretenir monsieur votre père de la traduc (...)
  • 141 A. Becker Lorca, Mestizo International Law…, op. cit., p. 109-110.
  • 142 J. C. Bluntschli, Le droit international codifié, préface, p. VII-IX.
  • 143 W. D. Gray, Interpreting American Democracy…, op. cit., p. 111 ; Lettres de Lieber à Laboulaye en 1 (...)
  • 144 D. Gaurier, Histoire du droit international, Rennes, PUR, 2014, p. 585 ; R. Lesaffer, « Too much hi (...)
  • 145 J.-R. Ferrand-Hus, « Le rôle joué par Jules Bergson au sein de la doctrine française du milieu du x (...)

23Au-delà des réunions par le biais des associations et des voyages, les réseaux de Laboulaye ont entraîné la traduction en français et les recensions dans les revues juridiques de nombreux ouvrages majeurs de droit international. C’est notamment lui qui avait rédigé la préface de la traduction en français du manuel de Bluntschli Das moderne Völkerrecht der zivilisierten Staaten (Le droit international codifié) par l’intermédiaire du consul suisse Charles Edouard Lardy (1847-1923)140. Livre qui a été traduit dans les années 1870-1880 en espagnol, en italien, en serbe, en polonais, en turc, en grec, en néerlandais, en hongrois, en russe, en anglais, en chinois et en japonais141. Dans sa préface, Laboulaye se réfère aux économistes et aux amis de la paix qui ont aussi contribué à la fabrique du droit international et il rappelle ses liens avec Wolowski et Passy mais aussi son amitié ancienne avec Bluntschli et Lieber142. Laboulaye avait aussi diffusé le Lieber Code quelques années auparavant143. En effet, son ami, Francis Lieber avait rédigé des Instructions for the Government Of Armies of The United States in the Field dans le contexte de la Guerre de sécession. Ces instructions (aujourd’hui communément appelées Lieber Code) constituaient une première tentative de réglementer le Jus in Bello avant la Convention de Génève (1864), la conférence de Bruxelles (1874) et les deux conférences de La Haye (1899 et 1907)144. On l’a vu, c’était aussi par le biais de ses voyages en Espagne et en Allemagne que Laboulaye s’était rapproché d’Heffter. Ils seront l’un comme l’autre nommés membre correspondant de la Real Academia Sevillana de Buenas Letras (l’Académie Royale de littérature de Séville) le 4 juin 1852 par l’intermédiaire du juriste José Maria de Alava Urbina (1816-1872) que Laboulaye avait rencontré lors de son voyage en Espagne. Laboulaye a servi également d’intermédiaire dans la diffusion de l’ouvrage d’Heffter Das europaische Völkerrecht der Gegenwart (1844) traduit par Jules Bergson en 1857 sous le titre Le droit international public de l’Europe et recensé par Charles Vergé145.

Conclusion

24Les voyages de Laboulaye et de Kachenovsky étaient principalement des voyages non-officiels ou semi-officiels qui avaient pour but de rapprocher les divers savants mais aussi de rechercher des sources spécifiques dans les bibliothèques et d’étudier les diverses législations et institutions des pays visités dans l’optique de se poser comme experts du pays en question. L’un comme l’autre publient des articles, des livres ou des rapports pour relater leurs observations. Par ailleurs, par le biais de leurs engagements dans les revues juridiques, dans diverses associations et sociétés savantes et par leurs réseaux au sein des juristes-internationalistes cosmopolites ils ont participé activement à la fabrique du droit international dans les années 1840-1870. D’autres voyages de juristes en voyageurs auraient pu être étudiés plus en détail à l’image de ceux effectués par Giraud, Foelix ou encore Wolowski (qui se rend à de nombreux congrès dans les années 1850 et 1860) pour les juristes français ou ceux des internationalistes belges, italiens, espagnols, polonais, grecs, norvégiens, suédois. Dans le contexte de l’institutionnalisation du droit international dans les années 1815-1870, ces voyages permettent de rapprocher les juristes des divers pays et de diffuser les manuels et les œuvres à travers les revues juridiques et les sociétés savantes. La géographie des voyages correspond en grande partie aux pays précurseurs en matière d’enseignement du droit international à savoir l’Italie, l’Espagne, l’Empire russe, l’Allemagne, les Pays-Bas, la Belgique et la France.

  • 146 A. Rasmussen, L’internationale scientifique 1890-1914, thèse de doctorat en Histoire, EHESS, 1995.

25Paris (même si d’autres capitales ont joué un rôle important) semble bien avoir été une « capitale juridique » de juristes en voyageurs en quête de rendre visite au grand juriste, professeur au Collège de France et membre de diverses sociétés savantes et associations. Là encore, tant des étudiants, que des collègues, collaborateurs des revues juridiques ou des juristes missionnés par leurs gouvernements ont séjourné à Paris et sollicité Laboulaye dans les années 1840-1870 en tant que connecteur et membre d’une internationale scientifique (avant la lettre) au même titre que Kachenovsky qui forgea des réseaux de juristes internationaux à travers ses nombreux voyages146.

Haut de page

Notes

1 Lettre citée dans O. Motte, Lettres inédites de juristes français du xixe siècle conservées dans les archives et bibliothèques allemandes, Bonn, Röhrscheid, 1990, t. 2, p. 1066.

2 Un grand nombre de ces réseaux de correspondance ont été publiés. Dans les cas de juristes allemands, voir notamment la série Juristische Briefwechsel des 19. Jahrhunderts du MPI für Rechtsgeschichte und Rechtstheorie de Francfort-sur-le-Main, consacrée principalement à la correspondance allemande et européenne de Carl Josef Anton Mittermaier, mais également à d’autres relations scientifiques épistolaires de premier plan ; pour la correspondance de Francis Lieber, voir C. Schnurmann, Brücken aus Papier. Atlantischer Wissenstransfer in dem Briefnetzwerk des deutsch-amerikanischen Ehepaars Francis und Mathilde Lieber, 1827–1872, Berlin, Lit, 2014. En revanche, des éditions de correspondance de grands juristes français n’ont pas été entreprises. L’ouvrage d’Olivier Motte contient beaucoup de lettres mais ne porte pas sur un juriste en particulier. Voir O. Motte, Lettres inédites…, op. cit., 1989-1990, 2 t. L’immense correspondance de Joseph-Marie Portalis est éparpillée dans les archives, les bibliothèques et le fonds resté dans les archives de la famille au château Pradeaux. Voir Joseph-Marie Portalis. Diplomate, magistrat et législateur, dir. R. Cahen et N. Laurent-Bonne, Aix-en-Provence, PUAM, 2020, p. 11-14.

3 Voir M. Jottrand, « Les bourses de voyages de l’État, un instrument de circulation des savoirs juridiques ? Exploration sur les séjours d’études dans la formation des juristes belges au 19e siècle », Les Professeurs allemands en Belgique : circulation des savoirs juridiques et enseignement du droit (1817-1914), dir. R. Cahen, J. de Brouwer, F. Dhondt, M. Jottrand, Bruxelles, ASP, 2022, p. 121-150.

