Navigation – Plan du site

AccueilNuméros en texte intégral25Dossier : Genre, histoire et droitII. Biais de genre et justiceLes avocates du FLN : une approch...

Dossier : Genre, histoire et droit
II. Biais de genre et justice

Les avocates du FLN : une approche genrée

Paul-Emmanuel Babin

Résumés

Les femmes avocates en situation de lutte pour l’indépendance, envisagée dans une perspective genrée, constitue le cœur de cette étude. Engagées dans le cadre d’un collectif d’avocat·es anticolonialistes du FLN (Front de Libération Nationale), ces femmes ont quasiment disparu de l’Histoire des indépendances. Pourtant, elles ont joué un rôle important pendant la guerre d’Algérie, s’inscrivant dans la pratique du cause lawyering. Elles ont développé des arguments spécifiques et expérimenté des stratégies propres qui les placent dans l’histoire des mobilisations féministes du droit, autant que dans celle des luttes anticolonialistes qu’elles défendaient.

Haut de page

Texte intégral

Je remercie Florence Renucci et Hélène Duffuler-Vialle pour leurs relectures qui ont permis d’ouvrir les perspectives sur le champ du genre. Ce texte leur doit beaucoup. Je leur suis redevable pour les additions et les nuances qu’elles ont apportées à cette étude.
Aussi, je voudrais rendre un hommage aux avocat·es dont j’ai consulté les archives et qui sont mentionné·es dans mes lignes.

  • 1 C. Serre, La lionne du barreau, Paris, Sonatine, 2022, 178 p. ; J. Minkowski, L. Vignoli, L'avocat (...)
  • 2 J. Brockman, Gender in the Legal Profession : Fitting or Breaking the Mould, Vancouver, UBC Press, (...)
  • 3 B.A Babcock, Woman lawyer : the trials of Clara Foltz, Stanford, Stanford University Press, 2011, 3 (...)
  • 4 Notamment : L. Karpic, Les avocats : entre l'État, le public et le marché : xiiiᵉ-xx siècle, Paris (...)

1La Lionne du barreau, L'avocat était une femme : le procès de leur vie, ces témoignages récents qu’ils soient proches du genre autobiographique ou bien tournés vers l’analyse historique, démontrent que la figure de l’avocate, différenciée de celle de son confrère, suscite un intérêt à part entière1. Parallèlement à cette littérature, l’historiographie a mis en évidence le processus de féminisation du barreau2 en soulignant l’engagement et les combats des femmes concernées3 et les difficultés rencontrées par les avocates dans la reconnaissance de leur mérite du fait des stéréotypes de genre4. La littérature anglo-saxonne s’est particulièrement focalisée sur la mise en lumière des rapports sociaux de sexe comme élément structurant la relation de domination dans les postes de pouvoir et de prestige.

  • 5 L. Semley, To Be Free and French : Citizenship in France’s Atlantic Empire, Cambridge University Pr (...)
  • 6 F. Renucci, « Les premières avocates du Maghreb (début du xxᵉ siècle). L’émancipation au prisme de (...)
  • 7 V. Codaccioni, « (Dé)Politisation du genre et des questions sexuelles dans un procès politique en c (...)
  • 8 V. Codaccioni, Punir les opposants : PCF et procès politiques, 1947-1962, Paris, CNRS, 2013, p. 359 (...)
  • 9 P.-J. Le Foll-Luciani, « De l’anticolonialisme aux droits des femmes algériennes. Les vies de Simon (...)
  • 10 Analyse genrée qui traverse une partie des travaux sur la situation coloniale comme ceux de M. Andr (...)

2Les études sur les avocates dans le contexte colonial français demeurent toutefois extrêmement marginales. Les rares travaux qui existent dans une perspective de genre, voire intersectionnelle portent essentiellement sur l’avocate Gerty Archimède, à l’instar de ceux de Lorelle Semley5 et sur les premières avocates du Maghreb avec les travaux de Florence Renucci6. La littérature est un peu plus fournie pour les périodes de guerres d’indépendance. La politiste et historienne Vanessa Codaccioni a ouvert la voie à cette perspective de recherche, en réinvestissant l’affaire de la militante indépendantiste algérienne Djamila Boupacha, non plus seulement sous le prisme de la torture, mais encore sous celui du viol. Elle permet d’éclairer sous un nouveau jour le travail de l’avocate anticolonialiste Gisèle Halimi7. Vanessa Codaccioni a également présenté sous un jour inédit l’avocate communiste Nicole Dreyfus, en la resituant dans son groupe d’avocat·es communistes, où elle était d’abord perçue comme un « petit avocat sans envergure »8, tandis que l’historien Pierre-Jean Le Foll-Luciani a retracé le parcours de l’avocate communiste Simone Ben Amara, considérée comme l’unique femme parmi les avocat·es anticolonialistes nés en Algérie9. C’est dans cette récente dynamique, ayant pour objet les femmes avocates dans ce moment des luttes indépendantistes, par le biais d’une analyse genrée10, que se situe cet article.

  • 11 L. Israël, « Quelques éclaircissements sur l'invention du cause lawyering. Entretien avec Austin Sa (...)
  • 12 J.-P. Tonneau, « Les avocats du Mouvement d'Action Judiciaire dans les années 1970, entre remise en (...)

3Les avocates sur lesquelles portent mes recherches s’inscrivent dans un contexte particulier qui nécessite de se situer dans un courant historiographique supplémentaire : celui du cause lawyering, c’est-à-dire l’usage par des juristes d’arguments de droit visant à insuffler des changements politiques et sociaux, avec l’appui de mobilisations sociales ou d’actions collectives11. A la suite de Jean-Philippe Tonneau, je me suis intéressé aux « angles mort du cause lawyering », que sont ses acteur·trices et les contraintes qui pèsent sur eux, en particulier dans le milieu judiciaire12. En approfondissant l’étude de ces acteur·trices, je me suis rendu compte que les études sur le cause lawyering durant les guerres d’indépendance coloniale ne portent aucunement sur une éventuelle perspective genrée, si bien qu’elles confortent l’existence d’un ou de plusieurs collectifs d’avocats représentés principalement par des figures masculines, à l’instar de Jacques Vergès, Maurice Courrégé et Michel Zavrian. Or, en appliquant une vision genrée, ma perspective se distingue radicalement de ces travaux.

  • 13 J.-M. Théolleyre, Ces procès qui ébranlèrent la France, Paris, Grasset, 1966, p. 129, p. 140 et p.  (...)

4Le collectif sur lequel porte cet article est connu sous la qualification impropre de « collectif de Jacques Vergès », du nom de l’un de ses membres les plus médiatiques13. Il s’agit en réalité du collectif de la Fédération de France du Front de Libération Nationale (FF FLN), fondé en 1958 et actif jusqu’en septembre 1962, date de la dissolution de la FF FLN, organisation encadrant l’immigration algérienne en France. Le collectif est initialement placé sous la houlette de dirigeants politiques. La FF FLN avait imposé une mensualisation des honoraires, instauré un découpage géographique et un fonctionnement hiérarchisé des avocat·es.

  • 14 Il s’agit de Mourad Oussedik, Abdessamad Benabdallah, Amokrane Ould Aoudia, Kébir Bendi-Mérad, Nadj (...)
  • 15 Ces collectifs sont ceux du « Secours Populaire » et du MNA (Mouvement National Algérien), lequel é (...)
  • 16 V. Codaccioni, Punir les opposants…, op. cit. , p. 344. Ce pont aérien consiste à envoyer des avoca (...)
  • 17 Ces avocates sont : Janine Barbet-Massin, Michèle Beauvillard, Hélène Bouchard, Annie Fuster, Mirei (...)
  • 18 La centralisation de l’activité du collectif autour des pôles parisiens et bruxellois m’amène à pri (...)

5Le collectif de la FF FLN est composé de jeunes avocat·es, français, belges et algériens – ces derniers au nombre de six –14, tous nés entre 1924 et 1935. Mandatés par le FLN, ils réduisent les interventions des collectifs anticolonialistes préexistants, composés d’avocat·es plus expérimenté·es car ils ont fait leurs armes dans la Résistance et dans l’empire colonial français15. Fort d’un effectif de presque quatre-vingts avocats, le collectif de la FF FLN intervient en France comme en Algérie, à travers la mise en place d’un « pont aérien »16. Les archives du collectif parisien permettent de quantifier le nombre de femmes avocates de ce collectif17. Contrairement à ce que la lecture de l’historiographie laisse imaginer en ignorant ou en taisant les contours et la portée de l’action des avocates, ces femmes ne sont pas des membres rares et auxiliaires du collectif. En reconstituant le noyau du collectif parisien en 1960, je peux affirmer qu’il y a presque parité à l’avantage des femmes entre les vingt-cinq avocats, comme le démontre l’organigramme présenté en annexe18.

Figure 1: Organigramme du noyau du collectif des avocat·es de la Fédération de France du FLN

Figure 1: Organigramme du noyau du collectif des avocat·es de la Fédération de France du FLN

Collection personnelle de l’auteur. Ne pas reproduire sans autorisation, © P-E Babin.

Figure 2: Légende de l’organigramme du noyau du collectif des avocat·es de la Fédération de France du FLN

Figure 2: Légende de l’organigramme du noyau du collectif des avocat·es de la Fédération de France du FLN

Collection personnelle de l’auteur. Ne pas reproduire sans autorisation, © P-E Babin.

  • 19 Rapports annuels de l’Administration pénitentiaire. Numérisés et accessibles sur Criminocorpus, ann (...)
  • 20 S. Thénault, « Justice et droit d'exception en guerre d'Algérie (1954-1962) », Les Cahiers de la Ju (...)
  • 21 A. Deperchin, A. Lecompte, « Les crimes commis par les Algériens en métropole devant la Cour d'assi (...)
  • 22 Par exemple, lors de la vague d’attentats du 25 août 1958 en France. Les auteurs des attentats comm (...)

6En France, les avocat·es ont la charge de 5000 à 6000 prévenu·es et condamné·es19. Ces professionnel·es plaident d’abord devant les différentes juridictions pénales, généralement pour des crimes et des délits de droit commun (assassinats, associations de malfaiteurs ou ports d’arme prohibée). Suite à la mise en place d’un droit d’exception en Algérie en 1955, les infractions reprochées aux nationalistes algériens sont de la compétence spéciale des Tribunaux Permanents des Forces Armées (TPFA)20. En 1958, les TPFA connaissent également des crimes et délits connexes commis en relation avec le nationalisme algérien21. Dans des cas marginaux, lorsque le caractère politique du crime est douteux, les assises ont continué de rendre des arrêts jusqu’en 1962. En métropole, les informations judiciaires sont confiées à un juge d’instruction civil et non militaire, en dépit de l’ordonnance de février 1960 qui, en Algérie, confie la phase d’instruction à un procureur militaire22.

7En analysant ce collectif à partir de l’approche genrée, mon hypothèse est que derrière son apparente homogénéité, les avocates sont perçues différemment par leurs contemporain·es. Elles pratiquent d’une autre manière leurs missions. Pour le prouver, je me suis essentiellement appuyé sur les correspondances émanant d’archives privées de cabinets d’avocats, sur des manuscrits inédits de leurs mémoires, et sur les entretiens semi-directif que j’ai réalisés avec douze avocats du collectif, dont huit avocates. Ces sources illustrent comment les avocates du collectif cherchent une légitimité, notamment une forme de revendication de leur « normalité professionnelle » à travers le titre « d’avocat ». Demeurant dans l’ombre, à l’instar de Michèle Beauvillard, qualifiée « d’anti-Vergès », elles n’ont pu échapper aux préjugés de genre qui ont abouti à amoindrir leur implication réelle dans le collectif. Devant gérer des contraintes auxquelles ne sont pas soumis leurs collègues masculins, elles se sont enfin organisées et ont développé des approches singulières, notamment en matière de dénonciation de la torture.

I. À la recherche d’une légitimité

A. Des femmes de nos collègues… « aux avocats » à part entière

  • 23 Ni Omar Boudaoud, ni Ali Haroun, les responsables de la Fédération de France du FLN, ne jugent util (...)

8La plupart des sources d’époque, tout comme les études consacrées aux avocat·es durant les luttes d’indépendance, ne mentionnent pas de différenciation entre les avocat·es suivant le genre. Il est indiqué « maître » ou « avocat » sans autre précision. Néanmoins, de manière récurrente, l’avocate est systématiquement celle qui vient plaider dans l’espace colonial « au côté de », quand elle n’est pas passée purement et simplement sous silence. Alors que Renée Plasson-Stibbe prend soin d’indiquer son nom double dans ses courriers à-en-tête, les témoignages, la presse et les sources secondaires ne mentionnent régulièrement que celui issu de son mariage (Stibbe). C’est une manière implicite de la présenter comme une « femme de »23. Cette tendance se retrouve déjà avant la guerre d’Algérie. Dans les autres espaces coloniaux dans lesquels interviennent les avocat·es, notamment en Afrique sub-saharienne, le rôle des avocates mariées à des confrères, est tout autant amoindri. Ces professionnelles font partie des avocat·es dit·es « historiques », car spécialisé·es de longue date dans le contentieux pénal des affaires politiques des colonisés.

  • 24 P. Barthélémy, Sororité et colonialisme : Françaises et Africaines au temps de la guerre froide (19 (...)
  • 25 S. Thénault, « Les papiers de Baya Hocine. Une source pour l’histoire des prisons algériennes penda (...)
  • 26 F. Genevée, notice Cachin Marie-Louise, Alice, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière m (...)
  • 27 M. Bellot-Gurlet, Défendre les prisonniers politiques en Afrique subsaharienne : le Comité de Défen (...)

9Toutefois, ces préjugés qui ont eu tendance à se perpétuer, commencent à être nuancés par l’historiographie. Quelques récentes études relèvent la féminisation de la défense anticolonialiste, à l’instar des travaux de Pascale Barthélemy au sujet du combat de Blanche Matarasso et de Renée Plasson-Stibbe aux côtés des Ivoiriennes24. Sylvie Thénault a également souligné l’action de Renée Plasson-Stibbe dans la défense de Baya Hocine sans passer par l’habituelle référence à son mari25 – ce qui est d’autant plus logique que l’avocate n’intervient pas nécessairement dans les mêmes procès politiques que Pierre Stibbe. Dans le sillage de l’individualisation du combat de l’avocate, Marine Bellot-Gurlet a analysé les actions de la résistante Blanche Matarasso Poirier-Bottreau, de Marie-Louise Cachin-Jacquier26 et de Renée Plasson-Stibbe dans le Comité de Défense des Libertés Démocratiques en Afrique Noire27. Ces avocates assistent les nationalistes algériens et notamment les Algériennes, que Renée Plasson-Stibbe visite encore en détention en France, comme par exemple Nafissa Hamoud, à Caen.

