Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Bornand Sandra, Leguy Cécile, Roulon‑Doko Paulette (dir.), 2016, Paroles d’Afrique, DVD, présentation interactive de l’exposition du Musée d’Ethnographie de Bordeaux (MEB1), Villejuif, Llacan2/UPS CLT3.

Elara Bertho

Texte intégral

1L’exposition « Paroles d’Afrique », coproduite par le Musée d’ethnographie de l’université Bordeaux-Segalen et le laboratoire Langage, langues et cultures d’Afrique noire (CNRS/PRES Sorbonne Paris Cité – Inalco), s’est tenue au Musée ethnographique de Bordeaux d’octobre 2012 à mai 2013. Cela a été l’occasion de présenter le statut de la parole dans les sociétés africaines et en retour de questionner celui qu’elle a dans notre propre société. Le DVD de l’exposition a pour but de prolonger ce questionnement sur la place de la parole ainsi que de l’oralité et de fournir des documents audiovisuels autour de cette question.

2Donner à voir la parole : voilà un sujet d’exposition bien paradoxal. C’est pourtant ce défi muséographique qu’ont relevé les deux chercheuses, Sandra Bornand et Cécile Leguy, ainsi que toute l’équipe qu’elles ont réuni autour d’elles. Il s’agit de mettre en scène le patrimoine littéraire, culturel, dans ce qu’il a de plus volatile, l’oralité. Comment fixer la rapidité d’un dicton, comment rendre l’intensité d’une déclamation épique, comment exposer la fragilité d’une parole amoureuse ? Autant de questions que l’exposition affronte et que le DVD s’attache à reproduire.

3Le parcours de l’exposition était organisé autour de six salles, qui sont autant de facettes de l’art de la parole en Afrique. Après les salutations, tout commence avec les paroles ordinaires, des paroles du quotidien : bénédictions, devinettes, proverbes sont autant d’exercices verbaux dont l’exposition tente de rendre la complexité de la codification. Le visiteur est ensuite amené à traverser les paroles de la crise, où l’efficace de la langue est interrogée : paroles de conflit, paroles de malédiction, paroles judiciaires sont des situations où la parole se fait douloureusement performative. Les paroles littéraires investissent les salles suivantes : la richesse de la littérature orale puis la diversité des formes de littérature écrite sur le continent sont données à voir. Des manuscrits de Sony Labou Tansi, des extraits de déclamation de poésie pastorale peule, des petits romans haoussa, des transcriptions de la célèbre épopée de Soundjata illustrent le large spectre des littératures africaines à l’écrit autant qu’à l’oral. Les dernières salles sont consacrées aux nouveaux usages de la parole et aux nouveaux médias : la radio, internet, les réseaux sociaux déploient de nouveaux espaces où l’oralité redevient reine. Les rappeurs sénégalais, par exemple, investissent des scènes numériques où la virtuosité verbale est l’indice de leur influence médiatique et de leur popularité future. Ces nouvelles arènes oratoires constituent un formidable laboratoire des nouvelles pratiques de la parole, ouvertes au monde et aux influences diverses.

4Le DVD s’attache à rendre la richesse de ce parcours muséographique et offre d’utiles prolongements qui pourraient servir par exemple de matériel pédagogique4 pour les classes. Ainsi, des entretiens de chercheurs expliquent de manière très claire la complexité de la poésie peule (mené avec Christiane Seydou), ou encore les pratiques mixtes d’écriture au Mali (par Aïssatou Mbodj-Pouye). Des extraits d’œuvres illustrent pour chaque séquence les enjeux dégagés dans les entretiens : les paroles sont ainsi exposées, en situation. Sandra Bornand présente par exemple le règlement d’un conflit matrimonial au Niger, où la parole des plaignants, et notamment de la plaignante, est confrontée et mise en scène au sein d’une assemblée, où la justice s’exhibe et se met en scène de manière collective. Cette théâtralisation de la prise de parole, intensément nouée à des enjeux affectifs, constitue une très belle manifestation de la nature performative de la parole. Un autre exemple est la présentation de récits de rêves par des auditeurs d’une radio à Mopti, au Mali, étudiés par Cécile Van Den Avenne et Aïssatou Mbodj‑Pouye5, où l’interaction entre les auditeurs de la radio et les animateurs provoque des narrations personnelles et publiques tout à fait fascinantes.