4 Voir l’introduction de ce dossier par Laetitia Guerlain et Luisa Brunori sur les juristes en voyageurs.

5 GSTA, I. HA Rep 77. 6 lut K 100, Note secrète Paris 1 nov. 1834. Voyage de Klüber à Paris.

6 Sur la célèbre mission de Boissonade au Japon voir Y. Okubo, « Gustave Boissonade, père français du droit japonais moderne (1825-1910) », Revue historique de droit français et étranger, 70, 1981, p. 29-54 ; T. Matsukawa, « Le voyage dans le droit », Variations juridiques sur le thème du voyage, dir. L. Condé, Toulouse, LGDJ Lextenso Éditions, 2015, p. 155-160.

7 Voir notamment sur la première mission allemande de Georges Blondel, O. Motte, « Le voyage d’Allemagne. Lettres inédites sur les missions d’universitaires français dans les universités allemandes au 19e siècle », Francia, 14, 1986, p. 561-566.

8 Sur la participation des juristes aux divers congrès de la paix dans les années 1840-1850, voir W. De Rycke, « Legislating Utopia Louis Bara (1821-1857) and the Liberal-Scientific Restatement of International Law in the Nineteenth Century Peace Movement », Journal of the History of International Law (JHIL), 3/4, 2021, p. 590-630 ; sur les congrès scientifiques en tant que fabrique internationale de la science, voir la Revue germanique internationale, 12 [La fabrique internationale de la science], 2010 ; sur les Deutscher Juristentag, voir J.-L. Halpérin, Histoire de L’état des juristes. Allemagne, xixe-xxe siècles, Paris, Classiques Garnier, 2015, p. 141-144.

9 C. A. Baily, La naissance du monde moderne 1780-1914, Paris, Les Éditions de l’atelier, 2007 ; J. Osterhammel, La Transformation du monde : une histoire globale du xixe siècle, Paris, Nouveau monde éditions, 2017.

10 S. Venayre, Panorama du voyage, 1780-1920 : mots, figures, pratiques, Paris, Les Belles Lettres, 2012 ; C. Studeny, « Une histoire de la vitesse : le temps du voyage », Mobilités et Temporalités, dir. M. Hubert, B. Montulet, C. Jemelin et al., Bruxelles, Presses de l’Université de Saint-Louis, 2005, p. 113-128.

11 Clio@Themis, 18 [Histoire du droit international, dir. R. Cahen, F. Dhondt, E. Fiocchi-Malaspina], 2020.

12 Constructing International Law. The Birth of a Discipline, dir. L. Nuzzo, M. Vec, Francfort-sur-le-Main, V. Klostermann, 2012.

13 M. Koskenniemi, The Gentle Civilizer of Nations. The Rise and Fall of International Law 1870-1960, Cambridge, CUP, 2001 ; V. Genin, Le laboratoire belge du droit international. Une communauté épistémique et internationale de juristes (1869-1914), Bruxelles, Académie royale de Belgique, 2018 ; Le dernier ouvrage de M. Koskenniemi, To the Uttermost Parts of the Earth : Legal imagination and International Power 1300-1870, Cambridge, CUP, 2021 ne contient pas de développement sur les années 1815-1870 contrairement à ce que le titre laisse entendre. Voir J.-L. Halpérin, « Une histoire transnationale des imaginations nationales ? », Rechtsgeschichte – Legal History, 29, 2021, p. 267-268 [http://dx.doi.org/10.12946/rg29/267-268].

14 A. Becker Lorca, Mestizo International Law, A Global Intellectual History 1842-1933, Cambridge, CUP, 2015 ; L. Benton, L. Ford, Rage for Order : The British Empire and the Origins of International Law, 1800-1850, Cambridge, HUP, 2016. Voir aussi I. De la Rasilla del Moral, In the Shadow of Vitoria : A History of International Law in Spain (1770-1953), Leiden, Brill, 2018.

15 Profession, juristes internationalistes ?, dir. D. Kévonian, P. Rygiel, Monde(s), 7/1, 2015 ; M. Koskenniemi, « What should international legal history become ? », System, Order and International Law. The Early History of International Legal Thought from Machiavelli to Hegel, dir. Stefan Kadelbach et al., Oxford, OUP, 2017, p. 381-397 ; L. Obregon Tarazona, « Peripheral Histories of International Law », Annual Review of Law and Social Science, 15, 2019, p. 437-451 ; J. C. Kogan, « A History of International Law in the Vernacular », Special Issue : Politics and the Histories of International Law, dir. A. Peters, R. Schafer, R. Lesaffer, JHIL, 22/2 et 3, 2020, p. 205-217.

16 Un versement de 49 cartons (dont 27 sur Édouard de Laboulaye) a été effectué le 25 octobre 2019 aux Archives Nationales (dorénavant AN). Le classement du fonds 796AP n’a été achevé que fin mars 2022. Je tiens à remercier ici, Alexis Douchin, le conservateur chargé du fonds, pour son aide précieuse.

17 Jusqu’ici uniquement Pierre Legendre, Walter D. Gray, André Dauteribes et Olivier Motte.

18 P. Legendre, « Méditation sur l’esprit libéral. La leçon d’Édouard Laboulaye, Juriste-témoin », Revue du droit public et de la science politique en France et à l’étranger, 87/1, 1971, p. 83-122 ; A. Dauteribes, Les idées politiques d’Édouard Laboulaye (1811-1883), thèse de doctorat, 2 t., Montpellier I, 1989 ; A. Dauteribes, « Les relations entre juristes européens au xixe siècle : autour de la correspondance Laboulaye-Warnkoenig (1839-1866) », Revue d’histoire des facultés de droit, 13, 1992, p. 159-186 ; A. Dauteribes, « Laboulaye et la réforme des études de droit », Revue d’histoire des facultés de droit et de la science juridique, 10-11, 1990, p. 13-57 ; O. Motte, Lettres inédites…, op. cit., t. 2, p. 1040-1120.

19 Comme indiqué dans la note 15, l’inventaire du 25 octobre 2019 fait état de 27 cartons pour Laboulaye mais l’archiviste a complété les cartons avec de la correspondance entre ma première consultation en janvier 2021 et ma dernière en mars 2022. Par ailleurs, plusieurs cartons du fonds portent sur Paul Laboulaye (1833-1905), le fils aîné d’Édouard Laboulaye qui a fait une carrière de diplomate qui l’a amené en Belgique, en Suisse, au Portugal, en Espagne et en Russie avant de devenir juge à la Cour permanente d’arbitrage de la Haye.

20 W. D. Gray, Interpreting American Democracy in France : The Career of Edouard Laboulaye, Newark, University of Delaware Press, 1994, p. 144-152. Gray cite des lettres de Laboulaye à Lieber du fonds Lieber de la Huntington Library (USA). Voir aussi déjà D. C. Gilman, Bluntschli, Lieber and Laboulaye, Baltimore, J. Murphy & Co.,1884. Le fonds Laboulaye 796AP contient au moins une cinquantaine de lettres de Lieber à Laboulaye écrites entre 1862 et 1871.