  • 28 À propos du parcours complexe de l’avocate Claudine Lewkowicz-Nahori, nous renvoyons à sa notice tr (...)
  • 29 La Contemporaine, fonds Dreyfus, ARCH/0311/8. L’avocat communiste Pierre Braun envoie une lettre à (...)
  • 30 Archives Nationales (AN) Gisèle Halimi, 799 AP 46. Les archives professionnelles de Gisèle Halimi p (...)
  • 31 Hormis le cas de l’avocat martiniquais Marcel Manville qui fait figure d’exception dans le collecti (...)

10Ces « avocates historiques » interviennent prioritairement en interaction avec d’autres avocates communistes qui, elles, appartiennent au collectif FF FLN, à l’instar de Claudine Lewkowicz-Nahori ou Nicole Dreyfus28. Les liens amicaux sont plus marqués que les liens politiques dans les correspondances des avocates, et davantage entre avocates, notamment entre Nicole Dreyfus et Angéline Dominique29 ou Marie-Louise Cachin-Jacquier et Gisèle Halimi30. Les courriers démontrent qu’elles sont plus enclines à transcender les appartenances politiques, voire l’appartenance à un collectif plutôt qu’un autre. Malgré cela, ces « historiques » ne seront jamais intégrées au collectif de la FF FLN, tout comme leurs confrères masculins dont les noms sont reproduits dans l’organigramme en annexe31. Autrement dit, elles ne sont pas placées sous la houlette de Mourad Oussedik et ne reçoivent pas du FLN, un règlement forfaitaire mensuel en guise d’honoraires. Au contraire, les avocats-militants de la FF FLN sont mensualisés forfaitairement et défrayés pour leurs déplacements par une organisation interdite.

11Si les « avocates historiques » sont surtout considérées comme les « femmes de », ce n’est pas le cas des avocates du collectif FF FLN. Diverses explications peuvent être avancées : leur mari n’est pas avocat ou elles ne sont pas mariées, leur nom ne porte pas la marque de ce lien, ce sont elles qui font venir leur mari vers le combat anticolonialiste actif plutôt que l’inverse. Ainsi, c’est l’ancienne secrétaire de la Conférence du stage Janine Barbet-Massin qui, en contact avec Jacques Vergès, favorise l’intégration de son mari Maurice Courrégé dans le collectif – et non l’inverse.

B. La revendication du titre « d’avocat »

  • 32 G. Halimi, Une farouche liberté, Paris, Grasset, 2020, p. 48. « À chaque fois, il me fallait rectif (...)
  • 33 G. Halimi, Avocate irrespectueuse, Paris, Plon, 2002, p. 121. Je pense que Gisèle Halimi a changé d (...)
  • 34 AN 799 AP 46, fonds Halimi. À notre connaissance, parmi les avocates des affaires algériennes, seul (...)

12Si elles ne sont pas mises au second plan de ce point de vue, il n’empêche que leur genre les conduit à devoir légitimer cette différence au sein d’une profession dans laquelle elles sont marginalisées du fait de la singularité de leur engagement anticolonialiste. Elles exigent alors d’être nommées à égalité avec leurs confrères, en revendiquant le titre « d’avocat » et non « d’avocate ». À titre liminaire, il faut préciser que le combat de Gisèle Halimi pour la féminisation du titre « d’avocat » est rétrospectivement trompeur. Il semble induire une linéarité dans les revendications pour se faire appeler « avocate » qui ne résiste pas aux sources32. Gisèle Halimi a fait de cette féminisation son combat a posteriori en raison de l’interdiction par l’Ordre des avocats de féminiser son titre après le « Manifeste des 343 », en 1971, puis de sa convocation disciplinaire, suivie d’un blâme, pour sa déclaration sur son avortement en tant qu’avocate, lors du procès dit « de Bobigny », un an plus tard33. En effet, pendant la guerre d’Algérie, toutes les avocates, Gisèle Halimi comprise, utilisent dans les en-têtes de leurs correspondances le titre « d’avocat »34. La féminisation du titre d’avocat est rejetée, de façon aussi unanime que durable, par les avocates du collectif, comme par la majorité des féministes de leur époque.

13Le refus de féminiser le titre a été opposé avec vigueur à plusieurs reprises par les premières intéressées, preuve de l’importance du sujet pour les avocates de cette génération et qui étaient membres de ce collectif. Lors de ma rencontre avec Jacqueline Jaeger, celle-ci a insisté pour me lire un texte brocardant la féminisation des titres des professions judiciaires. Elle m’a indiqué qu’elle m’autoriserait à féminiser son titre, le jour où l’expression « gardeuse des Sceaux » serait employée35. De même, lors des funérailles de Cécile Draps, qui fut la première femme avocate au barreau de la Cour de cassation en Belgique36, son associée, Jacqueline Oosterbosch, prononçant l’un des éloges funèbres, rappela l’interdiction formelle de Cécile Draps de féminiser son titre. L’avocate liégeoise Jacqueline Oosterbosch précisa dans son discours :

  • 37 Je souligne le fait qu’il s’agisse d’une question générationnelle au sein du féminisme. P.-E. Babin (...)

Cécile était féministe. Du féminisme de sa génération. Pas question pour elle de se définir comme « avocate », elle était avocat et ensuite « avocat à la Cour ». Mais elle ne m’a pas empêchée de mettre ma fonction au féminin ; elle savait entendre un autre avis que le sien37.

  • 38 H. Leclerc, La parole et l’action. Itinéraire d’un avocat militant, Paris, Fayard, 2017, p. 195.
  • 39 Courriel de Jacqueline Oosterbosch, avocate à la Cour de cassation et associée de Cécile Draps à Li (...)

14Pour reprendre l’expression de l’avocate féministe Lucienne Didner-Sergent : « sous la robe, il n’y a pas de sexe ». Cette phrase qui, après Mai 68, suscite encore l’hilarité dans sa profession, nous paraît pourtant éclairante pour suivre le cheminement intellectuel des avocates engagées, qui défendent le titre « d’avocat »38. Le refus du titre « d’avocate » laisse envisager qu’à l’instar de Draps, ces avocates ne veulent pas exercer leur fonction en tant que femme ou bien en tant qu’homme39. Elles prétendent alors détacher totalement l’exercice de la fonction d’une approche différenciée. Cette conception de la défense est d’ailleurs partagée mais aussi revendiquée par plusieurs avocates du collectif dont Michèle Beauvillard, Janine Barbet-Massin, Claudine Lewkowicz, voire Nicole Rein.

  • 40 Sur les préjugés subis par les avocates dès l’ouverture de la profession aux femmes, il faut citer (...)
  • 41 Sur la féminisation des titres comme corollaire au processus de féminisation de la profession, je r (...)
  • 42 M.-C.  Radziewsky, Les femmes vaillantes, récits-témoignages, Alger, Casbah, 2018, p. 13. Garbiñe L (...)
  • 43 Néanmoins, il ne me semble pas qu’il y ait eu une banalisation totale du terme, puisqu’il peut renc (...)
  • 44 En ce sens, je constate que ces avocates du collectif s’inscrivent dans une tendance longue. Elles (...)

15Comment l’expliquer ? Pour comprendre cette revendication du masculin, une hypothèse vraisemblable serait que ces avocates, par leurs études et par leurs engagements politiques respectifs, aient voulu affirmer être les égales de leurs confrères masculins pour échapper aux préjugés dont elles font l’objet et qui restent actifs ou sont réactivés par la singularité de leur engagement40. Une autre hypothèse, éventuellement complémentaire, est de ne pas s’afficher comme féministe41 afin de ne pas être disqualifiée ou de ne pas brouiller les causes, entre féminisme et anticolonialisme. Cette idée se retrouve en particulier dans la préface des écrits de Radziewsky où, dès la première page, celle-ci est définie de la manière suivante : « Marie-Claude Radziewsky est une féministe reconnue depuis une époque où le fait de l’être pouvait signifier un rejet par la société »42. Ce discrédit s’est manifestement estompé par la suite et ne subsiste plus que dans certains milieux43. Une autre explication de cette revendication du masculin par les avocates anticolonialistes tiendrait dans le fait d’opposer un refus d’être renvoyées à leur genre dans la profession. Les avocates anticolonialistes partagent avec les consœurs de leur génération ce trait commun de refuser de féminiser leur titre, mais l’explication générationnelle n’est probablement pas la seule raison. En effet, elles refuseraient donc de se singulariser alors qu’en raison de leur féminité elles sont assignées à un rôle d’avocat·e politique de second plan, ce qui justement ne correspond pas à la réalité. En d’autres termes, ces avocates anticolonialistes se battent sur la crête d’une double reconnaissance de leur engagement professionnel et politique44.

16Bien que la dégradation de la place des « avocates » soit moindre dans le cas des avocates du collectif FF FLN et que celles-ci aient recherché une reconnaissance équivalente à celle entourant les hommes, elles n’échappent ni aux préjugés ni à une invisibilisation qui s’est traduite jusqu’à nos jours dans la mémoire collective et partiellement, dans l’historiographie. De ce point de vue, la comparaison entre deux des figures les plus actives du collectif, Jacques Vergès et Michèle Beauvillard, met en évidence les disparités de genre dans les représentations de l’avocat·e.

II. Michèle Beauvillard, « L’anti-Vergès »

A. L’invisibilisation du combat politique par la valorisation des vertus féminines

  • 45 Autrement dit, de deux choses l’une, ou bien je m’arrête sur cette unanimité des sources pour consi (...)
  • 46 A. Taleb-Ibrahimi, Mémoires d'un Algérien, t. 1 : Rêves et épreuves (1932-1965), Alger, Casbah, 200 (...)
  • 47 Lettre du déserteur, dirigeant de « Jeune Résistance » (mouvement d’insoumis et de déserteurs franç (...)
  • 48 Entretien de Pierre Descheemaeker avec l’auteur, réalisé le 19 mai 2017.
  • 49 J.-J. De Felice, « Souvenirs de la guerre d’Algérie : visites dans les cellules des condamnés à mor (...)
  • 50 P. Vidal-Naquet, op. cit. , p. 249.

17Michèle Beauvillard apparaît dans le creux des représentations de l’époque comme « l’anti-Vergès ». Clients et confrères la rapprochent de figures du dévouement féminin, notamment religieux45. Le docteur Ahmed Taleb-Ibrahimi l’évoque sous les traits d’une véritable « mère Teresa des prisonniers politiques algériens »46. Nils Andersson, éditeur et militant de l’indépendance de l’Algérie, reproduit une lettre de Jean-Louis Hurst, qualifiant son avocate « de véritable ange gardien »47. La métaphore religieuse n’est pas dépourvue de sens, puisque des prêtres, tels que Robert Davezies ou bien le lillois Pierre Descheemaeker, ont eu tendance à considérer que l’abnégation de Beauvillard était telle, qu’elle en subissait moralement les conséquences48. Son confrère Jean-Jacques De Felice, nous donne une vague idée des méthodes de travail de Beauvillard, mais il renvoie aux mêmes traits d’humanisme dans son portrait de l’avocate49. Pierre Vidal-Naquet associe cette image du dévouement à celle de la modestie de son travail en précisant que le rôle de Beauvillard était « à la fois modeste et dévoué »50.

  • 51 Entretien avec l’auteur réalisé le 18 septembre 2021.
  • 52 Entretien avec l’auteur réalisé le 2 octobre 2018.

18La frontière est alors franchie entre la modestie de « l’être » et du « faire ». Cette association d’idées n’est pas uniquement produite par des hommes. L’ancienne résistante Madeleine Riffaud considère Michèle Beauvillard comme une « bonne bourgeoise un peu frêle » et dénie toute réelle ampleur à son action51. L’antagonisme de Madeleine Riffaud à son égard s’explique peut-être par leur divergence idéologique et structurante : la première est communiste, tandis que la seconde, profondément marquée par le catholicisme, se défie de toute influence communiste. A cet égard, Michèle Beauvillard semble n’avoir jamais été encartée dans un parti politique, même si idéologiquement elle a pu exprimer une proximité avec le PSU (Parti Socialiste Unifié), peut-être par communauté de vues avec le journaliste et résistant Claude Bourdet. L’avocate n’est pas une exception sur ce plan. Nicole Rein se revendique comme étant très proche des idées du PSU, uniquement parce que le discours de ce parti n’entre pas en contradiction avec son engagement anticolonialiste52. Hormis les communistes Jacques Vergès, Amokrane Ould Aoudia et dans une moindre mesure Abdessamad Benabdallah, les avocats qui fondent le collectif de défense du FLN sont faiblement politisés.

  • 53 P. Vidal-Naquet, op. cit. , p. 249.
  • 54 Archives du Cabinet Michèle Beauvillard (ACMB).

19La proximité de Michèle Beauvillard avec les détenus et spécifiquement avec les dirigeants du FLN emprisonnés, suscite une attitude ambivalente de la part des autorités, de la presse, voire de ses propres confrères, tel que Jacques Vergès. Comptant sur la dévotion de sa consœur, ce dernier lui délègue les tâches les plus ingrates, les plus difficiles à assurer psychologiquement et/ou nécessitant le plus d’empathie, telles que les visites aux condamnés à mort53. La presse participe à cette représentation collective de l’avocate comme femme dévouée, en insistant cette fois-ci sur son rôle d’intendante. En mars 1961, une photo parue dans un journal, que nous reproduisons ci-dessous, la montre en talons, un panier en osier à ses pieds, se présentant à la sentinelle du fort de l’Île d’Aix où sont internés les membres dirigeants du FLN qui ont été capturés en octobre 195654. La photographie a pour légende : « le gendarme a laissé passer les homards de Ben Bella ».

Illustration 1: Visite en détention par Michèle Beauvillard. L’avocate parisienne à la porte du fort militaire de l’Île d’Aix. Coupure de presse, Paris-Presse, 31 mars 1961

Illustration 1: Visite en détention par Michèle Beauvillard. L’avocate parisienne à la porte du fort militaire de l’Île d’Aix. Coupure de presse, Paris-Presse, 31 mars 1961

https://www.retronews.fr/​titre-de-presse/​paris-presse-lintransigeant

  • 55 S. Sellam, Ahmed Boumendjel, 1908-1982 : de la « conquête morale » coloniale à la reconquête de la (...)
  • 56 ACMB. Le dossier Rousset démontre que ce dernier a adopté avec son avocate une défense politique dè (...)
  • 57 Le relevé des noms de ses clients démontre qu’elle assure la défense dans les affaires judiciaires (...)
  • 58 L’étude de ces rivalités internes ne relève pas de l’objet de cet article. En revanche, il parait u (...)
  • 59 Les débats de ce procès sont partiellement reproduits par M. Péju, Le procès du réseau Jeanson, Par (...)
  • 60 Le journal Le Monde personnifie le procès des avocats en le transformant en « procès de Vergès ». L (...)

