Skip to navigation – Site map

HomeThe journalInstructions aux auteurs

Instructions aux auteurs

Politique en faveur de l’Open Access

Clio@Themis est une revue en accès ouvert (open access) dont les publications sont accessibles gratuitement et sans embargo. La revue ne demande ni frais de soumission, ni frais de publication.

Processus éditorial

Les articles soumis pour publication doivent être le fruit d’un travail original sur des sources de première main. Ils ne doivent pas avoir été déjà publiés, ni être soumis simultanément à d’autres revues.

Chaque article soumis est rendu anonyme par le rédacteur en chef, puis évalué par deux relecteurs désignés parmi les membres de la revue et, si nécessaire au regard des compétences spécifiques exigées par l’évaluation, hors de la revue. Ces différents relecteurs désignés remettent une évaluation écrite au comité de rédaction.

Le comité de rédaction, qui se réunit deux à trois fois par an, peut décider de la publication en l’état, du rejet ou de la publication sous réserve de modifications de l’article. Les modifications demandées pourront être mineures ou bien majeures. Lorsque les modifications demandées sont majeures, l’article modifié fera de nouveau l’objet d’une double évaluation à l’aveugle et d’une soumission au comité qui décidera de sa publication ou de son rejet.

Le rédacteur en chef transmet à l’auteur de l’article, par courriel, la décision définitive du comité de rédaction après réunion de celui-ci et, le cas échéant, une synthèse des modifications mineures ou majeures demandées et des précisions suggérées par le comité.

Les auteurs, dont les articles sont acceptés, autorisent Clio@Themis à les publier sur son site internet sous tous les formats retenus par la revue. Ils s’engagent à citer toute référence à l’article avec la mention de Clio@Themis et à respecter la licence CC BY-NC-SA.

Afin de lutter contre le plagiat, les articles soumis à la revue sont contrôlés grâce au logiciel anti-plagiat COMPILATIO.

Soumettre un article

Envoi et format. Les articles soumis à Clio@Themis doivent être adressés au rédacteur en chef de la revue (xavier.prevost[at]u-bordeaux.fr) par courrier électronique, en document attaché, sous format word, libreoffice ou openoffice, en respectant scrupuleusement les règles de mise en forme et les indications relatives à l’iconographie ci-dessous.

Langue. Les articles peuvent être rédigés en français ou en anglais, mais également en allemand, en espagnol ou en italien. Les règles de mise en forme présentées ci-dessous peuvent être adaptées aux usages propres pour les articles en allemand, anglais, espagnol et italien.

Longueur. La longueur totale des articles peut aller jusqu’à 100 000 signes, espaces, notes, références bibliographiques et tableaux compris.

Composition. Les articles doivent être composés de la manière suivante :

  • Titre.

  • Résumés : en français, en anglais et dans la langue de rédaction si elle n’est ni le français ni l’anglais ; chaque résumé ne dépassant pas 600 caractères (espaces comprises).

  • Cinq mots-clés : en français, en anglais et dans la langue de rédaction si elle n’est ni le français ni l’anglais.

  • Texte de l’article respectant scrupuleusement l’ensemble des règles de mise en forme.

  • Signature de l’auteur. Prénom, nom, rattachement institutionnel, adresse électronique. Ces informations seront effacées par le rédacteur en chef avant transmission du texte aux relecteurs pour évaluation.

Mise en forme

Titres

Le titre de l’article doit être en DejaVU Serif, taille 18, gras (ou, à défaut, en Times New Roman, taille 18, gras).

À l’intérieur de l’article :

  • Les titres de niveau 1 (I, II, III, …) doivent être en DejaVU Serif, taille 16, gras (ou, à défaut, en Times New Roman, taille 16, gras).

  • Les titres de niveau 2 (A, B, C, …) doivent être en DejaVU Serif, taille 14, italique (ou, à défaut, en Times New Roman, taille 14, italique).

  • Les titres de niveau 3 (1, 2, 3, …) doivent être en DejaVU Serif, taille 12, gras (ou, à défaut, en Times New Roman, taille 12, gras).

  • Les titres de niveau 4 (a, b, c, …) doivent être en DejaVU Serif, taille 12, italique (ou, à défaut, en Times New Roman, taille 12, italique).