21 O. Motte, Lettres inédites…, op. cit., t. 2, p. 1045.

22 A. Dauteribes, Les idées politiques d’Édouard Laboulaye (1811-1883), passim ; S. W. Sawyer, « Édouard Laboulaye et la Statue de la Liberté : l’élaboration de l’expérience démocratique », La lettre du Collège de France, 26 juin 2009, mis en ligne le 24 juin 2010, consulté le 11 décembre 2021 ; A.-S. Chambost, « Édouard Laboulaye. Portrait intellectuel », Revue française d’histoire des idées politiques (RFHIP), 47, 2018/1, p. 9-32 ; P. Allorant et W. Badier, « La Société de législation comparée : boîte à idées du parlementarisme libéral de l’Empire libéral à la République opportuniste », Clio@Themis, 13, 2017.

23 J.-L. Halpérin, « Laboulaye, historien du droit et/ou comparatiste », Revue internationale de droit comparé, 63/3, 2011, p. 517-525 [https://doi.org/10.3406/ridc.2011.20011].

24 V. E. Grabar, The History of International Law in Russia 1647-1917, trad. W. E. Butler, Oxford, Clarendon Press, 1990, p. 354-420 ; L. Mälksoo, Russian Approaches to International Law, Oxford, OUP, 2015, p. 57, 61-62 ; K. Savchuk, « International Law at the Saint Volodymyr Imperial University of Kyiv in the 19th and Early 20th Centuries », Polish Yearbook of International Law, 39, 2019, p. 89-110 [https://doi.org/10.24425/pyil.2020.134477] ; K. O. Savchuk et I. M. Protsenko, « On the Development of the Science of International Law at the Koretsky Institute of State and Law », Jus Gentium : Journal of international legal history, 3/2, 2018, p. 485-503.

25 Sur le concept d’ « intermédiarité » et les « brokers » ou « connecteurs » au sein d’un groupe ou de plusieurs groupes voir C. Lemercier, « Analyse de réseaux et histoire », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 52/2, 2005, p. 88-112.

26 Il y a une pluralité de manières d’écrire son nom de famille ce qui se retrouve aussi dans les sources : Katchenovsky, Katchenoffsky, Katchénowsky, Kachenovskii, Kachenoffsky parmi d’autres. W. Butler, « On the Life and Works of D. I. Kachenovskii : Kharkiv International Lawyer », Вісник Національної академії правових наук України [Brochure de l’Académie nationale des sciences juridiques d’Ukraine], 90/3, 2017, p. 19-35.

27 Ibidem, p. 21.

28 Ibid., p. 19-21 ; V.E. Grabar, The History of International Law in Russia…, op. cit., p. 280-300.

29 W. Butler, « On the Life and Works… », op. cit., p. 22 ; O. Tarasov, « Fragments from the 1844 Stepanov Manuscript on the “Law of Nations and Diplomacy” from the Legacy of the Kharkiv School of International Law Documents and Other evidence of State Practice », Jus Gentium, 5/2, 2020, p. 641-648 ; « Manuscript of T.F. Stepanov Law of nations and Diplomacy », Jus Gentium, 5/2, 2020, p. 649-668.

30 W. Butler, « On the Life and Works… », op. cit., p. 21.

31 Ibid., p. 22.

32 Ibid., p. 22.

33 Ibid., p. 23-24.

34 Ibid., p. 25-27.

35 D. I. Kachenosky, Курс международного права [cours de droit international], Kharkiv, 1863-1866, voir W. Butler, « On the Life and Works… », op. cit., p. 28. Voir aussi L. Kamarowski, « De la littérature contemporaine du droit international en Russie », Revue de droit international et de législation comparée, 8, 1876, p. 386-398. Leonid Kamarowski emploie l’expression « Exposé scientifique du droit international ». Pour une collection des œuvres de Kachenosky en Anglais voir W. Butler, Selected Works of D. I. Kachenovskii : Ukrainian international Lawyer, Clark, New Jersey, Talbot Publishing, 2014.

36 Cité par W. Butler, « On the Life and Works… », op. cit., p. 29.

37 R. Cahen, « L’Académie des sciences morales et politiques et le droit international (1832-1914) », Relations internationales et droit(s) : Institutions, acteurs et législations comparées, dir. P. Allorant, W. Badier, R. Cahen, S. Morris, Paris, Pedone, à paraître.

38 F. Laurent, Histoire du droit des gens et des relations internationales, Gand, L. Hebbelynck, 1850, 3 t. ; W. Butler, « On the Life and Works… », p. 29.

39 W. Butler, « On the Life and Works… », op. cit., p. 29-33 ; A. de Middendorff, Compte rendu de l’Académie impériale des sciences de Saint-Pétersbourg, Année 1856, Saint-Pétersbourg, 1857, p 161, « Des croiseurs et de la procédure contre les prises, au point de vue du commerce neutre (Moscou 1855) par Katchenovsky. Rapport de M. le professeur Ivanovsky ».

40 Allgemeine Zeitung, 349, 15 dec. 1855, p. 5578-5579.

41 D. Katchenovsky, Prize Law, particularly with reference to the duties and obligations of belligerents and neutrals, Translated from the Russian by F. T. Pratt, Londres, Stevens, 1867 ; W. Butler, « On the Life and Works… », op. cit., p. 34-35.

42 Voir notamment C. de Boeck, De la propriété privée ennemie sous pavillon ennemie, Paris, Durand et Pédone-Lauriel, 1882, bibliographie.

43 D. Katchenovsky, Daniel Webster : étude biographique, Bruxelles, Ferdinand Claassen, 1858.

44 Ibid., préface.

45 Lettre de Strasbourg le 2 juillet 1858 de Georges Schützenberger (1799-1859), AN Fonds Laboulaye 796AP/17, dossier 9, 1858.

46 E. Laboulaye, Souvenirs d’un voyageur. Nouvelles, Paris, Hachette, 1858. Seule la dernière nouvelle « Don Ottavio » aurait été écrite à l’étranger. Laboulaye signe « Wetzlar, 8 octobre 1855 ». Pour les pays germanophones, Olivier Motte indique que Laboulaye voyage en dehors de son premier voyage en 1840 : « en 1841 à Zurich et Fribourg ; en 1843 à Baden-Baden, Cologne, Bonn et Aix-la-Chapelle ; en 1844 à Cologne, Bonn, Heidelberg, Baden-Baden, Fribourg et Zurich ; en 1846 à Berlin, Leipzig, Munich et Tübingen ; en 1851 et 1854 à Heidelberg et Wiesbaden ; en 1855 à Heidelberg, Stuttgart, Munich, Vienne et Prague ; en 1856 à Canstadt ; en 1857, à Canstadt, Wiesbaden, Munich, Vienne et Prague ; en 1858 à Heidelberg, Wiesbaden et Baden-Baden », O. Motte, Lettres inédites…, op. cit., t. 2, p. 1045.

47 Lettre de Warnkönig à Laboulaye, de Stuttgart, août 1859, AN Fonds Laboulaye 796AP/17, dossier 10, 1859. Voir aussi Laboulaye à Bluntschli, de Paris le 14 avril 1863, « malheureusement ma santé devient de plus en plus mauvaise, et je n’ai plus pour me remettre ces voyages d’Allemagne qui me faisaient tant de bien », dans O. Motte, Lettres inédites…, op. cit., t. 2, p. 1077.