20Cette image de l’avocate ne paraît pas fidèle à la réalité de son activité. Loin d’assumer le rôle de simple cantinière pour Ahmed Ben Bella, Hocine Aït Ahmed, Mohamed Khider et Mohamed Boudiaf, Beauvillard fait partie des défenseur·es les plus chevronné·es du FLN. En tant que collaboratrice de l’avocat Ahmed Boumendjel, elle assure, la défense des premiers dirigeants du FLN en France55. Avant même la création du collectif de la FF. FLN, alors que Vergès achève tout juste ses études de droit, elle a déjà eu l’occasion d’expérimenter une forme politique de défense à travers l’affaire de Jean-Jacques Rousset, le premier soutien français à la FF FLN, arrêté en 195656. Jusqu’en 1962, elle défend une grande partie des cadres du FLN57 et se trouve même chargée de la responsabilité de la zone de l’Oranie, après le découpage géographique dans la répartition des affaires, instauré par le collectif, en 1959-1960. À l’inverse de Pierre Stibbe, de Jacques Vergès et même du chef du collectif Mourad Oussedik, Beauvillard est la seule à recueillir la confiance des quatre dirigeants internés, comme celle du comité de détention de Fresnes, malgré les dissensions entre les leaders eux-mêmes, ou encore entre le comité de détention et la direction de la FF FLN58. Dans ce contexte, elle fait figure de véritable clé de voûte du collectif. En 1960, lors du procès du réseau Jeanson, Michèle Beauvillard plaide pour Hamada Haddad – de sa véritable identité Khouadjia Youssef – un haut responsable FLN59. Enfin, compte-tenu de son important investissement personnel au profit du FLN, qui est une organisation interdite, elle est la seule femme jugée lors du « procès des avocats » en novembre 196160.

B. Les conséquences des rapports sociaux de sexe sur le modus operandi de défense des avocates anticolonialistes

  • 61 On dénombre vingt-quatre tampons au bas de l’autorisation de libre communication au cours de cette (...)
  • 62 F. Layani, « Fresnes, « prison algérienne »*  ? (1954-1962) », L’Année du Maghreb, 20, 2019, p. 179 (...)

21Ces représentations prospèrent en partie sur les choix faits par l’avocate elle-même. Dans le cabinet qu’elle dirige, elle met en place une forme d’assistance aux détenus inusitée par la plupart de ses confrères du collectif. En effet, ses archives prouvent qu’elle fait des rapports étroits et répétés avec ses client·es, un modus operandi. À la prison de Fresnes, Annie Fuster, la collaboratrice de Beauvillard, rend très fréquemment visite à Bachir Boumaza entre le 5 février 1960 et le 24 octobre 1961, soit juste avant l’évasion de ce dernier61. En se référant aux archives de Jean-Jacques De Felice, collaborateur de Mourad Oussedik, l’historienne Fanny Layani remarque également la fréquence des visites à Fresnes, excédant manifestement les besoins de la seule défense des détenus concernés62. Dans l’un des rares articles consacrés à Michèle Beauvillard, cette dernière évoque ce quotidien des visites :

  • 63 C. Harbi, « Cette grandeur de la lutte du peuple algérien », La Semaine de l’émigration, novembre 1 (...)

Il est vrai que pendant six ans j’étais à la prison de Fresnes tous les matins. Je me levais à 6h30 et j’y étais à 8h00, avec mon confrère Mourad Oussedik. Je l’aime bien Oussedik. Nous étions donc à Fresnes tous les matins et nous repartions à midi après avoir rencontré les détenus algériens. Une anecdote à ce propos, je prenais des cigarettes pour eux et puisqu’on les voyait un par un, j’en offrais, chaque fois que j’étais avec un détenu du FLN, pour préparer sa défense. Je lui offrais donc des cigarettes, et j’en fumais par la même occasion, alors que je ne fumais pas auparavant63.

Illustration 2: Visite de Michèle Beauvillard à la prison de Fresnes. A sa gauche, autour de la table, un partisan tunisien du FLN non identifié, Ahmed Bencherif (ancien chef de la wilaya IV  – Algérois –) et Hadj Benalla (ancien chef de la wilaya V  – Oranie –), s.d. (vers 1961)

Illustration 2: Visite de Michèle Beauvillard à la prison de Fresnes. A sa gauche, autour de la table, un partisan tunisien du FLN non identifié, Ahmed Bencherif (ancien chef de la wilaya IV  – Algérois –) et Hadj Benalla (ancien chef de la wilaya V  – Oranie –), s.d. (vers 1961)

Collection personnelle de l’auteur. Ne pas reproduire sans autorisation, © P-E Babin.

  • 64 N. Lapeyre, N. Le Feuvre, « Concilier l’inconciliable ? Le rapport des femmes à la notion de « conc (...)
  • 65 Entretien avec Jacqueline Jaeger, réalisé le 22 novembre 2019.

22L’association avocate-dévouement-intendance est amplifiée par le fait que Michèle Beauvillard est mère de famille. Or, pour cette avocate – et d’autres – la condition de mère de famille suscite de nombreuses difficultés, lesquelles façonnent un mode de vie, engendrent une organisation particulière et une sociabilité spécifique. Cette dimension de la « conciliation famille-travail » les éloigne des représentations de Vergès, Courrégé et Zavrian, qui selon diverses sources ont une réputation de noctambules64. Michèle Beauvillard ou Claudine Lewkowicz, en tant que mères de famille sur lesquelles repose la charge des enfants, doivent les garder dans leurs voitures les jours de fermeture des classes et de visites des détenus. De surcroît, des regroupements d’avocates sont aisément identifiables dans des cabinets entièrement ou partiellement féminisés. Le cabinet Beauvillard est ainsi composé de Christiane Tchang, Annie Fuster et Jacqueline Jaeger. Il en est de même du cabinet de Marie-Claude Radziewsky auquel Nicole Rein appartient. Radziewsky travaille aussi occasionnellement avec Hélène Bouchard, du barreau de Versailles. Ce mode d’organisation présente des avantages pour mettre en place un roulement dans les déplacements en Algérie, en particulier pendant les grossesses de plusieurs d’entre elles65.

23Les représentations tronquées adossées à la personne et au rôle joué par Michèle Beauvillard, alors même qu’elle fait partie des avocates les plus actives dans la défense judiciaire des membres du FLN, sont symptomatiques d’un malaise plus général sur la place des avocates dans le collectif alors même qu’elles y sont nombreuses, en particulier à Paris où il y a presque parité numérique à leur avantage.

24Les avocates se trouvent au cœur des contradictions de genre et des préjugés qui les accompagnent en tant que professionnelles, c’est-à-dire dans l’exercice de leur travail comme nous venons de le voir, mais aussi dans son aspect argumentatif. De ce point de vue, la dénonciation de la torture des clients du collectif est un point d’observation particulièrement intéressant car il a suscité des réactions des membres du collectif, quel que soit leur sexe. Les avocates s’invisibilisent et/ou sont invisibilisées éditorialement sur la question de la torture. Leur façon d’aborder la torture se démarque de surcroît de leurs confrères masculins.

III. Un processus argumentatif genré : la dénonciation de la torture

A. Invisibilisation éditoriale

  • 66 Archives Cabinet Rein (ACR), les originaux des plaintes contenues dans ces ouvrages ont été conserv (...)
  • 67 Archives du Ministère des Affaires Étrangères (MAE), SEAA 20, 1959-1967, rapport intitulé : Organis (...)

25Hors des prétoires, les stratégies de défense peuvent passer par de la propagande éditoriale pour rallier l’opinion publique. En 1961, des avocates comme Marie-Claude Radziewsky et sa jeune collaboratrice Nicole Rein contribuent largement aux publications dénonçant les tortures. Elles sont notamment la cheville ouvrière des Harkis à Paris, publié sous le patronyme de Paulette Péju, et des Ratonnades à Paris (anonyme)66. À l’inverse de leurs homologues masculins du collectif, les avocates ne publient aucun ouvrage sous leur nom. Si les femmes ne publient pas c’est parce qu’elles ne font pas publicité de leurs activités d’avocates engagées. Ce choix engendre une représentation minorée de l’engagement militant. Pour les services de renseignement français, le collectif se décompose de la manière suivante, avec d’une part les Algériens et les « trois grands » du collectif (Jacques Vergès, Maurice Courrégé et Michel Zavrian) et, d’autre part, les femmes et les autres avocats plus faiblement engagés67.

26L’invisibilisation éditoriale des avocates s’explique par le fait qu’elles ne signent pas de leur nom. Ce choix procède surtout d’un rapport différencié aux médias. Contrairement aux avocats, elles se mettent peu en scène. Peut-être sont-elles moins préoccupées à se construire une « carrière engagée » édifiante ? Peut-être s’effacer médiatiquement leur permet-il d’avoir une plus grande latitude dans leur activité d’avocate-militante ? Cette invisibilisation est également interprétable comme une prise de distance avec les conséquences de leurs dénonciations.

  • 68 Je prends deux exemples caractéristiques : les principaux ouvrages collectifs du noyau parisien et (...)
  • 69 Entretien avec l’auteur, op. cit.
  • 70 I. Mons, Madeleine Riffaud : l’esprit de la Résistance, Paris, Payot, 2019, p. 212. Entretien avec (...)

27Cette explication n’est pourtant pas à sens unique. La discrétion médiatique peut aussi être subie par les avocates. A cet égard, leurs confrères semblent les exclure des publications importantes68. En outre, même la presse d’opinion feint de les ignorer, y compris une journaliste engagée telle que Madeleine Riffaud. Cette dernière a tendance à considérer que son « amie Michèle Beauvillard », qu’elle dit « prendre sous son aile », fait pâle figure face à un « chef du collectif comme Jacques Vergès », ou bien « par rapport à Amokrane Ould Aoudia et d’autres avocats communistes »69. Riffaud reprend à son compte une vision très stéréotypée de l’action de Beauvillard, qu’elle occulte d’ailleurs sciemment dans sa propre biographie conçue à partir d’entretiens70.

  • 71 Archives Collectif Belge (ACB). Copie du rapport Patin, président de la CSDLI, relatif aux faits ré (...)
  • 72 R. Branche, La torture et l'armée pendant la guerre d'Algérie (1954-1962), Paris, Folio-Histoire, 2 (...)
  • 73 Entretien de Marie-Claude Radziewsky avec l’auteur, réalisé le 26 juin 2017. L’avocate prétend avoi (...)

28De fait, lorsqu’elles ne sont pas anonymes, les révélations ne sont pas appréhendées de la même manière selon que l’auteur est un homme ou une femme. Les rapports d’enquête de la Commission de Sauvegarde des Droits et des Libertés Individuelles (CSDLI) traduisent un certain dédain pour les révélations de tortures. En 1960, son président, Maurice Patin, estime que la plainte qu’il a à instruire, alors qu’il est pressé par la publication des faits de l’enquête, dans la revue des Temps Modernes, correspond à des faits « délibérément grossis » par les avocat·es Maurice Courrégé et Jacqueline Jaeger. Il semblerait que ses conclusions d’enquête tiennent compte du fait que la torture a été révélée par une avocate. En effet, dans d’autres dossiers, Patin se réfère plutôt à l’insuffisance de preuves qu’à l’argument tenant à l’exagération des propos71. A défaut de pouvoir me livrer à un examen systématique du traitement des plaintes déposées devant la CSDLI, je ne peux pas établir une généralité à partir de cet exemple72. Néanmoins, d’autres témoignages vont en ce sens concernant Maurice Patin : ceux de Marie-Claude Radziewsky et Simone De Beauvoir73.

29Cette prise au sérieux « diminuée » par le genre s’étendrait, d’après Nicole Rein, aux plaidoiries. Une telle affirmation me permet d’avancer l’hypothèse d’une intériorisation par l’avocate du fait que ses dénonciations, dans le prétoire comme dans les médias, seraient moins audibles que celles des hommes car ses arguments seraient discrédités, en raison des représentations liées à la « sensiblerie » féminine. En ce sens, elle affirme que ses prises de position, notamment ses plaidoiries, étaient déconsidérées, en tant qu’avocate du FLN, mais surtout en tant que femme :

  • 74 Entretien avec l’auteur réalisé, le 2 octobre 2018.

Quand on déposait sur les Conventions de Genève, comme j’ai fait et je ne suis pas la seule d’ailleurs, sur les prisonniers de guerre, c’était comme si on chantait « femme sensible… ». Excusez-moi, j’ai parfois des expressions pas très « avocat », mais ça veut dire ce que ça veut dire...74.

  • 75 P.-E. Babin, Cécile et les autres…, op. cit.
  • 76 Reprenant le portrait de Draps dans une revue satyrique non dénommée, Serge Moureaux écrit : « cett (...)
  • 77 Le stéréotype de la voix féminine dans le prétoire a été étudié par C. Fillon, op.  cit. , repris p (...)

30Cet exemple de la réception des plaidoiries est caractéristique des stéréotypes appliqués aux avocates politiques. Ainsi, de l’avis des membres de sa profession, Cécile Draps se distingue par son « argumentation tirée au cordeau portée par une voix puissante »75. En dépit de ses qualités, l’appréhension par la presse de l’avocate belge conduit le plus souvent à évoquer ses traits physiques, plutôt que sa défense, comme seule clé de compréhension de sa stratégie de défenseure. De même, son confrère Serge Moureaux, semble réduire le portrait de Cécile Draps à cette expression pour le moins caricaturale76. Ces exemples nous démontrent les difficultés pour les avocates à rendre crédible leur défense politique qui contournerait les stéréotypes77.

  • 78 P. Braun, op.  cit. , p. 70. L’avocat estime avoir fait preuve d’une trop grande discrétion sur son (...)
  • 79 Halimi et Vergès ont tendance à monopoliser la communication des collectifs auxquels ils appartienn (...)
  • 80 G. Arnaud, J. Vergès, Pour Djamila Bouhired, Paris, Minuit, 1957, 215 p.
  • 81 G. Halimi, Le lait de l’oranger, Paris, Gallimard, 1988, p. 316.
  • 82 Pour répondre à cette question, il faut tenir compte du genre de mes sources. Celles-ci convergent (...)

