Navigation – Plan du site

AccueilAppels à contributionAppels en cours2025 : Rire et faire-rire… en acte

2025 : Rire et faire-rire… en acte

Appel à contributions des Cahiers de littérature orale sous la responsabilité de Camille Riverti et Inès Pasqueron de Fommervault

Argumentaire

Ambivalent et polymorphe, le rire est un phénomène social complexe. Il peut être suscité par une stimulation physique, surgir au détour d’une conversation banale, résulter d’un trait d’esprit ou encore se déployer sous des formes d’humour spectaculaires. Parfois il ouvre un moment de loisir et accentue le temps de la fête, tandis que d’autres fois il accompagne des élans de tristesse, de honte ou de colère. Si les limites des cadres du jeu sont toujours plus ou moins imprécises, celles des cadres du risible paraissent abyssales. Hétérogènes, volatiles, fugitifs, éphémères, les contextes de manifestation du rire et du faire-rire sont difficiles à saisir et posent un problème méthodologique de taille aux anthropologues. En réponse, les travaux classiques ont eu tendance à décontextualiser ces phénomènes. Ainsi, le faire-rire s’est trouvé raccroché aux institutions, comme l’attestent les analyses structuro-fonctionnalistes des parentés à plaisanteries et des rites d’inversion. Les anthropologues et les spécialistes des Humor Studies l’ont souvent aussi cloisonné à des contenus textuels, à l’instar des études sur la figure mythologique du trickster ou des analyses formelles des collections de « blagues en boite » dites canned jokes (Raskin & Attardo 1986). Plus récemment, l’anthropologie des émotions a réexaminé le rire, en l’envisageant comme un symbole sous l’angle quasi exclusif des catégories discursives (Le Breton, 2016). Dans ces divers travaux, le rire et le faire-rire apparaissent en définitive désincarnés, détachés de leurs expériences immédiates, généralement réduits à des dyades schématiques : norme/transgression, cohésion/exclusion, dissociation/résolution. En outre, la question du rire et du faire-rire est presque toujours réduite au champ de l’humour. Or, si le rire et l’humour peuvent être liés, ils ne sont pas interdépendants.

Ce numéro est une invitation à la complexité, à la nuance. Il part du principe que l’hétérogénéité et le « flou » apparemment propres aux interactions risibles constitue l’intérêt même de leurs analyses. Il s’agit ici d’explorer la complexité du rire et du faire-rire en tant que « modes d’action » situés dans des contextes sociaux, linguistiques et politiques particuliers. Il n’est pas question de réfléchir de façon abstraite, et exclusive, à l’humour, ni de proposer des définitions univoques des formes de risibles. L’enjeu est de déchiffrer, à partir de l’analyse fine de matériaux empiriques, diverses expériences du rire telles qu’elles sont quotidiennement mises en acte et inlassablement négociées par les individus. Ce numéro met l’accent sur les approches pragmatiques et interactionnelles encore peu explorées dans ce champ. Les contributeurs pourront ainsi nourrir leurs analyses de l’anthropologie linguistique, du situationnisme goffmanien, de l’ethnométhodologie, de l’analyse conversationnelle, des approches relationnelles ou encore de l’ethnomusicologie.

Reconnaissant le rire et le faire-rire comme des lieux de complexité, ce numéro invite à conjuguer les échelles d’analyse : depuis les micro-échelles de l’interaction, les histoires particulières des participants, jusqu’aux macro hiérarchies de pouvoir (de genre, de génération, de classe, de « race », etc.). Dans cette perspective, l’enjeu sera de répondre à des questions simples mais fondamentales : qui rit ? Qui fait rire ? Quand ? Où ? Comment ? A quel sujet ? Ces interrogations permettront d’envisager pertinemment la question des cadres et des limites du rire. En fonction des contextes, comment se définissent et s’instaurent ces cadres sociaux ? En quoi conditionnent-ils les manières de rire ? Jusqu’à quel point les rieurs s’y conforment-ils et/ou les contournent-ils ? Les contributions pourront ainsi appréhender les scènes polyphoniques et les acteurs du rire en fonction des droits, des obligations, des interdictions, des transgressions, etc. La question des négociations et recadrages des statuts permis par le risible pourra également être évoquée. On pourra aussi s’intéresser aux effets – cognitifs, sociaux, politiques, affectifs – des interactions risibles au-delà d’un objectif affiché qui ne serait « que pour rire ». Les contributeurs pourront, par exemple, explorer les affinités entre risible et dramatique, risible et polémique, risible et (in)dicible, et se pencher sur les dynamiques corolaires de (in)compréhension, d’(inter)connaissance et de réflexivité.