48 W. D. Gray, Interpreting American Democracy…, op. cit., p. 55. La municipalité de Belgrade lui écrit aussi par le biais de son Président Popovitch le 14 juillet 1872 pour que Laboulaye assiste à la fête en l’honneur de « Milan M. Obrénovitch IV » qui doit avoir lieu en août prochain, AN Fonds Laboulaye 796AP/20, dossier 3, 1872.

49 À l’exception de O. Motte, Lettres inédites…, op. cit., passim.

50 A. Dauteribes, « Les relations entre juristes européens… », op. cit., p. 162, 180-181.

51 GSTA, III HA II, 5562, Note remise à son excellence M. le ministre de Prusse par M. Pardessus ; J.-M. Pardessus, Collections de lois maritimes antérieures au xviiie siècle, Paris, 1828-1845, 6 vol.

52 O. Motte, Lettres inédites…, op. cit., t. 1, p. 44-47 ; O. Motte, Savigny et la France, Berne, P. Lang, 1983, p. 90-190 ; A.-S. Chambost, « Édouard Laboulaye… », op. cit., p. 12-19.

53 Ibid., p. 12-19 ; A.-S. Chambost, « Une controverse au long cours : la réforme du concours et des études de droit dans les revues Foelix et Wolowski », Revue d’histoire des facultés de droit, 33, 2013, p. 261-382 ; M. Touzeil-Divina, « Utopie, Politique et réalisme : l’article de revue critiquant l’enseignement du droit et projetant sa réforme sous la Restauration et la monarchie de Juillet », Revue d’histoire des facultés de droit, 31, 2011, p. 81-115 ; R. von Mohl, « Ueber staatswissenschaftliche Facultäten in Frankreich », Kritische Zeitschrift für Rechtswissenschaft und Gesetzgebung des Auslandes, 16, 1844, p. 431-465. De nombreux articles portent sur l’enseignement du droit en France, en Italie, en Espagne et dans d’autres pays de 1840 à 1856 dans la Kritische Zeitschrift de Mittermaier.

54 O. Motte, Lettres inédites…, op. cit., t. 2, p 1654-1659 ; C. Vergé, Rapport à M. le ministre de l’Instruction publique sur l’organisation de l’enseignement du droit et des sciences politiques et administratives dans quelques parties de l’Allemagne, Paris, Dupont, 1846. Comte-rendu dans Revue de législation et de jurisprudence (RLJ), 25, 1846, p. 468-474. Lettres de Charles Vergé à Laboulaye en 1841, 1842, 1845 dans AN Fonds Laboulaye 796AP/16, dossiers 3, 4 et 7.

55 Laboulaye à Bluntschli, le 16 février 1841, « en parcourant les universités d’Allemagne, j’ai trouvé partout, depuis Heidelberg jusqu’à Berlin, cette sympathie bienveillante », dans O. Motte, Lettres inédites…, op. cit., t. 2., p. 1059. Dans le fonds Laboulaye, deux billets de trajets en malle-poste (Eilwagen) sont conservés : le 4 juillet 1840 entre Tübingen et Ulm et le 9 juillet 1840 entre Munich et Hof, AN Fonds Laboulaye 796AP/9, dossier 6.

56 Laboulaye à Mittermaier d’Heidelberg le 29 juin 1840, « C’est pour moi un vif chagrin, Monsieur, de ne vous avoir point trouvé à l’Université ; et je le regrette d’autant plus, qu’obligé de partir pour Stuttgart, la rapidité de mon voyage ne me permet pas de me rendre à Carlsruhe pour vous remercier de votre bienveillance » dans O. Motte, Lettres inédites…, op. cit., t. 2, p. 1090-1091.

57 E. Laboulaye, Essai sur la vie et les doctrines de Frédéric Charles de Savigny, Paris, Durand, Leipzig, Brockhaus, 1842 ; E. Laboulaye, « De l’enseignement et du noviciat administratif en Allemagne », RLJ, 3/2, 1843, p. 513-611 ; O. Motte, Savigny et la France, op. cit., p. 118-124. Motte évoque un manuscrit d’un livre plus long de Laboulaye sur les universités allemandes dans le fonds Laboulaye pour l’instant, ni moi ni l’archiviste n’avons mis la main dessus.

58 E. Laboulaye, « Quelques réflexions sur l’enseignement du droit en France », RLJ, 11/3, 1845, p. 357.

59 Textes du diplôme de l’Université Tübingen délivré à E. Laboulaye, RLJ, 11/3, 1845, p. 431.

60 Voir tout de même O. Motte, Lettres inédites…, op. cit., t. 2, p. 1042.

61 O. Motte, Savigny et la France, op. cit., p. 150-189 ; E. Laboulaye, Les tables de bronze de Malaga et de Salpesa, Paris, Durand, 1856.

62 E. Laboulaye, Le Prince Caniche, Paris, Charpentier, 1868.

63 Lettre de Laboulaye à Bluntschli le 2 août 1842, dans O. Motte, Lettres inédites…, op. cit., t. 2, p. 1066. Laboulaye évoque aussi son voyage scientifique en Espagne à Savigny, voir ibid., p. 1114.

64 Nom illisible, Direction des archives et de la chancellerie au consul de France à Carthagène, Paris le 26 mars 1842, AN Fonds Laboulaye 796AP/16, dossier 4, 1842.

65 Nom illisible, Direction des archives et de la chancellerie au consul de France à Cadix, le 26 mai 1842, AN Fonds Laboulaye 796AP/16, dossier 4, 1842.

66 Ferdinand de Lesseps à Laboulaye le 6 mai 1842, AN Fonds Laboulaye 796AP/16, dossier 4, 1842.

67 Felipe Sanchez Gadeo à Thomas de Heredia à Grenade, le 23 avril 1842 en espagnol, AN Fonds Laboulaye 796AP/16, dossier 4, 1842. Heredia était le propriétaire des usines de fer de Malaga. Voir A. de Démidoff, Étapes maritimes sur les côtes d’Espagne de la Catalogne à l’Andalousie. Souvenirs d’un voyage exécuté en 1847, Florence, Le Monnier, 1848, t. 2, p. 381. Le frère de Laboulaye, Charles, lui envoie de longues lettres à Séville (27 avril) et à Malaga (7 avril), AN Fonds Laboulaye 796AP/16, dossier 4, 1842. Le camarade de voyage de Laboulaye était probablement Marc Horace Demarçay (1813-1866), le fils de Marc Jean Demarçay (1772-1839), un général de Napoléon Ier qui avait passé deux années en Espagne.

68 El conde de Ripalda à Ignacio Anaya, le 13 avril 1842, de Valencia, AN Fonds Laboulaye 796AP/16, dossier 4, 1842.

69 Lettres de José Maria de Alava Urbina (1816-1872) à Laboulaye, AN Fonds Laboulaye 796AP/17, carton 2 et carton 6. Sur Alava voir J. Calvo Gonzalez, « José Maria de Alava Y Urbina », en Ligne José María de Álava y Urbina | Real Academia de la Historia (rah.es) (consulté le 13/12/2021).