31Gisèle Halimi fait exception à cette logique d’invisibilisation. Précisons d’abord qu’elle n’a jamais été membre d’un collectif d’avocat·es du FLN. Ensuite, contrairement aux autres avocates, elle adopte dès le départ les codes propres aux hommes engagés dans cause lawyering. À Alger, en mai 1958, Halimi personnifie les atteintes à tous les défenseur·es, de la même façon que Vergès, en juillet 195778… Elle tente à son tour de diriger, en vain, la publication d’un brûlot : le Livre blanc sur la justice, avant de faire paraître également ses articles dans Les Temps Modernes79. Halimi se choisit aussi une égérie à travers une autre Djamila. Il s’agit d’une affaire sur laquelle, tout comme Vergès cinq ans avant elle, Gisèle Halimi s’associe à un·e écrivain·e de renom pour médiatiser sa cause80. Conséquence de ce jeu de passe-passe, les deux Djamila se confondent dans l’opinion publique, alors qu’une seule a été effectivement condamnée à mort. Enfin, Halimi affirme un peu rapidement, dans les faits et en droit, qu’en 1962, Djamila Boupacha est séquestrée par le FLN81. En un mot, Gisèle Halimi n’a-t-elle pas déjà « vergèssiser » sa manière de voir le droit et d’être « avocat »82 ?

32L’invisibilisation et la faible confiance dans l’argumentation développée par les avocates en matière de dénonciation de la torture constituent une singularité genrée, à laquelle s’ajoute celle du contenu de ces dénonciations.

B. Dénoncer les atteintes et crimes sexuels

  • 83 Entretien avec l’auteur, réalisé le 4 septembre 2017.
  • 84 Je pense que les avocates ont pu être doublement perçues comme des victimes, du racisme mais aussi (...)
  • 85 N. Rein, Mémoires, s. l. n. d., n. p. Dans ce manuscrit, l’avocate évoque ses discussions avec Bach (...)

33La considération dont les avocates ont joui auprès des militants algériens emprisonnés ou torturés s’explique pour deux raisons. Il s’agit, d’une part, de la solidarité pour des victimes de racisme et, d’autre part, des atteintes à l’intégrité physique et notamment des atteintes sexuelles. Il n’est pas anodin que les avocat·es d’origine juive battent la campagne du FLN contre la torture. Cette fraternité antiraciste pouvait être ressentie par certains Algériens et notamment des condamnés à mort. L’un d’entre eux, Arab Aïnouz rapporte cet élément dont il a pris conscience83. De sorte que les atteintes à la dignité humaine trouvaient un écho particulier chez les Algérien·nes qui voyaient en leurs défenseurs et défenseures d’autres victimes de discriminations84. La féminité n’est donc pas un élément exclusif pour comprendre la proximité entre les Algériens et leurs avocates, car la judéité de plusieurs d’entre elles, à l’instar de Nicole Rein, est aussi un élément essentiel dans leur engagement. Elles ont pu en discuter avec certains de leurs clients85.

  • 86 V. Codaccioni, « (Dé)Politisation du genre… », op. cit.

34En matière de dénonciation des atteintes sexuelles, les avocates font preuve d’audace, puisqu’en droit le viol d’un homme au moyen d’un objet ne pouvait recevoir que la qualification d’attentat à la pudeur. Avant l’entrée en vigueur du nouveau Code pénal, et plus exactement avant la loi du 23 décembre 1980, le viol d’un homme – au moyen ou pas d’un objet – n’est pas poursuivi dans le droit positif. Les avocates font alors œuvre d’une grande habileté car, faut-il le rappeler, l’intention sexuelle reste encore à démontrer aujourd’hui. De ce point de vue, elles mènent un travail juridique précurseur – mais sous-estimé86 – en droit pénal spécial.

  • 87 Ce recours à la qualification sur des délits sexuels avait déjà été expérimenté en 1950, dans le pr (...)

35En revanche, tout en isolant la matérialité de l’acte du viol, elles concentrent essentiellement leur argumentaire juridique sur une forme de torture commise par une personne dépositaire de l’autorité publique. Les avocates semblent alors procéder par gradation de l’importance de l’atteinte en ouvrant déjà la voie au viol en période de guerre et donc en crime de guerre. Ainsi, le travail de l’avocate faisait osciller le débat sur la question de la qualification pénale des simples violences volontaires à celle de crime de guerre. L'argumentation développée s’adresse tout à la fois au juge, chargé de la qualification pénale, qu’à l’opinion publique87.

  • 88 Dans ce cas de figure, il est possible d’envisager aussi la notion « d’adelphité ».

36La dénonciation des atteintes sexuelles s’est faite dans des conditions genrées singulières. L’utilisation de cette argumentation est propre davantage aux avocates qui y sont visiblement plus sensibles, mais elle a aussi été rendue possible par le rapport entre les avocates et certains détenus algériens qui marque une forme de « sororité », non pas comme rapport de soutien entre femmes comme le terme a pris aujourd’hui sens, mais de solidarité entre une femme et un homme88.

C. L’avocate-sœur

  • 89 ACB. Ainsi le détenu Ali Bourenane s’adresse à son avocate Cécile Draps en l’appelant « sœur et maî (...)
  • 90 Dans les faits, l’ambiguïté peut néanmoins apparaître entre les jeunes avocates et leurs clients. M (...)
  • 91 ACR Lettre d’Ali Bournane à Nicole Rein. Condamné à mort et détenu à la prison de Rennes, le 10 fév (...)

37Le terme de « sœur » se retrouve très souvent dans les correspondances privées entre les détenus algériens et leurs avocates françaises89. Je pense qu’il n’est pas possible de résoudre la question de la raison de cette spécificité épistolaire, par une simple intégration honorifique à la communauté spirituelle de l’Islam (l’Oumma), comme cela pourrait être le cas pour les « avocats frères ». Ce rapport entre l’homme et la femme prend ouvertement la forme d’une relation asexuée90. À travers la correspondance émise depuis les prisons, l’importance des visites des avocates est particulièrement visible. Pour certains détenus, leur présence pourrait combler un vide affectif. Les variations dans la manière de s’adresser à l’avocate plaident en ce sens. Ainsi, le condamné à mort Bourenane s’adresse à Nicole Rein, en l’appelant « chère amie » et lui écrit en lui rappelant sa « qualité de combattant » : « comment voulez-vous que je vous considère ? Si ce n’est pas comme une grande sœur que j’aime beaucoup (fraternellement) »91.

  • 92 La Contemporaine, Fonds Nahori, ARCH/0011/5. Le 3 juillet 1961, l’intéressé dépose plainte entre le (...)

38En outre, l’appellation « sœur » est une condition sine qua non pour les Algériens torturés et notamment ceux atteints dans leur virilité. En effet, pour la première fois pendant la guerre d’Algérie, ce sont des avocates qui révèlent les atteintes sexuelles contre leurs clients. Cette absence de sexuation entre l’avocate et le militant a joué un rôle dans la mise en confiance pour révéler les tortures de nature sexuelle. En effet, bien peu de dossiers s’affranchissent de la périphrase pour reconnaître l’étendue des atteintes. Des mots ou expressions peuvent être isolés dans les paroles des victimes en ce sens : « de rage et de honte d’essuyer les saletés », « en tous genres », « plein d’autres sévices ». Ces avocates « sœurs » parviennent à encourager littéralement des révélations, comme dans les cas de Mokrane Sakhraoui et Mohand Ouali Merabet, tous deux défendus par Marie-Claude Radziewsky, et de Boualam Bedhouche, défendu par Claudine Lewkowicz92.

  • 93 Entretien d’Ahmed Baba Hamed avec l’auteur, réalisé le 11 mai 2018. Dans nos entretiens avec l’anci (...)
  • 94 R. Branche, « Des viols pendant la guerre d’Algérie », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 75, 2002 (...)
  • 95 T. Shepard, Mâle décolonisation…, op. cit. , p. 20.

39Si le FLN menait une campagne de dénonciation des tortures, ses membres évitent la référence aux atteintes et crimes sexuels, en particulier lorsqu’il s’agit de cadres importants de la Fédération de France du FLN93. Pratiqués principalement par des membres de la Force de Police Auxiliaire de Paris (FPA) sur d’autres individus venant d’Algérie, ces actes qui seraient aujourd’hui qualifiés de viols, remettaient en cause la posture virilisante du révolutionnaire et plus tard du vainqueur, qui plus est musulman. Ce rapport au corps du colonisé est très important dans les opérations de tortures, avec le rapport au discours sur la domination coloniale94. L’historien Todd Shepard a en effet démontré que les représentations de la virilité du musulman en France basculent avec le conflit franco-algérien95.

40En conclusion, la lecture genrée du combat judiciaire mené par les avocates du collectif de la FF FLN amène loin dans la destruction du mythe d’un collectif Vergès. Le présent article a montré combien les présupposés historiographiques ont contribué à invisibiliser les femmes. L’action de ces femmes a été en grande partie effacée de l’histoire des indépendances. Dans cette défense politique, les hommes ont été plus soucieux de se tailler la part du lion en inscrivant leur action dans une carrière édifiante, bâtie sur l’anticolonialisme ou les Droits de l’Homme. À l’inverse, les femmes n’ont pas gagné de notoriété dans ces affaires.

  • 96 Mentionnons à cet égard que Monique Antoine, alors licenciée en droit, mène comme Françoise Collin (...)
  • 97 Cette transformation du combat algérien est évoquée dans la recherche de Francis Sanseigne, notamme (...)
  • 98 Cécile Draps est devenue la première femme avocate à la Cour de cassation, après avoir soutenu la c (...)

41Cet article interroge entre les lignes une question qu’il reste encore à creuser : l’articulation entre cause indépendantiste et cause féministe96. L’attachement de ces avocates aux principes généraux du droit pour servir la cause politique possède des prolongements dans les mobilisations féministes par le droit97. L’espace franco-belge, dans lequel interviennent ces actrices du droit, tend à démontrer que le processus argumentatif genré, expérimenté durant la guerre d’Algérie, trouve rapidement un nouveau champ d’application, notamment sur la question des atteintes sexuelles, ou sur l’égalité dans le cadre du travail98.

  • 99 Après l’indépendance de l’Algérie, Michèle Beauvillard (1925-2003) devient successivement l’avocate (...)
  • 100 Surtout Cécile Draps. Mais également Jacqueline Jaeger, Nicole Rein, Marie-Claude Radziewsky, ainsi (...)

42À l’aune des années 1960, ces avocates inclinent plus durablement vers le droit international99; plus naturellement aussi, puisque toutes les avocates rencontrées m’ont opposé le fait de ne pas essentialiser leur présence dans le collectif, au détriment de la cause anticolonialiste. Autrement dit, elles ne voulaient pas être, même sur le tard, des icônes du féminisme. Cela n’était pas le sujet, se devaient-elles de me préciser100.

Haut de page

Notes

1 C. Serre, La lionne du barreau, Paris, Sonatine, 2022, 178 p. ; J. Minkowski, L. Vignoli, L'avocat était une femme : le procès de leur vie, Paris, Librairie Générale française, 2022, 188 p.

2 J. Brockman, Gender in the Legal Profession : Fitting or Breaking the Mould, Vancouver, UBC Press, 2001, 259 p. ; E. Pierrat, Les femmes et la justice : les avocates, les magistrates et les accusées passent à la barre, Paris, La Martinière, 2016, 176 p.

3 B.A Babcock, Woman lawyer : the trials of Clara Foltz, Stanford, Stanford University Press, 2011, 370 p. ; F. Chauvaud, Histoire de la haine. Une passion funeste, 1850-1930, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2014, 336 p. ; S. Gooptu, Cornelia Sorabji : India's pioneer woman lawyer, Oxford, Oxford University Press, 2006, 241 p. ; M.-J. Mossman, The first women lawyers : a comparative study of gender, law and legal professions, Oxford, Hart Pub, 2006, 329 p. ; J. Norgren, Stories from trailblazing women lawyers : lives in the law, New York, New York University Press, 2018, 287 p.

4 Notamment : L. Karpic, Les avocats : entre l'État, le public et le marché : xiiiᵉ-xx siècle, Paris, Gallimard, 1995, 482 p. ; C. Fillon, La profession d’avocat et son image dans l’entre-deux guerres, thèse, Université de Lyon, 1995, 600 p. L’article d’Hélène Duffuler-Vialle nous offre un état de la science sur cette question de l’entrée des femmes au barreau. H. Duffuler-Vialle, « La dévirilisation de l’office d’avocat : la loi du 1er décembre 1900 », La lettre juridique, mars 2023 [en ligne : https://www.lexbase.fr/article-juridique/93798215lepointsurbnuma9rospa9cialfemmesavocatesogalita9etsororita9blada9virilisationdele2a]. Pour une approche comparée, il est possible de se référer aux travaux sur la situation en Belgique, car le collectif d’avocats au cœur de cet article comptait quelques avocats belges, dont Cécile Draps. Parmi les travaux offrant un historique sur l’accès à la profession d’avocate, il nous faut citer en particulier : J. De Brouwer, B. Coppein, Histoire du Barreau de Bruxelles, 1811-2011, Bruxelles, Bruylant, 2012, p. 156-161 ; A. Cornet, Le vécu des femmes magistrates en Belgique francophone. Analyse d’une profession sous l’angle des rapports sociaux de sexe, Anthemis, Limal, 2016, 433 p. ; J. De Brouwer, F. Verslype, J. Delattre, « Le temps des pionnières – La loi du 7 avril 1922 et l'ouverture du barreau aux premières avocates », Journal des Tribunaux, 6897, 2022/17.

5 L. Semley, To Be Free and French : Citizenship in France’s Atlantic Empire, Cambridge University Press, 2017, 362 p. ; C. Palmiste, « Le vote féminin et la transformation des colonies françaises d’Amérique en départements en 1946 », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [en ligne : https://doi.org/10.4000/nuevomundo.66842] ; Annette K. Joseph-Gabriel, « Gerty Archimède and the Struggle for Decolonial Citizenship in the French Empire (1946-1951) », dir. F. Germain et S. Larcher, Black French Women and the Struggle for Equality (1848-2016), Lincoln, University of Nebraska Press, p. 89-106.

6 F. Renucci, « Les premières avocates du Maghreb (début du xxᵉ siècle). L’émancipation au prisme de l’intersectionnalité », dir. B. Dupret et N. Bernard-Maugiron, Droits et sociétés du Maghreb, Paris, Karthala, 2024 ; F. Renucci, « Les premières avocates du Maghreb (début du xxᵉ siècle). Des « avantages cumulés genrés » ? », Les juifs des protectorats du Maghreb et la France, Paris, Garnier, 2024.