Corps de texte

  • Le corps de texte de l’article doit être le plus sobre possible ; en DejaVU Serif, taille 12 (ou à défaut, en Times New Roman, taille 12), interligne simple, sans retraits (hormis pour les citations longues, voir infra), sans aucune feuille de style, ni tabulation, ni lettrine.

  • Numérotation. Chaque paragraphe doit être numéroté, sans mise en forme automatique. Les termes de l’énumération sont marqués manuellement. La numérotation est continue entre les paragraphes.

  • Citations. Les citations sont entre guillemets en chevrons doubles : « citation ». Toute intervention de l’auteur au sein de la citation (coupures, substitution, commentaire) doit être signalée par des crochets carrés : […]. Les citations en langues étrangères et les mots latins sont en italique. Les citations longues (occupant plusieurs lignes) sont détachées du corps du texte et apparaissent dans un paragraphe à part (non numéroté) et en retrait ; il devient de ce fait inutile de les encadrer par des guillemets.

Exemples :

  • Courte : « Ceci est une citation courte […] car tronquée volontairement. »

  • En langue étrangère : « De gustibus et coloribus non disputandum. »

  • Longue :
    La plupart des écrivains ont une cervelle parfaitement normale tout en se comportant en sauvages ; moi, j’ai une conduite normale, mais c’est à l’intérieur que ça ne va pas.

Appels de note

L’appel de note est toujours en romain, même s’il suit un mot en italique. Il est collé (sans espace) au mot auquel il se rapporte et il est donc placé avant toute ponctuation, sauf l’exception des guillemets fermants (l’appel est après les guillemets, collés à eux).

Notes de bas de page

Les notes sont de type « note de bas de page » et non « note de fin » ou « note de section ». Elles doivent être en DejaVU Serif, taille 10, (ou, à défaut, en Times New Roman, taille 10) sans mise en forme spécifique, ni retrait, ni puces.

Bibliographie

Les références bibliographiques sont indiquées de la manière suivante :

  • Pour un livre : Prénom abrégé, Nom, Titre, Lieu, Éditeur, année, pagination.
    Exemple : É. Laboulaye, Contes bleus, Paris, Furne, 1864, p. 34.

  • Pour un article de revue : Prénom abrégé, Nom, « Titre de l’article », Nom de la revue, numéro de série, année, pagination.
    Exemple : C. Eisenmann, « Deux théoriciens du droit : Duguit et Hauriou », Revue philosophique, 55, 1930, p. 231-279.

  • Pour les contributions issues d’un ouvrage collectif : Prénom abrégé, Nom, « Titre de l’article », Titre de l’ouvrage, dir. Prénom abrégé et Nom du ou des directeurs de la publication, Lieu, Éditeur, année, pagination.
    Exemple : J. Baubérot, « La laïcité comme acte laïque », La laïcité. Une valeur aujourd’hui ?, dir. J. Baudoin et P. Portier, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2001, p. 39-50.

Capitales

Les capitales doivent être accentuées : À, É, Û, à, é, û …

L’usage des majuscules doit être limité aux cas suivants :

  • Noms propres (mais non pour la particule). Exemples : Jacques Cujas, Jean de La Fontaine.

  • Noms de lieux. Exemples : Paris, la Garonne, le Nord.

  • Événements. Exemples : la Grande Guerre, les Trois Glorieuses.

  • Périodes. Exemples : le Moyen Âge, la Renaissance.

  • Institutions ou organismes uniques (exemples : l’Assemblée nationale, les Archives nationales), mais non les institutions multiples pour lesquelles la majuscule est portée par l’élément précisant l’institution concernée (exemple : le parlement de Rouen, la préfecture de l’Oise, les archives départementales de la Gironde).

  • Titres d’œuvres. Exemple : Histoire générale du droit français.

  • Peuples. Exemple : les Français (mais non si employé en tant qu’adjectif ; exemple : l’orléanais Étienne Dolet).

  • Éventuellement, mais sans excès, pour personnifier une notion (exemple : la Loi) ou magnifier une évocation (exemple : Monsieur).

Chiffres

Seront composés en capitales :

  • Les numéros dynastiques : Louis XIV, François Iᵉʳ.

  • Les régimes politiques : III République.

  • Les divisions structurelles principales : temporelles (Iᵉʳ millénaire) ou livresques (IIIᵉ partie, volume II).

  • Seront composées en petites capitales : les divisions secondaires, qu’elles soient temporelles (xive siècle) ou livresques (Acte I, scène ii).