70 Laboulaye à Mohl, 1851, dans O. Motte, Lettres inédites…, op. cit., t. 2, p. 1097 ; Laboulaye à Savigny, 1851, dans ibid., p. 1120 ; Pellat à Savigny, le 13 juillet 1851, dans ibid., p. 1428. Sur les deux cours de Laboulaye sur la philosophie de Krause en 1849, voir T. Pouthier, « Une réception du droit naturel krausiste en France. Édouard Laboulaye », Krausisme juridique et politique en Europe, dir. O. Ferreira, Paris, Classiques Garnier, 2021, p. 77-98.

71 Lettre en espagnol de don Pedro Pidal à Laboulaye, de Madrid le 26 juin 1842, AN Fonds Laboulaye 796AP/16, dossier 4, 1842. M. Ramos Corrada, « Pedro José Pidal y Carniado », en ligne Pedro José Pidal y Carniado | Real Academia de la Historia (rah.es) (consulté le 13/12/2021).

72 E. Laboulaye, Historia del derecho de propiedad en Europa, Madrid, Imprenta de la Sociedad Literaria y Tipografica, 1845 ; M. Figueras Pamies, Filosofia del dret o nova teoría del dret, Lleida, Edicions de la Universitat de Lleida, 2004, p. 147.

73 E. Richard, L’esprit des lois. Droit et sciences sociales à l’Académie royale des sciences morales et politiques d’Espagne (1857-1923), Thèse Université Paris 1, 2008, p. 30, 45-46 ; I. De la Rasilla del Moral, In the Shadow of Vitoria…, op. cit., p. 50-54.

74 Lettre en espagnol de Fernando Alvarez à Laboulaye, de Madrid, le 30 juin 1842, AN Fonds Laboulaye 796AP/16, dossier 4, 1842. Il remercie Laboulaye pour son Histoire de la procédure civile chez les romains et son histoire du droit de propriété foncière en Occident ; E. González Díez, « Fernando Alvarez Martinez », en ligne Fernando Álvarez Martínez | Real Academia de la Historia (rah.es) (consulté le 13/12/2021) ; E. Richard, L’esprit des lois…, op. cit., p. 31, 42-55.

75 Voir Viardot à Wolowski en 1842, AN Fonds Laboulaye 796AP/16, dossier 4, 1842 ; E. Richard, L’esprit des lois…, op. cit., p. 35-44.

76 E. Laboulaye, « Histoire du droit romain en Espagne », RLJ, 17, 1843, p. 5-21. Il est possible que Laboulaye ait rencontré Alejandro Llorente y Lanas (1814-1901) à Séville.

77 Mittelmaier à Laboulaye, Heidelberg 19 mars 1843, AN Fonds Laboulaye 796AP/16, dossier 5, 1843 ; Laboulaye à Mittelmaier de Paris le 20 juin 1843, dans O. Motte, Lettres inédites…, op. cit., t. 2, p. 1092, « je suis tout à votre disposition pour un article sur l’Espagne, mais je n’aurai pas beaucoup de choses nouvelles à vous dire sur ce malheureux pays ; néanmoins je ferai connaître à vos lecteurs quelques livres nouveaux dernièrement publiés. J’ai vu en Espagne M. de Tejada qui m’a beaucoup parlé de vous, de M. Zoepfl et de son séjour à Heidelberg ». Il faut donc ajouter à la liste des fondateurs de l’Académie espagnole des sciences morales et politique que Laboulaye a rencontré en Espagne, Santiago de Tejada y Santa María (1800-1877), voir E. Richard, L’esprit des lois…, op. cit., p. 35-44.

78 E. Laboulaye, « Italie. Ore solitarie », RLJ, 19, 1844, p. 478-482, ici p. 478-479.

79 A. Dauteribes, Les idées politiques d’Édouard Laboulaye, t.2, Repères Chronologiques ; F. Audren, G. Navet, « Note sur la carrière d’Eugène Lerminier au Collège de France (1831-1849) », Revue d’Histoire des Sciences Humaines, 4, 2001/1, p. 57-67.

80 Lettre d’Etienne Portalis le 27 mai 1851 à Joseph-Marie Portalis, « pochette Étienne Portalis », Archives privées famille Portalis, Château Pradeaux ; Sur les voyages de Charles Giraud en Allemagne, voir O. Motte, Lettres inédites…, op. cit., t. 1, p. 808-840 ; voir aussi J. Bouineau, « Charles Giraud (1802-1881) », Revue d’histoire des facultés de droit, 20, 1999, p. 121-145 ; Savigny International ?, dir. J. Rückert, T. Duve, Francfort, Vittorio Klostermann, 2015.

81 Frédéric Le Play à Laboulaye, le 26 juillet 1864, AN Fonds Laboulaye 796AP/18, dossier 5, 1864. Sur Le Play et les leplaysiens voir L. Guerlain, L’École de Le Play et le droit. Contribution à l’histoire des rapports entre droit et science socialeIssy-les-Moulineaux, LGDJ – Lextenso, 2017.

82 F. Soubiran-Paillet, « Histoire du droit et sociologie : interrogations sur un vide disciplinaire », Genèses. Sciences sociales et histoire, 29, 1997, p. 141-163, ici 147-154 sur la fondation de la Revue historique de droit français et étranger. Les trois revues contiennent de nombreux articles sur le droit international et des recensions d’ouvrage touchant au droit international dans les années 1840-1860.

83 Mittermaier à Laboulaye, le 18 aout 1843, dans A. Dauteribes, « Les relations entre juristes européens… », op. cit., p. 184.

84 R. von Mohl à Laboulaye, le 20 mars 1855, AN Fonds Laboulaye 796AP/17, dossier 6, 1855.

85 L. von Stein à Laboulaye, le 24 avril 1843, AN Fonds Laboulaye 796AP/16, dossier 5, 1843.

86 L.-J. Königswarter à Laboulaye, avril 1850, AN Fonds Laboulaye 796AP/17, dossier 1, 1850.

87 E. Laboulaye, « Italie. Ore solitarie », RLJ., 19, 1844, p. 482 ; Paris, capitale juridique (1804-1905). Étude de socio-histoire sur la Faculté de droit de Paris, dir. J.-L. Halpérin, Paris, éditions rue d’Ulm, 2011.

88 J. M. Lappenberg à Laboulaye le 30 octobre 1846, AN Fonds Laboulaye 796AP/16, dossier 8, 1846.

89 O. Munch Rader, Jury-Institutionen i Storbritanien, Canada og de forenede Stater af Amerika, Christiana, Trykt af S. N., 1852, 3 t. ; G. J. Malmin, America in the Forties : The Letters of Ole Munch Raeder, Minneapolis, University of Minnesota Press, 1929 ; J. Bouineau, Traité d’Histoire européenne des institutions, Paris, Litec, 2014, t. 2, p. 340-344.

90 Lappenberg à Laboulaye le 30 octobre 1846, AN Fonds Laboulaye 796AP/16, dossier 8, 1846 ; L.H. Liu, « Henry Wheaton (1785-1848) », The Oxford Handbook of the History of International Law, dir. B. Fassbender and A. Peters, Oxford, OUP, 2012, p. 1132-1136.

91 François de Bonne à Laboulaye, décembre 1859, AN Fonds Laboulaye 796AP/17, dossier 10, 1859.

92 François de Bonne à Laboulaye, décembre 1859, An Fonds Laboulaye 796AP/17, dossier 10, 1859 ; M. Jottrand, Les bourses de voyages de l’État, passim.