7 V. Codaccioni, « (Dé)Politisation du genre et des questions sexuelles dans un procès politique en contexte colonial : le viol, le procès et l’affaire Djamila Boupacha (1960-1962) », Nouvelles Questions Féministes, 29, 2010/1, p. 32-45 [en ligne : https://www.cairn.info/revue-nouvelles-questions-feministes-2010-1-page-32.htm]. L’affaire Boupacha est fondatrice pour l’avocate Gisèle Halimi, qui expérimente alors une stratégie politico-judiciaire superposant la défense juridique d’un cas et la défense des droits des femmes. Sur cette « tactique du procès politique » employée par Gisèle Halimi, voir également T. Shepard, Mâle décolonisation : l'« homme arabe » et la France, de l'indépendance algérienne à la révolution iranienne (1962-1979), Paris, Payot, 2017, p. 292.

8 V. Codaccioni, Punir les opposants : PCF et procès politiques, 1947-1962, Paris, CNRS, 2013, p. 359. Si Nicole Dreyfus n’a pas écrit ses mémoires, il est loisible de se reporter à l’un de ses témoignages publiés sur le sens de son engagement. N. Dreyfus « D'une enfance alsacienne à la guerre d'Algérie : racines et permanences du combat dreyfusard », Être dreyfusard hier et aujourd’hui, dir. G. Manceron et E. Vidal-Naquet, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2019, p. 467-474. La jeunesse de Nicole Dreyfus peut également expliquer cette déconsidération. Dans l’affaire des époux Guerroudj, condamnés à mort, Nicole Dreyfus est régulièrement présentée comme « l’avocate aux côtés de ». En l’occurrence, de l’avocat Michel Bruguier, ancien résistant qui avait fait le coup de feu à Nîmes, voir notamment P. Braun, Itinéraire d’un avocat de conviction (1945-1998), Paris, Pierre Braun, 2015, p. 26.

9 P.-J. Le Foll-Luciani, « De l’anticolonialisme aux droits des femmes algériennes. Les vies de Simone Ben Amara (1924-2011) », Clio. Femmes, Genre, Histoire, 53, 2021/1, p. 101-126. Dans son ouvrage Les Juifs algériens dans la lutte anticoloniale, le même auteur observe le symbole d’être défendu par une avocate juive de gauche, mais aussi sur la surprise que cela semait dans les rangs des clients. Il mentionne également Claudine Lewkowicz, en tant qu’avocate parisienne. P.-J. Le Foll-Luciani, Les Juifs algériens dans la lutte anticoloniale : trajectoires dissidentes (1934-1965), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015, p. 425-426.

10 Analyse genrée qui traverse une partie des travaux sur la situation coloniale comme ceux de M. André, N. MacMaster ou A.-L. Stoler. L’historien Todd Shepard enjambe les indépendances pour démontrer les modifications profondes de la société française, en mobilisant notamment la ressource des études de genre (T. Shepard, 1962 : comment l’indépendance algérienne a transformé la France, Paris, Payot, 2012 [2006], p. 303-338 ; T. Shepard, Mâle décolonisation…, op. cit.). De fait, l’approche essentiellement genrée de la guerre d’Algérie se retrouve dans la littérature anglo-saxonne, par exemple : N. Vince, Our fighting sisters : nation, memory and gender in Algeria, 1954-2012, Manchester, Manchester University Press, 2015, 274 p. ; R. Seferdjeli, « Fight with us, women, and we will emancipate you » : France, the FLN and the struggle over women during the Algerian War of National Liberation, 1954-1969, thèse, London School of Economics, 2005, 353 p.

11 L. Israël, « Quelques éclaircissements sur l'invention du cause lawyering. Entretien avec Austin Sarat et Stuart Scheingold », Politix, 2003, 62, p. 31-37. A. Sarat et S. Scheingold, Cause lawyers and social movements, Stanford, Stanford Law and Politics, 2006, 341 p. Cet usage du droit a été utilisé principalement au service de causes de gauche, voir en particulier L. Israël, À la gauche du droit. Mobilisations politiques du droit et de la justice en France (1968-1981), Paris, Éditions EHESS, 2020, p. 97. Toutefois, selon l’analyse proposée par le sociologue du droit Julien Ortin, il convient de séparer le cause lawyering de la défense de rupture qui serait la négation de l’intérêt du client au profit de la cause, alors que le cause lawyering ne chercherait pas à rejeter le procès, J. Ortin, Le militantisme dans la profession d’avocat, thèse, Paris II, 2020, p. 205.

12 J.-P. Tonneau, « Les avocats du Mouvement d'Action Judiciaire dans les années 1970, entre remise en cause du modèle professionnel et pratiques du droit originales », Criminocorpus, Histoire des avocats, mis en ligne le 14 juin 2016 [en ligne : https://doi.org/10.4000/criminocorpus.3303]. Parmi les limites qu’il pointait dans sa recherche figurait notamment le fait « qu’on n'en sa[vait] peu (ou pas assez) en effet sur les origines (sociales, professionnelles, etc.) de ces avocats ou encore sur leur exercice professionnel quotidien ».

13 J.-M. Théolleyre, Ces procès qui ébranlèrent la France, Paris, Grasset, 1966, p. 129, p. 140 et p. 148. Le chroniqueur judiciaire du Monde évoque pour sa part le « groupe Vergès ». Néanmoins Sylvie Thénault précise avec justesse que le dirigeant du collectif était l’avocat Mourad Oussedik, avec quelques intermèdes d’Abdessamad Benabdallah, en raison des interférences politiques évoquées par Linda Amiri. Voir aussi S. Thénault, « Une défense politique sans rupture ? Le collectif des avocats du FLN en pratique », Matériaux pour l’histoire de notre temps, 115-116, 2015/1, p. 17-25 et L. Amiri, La Fédération de France du Front de libération nationale (FLN), des origines à l'indépendance (1926-1962), thèse, IEP Paris, 2013, p. 201-206.

14 Il s’agit de Mourad Oussedik, Abdessamad Benabdallah, Amokrane Ould Aoudia, Kébir Bendi-Mérad, Nadjib Boulbina et, dans une certaine mesure, de Mahieddine Attoui. Je pourrais également ajouter à cette liste Yves Mathieu et Georges Touati.

15 Ces collectifs sont ceux du « Secours Populaire » et du MNA (Mouvement National Algérien), lequel était dirigé par l’avocat Yves Dechézelles, ainsi que de quelques avocats indépendants comme Renée Plasson-Stibbe et Pierre Stibbe. A. Ougouag, Les grands procès, organisation secrète : Oran, 6 mars 1951, politique : Alger, 29 octobre 1953, le comité de soutien des victimes de la répression, Alger, Dahlab, 1992, 217 p. ; S. Elbaz, « L'avocat et sa cause en milieu colonial. La défense politique dans le procès de l'Organisation spéciale du Mouvement pour le triomphe des libertés en Algérie (1950-1952) », Politix, 62, 2003/2, p. 65-91 ; S. Elbaz, « Les avocats métropolitains dans les procès du Rassemblement démocratique africain (1949-1952) : un banc d’essai pour les collectifs d’avocats en guerre d’Algérie ? », Bulletin de l’IHTP, 80, 2002, p. 44-60 ; A. Brodiez, Le Secours populaire français, 1945-2000 : du communisme à l'humanitaire, Paris, Presses de Sciences-Po, 2006, 365 p. Sur la période précédente, il nous faut mentionner les études de L. Blévis, « De la cause du droit à la cause anticoloniale. Les interventions de la Ligue des droits de l’homme en faveur des « indigènes » algériens pendant l'entre-deux-guerres », Politix, 62, 2003, p. 39-64 et L. Israël, Robes noires, années sombres : avocats et magistrats en résistance pendant la Seconde Guerre mondiale, Paris, Fayard, 2005, 547 p. Sans l’investiture donnée par FLN, des avocat·es bien plus expérimenté·es, comme Pierre Stibbe, ont été écarté·es au profit des jeunes membres du collectif de la FF FLN. P. Vidal-Naquet, Mémoires, t. 2 : Le trouble et la lumière : 1955-1998, Paris, Le Seuil, 1998, p. 121.

16 V. Codaccioni, Punir les opposants…, op. cit. , p. 344. Ce pont aérien consiste à envoyer des avocat·es en Algérie, pour y défendre, à tour de rôle, des nationalistes algériens. Le fonctionnement de cette « noria » d’avocats métropolitains est justifiée par la répression contre les avocats du collectif algérois du FLN, laquelle se conjugue au rejet opposé par des Algériens à être défendus par un·e avocat·e commis·e d’office. Ce·tte derni·er·ère étant considéré·e, en tant que membre de la population européenne d’Algérie, comme indifférent·e sinon hostile à la cause politique du client.

17 Ces avocates sont : Janine Barbet-Massin, Michèle Beauvillard, Hélène Bouchard, Annie Fuster, Mireille Glaymann, Renée Hatem, Jacqueline Jaeger, Claudine Lewkowicz, Micheline Lombrage-Bouder, Anne-Marie Blanchet-Parodi, Marie-Claude Radziewsky, Nicole Rein et Christiane Tchang.

18 La centralisation de l’activité du collectif autour des pôles parisiens et bruxellois m’amène à privilégier ces deux groupes, car ils sont prééminents aux yeux des dirigeants du FLN. En effet, l’avocat Mourad Oussedik dirige et répartit les finances l’ensemble de la structure du collectif, en coordination avec le pseudopode belge. Toutefois, ce dernier dispose d’une autonomie financière car l’avocat Serge Moureaux est défrayé directement par le Comité Fédéral du FLN. Je voudrais néanmoins mentionner que la parité se réduit très sensiblement sur l’ensemble des avocat·es du collectif exerçant dans les différents barreaux en France et en Belgique. Les avocates représentent moins de la moitié de l’effectif total des quatre-vingts avocat·es. Mais je constate de très fortes disparités. En effet, les principaux barreaux où se trouvent les avocats du collectif sont celui de Lyon, avec une surreprésentation des hommes, et celui de Bruxelles, où il y a une parité parfaite. L’explication de ces différences tient principalement à l’histoire propre de chaque barreau qu’il est difficile de traiter davantage dans le cadre restreint de cet article. Néanmoins, sur l’action des avocats du collectif inscrits au barreau de Lyon, il est loisible au lecteur de se reporter à l’étude suivante : A. Grosjean, « Les avocats lyonnais et la défense des indépendantistes algériens », Récits d’engagement. Des Lyonnais auprès des Algériens en guerre, dir. B. Dubell, A. Grosjean, M. Thivend, Saint-Denis, Bouchène, 2012, p. 79-95. L’auteur ne mentionne qu’une seule avocate parmi le groupe des avocats lyonnais Toutefois, il précise qu’Emma Gounot fait figure de doyenne dans ce groupe. De surcroît, contrairement aux jeunes avocats, cette avocate est rompue aux procès politiques, car elle a déjà défendu des résistants, puis des collaborateurs. Son nom est cependant ignoré par Mourad Oussedik, le chef du collectif de la FF FLN, comme du responsable politique, Ali Haroun.

19 Rapports annuels de l’Administration pénitentiaire. Numérisés et accessibles sur Criminocorpus, année 1961 [en ligne : https://criminocorpus.org/fr/bibliotheque/collections/rapports-administration-penitentiaire/].

20 S. Thénault, « Justice et droit d'exception en guerre d'Algérie (1954-1962) », Les Cahiers de la Justice, 2, 2013/2, p. 71-81; S. Thénault, Une drôle de justice. Les magistrats dans la guerre d'Algérie, Paris, La Découverte, 2004 [2001], p. 239. Précisons que cette compétence juridictionnelle est permise par la loi sur l’état d’urgence du 23 avril 1955 consolidée par les décrets sur les pouvoirs spéciaux du 17 mars 1956 étendant la compétence spéciale au stade de l’instruction. La procédure d’exception qui n’est étendue en métropole que par l’ordonnance du 8 octobre 1958. Il s’ensuit que les avocats du collectif sont donc à la fois à la barre et au greffe des tribunaux correctionnels et des cours d’appel (y compris pour la chambre des mises en accusation, surtout pour le contentieux de la mise en détention provisoire), des TPFA et dans les cabinets des juges d’instruction. Enfin, les mêmes avocats transmettent parfois leurs pourvois en cassation via des avocats aux conseils et dans quelques cas ils peuvent, avec l’accord des condamnés à mort, présenter un recours en grâce devant le président de la République.

21 A. Deperchin, A. Lecompte, « Les crimes commis par les Algériens en métropole devant la Cour d'assises du Nord 1954-1962 », Histoire de la justice, 16, 2005/1, p. 257-270. S. Thénault, « Justice militaire », dans T. Quemeneur, O. Siari Tengour, S. Thénault, Dictionnaire de la guerre d’Algérie, 2023, p.  669-672.

22 Par exemple, lors de la vague d’attentats du 25 août 1958 en France. Les auteurs des attentats commis à Rouen et aux alentours sont jugés dans le ressort de la deuxième région militaire, dont le siège du TPFA était à Lille mais l’instruction est confiée à une juge d’instruction de Rouen (affaire Tazbint, Aïnouz et autres). Jusqu’à la fin de la guerre d’Algérie, les cabinets des juges d’instruction continuent d’ouvrir des informations judiciaires pour les crimes et certains délits commis en métropole.

23 Ni Omar Boudaoud, ni Ali Haroun, les responsables de la Fédération de France du FLN, ne jugent utile d’en faire mention, à l’inverse de leur prédécesseur Mohamed Lebjaoui. Sur cet aspect de l’avocate comme « femme de son mari avocat », voire « secrétaire de son mari avocat », F. Renucci, « Les premières avocates du Maghreb (début du xxᵉ siècle)… », op. cit. ; M. Lebjaoui, Vérités sur la révolution algérienne, Paris, Gallimard, 1972, p. 176 ; A. Haroun, La 7e Wilaya, la guerre du FLN en France 1954-1962, Paris, Seuil, 2012 [1986], 529  p. ; O. Boudaoud, Du PPA au FLN, mémoire d'un combattant, Alger, Casbah, 2007, 279 p.

24 P. Barthélémy, Sororité et colonialisme : Françaises et Africaines au temps de la guerre froide (1944-1962), Paris, Éditions de la Sorbonne, 2022, p. 134 ; voir également V. Codaccioni, « (Dé)Politisation du genre… », op. cit.

25 S. Thénault, « Les papiers de Baya Hocine. Une source pour l’histoire des prisons algériennes pendant la guerre d’indépendance (1954-1962) », L’Année du Maghreb, 20, 2019, p. 107-122 [en ligne : https://journals.openedition.org/anneemaghreb/4643].

26 F. Genevée, notice Cachin Marie-Louise, Alice, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 12 avril 2010, [En ligne : https://maitron.fr/spip.php?article18298]. Sur les avocates Lise Amblard et Marie-Louise Jacquier-Cachin, il est possible de se référer aux mémoires de P. Braun, op. cit. , p. 15 et 57. Marie-Louise Jacquier-Cachin était l’avocate du Viêt Minh.