5L’effort pédagogique doit être salué : il s’agit de présenter et de faire connaître des œuvres, des techniques oratoires, des pratiques verbales de tout un continent. Cette volonté de valorisation et de diffusion d’un patrimoine immatériel nécessitait la rencontre de nombreux chercheurs venant d’horizons disciplinaires différents (anthropologues de la parole, sociolinguistes, littéraires, historiens, linguistes…), travaillant sur des aires géographiques et des langues fort diverses (le pulaar, le wolof, le haoussa, le swahili, le malinké, le songhay, le zarma… côtoient ainsi le français et l’anglais). Cette équipe de chercheurs réunis pour l’occasion a eu à cœur d’attirer un large public et de mettre à disposition, notamment des jeunes, des documents sur les pratiques orales africaines. En cela, le DVD remplit son objectif de documentation, d’explication et de diffusion de l’oralité africaine.

  • 6 Amselle Jean‑Loup , Branchements : anthropologie de l’universalité des cultures, Paris, Flammarion, (...)

6Loin du stéréotype d’une Afrique figée dans une oralité traditionnelle, cette exposition ainsi que ce DVD qui l’accompagne, rendent compte de la diversité des pratiques orales, de la pluralité des créations contemporaines, des « branchements », enfin, pour reprendre l’expression de Jean‑Loup Amselle6, qui s’effectuent entre les médias et entre les langues : la radio, internet, les chants de village s’influencent réciproquement et dans les deux sens. L’oralité, loin d’être le réservoir d’une quelconque « tradition » qui serait garante d’authenticité, est un espace dynamique de création, ouverte au monde. Le renouveau de ces questions scientifiques sur la performance constitue un geste politique également, à une époque où il devient urgent de déconstruire l’image d’une Afrique uniforme.

  • 7 Bornand Sandra & Leguy Cécile, 2015, « Des “paroles d’Afrique” dans un musée : de la valorisation à (...)
  • 8 Leguy Cécile & Derive Jean , « Paroles d’Afrique » [en ligne], Cargo 4, disponible sur http://www.c (...)

7Sandra Bornand et Cécile Leguy interrogent ainsi le rôle du musée dans la transmission des savoirs7 et prolongent leur réflexion sur l’actualité de la recherche sur les paroles performatives8.

Haut de page

Notes

1 https://meb.u-bordeaux.fr

2 http://llacan.vjf.cnrs.fr

3 https://www.vjf.cnrs.fr/clt/v3/index.php

4 http://llacan.vjf.cnrs.fr/fichiers/ParolesAfrique_guide.pdf

5  Voir ainsi Van den avenne Cécile & Mbodj‑pouye Aïssatou , « Faire entendre sa voix. Deux corpus de lettres envoyées à une radio locale à Mopti (Mali) », Journal des africanistes (2013/83‑1), p. 38‑69.

6 Amselle Jean‑Loup , Branchements : anthropologie de l’universalité des cultures, Paris, Flammarion, 2001.

7 Bornand Sandra & Leguy Cécile, 2015, « Des “paroles d’Afrique” dans un musée : de la valorisation à la transmission », Journal des africanistes 85-1/2, p. 44‑78.

8 Leguy Cécile & Derive Jean , « Paroles d’Afrique » [en ligne], Cargo 4, disponible sur http://www.cargo.canthel.fr/fr/4-paroles-dafrique/ (consulté le 22 février 2018].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elara Bertho, « Bornand Sandra, Leguy Cécile, Roulon‑Doko Paulette (dir.), 2016, Paroles d’Afrique, DVD, présentation interactive de l’exposition du Musée d’Ethnographie de Bordeaux (MEB), Villejuif, Llacan/UPS CLT. », Cahiers de littérature orale [En ligne], 82 | 2017, mis en ligne le 29 octobre 2018, consulté le 20 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/clo/4489

Haut de page

Auteur

Elara Bertho

LAM

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers de littérature orale est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page