93 François de Bonne à Laboulaye, en 1867, An Fonds Laboulaye 796AP/19, dossier 2, 1867. Tielemans avait été aussi l’un des fondateurs de l’ULB, voir S. Blondeel, Jean-François Tielemans : 1799-1887 : un fondateur méconnu de l’Université libre de Bruxelles, Mémoire de master de l’ULB, 2017, Archives ULB.

94 Charles Dumercy à Laboulaye, de Paris, le 20 mai 1872, AN Fonds Laboulaye 796AP/20, dossier 3, 1872 ; M. Jottrand, Les bourses de voyages de l’État, passim. Le rapport de Dumercy n’est pas l’un des quatre qui ont été conservés.

95 Rodolphe Dareste à Laboulaye, août 1846, AN Fonds Laboulaye 796AP/16, dossier 8, 1846 ; O. Motte, Lettres inédites…, op. cit., t. 1, p. 590.

96 E. de Rozière à Laboulaye, octobre 1849, AN Fonds Laboulaye 796AP/16, dossier 11, 1849 ; O. Motte, Lettres inédites…, op. cit., t. 2, p. 1560-1561.

97 Par exemple un billet d’un professeur Lohwitzsky à Laboulaye le 13 décembre 1857 : « Je viens vous demander d’avoir la bonté de m’envoyer un billet d’entrée pour une de mes compatriotes Mme la Comtesse Salkias et ses deux filles, qui désirent extrêmement suivre vos leçons au Collège de France. », AN Fonds Laboulaye 796AP/17, dossier 8, 1857. Lohwitzsky avait traduit le livre d’Ortolan, Règles internationales et diplomatie de la mer, en russe en 1865, voir L. Kamarowski, De la littérature contemporaine, p. 387. Il s’agit à priori du célèbre juriste russe Alexander Vladimirovich Lokhvitsky (1830-1884).

98 Lettre de Pradzynzki le 28 juin 1858, AN Fonds Laboulaye AP796/17, dossier 9, 1858. Il a publié en 1875 un livre sur les droits des femmes avec en page de couverture une citation des Recherches sur la condition civile et politique des femmes de Laboulaye, voir E. Pradzynski, O prawach Kobiéty [Sur les droits des femmes], Varsovie, Nakł. księg. C. Lewickiego, 1875.

99 E. Laboulaye, Paris en Amérique par le docteur René Lefebvre, Paris, Charpentier, 1863 ; E. Laboulaye, Les États-Unis et la France, Paris, Dentu, 1862 ; W. D. Gray, Interpreting American Democracy…, op. cit., p. 55-66 ; A Craiutu, « Laboulaye et les États-Unis », RFHIP, 47, 2018/1, p. 203-225. Bluntschli à Laboulaye le 11 avril 1863, de Heidelberg, AN Fonds Laboulaye 796AP/18, dossier 4, 1863, « J’ai Paris en Amérique sous la main. Mittermaier m’a dit que vous étiez le verfasser de ces modernes lettres persanes ».

100 Pierre Pletnoff à Laboulaye, 2/4 novembre 1861, AN Fonds Laboulaye 796AP/18, dossier 2, 1861, « Vous devez déjà être fatigué par ces connaissances éphémères avec des étrangers attirés bien souvent plutôt par une vaine curiosité, que par l’autorité que donne la science » ; Sur Pyotr Aleksandrovitch Pletnyov, voir Handbook of Russian Literature, dir. V. Terras, New Haven, Yale University Press, 1985, p. 344.

101 Ibid. « Vous êtes un des membres de notre université ». Voir aussi AN Fonds Laboulaye 796AP/24, dossier 4, le dossier contient le diplôme de membre de l’université de Saint-Pétersbourg et l’ensemble des distinctions et des nominations de Laboulaye.

102 Pierre Pletnoff à Laboulaye, février 1862, AN Fonds Laboulaye 796AP/18, dossier 3, 1862 ; R. A. Arslanov, K.D. Кавелин : человек и мыслитель [K.D. Kavelin : L’homme et le penseur], Moscou, Изд-во Рос. ун-та дружбы народов [Université de l’amitié entre les peuples], 2000.

103 T. A. Neuville à Laboulaye, le 15 décembre 1850, AN Fonds Laboulaye 796AP/17, dossier 1, 1850.

104 K. von Savigny, « Anschütz, August », Allgemeine Deutsche Biographie, 46, 1902, p. 16 [https://www.deutsche-biographie.de/pnd116312300.html#adbcontent] (consulté le 13/12/2021).

105 O. Motte, Lettres inédites…, op. cit., t.1, p. 38 ; A. Anschütz, « Französische Rechtsgeschichte », Kritische Zeitschrift für Rechtswissenschaft und Gesetzgebung des Auslandes, 23, 1851, p. 247-255, 329-339 ; A. Anschütz, « Das Studium der Rechtsgeschichte in Frankreich », Zeitschrift fur Rechtsgeschichte, 1, 1862, p. 345-350, l’article porte sur la revue de Laboulaye notamment.

106 Professeur Arneth à Laboulaye, le 29 mars 1852 de Heidelberg, AN Fonds Laboulaye 796AP/17, dossier 3, 1852, « Ihr Herr Sohn wird nun morgen am Schlüsse seines ersten Studien Semesters nach Hause zurück kehren » ; A. Renaud à Laboulaye, le 4 décembre 1852, AN Fonds Laboulaye 796AP/17, dossier 3, 1852.

107 A. Renaud à Laboulaye, le 4 décembre 1852, AN Fonds Laboulaye 796AP/17, dossier 3, 1852.

108 Lappenberg à Laboulaye, le 7 juillet 1854, AN Fonds Laboulaye 796AP/17, dossier 5, 1854.

109 A. Becker Lorca, Mestizo International Law…, op. cit., p. 49-55 ; L. Obregon Tarazona, « Writing International Legal History : An Overview », Monde(s), 7, 2015/1, p. 95-112.

110 Sur la paternité discutée de la fondation de l’Institut de Droit International voir P. Rygiel, L’ordre des circulations ? L’Institut de Droit International et la régulation des migrations (1870-1920), Paris, Éditions de la Sorbonne, 2021, p. 31-38. Alphonse Rivier rappelle le rôle joué par Kachenovsky dans sa « Notice Historique sur l’Institut de Droit International. Sa fondation et sa première session », Annuaire IDI, 1, 1877, p. 12.

111 W. Butler, « On the Life and Works… », op. cit., p. 23.

112 The Herald of Peace, London, The Peace Society, 1 Juin 1858, p. 71-72, « Dissertation on War and Peace by Basil Mahnofsky [sic], St Petersburgh, 1803… communicated to the Peace Society by Professor Katchenoffsky, on 18th may, 1858 » ; The Advocate of Peace for November and December, Boston, American Peace Society, 1858, p. 173, « At the last anniversary of the London peace Society, Dr. Katchenoffsky Professor of International law in the University of Karkoff, was introduced, who expressed his sympathy with our cause… fifty years ago… the principle was warmly advocated by an able Russian publicist. In a subsequent communication, Dr. Katchenoffsky gave some specimens of this work… it seems to have been published in 1803, at St. Petersburgh. It is entitled “Dissertation on war and Peace, by Basil Mahnofsky” » ; E. Burritt, Bond of Brotherhood, London, Cash, June 1858, p. 178, « The annual Meeting of the Peace society was held in Fiusbury Chapel, on Tuesday evening, May 18th… Much interest was excited by the introduction to the meeting of a Russian gentleman, Mr Katchenoffsky, one of the professors of the University of Karkoff, who, being sufficiently master of the English language, spoke for a short time with considerable effect, quoting a very interesting extract from a work on Peace, by a Russian author, published in Russia in 1803 » ; P. Ferretti, A Russian Advocate of Peace : Vasilii Malinovskii (1765-1814), Dordrech, Kluwer, 1998.