Les situations où les rires sont attendus mais ne se manifestent pas sont tout aussi pertinentes : couacs, flops, quiproquos, vexations, etc. Dans cette large perspective, il est aussi possible d’inclure la place du chercheur sur le terrain qui parfois ne comprend pas, ne rit pas et/ou fait rire malgré lui. A ce titre, le rire, ou son absence, peut devenir un véritable instrument de connaissance, comme le rappelle Patrick Williams : « l’histoire drôle fait rire ceux à qui elle n’apprend rien » tandis qu’« elle instruit après coup ceux qui n’ont pas ri » (1999 : 79).

Calendrier et procédures

Les contributions attendues seront basées sur des enquêtes ethnographiques, sans restriction géographique, ou bien sur un corpus littéraire à condition que les contextes d’écriture et/ou de réception soient interrogés. Nous serons particulièrement attentives aux propositions qui accordent de l’intérêt aux contextes de manifestation du rire et du faire-rire, qui explicitent la méthode et les outils pour rendre compte de l’imprécision et du flou qui semblent au fondement de l’expérience risible.

Les propositions d’articles (comportant un titre et un texte de 2.000 à 3.500 signes maximum, éléments bibliographiques compris) accompagnées d’une brève présentation biographique, sont à adresser à Camille Riverti (camille.riverti@ehess.fr) et Inès Pasqueron de Fommervault (ines.pasquerondefommervault@ehess.fr) avant le 15 novembre 2023.

Une réponse sera signifiée aux auteurs de proposition début décembre 2023.

Les articles devront parvenir sous une version aboutie avant le 30 juin 2024 ; ils feront l’objet d’une évaluation externe par deux relecteurs, selon la procédure habituelle de la revue (https://journals.openedition.org/clo/2533). Les articles doivent respecter les normes établies par les Presses de l’Inalco, consultables à partir de la page « note aux auteurs » de la revue : https://journals.openedition.org/clo/851)

La parution du numéro est prévue pour 2025 (no 98).

Bibliographie

Anthropological Forum, 2008, « You've Got to be Joking! Anthropological Perspectives on Humour and Laughter », vol. 18, no 3, 308 p.

Attardo Salvatore & Raskin Victor, 2009, « Script theory revis(it)ed: joke similarity and joke representation model », Humor - International Journal of Humor Research, vol. 4, no 3/4, p. 293-348.

Auge Marc, 1978, « Quand les signes s’inversent », Communication, vol.28, no 1, p.  55-67.

Bateson Gregory, 1972, « A theory of play and fantasy », in Steps to an ecology of mind, Chicago, The University of Chicago Press, p. 233-249.

Beaudet Jean-Michel, 1996, « Rire. Un exemple d’Amazonie », L’Homme, no 140, p. 81-99.

Daphy Eliane & Rey-Hulman Diana, 1999, Paroles à rire, Inalco, Paris, 292 p.

Douglas Mary, 1968, « The Social Control of cognition. Some factors in joke perception », Man, vol. 3, no 3, p. 361-376.

Gay Para Praline, 1986, « La guerre de rire. Histoires drôles du Liban », Cahier de Littérature Orale, no 20, p. 103-120.

Goffman Erving, 1974, Frame Analysis: An Essay on the Organization of Experience; Harper & Row, New York, 586 p.

Griaule Marcel, 1948, « L’alliance cathartique », Africa, vol. 18, no 4, p. 242-258.

Kopelent Rehak Jana & Trnka, Susanna, 2018, The politics of joking. Anthropological engagements, Routledge, New York, 206 p.

Le Breton David, 2018, Le rire. Une anthropologie du rieur, Métailié, Paris, 260 p.

Terrain, 2013, « Rires », no 61, 184 p.

Moussaoui Abderrahmane, 2013, « Rire en situation de violence. L’Algérie des années 1990 », Terrain, no 61, p. 122-133.

Radcliffe-Brown Alfred Reginald, 1940, « On joking relationships », Africa, vol. 13, no 3, p. 195-210.

Radin Paul, 1969, The trickster, Greenwood Press, New York, 211 p.

Riverti Camille, 2022, Humour et érotisme dans les Andes. Une ethnographe à marier, Les Indes Savantes (« Americana »), Paris, 262 p.

Asqueron De Fommervault Inès, 2019, Pour une anthropologie du rire. Les cadres de l’expérience du corps riant dans les villages de la Kagera (Tanzanie), thèse de doctorat, Université Aix-Marseille, https://www.theses.fr/2019AIXM0352, 564 p.

Luomala Katharine, 1949, Maui-of-a-thousand-tricks, His Oceanic and European biographers, Bernice P., Bishop Museum Bulletin, Honolulu, no 198, 300 p.

Williams Patrick, 1999, « L’histoire drôle comme instrument de connaissance », Daphy E. & Rey Hulman D. (dir.), Paroles à rire, Paris, Inalco, p. 77-87.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search