27 M. Bellot-Gurlet, Défendre les prisonniers politiques en Afrique subsaharienne : le Comité de Défense des Libertés Démocratiques en Afrique Noire (CDLDAN) et « Plaise à la cour » Les stratégies de défense des prisonniers politiques upécistes face à la justice coloniale (1955-1960), mémoires de master 1 et 2 en Histoire, ENS de Lyon-Université de Lyon, 2019, p. 26. L’auteure vient de débuter une thèse intitulée Les usages politiques du droit et de la justice par le mouvement nationaliste camerounais. Acteurs, réseaux et stratégies de l’Union des Populations du Cameroun (1948-1960), sous la direction de P. Barthélémy et F. Renucci.

28 À propos du parcours complexe de l’avocate Claudine Lewkowicz-Nahori, nous renvoyons à sa notice très complète, rédigée par V. Codaccioni, notice Nahori Claudine [née Lewkowicz Claudine, Berthe, Françoise, épouse Saramito puis Nahori], version mise en ligne le 9 juin 2013, dernière modification le 25 septembre 2013 [en ligne : https://maitron.fr/spip.php?article147146].

29 La Contemporaine, fonds Dreyfus, ARCH/0311/8. L’avocat communiste Pierre Braun envoie une lettre à « son camarade » Nicole Dreyfus pour l’avertir que son client condamné à mort à la prison de Blida lui a signalé l’hospitalisation de Mohamed Chouichi, également condamné à mort. Nous retrouvons également un compte-rendu de la visite de l’avocat communiste Pierre Kaldor, après sa visite à Blida (lettre du 22 mai 1960). En parallèle, Nicole Dreyfus prend soin de s’enquérir sur place, à la prison de Blida, du sort de Mohamed Cheham, client d’Angéline Dominique (lettre du 8 juin 1961). Elle rend compte de l’absence de trace de ce détenu, en exprimant cette fois-ci ses sentiments amicaux envers sa consœur, sans faire référence aux liens partisans.

30 Archives Nationales (AN) Gisèle Halimi, 799 AP 46. Les archives professionnelles de Gisèle Halimi présentent un dossier concernant Marie-Louise Cachin-Jacquier. Celui-ci nous montre que Gisèle Halimi demande à son amie et consœur de la remplacer à la barre au tribunal militaire de Constantine. Marie-Louise Cachin-Jacquier obtient avec retard l’autorisation de voyage délivrée par la Préfecture de Police de Paris. Cela incite Halimi à déposer une plainte devant la Commission de Sauvegarde des Droits et des Libertés Individuelles et une protestation devant le Conseil de l’Ordre. Ce cas me paraît intéressant dans la mesure où il fait apparaître une sororité plus forte entre avocates.

31 Hormis le cas de l’avocat martiniquais Marcel Manville qui fait figure d’exception dans le collectif communiste car il est mentionné dans les archives du collectif FF FLN. En revanche, son épouse l’avocate Évelyne Meyer-Manville, n’y figure pas. Même si elle a rendu des visites à des détenues déjà jugées, les archives sont silencieuses sur son engagement professionnel dans les prétoires. Évelyne Meyer est citée comme une visiteuse accompagnée de son nourrisson, par l’ancienne condamnée à mort, J. Guerroudj, Des douars et des prisons, Alger, Bouchène, 1993, p. 124. À l’inverse de Manville, il nous faut souligner le fait que Gisèle Halimi n’a jamais appartenu à un collectif du FLN, mais qu’elle était membre du collectif du Mouvement National Algérien (MNA) parfois appelé « collectif de soutien à la répression colonialiste » qui était dirigé par Yves Dechézelles. Malgré la défense de militant·es du FLN dont Djamila Boupacha, Gisèle Halimi n’a jamais été acceptée comme l’une des leurs par les avocat·es du collectif de Mourad Oussedik.

32 G. Halimi, Une farouche liberté, Paris, Grasset, 2020, p. 48. « À chaque fois, il me fallait rectifier : « Je ne suis pas avocat. Je suis avocate ». Sur mes papiers, mes dossiers, mes cartes de visite, j’ai toujours inscrit : Gisèle Halimi, avocate ».

33 G. Halimi, Avocate irrespectueuse, Paris, Plon, 2002, p. 121. Je pense que Gisèle Halimi a changé de position sur le titre parce que les enjeux n’étaient plus les mêmes, mais elle ne s’explique pas réellement sur son positionnement face à l’usage préexistant du titre « d’avocate » quand elle-même choisissait d’employer celui « d’avocat » dans les années 1950. Sur l’incidence de l’emploi du masculin ou du féminin dans des secteurs traditionnellement réservés aux hommes, il est possible de se référer à M. Brauer, « Un ministre peut-il tomber enceinte ? L’impact du générique masculin sur les représentations mentales », L’Année psychologique, 108/2, 2008, p. 243-272 ; D. Vervecken, B. Hannover, I. Wolter, « Changing (S)expectations : How gender fair job descriptions impact children’s perceptions and interest regarding traditionally male occupations », Journal of Vocational Behavior, 82/3, 2013, p. 208-220. Les différentes autobiographies consultées demeurent imprécises sur la date exacte du prononcé du blâme contre Gisèle Halimi par le Conseil de l’Ordre des avocats, ainsi que sur l’identité du bâtonnier ; voir en particulier G. Halimi, Une farouche liberté, op. cit. , p. 44 ; G. Halimi, Ne vous résignez jamais, Paris, Plon, 2009, p. 77. Le « Manifeste des 343 » avait été signé par des femmes revendiquant le fait d’avoir eu recours à l’avortement. Suivant la volonté de la famille Halimi, la sanction prononcée par le bâtonnier est exposée à côté de la robe d’avocate de Gisèle Halimi depuis le don de celle-ci au Musée du Barreau de Paris (actuellement à la Maison des Avocats).

34 AN 799 AP 46, fonds Halimi. À notre connaissance, parmi les avocates des affaires algériennes, seule Gisèle Halimi a modifié radicalement sa position sur l’usage du titre d’avocat. Il est permis de considérer qu’à ses yeux, une telle survivance du titre pour les femmes était un corollaire du conservatisme de certaines « femmes-harkis » à la solde de « l’Ordre (des hommes) ». G. Halimi, Avocate irrespectueuse, op. cit. , p. 126.

35 Entretien avec l’auteur, réalisé le 22 novembre 2019.

36 P.-E. Babin, La Conférence, avril 2022, p. 16-21 [en ligne : https://www.cjbb.be/wp-content/uploads/2022/10/CJBB_Perio_avril22_print.pdf].

37 Je souligne le fait qu’il s’agisse d’une question générationnelle au sein du féminisme. P.-E. Babin, Cécile et les autres. Recueil d’hommages en mémoire de Me Cécile Draps, anticolonialiste, maoïste et « avocat à la Cour de cassation », à paraître.

38 H. Leclerc, La parole et l’action. Itinéraire d’un avocat militant, Paris, Fayard, 2017, p. 195.

39 Courriel de Jacqueline Oosterbosch, avocate à la Cour de cassation et associée de Cécile Draps à Liège, reçu le 10 octobre 2022 : « Vous m’interrogez sur la raison du refus de Cécile de féminiser le titre d’avocat. Nous en avons souvent parlé ensemble ; ses arguments étaient ceux de beaucoup de femmes, féministes, de sa génération – et éloignées de considérations politiques dans la stratégie de défense en tant qu’avocat. Elle considérait que le titre d’avocat ou de magistrat vise la fonction et non la personne qui la remplit, homme ou femme. Elle n’était absolument pas sensible à l’argumentation selon laquelle l’usage a toujours féminisé les "fonctions" inférieures ; que le Moyen Âge a même connu le féminin même pour des fonctions "nobles" et que le masculin s’est imposé pour les fonctions supérieures parce que les femmes en étaient exclues et qu’un rôle social n’est vraiment reconnu que lorsqu’il y a un "mot" pour le nommer ». Ces explications font écho à la réflexion sur l’accès des femmes aux professions de prestige. Sur cette question, se reporter par exemple à Juliette Rennes, Le mérite et la nature, une controverse républicaine : l’accès des femmes aux professions de prestige, 1880–1940, Paris, Fayard, 2007, 594 p.

40 Sur les préjugés subis par les avocates dès l’ouverture de la profession aux femmes, il faut citer ici les travaux de J. Rennes, ibidem ; et C. Fillon, op. cit.

41 Sur la féminisation des titres comme corollaire au processus de féminisation de la profession, je renvoie à l’article de H. Duffuler-Vialle, op. cit. À sa suite, je précise que les premières avocates féministes du xxᵉ siècle revendiquent d’être « des avocats » parce qu’on les assigne à être « des avocates ». Inversement, lorsque l’Ordre des avocats brandit le titre réglementaire « d’avocat » comme fer de lance, les avocates féministes refusent de plier à ses injonctions, car ce serait une manière d’avaliser l’idée qu’être avocate serait attentatoire à la dignité de la fonction. De sorte que la bataille contre la féminisation du titre aurait été ouverte par l’Ordre. Depuis lors, l’emploi du titre « d’avocat » a donc une dimension plutôt réactionnaire. G Halimi, op. cit. , p. 121 et p. 126.

42 M.-C.  Radziewsky, Les femmes vaillantes, récits-témoignages, Alger, Casbah, 2018, p. 13. Garbiñe Larrazabal Iturregui, autrice de cette préface, est la présidente d’une association de femmes universitaires.

43 Néanmoins, il ne me semble pas qu’il y ait eu une banalisation totale du terme, puisqu’il peut rencontrer des réticences dans son emploi pour désigner des formes du féminisme s’exprimant dans des milieux traditionnellement tenus à l’écart du militantisme féministe. Par exemple, la connotation du terme empêche parfois de considérer l’existence de féministes catholiques.

44 En ce sens, je constate que ces avocates du collectif s’inscrivent dans une tendance longue. Elles refusent d’être perçues comme des avocates pour faire reconnaître également leurs qualités professionnelles. Sur ce processus complexe de l’emploi du titre d’avocate comme une étape vers l’idée de dissocier le fait d’être une avocate et l’amoindrissement du prestige d’une profession, voir en particulier : H. Duffuler-Vialle, op. cit.

45 Autrement dit, de deux choses l’une, ou bien je m’arrête sur cette unanimité des sources pour considérer l’exemplarité de la modestie de Beauvillard ou alors de façon plus intéressante, je recherche si ces louanges ne peuvent pas traduire aussi l’assignation à un rôle stéréotypé. En insistant sur le fait qu’« elle est merveilleusement modeste », cela signifie aussi « elle doit être modeste », ainsi je soupçonne que l’apologie de la modestie est aussi une injonction à la modestie. Et partant de retrouver l’une des fameuses « vertus féminines » à double tranchant pour exiger des femmes qu’elles restent dans l’ombre.

46 A. Taleb-Ibrahimi, Mémoires d'un Algérien, t. 1 : Rêves et épreuves (1932-1965), Alger, Casbah, 2009 [1999], p. 126.

47 Lettre du déserteur, dirigeant de « Jeune Résistance » (mouvement d’insoumis et de déserteurs français lié au FLN) Jean-Louis Hurst, datée du 23 octobre 1962. Son contenu est reproduit dans N. Andersson, Mémoire éclatée : de la décolonisation au déclin de l’Occident, Lausanne, Éditions d’En Bas, 2016, p. 144.

48 Entretien de Pierre Descheemaeker avec l’auteur, réalisé le 19 mai 2017.

49 J.-J. De Felice, « Souvenirs de la guerre d’Algérie : visites dans les cellules des condamnés à mort », Hommes et Libertés, 116, septembre-novembre 2001. À travers son témoignage, l’avocat et militant des Droits de l’Homme démontre aussi que Beauvillard est la cheville ouvrière du collectif. Alors qu’il sera collaborateur au cabinet de Mourad Oussedik, c’est bien des mains de Michèle Beauvillard qu’il reçoit un mandat de substitution pour se rendre à Alger. « J’ai reçu pour mission, comme membre du collectif des avocats du FLN, ou plus exactement à la demande d’une avocate très humaine, sérieuse, dynamique, Michèle Beauvillard, de rendre visite à ses clients "condamnés à mort" et détenus à Alger ».

50 P. Vidal-Naquet, op. cit. , p. 249.

51 Entretien avec l’auteur réalisé le 18 septembre 2021.

52 Entretien avec l’auteur réalisé le 2 octobre 2018.

53 P. Vidal-Naquet, op. cit. , p. 249.

54 Archives du Cabinet Michèle Beauvillard (ACMB).

55 S. Sellam, Ahmed Boumendjel, 1908-1982 : de la « conquête morale » coloniale à la reconquête de la souveraineté nationale : parcours politique et documents, syndicalisme étudiant, nationalisme fédéraliste et diplomatie de guerre, Paris, Hémisphères éditions, Maisonneuve & Larose nouvelles éditions, 2021, p. 296. ; l’un des anciens cadres fédéraux, Ahmed Doum, arrêté en 1956, mentionne dans ses mémoires l’intervention de Michèle Beauvillard. A. Doum, De la Casbah d'Alger à la prison de Fresnes (1945-1962), Alger, Casbah, 2013, p. 159.

56 ACMB. Le dossier Rousset démontre que ce dernier a adopté avec son avocate une défense politique dès le stade de l’instruction. Un article fait un historique de l’affaire, peu avant sa remise en liberté. L. Houdeville, « Témoin et scandale. Jean-Jacques Rousset, en prison préventive depuis deux ans… », Tribune du Peuple, 14 juin 1958.

57 Le relevé des noms de ses clients démontre qu’elle assure la défense dans les affaires judiciaires concernant les membres du Comité Fédéral, de la plupart des chefs des grands ensembles régionaux du FLN en France (wilayas) comme des insoumis ou des « porteurs de valises ».