113 Papers read before the Juridical Society 1858-1863, Londres, William Maxwell, 1863, vol. II, p. 99-111. En mars 1859, sa nécrologie de Wurm a été lue à la société, ibid., p. 112-118.

114 Sacase à Warnkönig, Académie de législation de Toulouse, le 30 mars 1858, « comme il résulte de votre lettre que M. Bulmering [sic] voyage en ce moment en Europe et qu’elle ignore sa résidence actuelle, l’Académie vous prie de vouloir bien lui donner avis de cette nomination », dans O. Motte, Lettres inédites…, op. cit., t. 2, p. 1577.

115 Annales de la Société d’économie politique, ed. A. Courtois fils, t. III (1858-1859), Paris, 1890, Séance du 5 novembre 1858 : « M. Katchenoffsky, professeur de droit naturel et des gens à l’Université de Kharkow en Russie ; et M. Tchitcherin, rédacteur de l’Athenaeum de Moscou ».

116 Lettre de D. Katchénovsky à Laboulaye, de Kharkiv, 29 décembre 1859/20 Janvier 1860, AN Fonds Laboulaye 796AP/17, dossier 10, 1859 ; E. Richard, L’esprit des lois…, op. cit., p. 124 ; José España y Puerta (1819-1889) qui fut ambassadeur en France de 1854 à 1856, était en correspondance régulière avec Laboulaye entre 1852-1858, AN Fonds Laboulaye 796AP.

117 I. de la Rasilla del Moral, « The study of International Law in the Spanish Short Nineteenth Century (1808-1898) », Chicago Kent Journal of International and Comparative Law, 13, 2013, p. 121-149, ici, p. 130-131 ; I. Rassilla del Moral, In the Shadow of Vitoria…, op. cit., p. 51-58.

118 A. Roslavsky-Petrovsky à Laboulaye, 28 décembre 1859 de Kharkiv, AN Fonds Laboulaye 796AP/17, dossier 10, 1859.

119 W. Butler, « On the Life and Works… », op. cit., p. 26-27. Kachenovsky a aussi rencontré le juriste Jan Ackersdijck (1790-1861), voir Catalogue de la belle bibliothèque de feu MM W.C Ackersdijck et J. Ackersdijck, fils, Amsterdam, Frederik Muller, 1862, p. 176 ; G. W. Vreede, Le conservateur. Revue de droit international, Utrecht, J.G. Broese, 1868, p. 36 ; P. Rygiel, L’ordre des circulations…, op. cit., p. 33-40.

120 G. Rolin-Jaequemyns, « Nécrologie. Dmitry Iwanowitsch Katschénowsky », RDILC, 1873, p. 523-526, « C’est en 1858 seulement qu’il put accomplir son premier voyage à l’étranger. En Allemagne, en France, en Angleterre, il fit la connaissance d’un grand nombre de savants et se lia d’amitié avec quelques-uns d’entre eux. Depuis ce temps il est retourné plusieurs fois dans l’Occident de l’Europe. Nous avons eu le plaisir de le recevoir à Gand en 1870 ».

121 Monitore dei Tribunali Giornale di Legislazione e Giurisprudenza Civile e Penale, Milano, vol. 11, 1870, Notizie Varie, p. 811.

122 D. I. Kachenovskīĭ, O sovremennom sostojanii političeskih nauk na zapadě Evropy i v Rossii [Sur la situation contemporaine des sciences politiques à l’Ouest de l’Europe et en Russie], Kharkov, 1862. Un exemplaire se trouve à la bibliothèque de l’Institut de France à la côte AA30F8 ; L. Mälksoo, Russian Approaches to International Law, op. cit., p. 61-62 ; V. V. Pustogarov, Our Martens. F.F. Martens International Lawyer and Architect of Peace, ed. & tr. W. Butler, The Hague, Simmonds & Hill, 2000.

123 E. Cauchy, « Rapport sur un ouvrage de m. Katchenowsky, intitulé la loi des prises », Séances et travaux de l’Académie des sciences morales et politiques, dir. C. Vergé, F.-A. Mignet, Paris, 1867, t. 82, p. 299-312.

124 A. Rousseau, L’expérience cosmopolite des fondateurs du droit international moderne : les correspondances d’Alphonse Rivier et d’Ernest Lehr (1855-1919), Mémoire Master II Histoire, ENS Lyon, 2018, p. 110-112 ; P. Rygiel, « Les voyages du jeune Alphonse Rivier », Relations internationales et droit(s) : Institutions, acteurs et législations comparées, dir. P. Allorant, W. Badier, R. Cahen, S. Morris, Paris, Pedone, à paraître.

125 Alphonse Rivier à Laboulaye, le 8 novembre 1861, de Berlin, AN Fonds Laboulaye 796AP/18, dossier 2, 1861.

126 Ibid.

127 Rivier à Laboulaye, de Berlin, le 23 janvier 1863, AN Fonds Laboulaye 796AP/18, dossier 4, 1863.

128 Rivier à Laboulaye, de Bruxelles, le 9 juillet 1869, AN Fonds Laboulaye 796AP/19, dossier 4, 1869 ; A. Rousseau, L’expérience cosmopolite des fondateurs…, op. cit., p. 34 ; Rivier devra attendre 1884 et le décès d’Egide Arntz pour enseigner le cours du droit des gens à l’ULB.

129 Mancini à Laboulaye, Paris, le 15 septembre 1867, « ma première fois à Paris ». Le 29 septembre 1867, Mancini demande de « différer ma visite à Versailles ». Le 10 octobre 1867, il précise qu’il « va à Berlin, 8 jours », AN Fonds Laboulaye 796AP/19, dossier 2, 1867.

130 Mancini à Laboulaye, de Turin le 19 décembre 1850, AN Fonds Laboulaye 796AP/17, dossier 1, 1850 ; E. Mura, Mancini in cattedra. Le lezioni torinesi di dirito internazionale del 1850-1851 e 1851-52, Piza, Edizioni ETS, 2018 ; E. Mura, All’Ombra di Mancini. La disciplina internazionalistica in Italia ai suoi albori, Piza, Edizioni ETS, 2017 ; A History of International Law in Italy, dir. G. Bartolini, Oxford, OUP, 2020.