Italiques

L’italique s’utilise principalement pour :

  • Citer le titre d’une œuvre, d’un journal ou d’une revue.

  • Signaler un mot (non francisé) ou une citation en langue étrangère, incluant la plupart des locutions latines et leurs abréviations.

  • Attirer l’attention du lecteur sur un mot, une phrase ou un passage (l’auteur précisant alors que c’est lui qui souligne). D’un point de vue général, l’usage du gras ou du soulignement est à proscrire.

Espaces insécables

Des espaces insécables doivent impérativement figurer :

  • Après toute abréviation suivie d’un nombre : p. 1 ; t. I ; chap. xx ; v. 1-5.

  • Pour éviter qu’un nombre se retrouve isolé en début de ligne, notamment : 9 août 2016 ; Louis XIV ; xvie siècle.

  • Entre les abréviations et le caractère qui suit : P. Corneille ; M. Paul ; op. cit.

  • Avant les signes de ponctuation double : point-virgule ;, double point :, point d’interrogation ?, et point d’exclamation !, ainsi qu’en ouvrant ou fermant les guillemets « […] ».

Lettres soudées

Les lettres doivent être soudées : Æ, æ, Œ, œ.

Tirets

Doivent être distingués :

  • Le tiret court ou tiret quart de cadratin, dit trait d’union (-), employé pour lier deux termes entre eux. Exemple : beau-père.

  • Le tiret moyen ou tiret demi-cadratin (–) qui s’emploie pour délimiter une incise ou marquer chaque item d’une énumération. Exemple : Elles entraînent un accroissement des échanges – et donc du voyage – de marchandises et de devises.

Abréviations et conventions

Les abréviations sont à exclure du corps du texte.

Dans les notes, peuvent être employées les abréviations courantes suivantes :

  • al. : alinéa(s)

  • cf. : confer

  • chap. : chapitre (ch. signifiant chant)

  • coll. : collection, collaborateur

  • éd. : éditeur, édition (et non eds)

  • et al. : et les autres auteurs

  • etc. : et tout le reste de l’énumération

  • fasc. : fascicule

  • fo : folio (f. signifiant feuillet)

  • ibid. : dans le même ouvrage, uniquement pour la note immédiatement précédente (la première fois écrire : Ibidem en entier)

  • id. : du même auteur, c’est-à-dire qu’il s’agit du même auteur que dans la référence immédiatement précédente, mais non du même ouvrage (la première fois écrire : Idem en entier)

  • infra : ci-dessous

  • loc. cit. : loco citato, dans le sens de passage cité de la même page dans la note qui précède immédiatement

  • op. cit. : opere citato, dans l’ouvrage déjà mentionné du même auteur ; si le même auteur a plusieurs ouvrages cités, op. cit. doit être précédé par les premiers mots du titre de l’ouvrage désiré

  • p. : page(s) et non pp.

  • ro : recto

  • s. d. : sans date

  • s. l. : sans lieu

  • s. l. n. d. : sans lieu ni date

  • supra : ci-dessus

  • t. : tome

  • vo : verso

  • v. : voir

  • vol. : volume

  • 1ᵉʳ, 1ʳᵉ, 2, 3 (et non 1ier, 1ère, 2ème, 3ème), xvie siècle (et non xvième ou XVIᵉ)

Iconographie

Le texte remis doit comprendre aux endroits désirés toute l’iconographie.

En plus de sa présence dans le texte, chaque document iconographique sera envoyé dans un fichier à part (autant de fichiers que de documents iconographiques). La mise en ligne nécessite de respecter les formats et caractéristiques suivants (sans cela l’iconographie ne pourra pas être traitée) :

  • Format TIFF (.tif), à défaut JPEG ou PNG. Il convient tout particulièrement déviter les formats propriétaires.

  • Un lot en 100 DPI (aux dimensions de l’image) pour la version en ligne et un lot en 400 DPI (aux dimensions de l’image) pour la version PDF.

  • Colorimétrie en CMJN pour les images en 400 DPI et RVB pour celles en 100 DPI.

Pour les cartes et les plans, veiller à bien grouper tous les éléments (fournir éventuellement une version PDF, en incluant les polices dans le document PDF).

Pour toute l’iconographie, l’auteur doit indiquer pour chaque document la source et les droits afférents.

Il est évidemment obligatoire de respecter la législation en vigueur relativement à l’utilisation des illustrations.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search