58 L’étude de ces rivalités internes ne relève pas de l’objet de cet article. En revanche, il parait utile d’indiquer que la gouvernance du collectif demeure traversée par ces luttes d’influence, comme le précise notamment la thèse de L. Amiri, op. cit. En outre, le fait que les avocates soient gommées de ces représentations constitue l’une des conséquences de la course au pouvoir. Par exemple, l’avocat Pierre Stibbe n’est pas le visiteur le plus régulier du fort Liédot (lieu où sont détenus les dirigeants du FLN, de 1959 à 1961), mais Michèle Beauvillard. Il n’en demeure pas moins que le documentaire tourné en 2015 accorde une place essentielle à Stibbe et à Ben Bella, en occultant peu ou prou les autres détenus, mais surtout en oubliant Michèle Beauvillard. En conséquence, il est permis d’affirmer à travers cette illustration récente que, si elle est importante dans le collectif, Beauvillard a pourtant été effacée durablement. S. Laddi, Dans l'ombre d'une guerre. Une histoire secrète du conflit franco-algérien, Anekdota Productions, 2014, 52 min. Un comité de détention procède d’une recomposition d’une structure du parti nationaliste dans le milieu carcéral. Cette structure n’est ni propre au FLN, ni à la prison de Fresnes. En effet, l’on retrouve des comités de détention dans la plupart des prisons et des camps d’internement en France et souvent en Algérie. En outre, il existe aussi des comités de détention du MNA. Le rôle principal de ces comités est de fournir des délégués algériens en tant que représentants exclusifs des détenus politiques vis-à-vis de l’administration pénitentiaire. À Fresnes, le nombre important de détenus et la spécialisation du comité en plusieurs branches spécialisées, dont celle de l’éducation, font de cette structure politique un enjeu important en termes d’autorité. Dans cette prison le comité de détention était dirigé notamment par Bachir Boumaza, ancien coordinateur du collectif des avocats de la FF FLN, ainsi que par Moussa Kebaïli, ancien chef de la circonscription de Paris de la FF. FLN (wilaya 1 ou wilaya de Paris intra-muros). P.-E. Babin, notice Boumaza Mohamed Chérif, dit Bachir [en ligne : https://biograf.hypotheses.org/192] (version définitive à paraître sur le Maitron en ligne) ; M. Kebaïli, Itinéraire d’un militant de la Fédération de France du FLN, Alger, Dahlab, 2023, p. 69-83.

59 Les débats de ce procès sont partiellement reproduits par M. Péju, Le procès du réseau Jeanson, Paris, Maspero, 1961, p. 185 ; ainsi que par J.-M. Théolleyre, op. cit. , p. 189. Au moment de son arrestation Hamada Haddad (ancien chef de la wilaya 2 ou wilaya de Paris-banlieue) est hiérarchiquement placé en dessous du Comité Fédéral de la FF FLN, dont il est le représentant en France. En effet, depuis 1958 les cinq membres de la direction de la FF FLN sont basés en République Fédérale d’Allemagne et en Belgique et ils ne se rendent en France que de façon occasionnelle.

60 Le journal Le Monde personnifie le procès des avocats en le transformant en « procès de Vergès ». Le Monde, « Le procès de Me Vergès et de cinq autres avocats inculpés d’atteinte à la Sûreté de l’État sera plaidé à partir de lundi », 6 novembre 1961. Une photographie prise à l’entrée du prétoire illustre parfaitement la place centrale occupée par Michèle Beauvillard, parmi ses coprévenus : Jacques Vergès, Michel Zavrian, Mourad Oussedik et Abdessamad Benabdallah. Le lecteur peut consulter librement cette photo intitulée « France-Algerian trial lawyer » sur le site de la Fondation Getty, à l’adresse suivante : https://www.gettyimages.ca/detail/news-photo/french-lawyers-jacques-verg%C3%A8s-michel-zavrian-mich%C3%A8le-news-photo/1232339104?language=fr ; enfin pour une vision critique de ce procès, il est possible de se reporter à la tribune publiée par R. Badinter, « Le procès de la défense », L’Express, 16 novembre 1961. Cet article est reproduit intégralement dans A. Haroun, op. cit. , p. 176.

61 On dénombre vingt-quatre tampons au bas de l’autorisation de libre communication au cours de cette période.

62 F. Layani, « Fresnes, « prison algérienne »*  ? (1954-1962) », L’Année du Maghreb, 20, 2019, p. 179-194.

63 C. Harbi, « Cette grandeur de la lutte du peuple algérien », La Semaine de l’émigration, novembre 1984.

64 N. Lapeyre, N. Le Feuvre, « Concilier l’inconciliable ? Le rapport des femmes à la notion de « conciliation travail-famille » dans les professions libérales en France », Nouvelles Questions Féministes, 23, 2004/3, p. 42-58. Entretien avec Rosine Zavrian (ex-épouse de l’avocat Michel Zavrian), réalisé le 10 août 2019.

65 Entretien avec Jacqueline Jaeger, réalisé le 22 novembre 2019.

66 Archives Cabinet Rein (ACR), les originaux des plaintes contenues dans ces ouvrages ont été conservés par l’avocate Nicole Rein. V. aussi P. Péju, Les Harkis à Paris, Paris, Maspero, 1961, 117 p. ; Ratonnades à Paris, Paris, Maspero, 1961, 75 p. Des plaintes des clients de Marie-Claude Radziewsky et de Nicole Rein ont été reproduites dans le recueil suivant : P. Kessel, G. Pirelli, Le peuple algérien et la guerre. Lettres et témoignages, Paris, Maspero, 1962, p. 658-678.

67 Archives du Ministère des Affaires Étrangères (MAE), SEAA 20, 1959-1967, rapport intitulé : Organisation de la défense des inculpés Français musulmans membres du FLN. Le collectif des avocats, 1960, p. 8. Je peux historiciser cette perception différenciée en renvoyant à l’étude de C. Cardi, Penser la violence des femmes, Paris, La Découverte, 2017 [2012], 564 p.

68 Je prends deux exemples caractéristiques : les principaux ouvrages collectifs du noyau parisien et belge excluent les avocates. Le cas de l’ouvrage belge est d’autant plus intéressant que Cécile Draps a affirmé de façon constante dans ses témoignages, que l’ouvrage avait été publié avant son intégration dans le collectif, justifiant ainsi le fait d’être restée étrangère à cette publication. Ce qui est inexact car cet ouvrage est publié en décembre 1960 par un collectif qu’elle a rejoint au printemps 1960… Néanmoins, au dernier trimestre de l’année 1960, l’avocate belge s’est rendue en Algérie, à deux reprises. Sa présence sur le terrain pourrait donc justifier l’absence de sa signature dans l’ouvrage collectif. M. De Kock, A. Merchie, S. Moureaux, M. Oussedik, Les extraditions d’Algériens ou le chemin de la guillotine, Bruxelles, S. Moureaux, 1960, 96 p. ; A. Benabdallah, M. Courrégé, M. Oussedik, J. Vergès, M. Zavrian, La défense politique, Paris, Maspero, 1961, 114 p.

69 Entretien avec l’auteur, op. cit.

70 I. Mons, Madeleine Riffaud : l’esprit de la Résistance, Paris, Payot, 2019, p. 212. Entretien avec l’auteur, op. cit. Selon le témoignage recueilli auprès de Riffaud, Beauvillard « ne mérite pas d’être mise en avant car d’autres auraient été plus efficaces ». Elle affirme ensuite avoir « eu peur pour la petite Beauvillard, trop gentille, trop inexpérimentée » ajoutant que c’était « tout à son honneur de faire battre son cœur pour l’Algérie, avec un mari épatant et une petite fille », mais que « pendant ce temps, il y avait des avocats qui n’appartenaient pas au FLN et qui faisaient un énorme boulot ». Elle résume son idée en affirmant que Beauvillard n’était « pas une grande avocate, mais qu’elle en avait fait une affaire affective », avant de conclure qu’elle était « très estimée de tous, mais trop sensible pour ce boulot ». Enfin, elle ajoute qu’il ne fallait pas faire de Beauvillard « une héroïne, car elle avait investi trop sur l’Algérie [...]. Mais qu’en Algérie, cela [serait] resté compliqué, alors qu’elle avait espéré mieux, ce qui prouve[rait] qu’elle n’y connaissait rien en politique ». Les préjugés genrés de la journaliste s’appliquent autant à Beauvillard qu’à ses consœurs : « il y avait deux Français aussi dans le collectif, pas très engagés. Dont une jeune femme aussi, très jolie je me rappelle plus de son nom...Radziewsky ». Enfin, lorsque que j’ai rappelé à la journaliste de L’Humanité, l’appartenance de Beauvillard au syndicat de l’Union des Jeunes Avocats et à l’Association Internationale des Juristes Démocrates, ainsi que l’antériorité de son engagement par rapport à ses confrères du collectif de la FF FLN, l’ancienne résistante m’a répondu de façon péremptoire. Et, elle m’a livré, en creux de son témoignage, son modèle de l’avocat engagé :
— « Beauvillard c’était uniquement affectif.
— À l’inverse de Vergès qui était très à gauche ?
— Plus qu’à gauche. Jacques avait beaucoup de talent ».

71 Archives Collectif Belge (ACB). Copie du rapport Patin, président de la CSDLI, relatif aux faits révélés dans Les Temps Modernes en février-mars 1960. Lors de sa nomination à la CSDLI, Maurice Patin était le président de la chambre criminelle de la Cour de cassation. Il s’agit ici de l’affaire Cherifi Zouaoui.

72 R. Branche, La torture et l'armée pendant la guerre d'Algérie (1954-1962), Paris, Folio-Histoire, 2016 [2001], p. 448. Citant le rapport de Maurice Patin, l’historienne relève que pour le magistrat, Djamila Boupacha, la victime, « se prend pour Jeanne d’Arc ». Ce qui tendrait à prouver que pour Patin, les tendances à l’exagération seraient l’apanage des avocates, comme de leurs clientes… En me référant à l’échantillonnage des rapports transmis aux avocat·es du collectif de la FF FLN, il ressort que soit les affaires de viols, soit celles défendues par des avocates, font l’objet d’un traitement particulier ; voir l’affaire Saadia Mebarek. En l’espèce, en Algérie, une femme de 24 ans, enceinte, est déclarée morte à la suite d’une « crise de nerfs ». Certes, Patin émet des doutes sur les circonstances de la mort, car il soupçonne l’utilisation du courant électrique puisque les mamelons « sont noircis comme du charbon ». En revanche, nul commentaire du magistrat sur les divers lésions au pubis et aux lèvres vaginales, pourtant constatées par le médecin légiste, lequel conclut à des « agressions diverses ». ACB, affaire des femmes arrêtées par le lieutenant Maindel, lettre de Patin au Premier ministre, 3 juillet 1960. Il s’agit donc d’une hypothèse de recherche stimulante à interroger, à partir d’un examen systématique des rapports de la CSDLI.

73 Entretien de Marie-Claude Radziewsky avec l’auteur, réalisé le 26 juin 2017. L’avocate prétend avoir été convoquée par Maurice Patin, avec Nicole Rein, en présence du représentant de l’Ordre des avocats. Selon elle, le président Patin avait estimé que l’envoi d’un courrier en recommandé, pour le presser d’agir contre des séquestrations arbitraires par des policiers, était un procédé irrespectueux. Quant à Simone de Beauvoir, elle accuse le magistrat d’avoir couvert systématiquement les tortures. Elle s’en explique à travers l’affaire Boupacha, dans laquelle Maurice Patin relativise les conséquences d’un viol d’une femme avec une bouteille, « avec le sourire d’un homme à qui on ne la fait pas », et d’ajouter que sans une perforation des intestins, il n’y avait pas mort d’homme, comme cela avait pu se passer en Indochine... S. De Beauvoir, G. Halimi, Djamila Boupacha, Paris, Gallimard, 1962, p. 2 et p. 6.

74 Entretien avec l’auteur réalisé, le 2 octobre 2018.

75 P.-E. Babin, Cécile et les autres…, op. cit.

76 Reprenant le portrait de Draps dans une revue satyrique non dénommée, Serge Moureaux écrit : « cette Jeanne d’Arc de la libre pensée, dissimulant une sensibilité d’écorchée vive et une ardente générosité sous les dehors sans grâce d’une pasionaria intellectuelle, est le type même de la croyante ». S. Moureaux, Avocats sans frontières. Le collectif belge et la guerre d’Algérie, Alger, Casbah, 2000, p. 58. Il s’agit en fait de l’article publié dans Pan, « Martyrs... d’une cause perdue », 1er mars 1961. J’ai retrouvé une description similaire de Cécile Draps dans la rubrique de la même revue satyrique belge Pan intitulée « Pan au Palais ». Le journaliste tourne en dérision la protestation du 4 décembre 1960 parue dans Le Journal des Tribunaux, contre les atteintes aux droits de la défense qui seraient contenues dans l’ordonnance du 6 octobre 1960. Dans cet article, Cécile Draps est qualifiée de « pétroleuse ». Et plus loin, le journaliste écrit : « Force est bien de constater, conclut cet article que cette réforme que nous tenons pour dommageable – ah quand même !  – n’eut point été réalisée si les règles que nous permettons de rappeler n’avaient pas été méconnues. Méconnues par qui ? Devinez… Mais par les avocats pro-FLN, pardi. Et pan sur les petits copains de Cécile-de-mon-cœur ». Pan, « Avocats parachutistes...parachutés d’office », 7 décembre 1960.

77 Le stéréotype de la voix féminine dans le prétoire a été étudié par C. Fillon, op.  cit. , repris par H. Duffuler-Vialle, op. cit. Je pense qu’à l’époque des procès plaidés par les avocates du collectif cette dimension était encore très présente, tant les chroniqueurs érigeaient à l’époque comme canon « la voix d’airain » d’un « ténor du barreau » comme Henry Torrès. Cette dimension étant constamment reproduite dans les biographies au sujet de cet avocat, voir notamment : M. Dreyfus, N. Racine, notice Torrès Henry, version mise en ligne le 30 novembre 2010, dernière modification le 6 novembre 2022 [en ligne : https://maitron.fr/spip.php?article132843 ].

78 P. Braun, op.  cit. , p. 70. L’avocat estime avoir fait preuve d’une trop grande discrétion sur son « embastillement » avec Gisèle Halimi par les militaires.

79 Halimi et Vergès ont tendance à monopoliser la communication des collectifs auxquels ils appartiennent, en se chargeant plus ou moins du bureau de presse. Ils franchissent aussi les lignes de démarcation entre les collectifs (communiste, messaliste et frontiste) au point de brouiller parfois leurs appartenances respectives. En 1958, Halimi tente de coordonner un Livre blanc sur la justice qui ne voit finalement pas le jour, peu après l’intégration d’une contribution de Vergès. Mais il y a fort à parier que l’esprit de cet ouvrage se retrouve dans l’un de ses articles publiés dans Les Temps Modernes. Voir en particulier G. Halimi, « La défense hors la loi », Les Temps Modernes, février-mars 1960, 167-168, p. 1191, où elle manie le sens de la formule, l’outrance et les connaissances historiques solides. Par exemple lorsqu’elle évoque des « torquemadas déguisés en paras », faisant ainsi référence à Tomas de Torquemada, qui est le Grand Inquisiteur, réputé pour sa cruauté. Je pense que Vergès n’aurait pas renié une telle analogie.