131 V. Genin, « L’institutionnalisation du droit international comme phénomène transnational (1869-1873). Les réseaux européens de Gustave Rolin-Jaequemyns », JHIL, 18, 2016, p. 181-196, ici p. 187-188 ; V. Genin, « Pasquale S. Mancini : du laboratoire juridique national à la Fabrique du droit international (1866-1869) », Mélanges de l’École française de Rome – Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, 130/2, 2018, en ligne [https://doi.org/10.4000/mefrim.4238] (consulté le 13/12/2021) ; Rolin-Jaequemyns à Laboulaye, le 13 janvier 1868, de Gand, AN Fonds Laboulaye 796AP/19, dossier 3, 1868, « souffrez donc que je vienne encore, avec ma ténacité flamande, vous rappelez l’espoir que vous m’avez donné lors de la visite que j’ai eu l’honneur de vous faire en décembre 1868. Un article sur Montesquieu, le père de la législation comparée ! ».

132 E. Laboulaye, « Études sur l’Esprit des Loix, de Montesquieu », RDILC, 1/2, 1869, p. 161-172 ; D. I. Katchénowsky, « Nouvelles recherches sur les formes de gouvernement », RDILC, 3, 1871, p.12-54. L’auteur était tellement critique sur l’occupation allemande en France dans le contexte de la guerre de 1870 que la rédaction a rajouté une note à la fin pour rappeler que la revue était « une tribune d’expression libre ».

133 Federigo Sclopis à Laboulaye de Paris le 27 aout 1852 et le 30 janvier 1859 de Paris, AN Fonds Laboulaye 796AP/17, dossier 3 et 10. Sclopis écrit beaucoup à Laboulaye, il y au moins une trentaine de lettres du juriste italien dans le fonds Laboulaye.

134 Carnaza Amari à Laboulaye, de Catania, le 5 avril 1867, en italien, AN Fonds Laboulaye 796AP/19, dossier 2, 1867 ; Catalogue de livre anciens et modernes principalement sur la jurisprudence et l’histoire composant la bibliothèque de feu M. Édouard Laboulaye, Paris, Adolphe Labitte, 1884, p. 203-205.

135 P. Rygiel, « Les fondateurs de l’institut de droit international et la mondialisation juridique », Faire l’histoire culturelle de la mondialisation, dir. François Chaubet, Nanterre, Presses universitaires de Nanterre, 2018, p. 77-100, ici p. 81.

136 En 1875 pour l’Association pour la réforme et la codification du droit des gens et en 1878 pour l’Institut de Droit International. P. Macalister-Smith, « Bio-Bibliographical Key to the Membership of the Institut de Droit International, 1873-2001 », JHIL, 5/1, 2003, p. 77-160 ici p. 106 ; Association for the reform of Codification of the Law of Nations, Summary of the Proceeding of the Third Annual Conference held at The Hague (sept 1-6, 1875), London, Wiliam Clowes and Son, 1875, p. 30, « Honorary President. M. Édouard Laboulaye ». Laboulaye n’avait pas pu participer, p. 6.

137 Émile de Laveleye à Laboulaye, Liège, le 15 décembre 1872, AN Fonds Laboulaye 796AP/20, dossier 3, 1872, « les cercles littéraires de quelques villes se sont fédérés afin de pouvoir payer les frais de voyages aux orateurs étrangers… le premier nom qui a été prononcé c’est le vôtre et on me demande de vous prier, de vous supplier de venir donner quelques conférences en Belgique… les frais de déplacement qu’on peut offrir s’élèvent à 1350 fr. ».

138 B. Karsky, « Les libéraux français et l’émancipation des esclaves aux États-Unis, 1852-1870 », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 21/4, 1974, 757-590, ici 589 ; W. D. Gray, Interpreting American Democracy…, op. cit., p. 99-103. Dans le fonds Laboulaye, à partir de 1865, il y a une pochette supplémentaire pour chaque année contenant de nombreux documents et une vaste correspondance sur son engagement en faveur de l’émancipation.

139 Voir les 18 lettres de Frédéric Passy à Laboulaye avec comme en-tête « Ligue internationale et permanente de la paix » entre 1862 et 1874 à Laboulaye, AN Fonds Laboulaye 796AP/14, dossier 3 ; Les maux de la guerre et les bienfaits de la paix. Première réunion publique tenue à Paris le 10 février 1869 par les amis de la paix. Discours de M. Ed. Laboulaye…, Paris, Pichon-Lamy et Dewez, 1869.

140 Lardy à René de Laboulaye, le 15 juillet 1869 « pouvoir entretenir monsieur votre père de la traduction que M. Bluntschli m’a confié », AN Fonds Laboulaye 796AP/19, dossier 4, 1869 ; Lardy à Laboulaye, le 12 aout 1873, « M. Guillaumin vient de me demander une seconde édition de la traduction du livre de M. Bluntschli sur le droit des gens… ne pas refuser d’insérer, en tête de la seconde édition, la préface que vous avez obligeamment consenti à écrire pour la première édition ? », AN Fonds Laboulaye 796AP/20, dossier 4, 1873 ; J. C. Bluntschli, Le droit international codifié, trad. Par M.C. Lardy, précédé d’une préface par E. Laboulaye, Paris, Guillaumin, 1870. La seconde édition a été publié en 1874.

141 A. Becker Lorca, Mestizo International Law…, op. cit., p. 109-110.

142 J. C. Bluntschli, Le droit international codifié, préface, p. VII-IX.

143 W. D. Gray, Interpreting American Democracy…, op. cit., p. 111 ; Lettres de Lieber à Laboulaye en 1863, AN Fonds Laboulaye 796AP/18, dossier 4, 1863 ; B. M. Carnahan, « Lincoln, Lieber and the Laws of War : The Origins and Limits of the Principle of Military Necessity », American Journal of International Law, 92/2, 1998, p. 213–231.

144 D. Gaurier, Histoire du droit international, Rennes, PUR, 2014, p. 585 ; R. Lesaffer, « Too much history : From war as sanction to the sanctioning of war », Oxford Handbook of the Use of Force in International Law, dir. M. Weller, Oxford, OUP, 2015, p. 35-60 ; P. Kalmanovitz, The Laws of War in International Thought, Oxford, OUP, 2020, p. 128-135.

145 J.-R. Ferrand-Hus, « Le rôle joué par Jules Bergson au sein de la doctrine française du milieu du xixe siècle. Entre comparaison des droits nationaux et diffusion des discours juridiques étrangers », Les traductions du discours juridique. Perspectives historiques, dir. H. Beuvant, T. Carvalho, M. Lemée, Rennes, PUR, 2018, p. 163-197 ; Charles Vergé à Laboulaye en juin 1857, AN Fonds Laboulaye 796AP/17, dossier 8, 1857 ; Jules Bergson à Laboulaye, le 16 février 1859, AN Fonds Laboulaye 796AP/17, dossier 10, 1859.

146 A. Rasmussen, L’internationale scientifique 1890-1914, thèse de doctorat en Histoire, EHESS, 1995.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Raphaël Cahen, « Laboulaye et Kachenovsky et la fabrique du droit international : voyages, réseaux, circulation des savoirs juridiques »Clio@Themis [En ligne], 22 | 2022, mis en ligne le 30 mai 2022, consulté le 24 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/cliothemis/2076 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cliothemis.2076

Haut de page

Auteur

Raphaël Cahen

Vrije Universiteit Brussel (VUB)
raphael.cahen@vub.be

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search