80 G. Arnaud, J. Vergès, Pour Djamila Bouhired, Paris, Minuit, 1957, 215 p.

S. De Beauvoir, G. Halimi, Djamila Boupacha, op. cit. , 280 p.

81 G. Halimi, Le lait de l’oranger, Paris, Gallimard, 1988, p. 316.

82 Pour répondre à cette question, il faut tenir compte du genre de mes sources. Celles-ci convergent pour reconnaître le refus de Gisèle Halimi de se soumettre à une discipline d’un collectif... dirigé par un homme. De même qu’elles se recoupent pour considérer son incapacité à un quelconque effacement personnel, pour mieux se fondre dans une conception solidaire d’une équipe d’avocat·es. Et, dans ses mémoires inédites, le chef du collectif, Mourad Oussedik, surenchérit dans une vision très négative de Gisèle Halimi, puisqu’il la considère comme : « un élément remuant, travaillant pour elle-même et ayant un pied partout ». M. Oussedik, Mémoires, s. l. n. d., n. p. Ce qui rejoint d’ailleurs la vision des autres hommes du collectif dont j’ai pu recueillir les témoignages. Cependant, les femmes ont observé avec moi une tout autre attitude. Faisant preuve d’une certaine sororité, les avocates et plus catégoriquement encore Cécile Draps (dans un entretien accordé à l’auteur, en août 2020), m’ont fait observer qu’elles ne contestaient pas cette version, mais qu’elles n’en diraient pas davantage, « en raison de ce que toutes les femmes devaient à l’action de Gisèle Halimi depuis les années 1960 ».

83 Entretien avec l’auteur, réalisé le 4 septembre 2017.

84 Je pense que les avocates ont pu être doublement perçues comme des victimes, du racisme mais aussi du sexisme, lorsqu’elles étaient d’origine juive. A ce stade de mon développement, je voudrais préciser que d’après les sources consultées, contrairement à la situation en Algérie, les cas de viols d’Algériennes en France par les autorités chargées de la répression sont relativement inexistants. Tout d’abord, les femmes sont moins nombreuses dans l’immigration algérienne. Ensuite les rares mentions de violences sexuelles contre les Algériennes, en particulier par la FPA de Paris (Force de Police Auxiliaire) ne paraissent pas faire l’objet d’une prise en considération particulière à l’aune des archives du collectif des avocats. J’ai retrouvé une allusion dans les dossiers du collectif mais les faits de cette agression sexuelle ou de ce viol ne sont relatés que trop brièvement et uniquement sous l'angle de l'atteinte à l’honneur du mari. De sorte que je constate finalement dans ce cas de figure une conception des violences sexuelles qui a irrigué la conception des viols en temps de guerre mais aussi plus largement le droit. À cet égard, voici la formulation retenue pour décrire un Algérien victime de la FPA : « Il a également fait état du témoignage d’un musulman algérien. Celui-ci affirme que sa femme a été violée après qu’un supplétif l’eut fait sortir, lui, de l’appartement sous la menace de son arme », ACB, Un dossier du Comité pour la Paix en Algérie, Les harkis à Paris, s. l., Comité [belge] pour la Paix en Algérie, 1961, 13 p., p. 8. Sur ce silence relatif dans les archives des avocat·es je peux établir un parallèle intéressant avec l’étude proposée par Marc André mettant sur le même plan les justices coutumière ou politique algériennes et la justice française pour considérer, qu’à cette époque, elles participaient toutes deux à accentuer la vulnérabilité des Algériennes. Néanmoins, je souhaite apporter une nuance car la composition du collectif de la FF FLN démontre que dans cette dénonciation de la violence, les « paroles autorisées » ne sont pas « toujours des hommes ». En outre, les avocates rencontrées au cours de notre recherche assurent ne pas avoir eu de clientes algériennes, alors que l’un des avocats du collectif s’est souvenu spontanément de l’une de ses clientes, prénommée Khadidja, violée avec une bouteille dans un commissariat de police. Cet avocat parisien était chargé de la défense des Algériens, notamment à Pontoise et à Senlis, ainsi que dans le nord de la France. M. André, « Complicités judiciaires, Les Algériennes au croisement des violences patriarcales dans la France des années 1950-1960 », Raison Présente, 227, 2023/3, p. 69. Entretien avec un avocat parisien du collectif, réalisé par l’auteur, le 13 septembre 2023.

85 N. Rein, Mémoires, s. l. n. d., n. p. Dans ce manuscrit, l’avocate évoque ses discussions avec Bachir Boumaza sur ce sujet.

86 V. Codaccioni, « (Dé)Politisation du genre… », op. cit.

87 Ce recours à la qualification sur des délits sexuels avait déjà été expérimenté en 1950, dans le procès Max Boden, à Bruxelles, pour contourner la non-rétroactivité des conventions internationales et condamner les tortures pratiquées par le responsable de la déportation des Juifs de Belgique ; R. Branche, F.  Virgili, Viols en temps de guerre, Paris, Payot, 2013, p. 15.

88 Dans ce cas de figure, il est possible d’envisager aussi la notion « d’adelphité ».

89 ACB. Ainsi le détenu Ali Bourenane s’adresse à son avocate Cécile Draps en l’appelant « sœur et maître ». Lettre du 15 novembre 1961. ACR Le condamné à mort Arab Aïnouz continue d’appeler Nicole Rein « chère sœur » que ce soit à la prison de Béthune ou encore après son retour en Algérie (lettres du 10 avril 1962 et du 18 mai 1962), de même que Rahmouni El Ayachi, à la prison de Douai (lettre du 10 janvier 1962), et Ouahmed Aïssaoui, à la prison des Baumettes, à Marseille (lettre de janvier 1962). Ces exemples extraits du dossier des condamnés à mort dans les archives de Nicole Rein ne sont évidemment pas limitatifs, ce qui a suscité chez elle les remarques suivantes : « Voici une lettre d’un détenu arrivé chez lui le 25 mai 62 ! J’étais la "sœur" de tant de gens… ». Entretien de Nicole Rein avec l’auteur, réalisé le 2 octobre 2018.

90 Dans les faits, l’ambiguïté peut néanmoins apparaître entre les jeunes avocates et leurs clients. Mais elle est immédiatement combattue par le FLN comme par les institutions. Ainsi, Nicole Rein reçoit un rappel déontologique par le bâtonnier de l’Ordre des avocats pour avoir donné son foulard en soie à un détenu.

91 ACR Lettre d’Ali Bournane à Nicole Rein. Condamné à mort et détenu à la prison de Rennes, le 10 février 1962.

92 La Contemporaine, Fonds Nahori, ARCH/0011/5. Le 3 juillet 1961, l’intéressé dépose plainte entre les mains du juge d’instruction pour les tortures subies à partir du 20 janvier 1961. Il aurait été torturé par plusieurs harkis au poste du 25 rue de la Goutte d’Or. Après étouffement par absorption d’eau. L’intéressé précise : « l’un m’a pris par les épaules, l’autre sous les jambes et ils m’ont assis sur une grande bouteille de Vittel qu’ils avaient posée par terre. L’un des hommes m’a poussé sur les épaules et la bouteille m’est entrée dans l’anus. J’avais terriblement mal, j’ai crié et je me suis d’ailleurs évanoui au bout de quelques instants. Quand je suis revenu à moi, je me trouvais sur la couverture. J’avais plein de sang sur mes jambes et mon pantalon de pyjama ». ACR Les dossiers complets de Sakhraoui et de Merabet se trouvent dans les archives de Nicole Rein car celle-ci était la collaboratrice de Marie-Claude Radziewsky.

93 Entretien d’Ahmed Baba Hamed avec l’auteur, réalisé le 11 mai 2018. Dans nos entretiens avec l’ancien chef de la wilaya de Paris, j’ai dû interpréter certaines de ses réponses elliptiques. De fait, celui-ci avait été soumis à la torture par la FPA de Paris, composée de harkis, en novembre 1961. Mais aux interdictions d’évoquer certains sévices, se greffait une forme d’autocensure sans doute plus durable. Sur la difficulté à restituer la parole des femmes sur le viol, il est loisible de se reporter à l’article d’Adel. K. Adel, « La prison des femmes de Tifelfel : Enfermement et corps en souffrance », L’Année du Maghreb, 20, 2019, p. 123-138.

94 R. Branche, « Des viols pendant la guerre d’Algérie », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 75, 2002, p. 124-125 ; R. Branche, La torture et l'armée pendant la guerre d'Algérie (1954-1962), op. cit. , p. 345. L’historienne associe le viol pendant la guerre d’Algérie avec l’idée de violence politique et de conquête. Le viol est réduit à l’expression d’une domination coloniale sur les corps et les structures sociales des colonisés. Elle précise ainsi : « le viol est un acte de violence dans lequel le sexe de l’homme est le moyen — mais un objet peut lui être substitué — et dont le sexe de la femme n’est pas la fin ultime. C’est la femme elle-même qui est visée. Le désir y est moins sexuel que volonté de possession et d’humiliation. C’est pourquoi les hommes peuvent en être aussi des victimes. Le soldat qui viole ne choisit pas sa victime, il la prend. L’unique caractéristique de celle-ci est d’être algérienne et, dans la guerre engagée, ce critère suffit à dégager un vaste espace des possibles ».

95 T. Shepard, Mâle décolonisation…, op. cit. , p. 20.

96 Mentionnons à cet égard que Monique Antoine, alors licenciée en droit, mène comme Françoise Collin en Belgique, une activité pour les insoumis regroupés dans le mouvement « Jeune Résistance ». Monique Antoine-Timsit devient ensuite l’une des grandes avocates féministes et Françoise Collin fonde les Cahiers du GRIF (Groupe de Recherche et d’Information Féministe). B. Pavard, F. Rochefort, M. Zancarini-Fournel, Ne nous libérez pas, on s'en charge : une histoire des féminismes de 1789 à nos jours, Paris, La Découverte, 2020, p.  346 ; S. Van Rokeghem, et al. , Des femmes dans l’Histoire de la Belgique, depuis 1830, Bruxelles, Luc Pire, 2006, p. 187. Parmi les « porteu·r·ses de valises », plusieurs s’engagent ensuite dans la création du Planning familial. Le cas le plus emblématique est celui d’Évelyne Sullerot ; voir notamment C. Gobin, Genre et engagement : devenir « porteur-e de valises » en guerre d'Algérie (1954-1966), thèse, Université de Lyon, 2017, p. 68

97 Cette transformation du combat algérien est évoquée dans la recherche de Francis Sanseigne, notamment chez les militants du PSU. F. Sanseigne, Inventer une cause, (dé)faire une loi : le cas de la contraception en France : Socio-histoire de la transformation d’une relation de pouvoir (1955-1967), thèse, Université de Lyon, 2019, 981 p.

98 Cécile Draps est devenue la première femme avocate à la Cour de cassation, après avoir soutenu la cause des femmes ouvrières liégeoises, ainsi que le procès de la dépénalisation partielle de l’avortement (affaire du docteur Hubinont). Sa consœur Marie-Thérèse Cuvelliez, est à l’origine des arrêts Defrenne pour l’égalité des femmes salariées. CJCE Arrêt Defrenne I/1971, Defrenne II/1976 et Defrenne III/1978. En l’espèce Gabrielle Defrenne, hôtesse de l’air de la compagnie Sabena, contestait l’application de la clause résolutoire de son contrat qui prévoyait qu’à l’âge de 40 ans, les femmes n’étaient plus « présentables » et qu’elles pouvaient être licenciées de ce fait, contrairement aux hommes. Marie-Thérèse Cuvelliez est l’une des avocates, avec Gisèle Halimi, de l’affaire Tonglet, Castellano, devant la Cour d’assises d’Aix-en-Provence, à propos de la criminalisation du viol.

99 Après l’indépendance de l’Algérie, Michèle Beauvillard (1925-2003) devient successivement l’avocate d’Aït Ahmed, condamné à mort sous Ben Bella, de la famille de Mehdi Ben Barka, des Guadeloupéens du GONG (Groupe d’Organisation Nationale de la Guadeloupe), des Palestiniens de l’OLP (Organisation de Libération de la Palestine), des étudiants iraniens et opposants du Chah... aux ministres de Khomeini, déchus et condamnés à mort, et enfin de la famille de l’avocat Ali Mécili… contre le régime algérien. L’avocate du quai Henri IV, reste une praticienne désintéressée du cause lawyering, quand ses confrères du collectif ont déserté des causes considérées à la fois comme des causes justes, mais aussi, souvent, comme des causes perdues.

100 Surtout Cécile Draps. Mais également Jacqueline Jaeger, Nicole Rein, Marie-Claude Radziewsky, ainsi que d’autres avocates du Nord, de Normandie ou des Ardennes.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1: Organigramme du noyau du collectif des avocat·es de la Fédération de France du FLN
Crédits Collection personnelle de l’auteur. Ne pas reproduire sans autorisation, © P-E Babin.
URL http://journals.openedition.org/cliothemis/docannexe/image/4049/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Figure 2: Légende de l’organigramme du noyau du collectif des avocat·es de la Fédération de France du FLN
Crédits Collection personnelle de l’auteur. Ne pas reproduire sans autorisation, © P-E Babin.
URL http://journals.openedition.org/cliothemis/docannexe/image/4049/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 245k
Titre Illustration 1: Visite en détention par Michèle Beauvillard. L’avocate parisienne à la porte du fort militaire de l’Île d’Aix. Coupure de presse, Paris-Presse, 31 mars 1961
Crédits https://www.retronews.fr/​titre-de-presse/​paris-presse-lintransigeant
URL http://journals.openedition.org/cliothemis/docannexe/image/4049/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 483k
Titre Illustration 2: Visite de Michèle Beauvillard à la prison de Fresnes. A sa gauche, autour de la table, un partisan tunisien du FLN non identifié, Ahmed Bencherif (ancien chef de la wilaya IV  – Algérois –) et Hadj Benalla (ancien chef de la wilaya V  – Oranie –), s.d. (vers 1961)
Crédits Collection personnelle de l’auteur. Ne pas reproduire sans autorisation, © P-E Babin.
URL http://journals.openedition.org/cliothemis/docannexe/image/4049/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul-Emmanuel Babin, « Les avocates du FLN : une approche genrée »Clio@Themis [En ligne], 25 | 2023, mis en ligne le 15 décembre 2023, consulté le 14 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/cliothemis/4049 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cliothemis.4049

Haut de page

Auteur

Paul-Emmanuel Babin

Doctorant
Univ. Lille, UMR 8025 – CHJ – Centre d’histoire judiciaire, F-59000 Lille, France

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search